background preloader

Créer une monnaie locale

Créer une monnaie locale
Vous avez peut-être déjà vu un client échanger avec un commerçant de drôles de billets. Il s'agissait certainement d'une monnaie locale, c'est-à-dire d'une monnaie non soutenue par un gouvernement national et destinée à être échangée dans une zone restreinte. Les monnaies de ce type sont également appelées monnaies complémentaires. Qu'est-ce qu'une monnaie locale ? Face à la désertification des petits commerces, à la délocalisation, au chômage, ou encore à la perte de liens sociaux, la monnaie peut-être un moyen de se réapproprier l'économie et de la rendre plus humaine. Ainsi, une fois la monnaie mise en place, les particuliers peuvent acheter des bons d'achat en monnaie locale (1€ = 1 unité de monnaie locale). En quoi cela peut transformer notre territoire ? Créer une monnaie locale dans votre ville ou village vous permet de : Comment créer une monnaie locale ? 1. 2. 3. 4. Conditions d'achat, de reconversion en monnaie nationale pour les professionnels. 5. 6. 7. Agir pour le Vivant Related:  hat_tpe

Lancement du projet « Une monnaie pour Paris ! » – Une monnaie pour Paris ! Ce dimanche 24 Janvier 2016 marque le lancement du projet de création d’une monnaie locale à Paris. « Une monnaie pour Paris ! » a pour objectif de lancer une monnaie locale complémentaire dans la capitale en 2017. Pour quoi faire ? 5 à 10 000 monnaies locales dans le monde et quelques dizaines en France existent déjà pour relocaliser l’économie, dynamiser le tissu social, augmenter la résilience du territoire, limiter les transports, créer des emplois durables, lutter contre le réchauffement climatique, répondre à la crise, au chômage, à la perte de repères et à la quête de sens, développer la création et la production locale et protéger l’environnement et les citoyen-ne-s. À nous de faire de Paris une des premières capitales à disposer de sa propre monnaie locale ! Ce site, créé aujourd’hui, est d’ores et déjà disponible sur internet en version bêta, et il sera enrichi régulièrement pour devenir une plate-forme de présentation complète, d’échanges et de transition. Paris, le 24 I 2016

Pour changer l’économie, ils relocalisent la monnaie Après le revenu de base et l’entreprise sans hiérarchie, Reporterre poursuit sa série d’enquêtes sur les alternatives qui peuvent changer la société, Du local au global. En se demandant ce qui se passerait si les solutions n’étaient pas alternatives, mais appliquées à grande échelle. Troisième volet : les monnaies locales complémentaires. Samedi matin au marché de Trentemoult, petit village de l’agglomération nantaise. Une quinzaine de commerçants ont déballé leur stand au bord de la Loire. Parmi eux, trois se distinguent. Derrière son étalage de confitures, Anne Kermagoret accepte les retz’L depuis peu de temps : « J’ai été intéressée par le côté militant avant tout, contre la spéculation. « Une mobilisation citoyenne tout à fait impressionnante » Un peu plus loin, dans le bourg limitrophe de Bouguenais, d’où est parti le Retz’L en 2012, la boulangère se montre un peu moins enthousiaste : « Je l’utilise car des clients me l’ont demandé, et pour le fun.

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les monnaies locales 1 – Une monnaie locale, c’est quoi ? Quelle définition retenir ? C’est un outil d’échange, contre des biens ou des services, sur un territoire, entre des utilisateurs et des prestataires membres d’un réseau. Ils s’engagent à respecter un ensemble de valeurs sociales et éthiques. Si Philippe Derudder choisit les termes de « monnaies locales complémentaires » pour « permettre à chacun de choisir les valeurs qu’il souhaite soutenir à travers cet outil et ne pas ainsi enfermer », Marie Fare préfère parler de « monnaies locales sociales et complémentaires », dans le souci « d’englober toutes les situations et souligner d’emblée la finalité de lien social ». A quoi ça sert ? Pour Philippe Derudder, c’est « la question clef. Plus concrètement, nos deux interlocuteurs présentent les autres avantages de cet outil d’échange pas comme les autres : Par ailleurs, les euros convertis en « mesures » sont réaffectés, via le fonds d’épargne collectif. Quelles différences avec l’Euro ? Est-ce légal ?

Les monnaies locales, leviers de la transition écologique Selon l’Ademe, les monnaies locales constituent des leviers pour orienter les comportements vers une consommation durable. L’Agence veut renforcer leur évaluation et leurs objectifs environnementaux. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Claire Legros C’est une percée discrète et puissante à la fois. En version papier ou exclusivement numériques, elles dessinent une nouvelle carte économique des villes, fondée sur le développement local des entreprises et la promotion des circuits courts. Mais qu’en est-il de leur impact environnemental ? Monnaie « verte » L’étude distingue trois types de monnaie qui toutes intègrent une dimension environnementale. La monnaie « verte » oriente le consommateur vers des acteurs économiques plus respectueux de l’environnement et vers l’économie locale. Monnaie de récompense et troc D’autres expériences utilisent la monnaie comme une « récompense » pour encourager l’adoption de comportements plus écologiques. Valeurs communes

Les monnaies locales en plein boom INFOGRAPHIE - À Ploërmel, au sud de la Bretagne, une nouvelle monnaie va bientôt voir le jour. En France, plus d'une trentaine sont déjà en circulation. Une nouvelle monnaie s'apprête à voir le jour! Découvrez notre reportage : La monnaie «anti-crise» de Ploërmel Cinq ans après la création de l'Abeille, première monnaie locale lancée en France, à Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne), plus d'une trentaine de monnaies sont en circulation, et presque autant en projet, détaille un rapport remis en avril à l'ancienne secrétaire d'État chargée de l'Économie sociale et solidaire Carole Delga.

« Radis », « sol violette », « pêche » : les monnaies locales essaiment en France Une quarantaine de devises alternatives existent dans l’Hexagone. L’objectif : relocaliser l’économie. Elles affichent, pour certaines, des noms de fruits, de fleurs ou d’insectes. L’« abeille », première monnaie locale complémentaire (MLC) lancée en France, essaime depuis 2010 à Villeneuve-sur-Lot. La « pêche », lancée à Montreuil (Seine-Saint-Denis) en 2014, s’échange depuis le 12 mai dans les magasins parisiens partenaires. Ces monnaies, complémentaires de l’euro, se présentent comme des outils de réappropriation de l’économie territoriale par les habitants. Un objectif environnemental La plupart de ces initiatives intègrent aussi dans leurs statuts un objectif environnemental.

L'Ariège se convertit à la monnaie alternative - 09/07/2014 En prenant ces billets en main, on pourrait croire à une monnaie de singe. Mais non : l'encre et le papier font très sérieux, de même que l'hologramme. Présenté en marge du festival Résistances, le pyrène a désormais investi le portefeuille des Fuxéens. Il s'agit d'une monnaie complémentaire, concurrente à l'euro, semblable à la trentaine de devises locales qui existent en France depuis quelques années (lire ci-contre). «Nous avons pris exemple sur l'abeille, la monnaie complémentaire de Villeneuve-sur-Lot», explique Yves Lecourt. Des buts ciblés Le pyrène est disponible en billets de 1, 2, 5, 10 et 20 py. Pour cela, les particuliers doivent adhérer à l'association. La formule concurrence donc l'euro. Taux d'intérêt négatif En effet, alors que les devises habituelles ont un taux d'intérêt positif, le pyrène perd 2 % de sa valeur tous les six mois : il faut alors «revalider» le ticket en payant en euros 2 % de la valeur du billet. Un phénomène qui gagne du crédit

En Europe, les monnaies locales séduisent de plus en plus Depuis 2008, la France a vu émerger une trentaine de monnaies locales, dont les promoteurs se réunissent ce week-end au Pays basque. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Jérémie Lamothe Avoir le choix de sa monnaie pour payer son boulanger, son pharmacien ou son plombier. Inexistantes il y a encore cinq ans, une trentaine de monnaies locales cohabitent aujourd’hui en France et autant sont à l’étude. Pour le philosophe Patrick Viveret, fervent défenseur de ces monnaies citoyennes, ces monnaies locales sont « un réaffirmement du territoire. Pour attirer les citoyens et les entreprises, l’utilisation de ces monnaies se doit d’être simple. Complémentaires de l’euro Jacques Stern est directeur du Crédit municipal de Nantes. Le vice-président du Conseil régional des Pays de la Loire, Jean-Philippe Magnen, a rendu un rapport, le mois dernier, à Carole Delga, la secrétaire d’Etat chargée du commerce, au sujet des monnaies locales. Et pour cause, certaines monnaies locales sont dites fondantes.

Les monnaies sociales, servent-elles au développement durable ? I. Monnaies complémentaires, monnaies sociales et économie solidaire. Selon Jérôme Blanc (1998), les monnaies complémentaires aux monnaies officielles sont plutôt la règle que l’exception : 465 formes de paiement ont été identifiées entre les années 1988 et 1996 dans 136 pays. La plupart des cas ont été promus soit par les entreprises du « libre marché », soit par les gouvernements régionaux, en situation de crise. En fait, ce n’est qu’à partir des années 80 que des initiatives d’un nouveau type commencent à être utilisées et se multiplient peu à peu, partout dans le monde : les protagonistes de ces formes sont aussi les usagers des nouveaux instruments de paiement. Ce n’est que depuis 1995 que des initiatives semblables d’échanges non monétaires appuyés par la production de « billets » commence à se diffuser en Amérique Latine, dans un contexte de grave crise du chômage, due aux programmes d’ajustement structurel imposés par le Fonds Monétaire International et par la Banque Mondiale.

Le boom des monnaies parallèles Depuis le début des années 80, les monnaies complémentaires fleurissent en marge des Etats. Avec des motivations très diverses, qui vont du gain individuel à la recherche de lien social. En 1981, la compagnie aérienne American Airlines distribuait les premiers miles à ses clients. Mais s'agit-il encore de monnaie? Fidéliser le client La logique peut être purement commerciale. Les entreprises peuvent aussi avoir intérêt à se passer de monnaie officielle quand elles échangent entre elles. Logique sociale Mais c'est une tout autre logique qui anime les monnaies dites sociales. Celle-ci est accusée d'abord de ne pas valoriser les "vraies richesses": de nombreuses activités moralement répréhensibles ou écologiquement nuisibles engendrent d'importants flux monétaires, alors que d'autres, qui créent un véritable bien-être, comme les activités domestiques ou bénévoles, ne sont pas valorisées. Le Cercle économique WIR Le WIR est un survivant de la grande crise. Monnaies locales Impact limité

La Pêche, monnaie locale citoyenne d'Ile de France | Vous avez la pêche ? nous aussi ! Une monnaie locale et complémentaire, c'est quoi ? ? Quel est le principe ? Créer une monnaie pour une zone géographique limitée, qui fonctionne en complément de la monnaie nationale, pour défendre des principes liés à l'économie sociale et solidaire. Elle n'a pas cours légal et ne peut faire l'objet de spéculation. Le concept de monnaie fondante vient d'un économiste du début du XXème siècle, Silvio Gesell, et a été appliqué pour la première fois à la monnaie locale de Wörgl (en Autriche) pendant la Grande Dépression des années 1930. ? Outre dynamiser l'économie locale, les différents projets comportent souvent des spécificités, et ont ainsi des intérêts complémentaires divers. D'autres encore, entendent favoriser le fonds de roulement des entreprises, consolider leurs finances : celle en projet au sein de l'APEAS, en PACA. "Le but d'une monnaie complémentaire c'est avant tout de sensibiliser à des valeurs par le biais d'un outil d'échange que tout le monde utilise: la monnaie. ? ? ?

Related: