background preloader

Étienne de La Boétie

Étienne de La Boétie
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Étienne de La Boétie ([labɔesi][1] ou [labwa'ti] « avec un t dur comme dans ortie »[2]) est un écrivain humaniste et un poète français, né le à Sarlat et mort le à Germignan, dans la commune du Taillan-Médoc, près de Bordeaux. La Boétie est célèbre pour son Discours de la servitude volontaire. Il fut l'ami intime de Montaigne qui lui rendit hommage dans ses Essais. Biographie[modifier | modifier le code] Fils d’Antoine de La Boétie, un lieutenant particulier du sénéchal du Périgord, Étienne de La Boétie grandit dans une famille de magistrats, un milieu éclairé dont l'entourage est principalement composé de bourgeois cultivés. Vers la fin de ses humanités[4], La Boétie développe une passion pour la philologie antique qui l’attire comme elle attire d’ailleurs tout son siècle. Le 8 août 1563[3], un mal terrible terrasse La Boétie : « c’est un flux de ventre avec des tranchées » – il s’agit sans doute d’une dysenterie. Related:  Conscience radicaleConscience radicale - Copie

Claude Lévi-Strauss Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. « Lévi-Strauss » redirige ici. Pour les autres significations, voir Levi Strauss. Claude Lévi-Strauss Claude Lévi-Strauss en 2005. Professeur honoraire au Collège de France, il y a occupé la chaire d'anthropologie sociale de 1959 à 1982. Depuis ses premiers travaux sur les peuples indigènes du Brésil, qu'il avait étudiés sur le terrain entre 1935 et 1939, et la publication de sa thèse Les Structures élémentaires de la parenté en 1949, il a produit une œuvre scientifique dont les apports ont été reconnus au niveau international[7]. Biographie[modifier | modifier le code] Enfance et formation[modifier | modifier le code] Claude Lévi-Strauss, issu d'une famille d'artistes[8], d'ancêtres juifs alsaciens[9] des environs de Strasbourg, est né à Bruxelles de parents français. Il poursuit ses études à la Faculté de droit de Paris, où il obtient sa licence, avant d'être admis à la Sorbonne. Apogée scientifique[modifier | modifier le code]

Élisée Reclus Pour les articles homonymes, voir Reclus. En 1892, il est invité par l’Université libre de Bruxelles qui lui offre une chaire de géographie comparée à la Faculté des sciences. Mais avant même d'avoir commencé, le cours est suspendu fin 1893 à la suite de l'attentat d'Auguste Vaillant à Paris. Citoyen du monde avant l’heure[8], précurseur de la géographie sociale, de la géopolitique, de la géohistoire et de l'écologie, ses ouvrages majeurs sont La Terre en 2 volumes, sa Géographie universelle en 19 volumes, L'Homme et la Terre en 6 volumes, ainsi que Histoire d’un ruisseau et Histoire d'une montagne. Biographie[modifier | modifier le code] Une famille protestante[modifier | modifier le code] Élisée Reclus par Nadar (sans date) Les années de formation[modifier | modifier le code] En 1848-1849, Élisée et Élie suivent des études de théologie à la faculté de théologie protestante de Montauban[11]. Il est à nouveau déçu par l’atmosphère du collège, qu’il quitte pour se rendre à Berlin en 1851.

Guylaine Lanctôt Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Lanctôt. Guylaine Saint-Pierre Lanctôt, qui se fait également appeler Madame Ghis, est une médecin, essayiste et conférencière québecoise. Biographie[modifier | modifier le code] Elle s'est investie dans le débat lié à la controverse sur la vaccination[2],[3] ainsi que dans la résistance fiscale. Publications[modifier | modifier le code] De belles jambes à tout âge, 1988Mafia médicale, 1994Le procès de la mafia medicale, 1998Que diable suis-je venue faire sur cette Terre ? Notes et références[modifier | modifier le code] Liens externes[modifier | modifier le code] Interview de Guylaine Lanctôt en 1995 par Yves Casgrain du Québec Sceptique no 34, page 40

La Pensée sauvage Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La Pensée sauvage est un essai de Claude Lévi-Strauss publié pour la première fois en 1962 chez Plon. Thématique[modifier | modifier le code] En utilisant le thème de l'ethnologie traditionnelle l'auteur cherche à décrire les mécanismes de la pensée en tant qu'attribut universel de l'esprit humain. Pour lui, la pensée sauvage est présente en tout homme tant qu'elle n'a pas été cultivée et domestiquée à « fins de rendement ». Par l'utilisation de l'idée de rendement, il met en opposition l'utilité immédiate de la science et des connaissances dont a besoin ce qu'il nomme le primitif pour survivre, avec une forme de pensée adaptée aux besoins sociaux ou de productivité des sociétés modernes. Il s'achève par un chapitre consacré à une discussion d'un livre de Jean-Paul Sartre dont il conteste le regard sur certains fondements philosophiques de l'anthropologie. Influence[modifier | modifier le code] Épigraphe[modifier | modifier le code]

Permis de tuer | Par Dmitry Orlov. Détails Catégorie parente: Billets d'auteurs Catégorie : Géopolitique Créé le jeudi 23 juin 2016 Écrit par Dmitry Orlov L’histoire est la même à chaque fois : certains pays, en raison d’un concours de circonstances heureux, deviennent puissants, beaucoup plus puissants que les autres et, pour un temps, les dominent. Mais les circonstances heureuses, qui ne s’élèvent souvent pas à plus de quelques bizarreries avantageuses de la géologie, que ce soit le charbon gallois ou le pétrole du Texas, en temps opportun ont une fin. À l’approche de la fin de partie, ceux qui sont encore en charge de l’empire s’effondrant ont recours à toutes sortes de mesures désespérées – toutes sauf une: ils refuseront de tenir compte du fait que leur superpuissance impériale est en fin de vie, et qu’ils doivent changer leur gouvernance en conséquence. Jakub Rozalski L’approche de l’effondrement impérial peut être vue dans les résultats toujours plus désastreux que l’empire obtient par ses efforts impériaux.

10 citations d’un chef Sioux qui vous feront tout remettre en question sur notre société Powered by Translate Luther Standing Bear (Ours Debout) était un chef Sioux Oglala Lakota qui, parmi quelques rares autres tels que Charles Eastman, Élan Noir, et Gertrude Bonnin à avoir occupé le clivage entre le mode de vie des autochtones des Grandes plaines avant et pendant l’arrivée et la propagation ultérieure des pionniers européens. Élevé dans les traditions de son peuple jusqu’à l’âge de onze ans, il a ensuite étudié à l’école de Carlisle en Pennsylvanie, où il a appris la langue et le mode de vie anglais. (Carlisle reste un lieu de controverse dans les milieux autochtones.) Ses racines indigènes le laissent dans la position unique d’intermédiaire entre les cultures. Au moment de sa mort, il avait publié quatre livres et était devenu le chef du mouvement progressiste visant à préserver le patrimoine et la souveraineté des Amérindiens, c’était une voix forte dans l’éducation de l’homme blanc sur le mode de vie des Amérindiens. 9) Le vieux Lakota était un sage. Sur le même thème

François Couplan Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. François Couplan (né en 1950 à Paris) est un ethnobotaniste et écrivain français, spécialiste des utilisations traditionnelles des plantes sauvages et cultivées, qu'il a étudiées sur les cinq continents. Biographie[modifier | modifier le code] Doctor of Science en Grande-Bretagne, diplômé de l'École pratique des hautes études de Paris, il anime des stages d'étude des plantes comestibles depuis 1975 aux États-Unis et depuis 1980 en Europe. Il possède une expérience approfondie de la vie au sein de la nature et de l'utilisation des plantes sauvages, tant en Europe qu'en Amérique du Nord, en Amérique centrale, dans les îles de l'océan Pacifique et au Moyen-Orient, où il a recueilli la tradition orale des divers peuples rencontrés. François Couplan est spécialiste des utilisations traditionnelles des plantes sauvages et cultivées, qu'il a étudiées sur les cinq continents. Gastronomie à base de plantes comestibles[modifier | modifier le code]

Le cyberpunk : science fiction et critique sociale Le cyberpunk évoque un futur proche pour décrire les tendances mortifères de la modernité marchande. Le cyberpunk, et son univers de science fiction réaliste, explore les dérives de la société moderne. En 1988, un article évoque le phénomène du cyberpunk. Son auteur, Mark Downham, est alors une figure de la scène post-punk et situationniste en Angleterre. Il publie un texte dans le magazine de Tom Vague, qui concilie pensée anarchiste et univers cyberpunk. L'aliénation technologique « Le cyberpunk est une vraie arnaque. « Le cyberpunk tente de démystifier les codes culturels afin de déchiffrer les stratégies dissimulées de domination, de désir, de détermination, de pouvoir et de volonté d’exercer le pouvoir », décrit Mark Downham. « L’un des traits caractéristiques du cyberpunk, en tant que genre de la science-fiction, est l’intensité visionnaire et la concentration imaginative, un niveau accru et inédit de conceptualisation », souligne Mark Downham. La virtualisation de l’existence

Protestation devant les libertaires du présent et du futur sur les capitulation de 1937 JE SUIS l’un de ceux qui ont été délivrés de San Miguel de los Reyes, sinistre bagne qu’éleva la monarchie pour enterrer vivants les hommes qui, parce qu’ils n’étaient pas des lâches, ne se sont jamais soumis aux lois infâmes que dictèrent les puissants contre les opprimés. Ils m’ont emmené là-bas, comme tant d’autres, pour avoir lavé une offense, pour m’être rebellé contre les humiliations dont un village entier était victime : autrement dit, pour avoir tué un «cacique». J’étais jeune, et je suis jeune maintenant, puisque j’entrai au bagne à vingt-trois ans et que j’en suis sorti, parce que les camarades anarchistes en ouvrirent les portes, quand j’en avais trente-quatre. Onze années soumis au supplice de ne pas être homme, d’être une chose, d’être un numéro !

Patrick Viveret Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Biographie[modifier | modifier le code] Parallèlement à ces activités, il est chargé par Guy Hascoët (secrétaire d'État à l'Économie solidaire du gouvernement Jospin), de diriger la mission Nouveaux facteurs de richesse (2001-2004), qui accouchera d'un rapport. Un livre destiné à un plus grand public en est extrait : Reconsidérer la richesse[2], inspiré notamment du livre de Dominique Méda : Qu'est-ce que la richesse ?. Dans le livre Pourquoi ça ne va pas plus mal ? Patrick Viveret établit la distinction entre « coopérateurs ludiques » et « guerriers puritains »[3]. Il est aussi à l'origine de la Monnaie complémentaire Sol, dont trois expérimentations (au Nord-Pas-de-Calais, en Île-de-France et en Bretagne) ont été mises à jour en mars 2006. En septembre 2008, il participe au forum de Grenoble, « Un nouveau monde ! Ouvrages[modifier | modifier le code] Bibliographie[modifier | modifier le code] Filmographie[modifier | modifier le code]

Gracchus Baboeuf dénonce le Populicide... - Totalitarisme ou Résistance ? Vendée, "Guerres de Géants"... - LAFAUTEAROUSSEAU Gracchus Baboeuf dénonce le Populicide... Cet ouvrage fut publié en 1795 à l'occasion du procès de Jean-Baptiste Carrier, l'auteur des noyades de Nantes. Gracchus Babeuf, père du communisme, l'une des grandes figures de la Révolution française, soulevait la question de fond de la nature de la répression perpétrée par la Convention en Vendée. Ce livre doublement révolutionnaire par son contenu et son titre, "Du système de dépopulation", se présente comme un réquisitoire très bien documenté, et d'une incroyable modernité, contre la politique dictatoriale menée en 1793 et 1794, politique qui devait conduire, entre autres, à l'anéantissement et à l'extermination des Vendéens, Bleus et Blancs confondus, et de préférence des femmes et des enfants. Avec la nouvelle édition de ce texte, Reynald Secher, dans son avant-propos, "Mémoire et "mémoricide" ", reprend, à l'aide de nombreux documents inédits, la genèse des événements en Vendée et définit un quatrième crime de génocide : le mémoricide.

Related: