background preloader

Les forçats de l'info

Les forçats de l'info
LE MONDE | • Mis à jour le | Par Xavier Ternisien On leur a déjà trouvé un surnom : "Les OS de l'info." C'est Bernard Poulet qui a lancé la formule dans son livre choc paru en janvier, La Fin des journaux et l'avenir de l'information (Gallimard). On dit aussi "les journalistes "low cost"", ou encore "les Pakistanais du Web". "Ils sont alignés devant leurs écrans comme des poulets en batterie", constate, effaré, un journaliste de L'Express, en évoquant ses confrères du site Web Lexpress.fr. Internet a accouché d'une nouvelle race de journalistes. Les témoignages abondent, le plus souvent sous anonymat. La logique est d'être les premiers à mettre en ligne l'information afin d'être repérés par Google. Un matin, elle commence sa permanence à 5 heures, mal réveillée. Elle souffre, dit-elle, de l'indifférence des journalistes du magazine papier à l'égard de ceux du Web. Le cas du Nouvel Observateur n'est pas isolé. Les rédactions Web usent et abusent des stagiaires et autres "contrats pro".

http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2009/05/25/les-forcats-de-l-info_1197692_3236.html

Related:  Fonctionnement des médiasJournalisme 2.0

Ma petite bibliothèque Pour ceux qui veulent en savoir plus sur la presse, voici une liste d’ouvrages classés par thèmes : - "Le siècle de la presse, 1830-1939 " par Christophe Charle – Seuil 2004 – 399 pages LA référence sur la période considérée. - "La presse écrite en France au xxème siècle" par Laurent Martin – Le livre de Poche 2005 Une histoire de la presse écrite en France qui prend comme point de départ la loi de 1881. Synthétique, illustré, intéressant.

Le débat des “forçats” de l’info Le 26 mai 2009, 17:11 dans Humeurs par Misspress S'abonner Après publication du billet ci-dessous, des discussions par mail, twitter et téléphones interposés avec plusieurs journalistes, m’est venue l’idée de faire un débat entre journaleux concernés par l’avenir de l’info online. Et Aude Baron me dit de me lancer alors…voilà! Les « petits cons » parlent aux « vieux cons » (la version courte) « Superbe, excellent, remarquable, passionnant, très intéressant, pertinent et indispensable, rafraîchissant, à lire absolument… » Mon article sur la « Vie privée : le point de vue des “petits cons”« , portrait de ces internautes décomplexés en terme de liberté d’expression, initialement publié sur InternetActu et repris sur LeMonde.fr, soulève, sinon les foules, tout du moins des centaines de gazouillis d’approbation. L’an passé, « La vie privée, un problème de vieux cons ? » (qui dressait un parallèle entre la liberté d’expression sur le Net et la révolution sexuelle) avait lui aussi été très lu, discuté, et, tout comme mes « petits cons« , figuré en tête du classement des articles les plus envoyés par les lecteurs du Monde.fr.

Information, vérité et liberté Le Monde daté du 30 décembre m’apprend que les quotidiens un peu partout dans le monde ont décidé d’augmenter leurs tarifs pour faire face à la diminution des recettes publicitaires et des ventes (page 16). Un autre article, dans le même numéro (page 5), avance l’idée que la presse papier ne pourra survivre qu’à condition de devenir un produit de luxe proposant à un tarif élevé une information à forte valeur ajoutée. Etrange comme la réalité semble donner pour l’instant raison à Marcel Gauchet. Souvenez-vous de ce qu’il disait il y a quelques temps déjà sur le retour à un vrai professionnalisme journalistique exigeant en réponse au papillonnement actuel et à l’obésité qui menace nos esprits de consommateurs de malbouffe médiatique.

La Boîte à outils du journaliste web - Nicolas Becquet dessous). Visify: créer un mini site sous la forme d’un CV express et design en quelquesclics. Il est également possible de paramétrer une courte vidéo qui donne unaperçu de son activité sur les réseaux. On se demande pourquoi ce servicen’est pas encore payant! Découvrezmon compte.

Twitter, votre journal de demain ? (2) Twitter, une pompe à info ? Le premier volet de mon recensement des comptes médias sur Twitter, dédié à la presse, a rencontré un succès assez étonnant, en visites et en contributions : merci à tous. Comme promis, voici la deuxième partie, qui porte sur les médias audio-visuels, comprendre radios et télévisions. Petit mémo sur la méthode : sont référencés les comptes portant le nom des médias (tant pis pour le tweetsquatting), ceux des journalistes, animateurs ou producteurs qui s'identifient comme collaborateurs du média dans leur bio, par le lien du site ou par le logo de leur compte. J'estime que quelqu'un qui twitte comme journaliste et pas journaliste chez Europe 1 ne peut pas être d'office crédité sur le compte de la marque. Le bilan est beaucoup plus hétéroclite qu'en presse :

Le Centre de formation des journalistes saisi par l'argent-roi, par François Ruffin C’est une curiosité du journalisme : ses membres appartiennent à une profession dite « ouverte », qui n’exige aucun diplôme pour son exercice. Et, de fait, seuls 12 % des titulaires d’une carte de presse sortent d’un des neuf établissements agréés : les IUT de Bordeaux et de Tours, le Centre universitaire d’enseignement du journalisme (CUEJ) de Strasbourg, l’Ecole de journalisme et de communication de Marseille (EJCM), l’Ecole supérieure de journalisme de Lille, l’Ecole de journalisme de Toulouse et - à Paris - le Centre de formation des journalistes (CFJ), le Celsa et l’Institut pratique du journalisme. Cette faible proportion apparente masque un important clivage : d’un côté, une presse régionale et une presse spécialisée qui recrutent, massivement, parmi les non-diplômés. Toutes les écoles ne mènent pourtant pas à Rome. Fondé en 1946 par de jeunes résistants, dans le quartier des Halles, « le CFJ structure durablement le journalisme français ».

Ecrans de fffuuu mée Andréa a fait ses armes à Écrans, elle aime le Net, du plus humble LOLtoshop à un Grand sujet comme les libertés numériques. Alors elle est triste de voir le site fermer, et son chagrin est aussi celui d'OWNI. Ce matin, j’ai la gueule de bois. Écrans est mort. Ou presque : son enterrement a été célébré la veille, au sein des locaux de Libération, au niveau de la plate-forme “Culture”.

Related: