background preloader

L e f l o t o i r

L e f l o t o i r
Barthes et Gide, les quatre points Aliocha Wald-Lasowski, dans Le jeu des ritournelles, distingue quatre points qui selon lui rapprochent Roland Barthes et André Gide : le protestantisme, le piano, l’écriture, le désir. (157) : « quatre temps, qui n’en font qu’un, de l’éthique du désir aux pratiques -piano, écriture- de la jouissance. À quoi s’ajoute un cinquième terme : tous les deux sont essentiellement lecteurs. L’auteur ajoute : « Une phénoménologie tactile et discrète unit les deux penseurs contre l’homogénéisation des œuvres monumentales, à laquelle s’opposent, en permanence, la souplesse et le déplacement dans l’approche de l’écriture. ». Il s’agit pour l’esprit souple de se dégager des assignations théoriques, d’échapper à l’emprise des discours et des disciplines et de se tenir dans l’entrelacs du sens et du sensible. (157) De la voix « Ce que Barthes ne retrouve pas dans le débit trop appuyé des chanteurs barytons Gérard Souzay ou Dietrich Fischer-Dieskau ». Et le merle ?

http://poezibao.typepad.com/flotoir/

Related:  DIVERS POESIEpoesie

Livres d'artiste Archives - Marie Alloy, Le Silence qui roule Poème inédit de Françoise Hàn, accompagné de gravures originales, eaux fortes et aquatintes et d’aquarelles originales de Marie Alloy. DESCRIPTIF : Format horizontal. Dimensions : Couverture fermée : Longueur : 38,5 cm, largeur : 20,3 cm, hauteur (dos) : 2 cm. Couverture déployée (y compris avec rabats de chacun 21 cm) : 121 cm. Poezibao Volonté de chance (1) « un coup dé / coupé », Marie-louise Chapelle n’a pas écrit un coup de dés et pourtant le goût du jeu dans Tu (maniériste) est manifeste. Un coup de la longueur d’une phrase, les dés se séparent en roulant, traçant une voie à la fois précise et discontinue dépourvue de point final.

L'escalier qui bibliothèque: Une poésie qui compte (jusqu'à N) Il n'y a pour moi de spectacle plus désolant que celui de cette librairie qui semble définitivement fermée, au 48 de la rue des Francs-Bourgeois, dans le troisième arrondissement parisien. Et je ne trouve aucune ironie dans le fait que son enseigne ait été « Le Livre Ouvert » J'y suis venu pour la première fois il y a une petite dizaine d'années, et j'y ai été accueilli, car c'était une librairie où l'on accueillait, par un vieux monsieur dont on m'avait dit qu'il connaissait presque tout dans le domaine des littératures des pays nordiques, et qu'il savait trouver tout ce que l'on pouvait trouver.

Voyelles - Panorama critique Note de synthèse sur la bibliographie de Voyelles En intitulant le chapitre final de son livre de 1968 : Voyelles telles quelles, Étiemble escomptait-il vraiment mettre un terme aux délires interprétatifs suscités par le sonnet ? Dans ce cas, il s'est trompé. katherine Mansfield dans la lumière du sud Gisèle Bienne - Les couleurs de la vie Le livre débute par la mort du frère de Katherine. Leslie meurt sur le champ de bataille bien avant d'avoir participé aux combats. Il reste dix années à vivre pour Katherine, dix années à tenter d'exorciser la souffrance morale de la perte de son frère accompagnée de la souffrance physique suite à sa maladie. Katherine Mansfield est née en Nouvelle Zélande de l'union d'un banquier et d'une mère très rigide.

André Duhaime. Haïku et co (1996). En venant à cet atelier, vous avez peut-être soupçonné un dépaysement mystérieux. S'il y a lieu, je tiens à corriger cette impression: ni kimono, ni sushi, ni hara-kiri en vue... Bonsaï, ikebana, kabuki, koto, origami et sumo sont des mots récemment entrés dans notre quotidien et qui ont affiné l'idée que l'on se fait du Japon. La curiosité pour les arts traditionnels du Japon a crû, peu à peu, avec l'impressionnante réussite économique d'un pays qui n'a ouvert ses portes sur l'Occident que depuis un peu plus d'un siècle. Il n'est pas étonnant que cette culture en fascine plus d'un et suscite le désir d'aller au-delà de certains clichés.

Vingt ans de poésie israélienne engagée Jamais on ne se baigne plus d’une fois dans le même sang. Le corps s’estompe et à l’instant, lui seul existe. Comme la mer, comme la mer. Et il n’y a aucun sauveteurS’est-elle écriée jusqu’à ce qu’elle ne soit plus que cri ?

Pour po&sie : Bords § 3. De la rectitude des noms a. « Je vais vous faire un aveu que l’on n’a jamais fait à son mari ». Lors d’une des scènes les plus célèbres de la littérature française, dans un jardin de fleurs d’un pavillon de Coulommiers, une femme avoue à son époux « qu’elle a des raisons de s’éloigner de la cour » mais qu’elle ne l’a pas trompé, ni donné la moindre marque publique de son amour. M. de Nemours, qui est l’objet de cet amour mais n’en a reçu aucune certitude, est présent, caché parmi les arbres, barone rampante. Lors d’une fameuse polémique qui marque un des points les plus élevés du classicisme, Valincour a dénoncé l’invraisemblance de ce procédé théâtral. La pierre et le sel Il y a des voyageurs immobiles, ce n'est pas le cas d'Alexis Gloaguen. Né en 1950, il passe dès la petite enfance son temps en Nouvelle-Calédonie en pleine nature d'une petite île. Il ne cessera au long de son existence d'aller de lieu en lieu, s'appropriant le monde avec un navire de mots empreints de la philosophie qu'il reçut en formation et des expériences concrètes et savantes de la nature. Expérience également de l'urbanité et de ses expressions musicales quand il nous fait partager son attrait pour le blues et le rock n'roll.

Jan Skácel Quand je perdrai ma voix non seulement par ma faute et que tu seras la seule à m'entendre alors je te dirai ce que ne dit que le muet et celui que le silence avait prévenu. Skácel Si parmi les poètes tchèques Jaroslav Seifert, Prix Nobel, et Vladimir Holan sont connus et reconnus hors de leurs frontières, Jan Skácel n’a pas eu cette chance et son œuvre reste à découvrir pour les lecteurs francophones. Interdit de publication de 1969 à 1981, il ne pouvait être lu que par la voie des « samizdat » et par l’opiniâtreté des maisons d'édition tchèques à l'étranger. Viscéralement lié au sud de sa Moravie natale et à Brno sa capitale, la terre de Leos Janacek, il sut en dégager les odeurs d’enfance, la nature foisonnante, les traditions, mais il fut bien autre chose qu’un poète régionaliste.

Rimbaud le fils : Blogres, le blog d'écrivains Par Pierre Béguin Rimbaud le fils de Pierre Michon fait partie de ces fictions biographiques dont j'avais parlé lors d'un précédent billet (voir Agonie et renaissance du personnage fictif). A l'opposé des énormes biographies à la sauce anglo-saxonne qui tendent vers l'objectif, l'exhaustif, le factuel, ce texte court revendique ses lacunes, ses manques, ses hypothèses, ne focalisant que sur les années d'écriture. Pas - ou très peu - de dates et des éléments biographiques énoncés parcimonieusement comme s'ils étaient déjà connus du lecteur.

LE MURMURE DU MONDE: Le jardinier de Hardanger A la fenêtre du sud, assis, le matin – le soleil oblique d’hiver peine à monter dans le ciel tacheté de nuages, encore et encore des embellies, quand je lève les yeux de la page, cela m’éblouit, les heures passent lentes, je mets trois étoiles à un poème d’Olav H. dans: Le murmure du monde, vol. VI inédit

Related: