background preloader

Comment notre cerveau détermine quand un visage est réellement un visage ?

Comment notre cerveau détermine quand un visage est réellement un visage ?
Nos cerveaux (droit et gauche) sont faits pour trouver des visages. En fait, ils sont si performants pour capter les visages humains que parfois nous en apercevons dans un fatras de roches, un nuage dans le ciel, ou dans certains cratères de la Lune ou de Mars… Mais une autre chose étonnante au sujet de notre cerveau, c’est que nous ne nous trompons jamais réellement en pensant que c’est une vraie personne qui nous regarde. Nous pourrions faire un deuxième focus, mais les cerveaux les plus normaux peuvent faire la différence entre un homme et un lavabo du premier coup. Les neuroscientifiques de l’Institut de technologie du Massachusetts (MIT) ont voulu étudier comment le cerveau décide exactement de ce qui est et n’est pas un visage. Des études antérieures ont montré que le gyrus fusiforme, situé sur le dessous du cerveau, répond aux formes de visage, mais comment fait-il la différence entre la chair et la roche ? Ci-dessous : le visage de Mars.

http://www.gurumed.org/2012/01/11/comment-notre-cerveau-dtermine-quand-un-visage-est-rellement-un-visage/

Related:  Cerveaucerveau droit, cerveau gaucheNEUROSCIENCES

Lobe temporal Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Animation tridimensionnelle du cerveau humain montrant le lobe temporal gauche en rouge à l'intérieur d'un crâne rendu transparent. L'hémisphère cérébral droit n'est pas montré afin de mieux mettre en valeur le gauche 08. Puissance et complexité La motricité Il y a fort longtemps que l’on sait que c’est le cerveau qui commande la motricité. Gallien, au IIème siècle après Jésus Christ, le premier, observa que les nerfs moteurs remontaient jusqu’au cerveau. Mais il a fallu attendre le XXème siècle pour commencer à pouvoir analyser un processus comme celui de la marche. Le fait de marcher qui nous semble si naturel et que l’on exécute sans même y penser est en fait une opération très complexe. Présentations du Symposium de Neuroéducation de Collioure 2014 Vous trouverez les résumés et les textes en pdf de l’intégralité des conférences présentées au symposium sur la neuroéducation organisé à Collioure les 16 et 17 mai 2014 par INI. Chaque texte est suivi d’une série de vignettes que vous pourrez découvrir en cliquant sur le nom du conférencier à la fin de son texte (le téléchargement peut prendre de quelques dizaines de secondes à plus d’une minute). Nous remercions profondément tous les intervenants de leur participation à ce colloque. Nous sommes aussi très sensibles à leur accord pour publication de leurs conférences sur notre site. Nos remerciements vont aussi au vaste public qui a participé activement aux débats et a ainsi ouvert la voie à de nouvelles possibilités de recherches et de pratiques grâce à la pertinence de ses questions.

Cortex cérébral Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La région colorée en violet foncé est le cortex cérébral. Le cortex cérébral (ou écorce cérébrale[1]), d'origine prosencéphalique, désigne la substance grise périphérique des hémisphères cérébraux. Il se compose de trois couches (pour l'archi- et le paléo-cortex) à six couches (pour le néocortex) renfermant différentes classes de neurones, d'interneurones et de cellules gliales.

12. Le test de Sperry Accueil > Les révolutions scientifiques > Le test de Sperry Sperry et son équipe placèrent un sujet dont le corps calleux avait été sectionné devant un écran. Ils lui demandèrent de fixer un point qui apparaissait en permanence au centre de l’écran. A gauche et à droite de ce point ils projetèrent des images durant un temps suffisamment court pour ne pas permettre à l’oeil d’accommoder. Pour comprendre parfaitement ce qui va suivre il est important de rappeler que les informations visuelles qui parviennent à l’oeil droit sont reçues par l’hémisphère gauche et que l’oeil gauche envoi des informations à l’aire visuelle de l’hémisphère droit. C’est le principe de la contrelatéralité qui provient du croisement des nerfs sensitifs et moteurs.

Comment les TIC influent sur les normes sociales et les comportements TICComment les TIC influent sur les normes sociales et les comportements L'Agence allemande des moyens pour la recherche (DFG) finance un nouveau projet sur les effets des TIC et notamment de la télévision sur les croyances morales des citoyens et les comportements qui y sont liés. Financé à hauteur de 285.000 euros sur deux ans, le projet, mené en collaboration avec des scientifiques américains et néerlandais, est dirigé par Hélèna Bilandzic, chercheuse en sciences de la communication à l'Université d'Augsbourg (Bavière). Les représentations de ce qui serait bien ou mal, du "correct" et de l'"incorrect", et surtout de la réponse sociale aux déviances montrées visuellement (réaction positive, négative ou impunité) sont omniprésentes dans les programmes télévisés et les innombrables contenus audiovisuels disponibles sur Internet.

Cortex préfrontal Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le cortex préfrontal est la partie antérieure du cortex du lobe frontal du cerveau, située en avant des régions prémotrices. Comparaison des carte architectoniques des cortex préfrontaux humain (en haut) et simien (Macaque, en bas) Définition[modifier | modifier le code] 23. Civilisations du cerveau gauche Lucien Israël dans son livre "Cerveau droit, cerveau gauche : cultures et civilisations" fait la distinction entre civilisations basées sur des critères de cerveau droit et, essentiellement aujourd’hui, la civilisation occidentale, fondée sur le mariage, très hémisphère gauche, du génie Grec et de la culture judéo-chrétienne. D’autres civilisations se sont, au cours de l’Histoire, développées selon les puissants préceptes du cerveau gauche, des sumériens, aux égyptiens, en passant par les mayas, de la Chine de Confucius à l’Inde des yogis. Dans les sociétés traditionnelles, l’emprise des dieux, des ancêtres, de la magie est encore déterminante alors que la logique, la raison ou la critique ne sont que secondaires.

L'innovation Le changement a ses raisons que le désir reconnait. Malgré la présence d'indicateurs faibles qui viennent contredire la qualité des solutions mises en place, les concepteurs de formation, de par leur fonction de régulateurs des compétences en entreprise, entretiennent une démarche conservatrice de leurs actions. La priorité va à la consolidation des solutions au lieu d'étudier à nouveau la situation pour construire de nouvelles solutions adaptées et performantes. Cortex visuel Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le cortex visuel occupe le lobe occipital du cerveau et est chargé de traiter les informations visuelles. Le cortex visuel couvre le lobe occipital, sur les faces latérales et internes, et empiète sur le lobe pariétal et le lobe temporal. Cartographie corticale du champ visuel[modifier | modifier le code]

17. Le langage du changement Entre le poème précédent et le texte que vous lisez, la différence de langage est évidente. L’un est évocateur, l’autre discursif. Le poème crée instantanément une image dans l’esprit du lecteur, le texte que vous lisez ici devient un discours. Il est pratiquement impossible de traduire l’un avec les mots de l’autre sans le dénaturer complètement.

Cortex insulaire Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le cortex insulaire gauche humain, exposé par la dissection des parties operculaires du cortex. Section coronale du cerveau humain, révélant les différentes partie du cortex. L'insula est indiqué en haut, à droite. Le cortex insulaire est divisé en deux parties : une large insula antérieure et une petite insula postérieure, dans laquelle ont été identifiées plus d'une douzaine d'aires différentes. La partie antérieure du lobe de l'insula, une composante des aires prémotrices, joue un rôle dans la production du langage et sa partie postérieure contient des aires somatosensorielles secondaires intégrant des informations en provenance de différentes modalités.

Mon oncle d'amérique (textes du film) [14 min.] Ces trois étages du cerveau devront fonctionner ensemble. Et, pour ce faire, ils vont être reliés par des faisceaux. L’un, on peut l’appeler le faisceau de la récompense, l’autre, on peut l’appeler celui de la punition. Les quatre piliers de l’apprentissage - Stanislas Dehaene L’enfant est doté d’intuitions profondes en matière de repérage sensoriel du nombre. Avant tout apprentissage formel de la numération, il évalue et anticipe les quantités. Apprendre à compter puis à calculer équivaudrait à tout simplement tirer parti de ces circuits préexistants, et, grâce à leur plasticité, à les recycler. L’apprentissage formel de l’arithmétique se « greffe » sur le « sens du nombre » présent chez l’enfant, et sollicite la même zone cérébrale. Le maître-mot, alors, est la plasticité cérébrale. Car c’est précisément ce qui nous permet d’apprendre.

Related: