background preloader

Créer une SCOP ou une SCIC

Créer une SCOP ou une SCIC
SCOP : Société Coopérative et Participative SCIC : Société Coopérative d'Intérêt Collectif Face à des actionnaires qui ne sont guidés que par le profit, aux délocalisations à répétition, à la prise de pouvoir de spéculateurs, des statuts existent pour protéger l'activité et les salariés. Qu'est-ce qu'une Scop ? Les salariés sont associés et actionnaires majoritaires de l'entreprise, dont ils détiennent au moins 51% du capital social et 65% des droits de vote. Ils participent aux choix stratégiques de l'entreprise et décident du partage des bénéfices. Depuis 1884, date des premiers chiffres disponibles, jusqu’à aujourd’hui, le nombre de Scop est passé de 51 à 1707 en 2005 puis à 1959 en 2010. Concernant les secteurs d'activité, il n'y a pas de limitation sectorielle. 50 % des Scop sont actives dans le secteur des services, 28 % dans le bâtiment et les travaux publics et 22 % dans l'industrie. Qu’est-ce qu’une SCIC ? En créant une Scop ou une Scic : Quel impact sur le territoire ? Avise Copéa Related:  Economie / Activité pro

 Fabrique à initiatives : retour sur une expérimentation ancrée dans  Volonté politique, organisation interne, mobilisation des partenaires, possibilités concrètes dans les marchés… Dans cette publication, les élus et techniciens des Régions pourront trouver bonnes pratiques et analyses pour renforcer leurs achats socialement responsables, quel que soit leur niveau d’avancement en la matière. La première partie de la publication de l’Avise, réalisée dans le cadre de l’animation des centres de ressources essenregion.org et socialement-responsable.org, explore les enjeux, acteurs et principaux repères sur les clauses sociales. Les différents articles que le pouvoir adjudicateur peut mobiliser dans le cadre de sa stratégie d’achats socialement responsables sont ainsi rappelés et quelques chiffres clés soulignés. En seconde partie, six fiches présentent des bonnes pratiques et retours d’expérience sur la mise en œuvre des clauses sociales par les Conseils régionaux.

Une mindmap pour l’évaluation de vos formations Quel outil utiliser pour l’évaluation en fin de formation ? Après 6 heures de formation, vos participants n’en peuvent plus. Leur donner une grille interminable à remplir ne les fait pas bondir de joie. Leur envoyer une évaluation par mail ou par courrier quelques jours plus tard est illusoire : si 10 % d’entre eux répondent, vous avez de la chance ! Que faire ? Tout le monde s’accorde sur le fait qu’il faut évaluer les formations. Les participants ont ainsi l’occasion de s’exprimer. Mais les outils sous forme de grille sont tout sauf amusants à compléter. Vous pouvez opter pour des solutions alternatives. Le côté ludique de la mindmap L’autre solution que je préconise est d’utiliser une mindmap pour ce faire. Benoît, l’un des participants à une formation que je suis en train de donner à des formateurs et acteurs de l’économie sociale m’a envoyé une carte d’évaluation de formation. Mindmap d’évaluation de formation Toutes les dimensions de la formation Et vous ? Vous avez aimé cet article ?

Mise en œuvre des sociétés coopératives d'intérêt collectif (SCIC) dans le secteur culturel. Diversités entrepreneuriales et difficultés managériales Notes Ce réseau réunit des centres de recherche universitaires et des chercheurs individuels travaillant sur le thème de l’économie sociale et de l’entrepreneuriat social. Il doit son nom à son premier programme de recherche sur « l’émergence des entreprises sociales en Europe ». www. emes. net Dans la postface de l’enquête Pratiques Culturelles des Français du Service des Etudes et de la recherche du ministère de la Culture (1973), de Certeau soulignait combien la statistique ignorait « les manières de vivre le temps, de lire les textes ou de voir les images ». Il soulignait les limites qui affectaient à l’époque l’analyse des pratiques culturelles. C’est ce que relèvent Boncler et Hladi-Rispal (2004, p. 72), « Le développement des entreprises d’économie solidaire se heurte à une fiscalité mal adaptée. Pour des raisons de confidentialité, les noms ont été masqués. Programme de recherche grand ouest ESS-ASDL et DIIESES. Nous reviendrons sur ce point dans la troisième partie.

Quand des métallos deviennent propriétaires de leur usine - Coopérative Les aciéries de Ploërmel, dans le sud de la Bretagne, font beaucoup parler d’elles. Lâchées par les actionnaires, elles ont été reprises en coopérative par les métallos en 2005. Les bénéfices de l’entreprise, spécialisée dans la production de pièces ferroviaires, vont croissant. Photos : Laurent Guizard Situés à deux pas de l’ancienne gare de Ploërmel, les bâtiments d’origine des aciéries locales (API), installées en 1885, abritent encore l’atelier fonderie. « Faire de l’acier, c’est tout un art », sourit Rémi Garin, responsable sécurité des aciéries, entré dans la boîte il y a trente-cinq ans, à l’usinage. « Ce n’est pas une science exacte. Salariés, « actionnaires » majoritaires 90 % des pièces fabriquées sont destinées au secteur ferroviaire. « Quand un TGV démarre, qu’il accélère ou qu’il freine, il semble glisser sur les rails. « Au départ, c’était compliqué. 40 personnes, sur les 80 qui restent alors pour faire tourner la boîte, décident de devenir « sociétaires ». Nolwenn Weiler

La première banque éthique française sur les rails Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Frédéric Cazenave Vingt-cinq ans après sa création, la Nef vient de franchir une étape importante. Ce week-end, à Nantes, les sociétaires de cette coopérative bancaire ont approuvé à la quasi-unanimité le changement de statut de l'établissement en une banque éthique. Banque et éthique… deux mots rarement associés. Inconnu du grand public, la Nef est bien implantée dans le monde associatif et l'économie sociale et solidaire. En plaçant leur argent à la Nef, les particuliers ne cherchent pas à maximiser leurs économies – les taux sont dans la fourchette du marché pour ce type de produits – mais à partager une partie ou la totalité du fruit de leurs intérêts. « Contrairement aux banques classiques, nous soutenons l'amorçage puisque 40 % de nos crédits sont alloués à des entreprises en création. Alors pourquoi changer de statut ? Jusqu'ici, la Nef proposait ses placements grâce à un partenariat avec le Crédit coopératif.

7 principes coopératifs Toutes les coopératives du monde entier observent les mêmes principes coopératifs, énoncés dans la déclaration sur l’identité coopérative de l’Alliance coopérative internationale en 1995. En réinterrogeant les principes coopératifs en 2010, Coop FR a souhaité faciliter la compréhension du modèle coopératif. Ainsi, dans sa déclaration sur l’identité coopérative, le mouvement coopératif français énonce les 7 valeurs, portées au quotidien par les coopératives. Principes, valeurs et pratiques fondent ainsi le modèle coopératif. Les valeurs coopératives du mouvement coopératif français, 2010 Les principes coopératifs de l’Alliance coopérative internationale, 1995 Les valeurs coopératives du mouvement coopératif français, 2010 Coop FR a énoncé 7 valeurs, portées au quotidien par les coopératives : Démocratie : « Les dirigeants sont élus démocratiquement par et parmi les membres. Pour en savoir plus Déclaration sur l’identité coopérative, Coop FR, 2010 → Les 7 principes coopératifs de l'ACI

Le blog de oazis.over-blog.com La « génération co » prépare l'avenir au OuiShare Fest Les conférences du OuiShare Fest avaient lieu sous le chapiteau du Cabaret Sauvage © Côme Bastin Qu’est ce qui relie le PDG de Blablacar, un cyberpunk espagnol et le philosophe Bernard Stiegler ? Réponse : l’économie collaborative. Avec beaucoup d’autres, ces trois là se sont réunis du 5 au 7 mai dans le décor boisé du Cabaret Sauvage, au Parc de la Villette, à Paris. Co-workers, co-voitureurs, co-designeurs, mais aussi crowd-funders, théoriciens et simples curieux se sont donné rendez-vous au OuiShare Fest, le premier festival – ou la plus grande fête, c’est selon les heures – dédiée à ce mouvement en Europe. « Un nouveau modèle de production et de consommation horizontal, qui s’appuie sur des communautés connectées » L'événement n'en est qu'à sa deuxième édition. Des ateliers pour s'initier à la fabrication collaborative de meubles "téléchargés" © Côme Bastin Autour du Cabaret, des tentes abritent des débats, ateliers et – bien évidemment – de la co-création.

Pour penser et agir autrement : La prospective V- Ictus Voyages : la spiritualité et le sens au coeur des voyages Quand l’économie collaborative réinvente de nouveaux business Crédits photo : OuiShare Fest AirBnB, fablabs, Blablacar, crowdfunding : qu'il s'agisse de start-up au succès fulgurant ou de tendances phare dans le domaine du business, l'économie collaborative redessine les contours du monde de l'entreprise. Et, une fois n'est pas coutume, la France est à la manœuvre en ce domaine. Faciliter l'accès aux marchés La partie la plus visible du phénomène, c'est la consommation collaborative. Le phénomène prend de l'ampleur, même s'il reste difficile à mesurer. Des signes de maturité du secteur Pour Benjamin Tincq (OuiShare), plusieurs signes tendraient à prouver que l'économie collaborative arrive à maturité : « On note tout d'abord de belles réussites de start-up, notamment françaises, qui s'exportent. De la place pour tout le monde ? Autant de signes positifs, donc mais qui bien sûr laissent planer une question : face à ce foisonnement de nouveaux acteurs, y a-t-il de la place pour tous ? Perspectives pour l'économie traditionnelle

Related: