background preloader

I-O-T : INTERNET Of THINGS / Internet des Objets

I-O-T : INTERNET Of THINGS / Internet des Objets
The Internet of Things is something similar to some others modern concepts such as the Web 3.0, the semantic Web, the symbiotic web, etc. Actually, it all could be merged into a single approach and could be considered as a “threshold” between: a former functional and analytical vision of our organizations which makes that information systems are living in parallel of the real world and cannot easily open to each other’s,and a new paradigm in which human beings and automated entities (such as computer systems, robots, cyberobjects, ), all autonomous (but not necessary at the same level) are all considered as parts of a same complex organization (whenever a common finality can be settled) or pars of a chaotic environment (whenever no finality can be found). In such a scenario, analytical approaches are no longer useful in themselves (essentially top-down).

http://www.i-o-t.org/

Related:  Concept

Un logiciel informatique pour transcrire la langue des signes en texte Des chercheurs de l'Université d'Aberdeen ont développé un outil prometteur qui pourrait faire disparaitre la barrière de la langue entre personnes sourdes signantes et personnes entendantes. Le logiciel PSLT (Portable sign language translator), fruit d'une collaboration entre les chercheurs écossais et l'entreprise Technabling, permet de transcrire les signes d'une personnes en texte. Comment cela fonctionne? Demain, l'Internet des objets Internet est devenu en quelques années le vecteur principal de diffusion de l’information. Il s’est imposé dans de nombreux domaines comme une infrastructure essentielle pour les individus, les entreprises et les institutions. Toutefois, ses capacités d’extension, au-delà des seuls ordinateurs et terminaux mobiles, sont encore considérables car il devrait permettre l’interaction d’un nombre croissant d’objets entre eux ou avec nous-mêmes. Internet se transforme progressivement en un réseau étendu, appelé « Internet des objets », reliant plusieurs milliards d’êtres humains mais aussi des dizaines de milliards d’objets. Cette évolution soulève de nombreuses questions relatives à la croissance économique et aux mutations sociales qu’elle entraînera, mais aussi aux libertés individuelles et à la souveraineté nationale. Évolution du nombre d'objets connectés, par type (milliards)

« Ne dites pas à mes chaussures que je suis humain… elles croient que je suis un smartphone » (L'Internet des Objets expliqué à mes vieux parents) L’Internet des Objets fut la star du Web’12, ou du Consumer Electronics Show 2013 ; dont les portes se sont refermées récemment, à Paris ou à Las Vegas. Il est essentiellement représenté par trois univers relativement cloisonnés. Le premier, orienté grand-public, est issu du monde de l’électronique : Withings, Hapilabs, Bubblino… sont autant de fabricants de dispositifs connectés aux réseaux sociaux ou à des applications sur Smartphones. Des éditeurs de plateformes collaboratives matérielles et logicielles permettent l’interconnexion de ces dispositifs afin d’en combiner les usages : Pachube (Cosm), Sen.se, Arduino, ThingWorx , etc. forment le deuxième univers. L’idée consistant à appréhender la réalité par l’intermédiaire de capteurs ou de supports d’identifiants d’objets, afin d’agir en retour sur cette réalité, fut déjà théorisée dans les années 80 par divers intervenants (Pr Sakamura de l’université de Tokyo, Mark Weiser du laboratoire Ubicomp, etc.).

Sixième sens : le capteur de champs magnétiques Image à la Une : image extraite du film « Sixième Sens », de M.Night Shyamalan, sorti en 1999, avec Haley Joel Osment. Va t-on enfin transcender le champ de nos perceptions et acquérir de nouvelles capacités, grâce à la science ? La création d’un capteur ultra-fin par des chercheurs du Leibniz Institute, en Allemagne, (en partenariat avec l’équipe du Dr Denys Makarov, pour les universités japonaises d’Osaka et Tokyo) est peut être la réponse. Ici, la preuve que ce capteur peut être plié, posé sur une bulle de savon sans la rompre, froissé, ou encore déposé sur la paume de la main sans être détérioré Ultra-fin et ultra-flexible, ce capteur épais de moins de 2 micromètres et pesant moins de 3 grammes par mètre carré détecte les champs magnétiques. Il est si fin qu’il peut être posé sur une bulle de savon sans la rompre, être étiré à plus de 270 % sans se fatiguer ou encore être froissé sans perdre ses fonctionnalités.

Internet des objets Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'Internet des objets (IdO ou IoT pour Internet of Things en anglais) représente l'extension d'Internet à des choses et à des lieux du monde physique. Alors qu'Internet ne se prolonge habituellement pas au-delà du monde électronique, l'internet des objets connectés représente les échanges d'informations et de données provenant de dispositifs présents dans le monde réel vers le réseau Internet. L'internet des objets est considéré comme la troisième évolution de l'Internet, baptisée Web 3.0 (parfois perçu comme la généralisation du Web des objets mais aussi comme celle du Web sémantique) qui fait suite à l'ère du Web social. L'internet des objets revêt un caractère universel pour désigner des objets connectés aux usages variés, dans le domaine de la e-santé, de la domotique ou du Quantified Self. Histoire et définition de l'internet des objets[modifier | modifier le code]

Crocus lève 19 millions d’euros pour soutenir le développement de ses capteurs magnétiques La société française Crocus Technology, qui a développé sous le nom de MLU (Magnetic Logic Unit) une technologie de mémoire magnétique MRam compatible Cmos particulièrement fiable et endurante, a réussi à boucler une nouvelle levée de fonds, cette fois-ci de 19 millions d’euros. Tous les investisseurs historiques français et internationaux de l’entreprise ont participé au tour de table, à l’instar de NanoDimension, Innovation Capital, IdInvest Partners, Ventech, Sofinnova, CEA Investissement, Rusnano et Industrial Investor Group. La somme levée doit en particulier contribuer à soutenir le développement de la gamme de capteurs magnétiques du Français qui a franchi en 2014 une étape décisive. La production en volume dans l’usine russe de Crocus Nano Electronics, dont Crocus détenons 51%, a démarré dans le courant du troisième trimestre et le firme française a effectué en 2014 sa première livraison d’envergure de plus d’un million de pièces.

L’Internet des objets - Définir l’internet des objets 1L’internet des objets est une notion complexe. Entre les puces RFID, les solutions de nommage ou middlewares, l’internet des objets est composé de nombreux éléments complémentaires ayant chacun leurs propres spécificités. Pour mieux appréhender la notion, nous proposons de définir les grands principes de l’IdO tels qu’ils apparaissent aujourd’hui à la lecture des recherches et des rapports réalisés sur la question. 2Si tout le monde ou presque est d’accord pour dire que l’IdO est, sinon l’internet du futur, du moins une dimension fondamentale de l’internet de demain, il n’existe pas de définition standard, unifiée et partagée de l’internet des objets.

Objet Connecté : histoire et définitions Internet des Objets, IoT, objets connectés… Autant de termes qui peuvent paraître flous pour les moins technophiles, imprécis pour les autres. A l’heure où les objets connectés se démocratisent un peu plus chaque jour, revenons un moment sur leur histoire et l’origine de ce que nous appelons l’IoT. Définitions des objets connectés, de l’Internet of Things (IoT) et de l’Internet des Objets (IdO) Idosens lance le premier objet connecté LoRa grand-public La startup grenobloise Idosens annonce la sortie de son premier objet connecté en LoRa : un capteur de monitoring à grande distance qui s’inscrit dans le concept d’Extended Home. Co-fondée en mars 2015 par François Hédé, la startup Idosens développe des objets connectés s’appuyant sur la technologie LoRa, le standard de communication sans-fil de Semtech (complémentaire du WiFi et du bluetooth). Note : Auparavant, François Hédé a cofondé Cycleo (l’inventeur de la technologie LoRa) rachetée par Semtech. Il permet d’établir une communication entre deux objets connectés distants, pour assurer une surveillance efficace des parties lointaines de la maison : la cave, l’abri de jardin, la résidence secondaire ou le deux-roues garé en bas de l’immeuble.

Related: