background preloader

Tableau de bord prospectif

Tableau de bord prospectif
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le tableau de bord prospectif (TBP) ou tableau de bord équilibré (en anglais, Balanced Scorecard ou BSC) est une méthode lancée en 1992 par Robert S. Kaplan et David Norton visant à mesurer les activités d'une entreprise en quatre perspectives principales : apprentissage, processus, clients et finances. Au préalable, la vision, les valeurs et la mission de l'entité doivent être explicitées, en vue de donner aux managers une compréhension globale de leur organisation. L'élément nouveau déterminant s'attache non seulement aux résultats financiers, mais aussi aux questions humaines qui amènent ces résultats, afin que les organisations se concentrent sur l'avenir et agissent dans leur meilleur intérêt à long terme. Le système du management stratégique force les managers à se concentrer sur les métriques qui mènent au succès. Les outils pour supporter la démarche[modifier | modifier le code] Fonctionnement[modifier | modifier le code] ↑ Robert S.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Tableau_de_bord_prospectif

Related:  Tableau de bord RHMindMapping & VeilleTDBgmpcd

Balanced scorecard ou tableau de bord prospectif de Robert Kaplan et David Norton Déployer la stratégie Définition Le Balanced Scorecard n'est pas un simple instrument de mesure. C'est, selon les auteurs Robert Kaplan et David Norton, un système global de clarification et de formalisation de la stratégie des organisations afin de la déployer et de la mettre en oeuvre plus efficacement. Sa conception et son déploiement implique nécessairement une refonte organisationnelle globale se traduisant dans les faits par l'instauration d'un mode de management adapté au nouveau principe de pilotage.

Le ROI de la veille ou la quête du Graal Calculer le ROI de la veille La question de la rentabilité de la veille préoccupe beaucoup les praticiens. Si bien que l’on assiste à une sorte de quête du Graal pour trouver la formule magique qui permettrait de calculer le ROI (return on investment) de la veille. Grâce au ROI, mesure largement répandue qui consiste à mettre en relation les coûts et les bénéfices d’une activité, d’une machine, d’un logiciel, etc., les veilleurs seraient capables de démontrer une fois pour toute aux décideurs que le jeu en vaut bien la chandelle. Prochainement, un webinar proposé par la SLA et animé par Jan Herring, consultant et auteur expérimenté dans le domaine de la veille, proposera ni plus ni moins de calculer le ROI de la veille (Calculating the ROI of Competitive Intelligence).

Méthode Gimsi Le tableau de bord est le coeur du système de Business Intelligence Présentation des 10 étapes de la méthode Gimsi La méthode GIMSI est structurée en 10 étapes, chacune traitant une préoccupation particulière du projet tableaux de bord. Chacune des 10 étapes marque un seuil identifiable dans l'avancement du système. Gimsi® est une marque déposée Nos tableaux de bord, outils du contrôle de gestion RH - Avisée RH Vous avez certainement déjà constaté que l’atteinte d’objectifs en matière sociale n’est pas uniquement une question de foi. Cela nécessite un objectif précis, un chemin tracé pour progresser et un tableau de bord pour y parvenir. C’est face à des objectifs ambitieux que la justification d’un outil de gestion prévisionnelle comme celui-ci, se fait le plus sentir. C’est la raison pour laquelle, ces dernières années, les tableaux de bord se sont rapidement intégrés dans notre environnement. Dans l’entreprise, c’est dans les services financiers, les services commerciaux et au contrôle de gestion, qu’ils ont d’abord été mis en place.

La méthode OVAR La méthode Objectifs -Variables d'Action-Responsabilités : Présentation de la méthode : La méthode OVAR est une méthode française qui a été inventée et enseignée dés 1981 par trois professeurs du groupe HEC : Daniel Michel, Michel Fiol et Hugues Jordan, elle est enseignée et utilisée par de nombreuses organisations à travers le monde. La méthode OVAR (Objectifs-Variables d’Action responsabilités) est une démarche structurée qui peut répondre à trois types de besoins : - Piloter la performance en assurant le déploiement des axes, cibles et objectifs stratégiques dans toute l’organisation; il s’agit alors d’un processus de management visant à relier la stratégie aux plans opérationnels concrets conduits par les responsables

Un projet d’intégration des CI aux cycles supérieurs à l’UQAC Jean-Philippe Pouliot est conseiller en information documentaire à l’Université du Québec à Chicoutimi. Il couvre les disciplines suivantes : arts, lettres, linguistique et langues modernes. Il y a deux semaines, ma collègue Valérie Levasseur vous a présenté le modèle d’intégration des compétences informationnelles au premier cycle en vigueur à l’Université du Québec à Chicoutimi. Je vous présenterai aujourd’hui celui que nous avons élaboré pour les cycles supérieurs. TABLEAU DE BORD: RESSOURCES HUMAINES En général, lorsque je fais référence à des tableaux de bord sur ce blogue, je parle de tableaux de bord de gestion, qui évaluent la performance globale de l’entreprise. Cela dit, il est également intéressant de mettre sur pied des tableaux de bord pour certaines activités ou dimensions particulières d’une entreprise. Cet article vous présent des pistes de réflexion pour élaborer un tableau de bord au niveau de vos ressources humaines. La liste d’indicateurs de performance que je vous propose est loin d’être exhaustive et selon votre entreprise, vous choisirez de suivre des indicateurs différents.

Direction générale – La cybersécurité a-t-elle une obligation de résultat ? Obligation de résultat ou obligation de moyens : qu’est-ce que cela implique en matière de cybersécurité ? Olivier Iteanu, avocat à la Cour (www.iteanu.com), nous livre son analyse et revient sur la sanction infligée à Orange par la Cnil. Chacun conviendra qu’il est absurde de considérer que la sécurité en général, et plus particulièrement celle attachée aux systèmes d’information, soit soumise à une obligation de résultat. Aucune technologie, aucun système de défense n’est capable de garantir une fiabilité à 100 % contre toute attaque. L’éditeur d’une solution ou le prestataire qui prétendrait le contraire serait tout simplement un menteur. L’esprit humain est ainsi fait, et c’est tant mieux, qu’un jour ou l’autre, l’attaquant, venu de l’extérieur ou plus encore, de l’interne, trouve le moyen de contourner les meilleures protections techniques et organisationnelles mises en place.

Related: