background preloader

Des candidats tirés au sort pour rapprocher les politiques des citoyens

Des candidats tirés au sort pour rapprocher les politiques des citoyens
Related:  démocratie représentation participation

Vivons-nous vraiment en démocratie? Dans «Principe du gouvernement représentatif», initialement publié en 1993 et réédité le 10 octobre, Bernard Manin remet en cause l'élection au suffrage universel comme quintessence de la démocratie. Il explique pourquoi nos démocraties modernes n'en sont pas vraiment et pourquoi les révolutionnaires des XVIIe et XVIIIe siècles ont préféré mettre en place un système aristocratique plutôt qu'un gouvernement du peuple par le peuple. «Principe du gouvernement représentatif.» Avec un titre pareil, ce livre ne figurera sans doute pas parmi le top des ventes de la Fnac. Pourtant, je plaide pour que cet ouvrage soit distribué à toute personne en âge de voter, voire même remboursé par la sécurité sociale. Car Bernard Manin, direteur d'études à l'EHESS et professeur à la New York University, s'attaque ici aux fondements mêmes de notre système politique. «Les démocraties contemporaines sont issues d'une forme de gouvernement que ses fondateurs opposaient à la démocratie.» Le triomphe de l'élection

Et si on tirait au sort nos élus? Temps de lecture: 9 min «Chacun constate que le suffrage universel ne tient pas ses promesses d’émancipation. L’élection induit mécaniquement une aristocratie élective, avec son cortège de malhonnêtetés et d’abus de pouvoir. L’idée peut surprendre. «On a eu recours au tirage au sort de façon massive dans la première démocratie, à Athènes. Dans son ouvrage Petite histoire de l’expérimentation démocratique, le chercheur Yves Sintomer explicite la logique du tirage au sort chez les Athéniens: «Il s’agit de défendre l’égale liberté des membres de la Cité et de proclamer que tous ont légitimement part à la réflexion et à l’action politique, qui ne sont considérées ni l'une ni l'autre comme des activités spécialisées.» Une idée tombée en désuétude C'est pendant la révolution française que l’Abbé Siéyès va imposer populariser l’idée que gouverner suppose une véritable professionnalisation. L’idée du tirage au sort tombe en désuétude. Pourtant, le tirage au sort comporte de nombreux avantages.

L'élection du président au suffrage universel direct, le piège permanent Plus personne ne remet en cause le mode d’élection du président de la République au suffrage universel direct et son corollaire, la persistance d’un parlement faible. Et pourtant, cette campagne aurait de quoi réactiver tous les arguments classiques des opposants à ce mode de désignation. Les socialistes se sont glissés, depuis longtemps, dans les meubles de la Ve République, si confortables pour l’exécutif. publicité Pourtant, toutes les critiques qui avaient été développées en 1962, au moment où le général de Gaulle avait fait adopter cette idée par référendum, sont toujours valables. La personnalisation du débat, la tentation plébiscitaire, le risque de plus voter contre un homme plutôt que pour un projet… tout y est. Une course de bulldozer Aujourd’hui, le 13 mars, les courbes se croisent parce qu’il y a eu un meeting spectaculaire et une émission réussie pour Nicolas Sarkozy. Pourtant, l’élection présidentielle est celle à laquelle les Français participent le plus. Thomas Legrand

Site d'information français d'actualités indépendant et participatif en ligne | Mediapart Groupe d’Analyse et de Théorie Economique Lyon St Etienne - Vote Expérimenter d’autres modes de scrutin le 22 avril 2012 Présentation / Responsables de l’étude / Résultats / Télécharger les résultats & Publications / Documents in English / Expérimentations sur internet / Expérimentations 2002 et 2007 / Dossiers de presse / Articles de presse et entretiens / Remerciements 2002, 2007, 2012 : trois fois déjà une expérimentation de nouveaux modes de scrutin a été menée en France lors du premier tour des élections présidentielles. L’expérimentation de 2012 a été organisée par un groupe de chercheurs en sciences économiques, universitaires et CNRS, issus des Universités de Saint-Etienne, de Caen, de Strasbourg et de Polytechnique (contacts ci-dessous). Concrètement, le jour du premier tour des élections présidentielles le 22 avril 2012 dernier, d’autres modes de scrutin ont été proposés aux électeurs – le vote par note et le vote par approbation –, pour les tester dans plusieurs bureaux de vote. Revenir en haut de page Contacts Dossiers de presse

Le plus grand tirage au sort de l'ère de la démocratie contemporaine, c'est en France Ces femmes et ces hommes, une fois élu.e.s à l'Assemblée nationale, seront le relai des décisions de tous les citoyennes, de tous les citoyens qui le souhaitent sur chaque loi, pendant 5 ans. Potentiellement 47 000 000 de françaises et de français. #MAVOIX est l'unique proposition d'auto-détermination des citoyen.e.s, leur offrant l'opportunité inédite de prendre leur part et de décider directement des lois, à partir de juin 2017, jusqu'à juin 2022. Expérimenter une dose de démocratie directe, apprendre pas à pas, retrouver notre puissance, devenir des citoyen.ne.s à part entière, sortir du rôle dégradant d'électeur-spectateur trop longtemps moqués et humiliés. Il n'y a aucune certitude dans cette expérimentation, sauf celle qu'il est irresponsable de continuer à exclure les gens des décisions qui régissent leurs vies plus longtemps, et que la démocratie représentative est arrivée au bout du chemin. Il était temps de remettre les mains dans le cambouis. Si ce n'est pas nous, qui ?

Tirage au sort et démocratie délibérative Le tirage au sort semble revenir dans des expériences politiques après avoir été éclipsé pendant des siècles [1]. L’expérience islandaise est de ce point de vue emblématique. Après la crise économique de 2008 et la quasi-faillite du pays, la volonté de changer l’équipe gouvernementale et les règles du jeu politique s’exprime lors d’énormes manifestations de rue. Les élections anticipées d’avril 2009 portent au pouvoir une coalition entre les sociaux-démocrates et les Verts – le procès de l’ancien premier ministre a commencé en mars 2012. Cette expérience n’est que la pointe la plus avancée de centaines, voire de milliers d’autres où intervient la sélection aléatoire. Pourquoi le tirage au sort avait-il disparu dans les démocraties modernes après les révolutions du XVIIe siècle ? La disparition du tirage au sort dans les démocraties modernes Ces deux arguments sont importants mais ne peuvent à eux seuls épuiser l’explication. Des mini-publics délibératifs Une politique plus délibérative.

Des modes de scrutin | Vote Au Pluriel Le mode de scrutin permet le passage du décompte des voix à la désignation des élus. Le système électoral recouvre, lui, l’ensemble des déterminants de l’élection et des conséquences des modes de scrutin (effets sur l’organisation des partis, les alternances, etc.). Alors que, après de longues luttes pour l’établissement de ses règles et l’extension de son champ, le principe de l’élection au suffrage universel fait aujourd’hui l’unanimité dans les démocraties représentatives, il n’en va pas de même pour le choix du mode de scrutin. Ce dernier apparaît comme un savant mélange où interviennent notamment l’histoire politique nationale, les besoins de représentativité, l’opinion des partis. Les modes de scrutin peuvent aussi varier dans le temps. Depuis 1871, la France a ainsi connu une dizaine de changements importants de mode de scrutin législatif, alors que le Royaume-Uni utilise le même depuis le XVIIIe siècle. 1

Related: