background preloader

Les outils connectent les gens. Mais à quoi ? Bloc

Les outils connectent les gens. Mais à quoi ? Bloc
Résumé : l’entreprise de demain sera connecté et le collaborateur également. Sans cela point de salut : réussite, performance, compétitivité en dépendent. C’est pour cela qu’au travers de nombreuses initiatives les entreprises essaient, depuis plusieurs années, de connecter leurs salariés. Mais les connecter à quoi ? Dans un futur très proche, un facteur de compétitivité clé sera d’être connecté. On parle donc beaucoup de l’avenir de l’entreprise connectée mais, derrière cela, se cache une autre réalité : celle du salarié connecté. Oui mais les connecter à quoi ? - connecter les employés à l’information : oui. - connecter les employés entre eux : c’est la dimension réseau social. Et bien cela fonctionne très moyennement. La raison de sa présence dans l’entreprise en général et ces dispositifs en particulier sont le fait d’un élément qui a l’air d’avoir été oublié dans la plupart des discours et des démarches : un contrat de travail. Comment essayer de rééquilibrer les choses ? Related:  Les systèmes d’information façonnent-ils l’organisation du travaInformatique sociale

Professeurs utilisant ponctuellement OpenERP à des fins pédagogiques Offre exclusive destinée aux établissements d'enseignement utilisant OpenERP à des fins pédagogiques. Offre limitée à un contrat par professeur et non cumulable avec d'autres promotions. Revente interdite. Professeurs utilisant ponctuellement OpenERP à des fins pédagogique. Dotez chaque groupe d'élèves d'une base de donnée représentative d'une entreprise qu'ils auront la charge de gérer. Solution gratuite, complète et partagée pour les classes de gestion. Académie-OpenERP On Line s'adresse à ceux qui souhaitent utiliser les cas pédagogiques publiés par l'Education Nationale dans leur classe.. Testeurs et développeurs, attention : Les serveurs Académie-OpenERP On_Line ne sont pas adaptés au test et au développement de nouveaux cas pédagogiques car votre accès est limité aux fonctions d'administration du logiciel. Conditions contractuelles exclusives: Académie-OpenERP On Line ne vous impose aucun engagement dans la durée et aucune formatilité de résiliation. Plus d'information :

Les salariés plébiscitent les formes innovantes de management et d'information, Spécial Management  : vers un circuit d information collaboratif Politique Le médiateur ne calme pas le mouvement des intermittents Plusieurs festivals sont menacés par la grève des intermittents. La nomination d’un médiateur pour déminer la crise « ne fait pas cesser le mouvement, au... Le Pen contre Le Pen : querelle familiale et politique au FN + VIDEO Sur le site du FN, Jean-Marie Le Pen a tenu des propos jugés antisémites sur Patrick Bruel. Afrique - Moyen Orient Le Sahel au centre du déplacement de Fabius à Alger Le ministre des affaires étrangères a commencé son séjour à Alger par les questions diplomatiques.

Dans le futur, chacun aura droit à son quart d’heure d’anonymat Google, Facebook et consorts sont à la libération de la parole publique ce que l’industrie du sexe fut à la libération sexuelle : une façon d’exploiter et de faire commerce d’une nouvelle liberté, mais, et dans le même temps, l’un des vecteurs de banalisation, et donc de diffusion, de cette libération. L’explosion du web, dans les années 90, fut intimement liée au phénomène des « pages persos » (« homepage« , en anglais) que, avec l’expansion des blogs et du web 2.0, les professionnels qualifient aujourd’hui d' »User Generated Content » (UGC). « En décembre 2000, on dénombrait en France environ 3 millions d’internautes « assi­dus », et… 1,5 million de pages personnelles. Alors que seul le web marchand faisait l’actualité.On est donc confronté à un phénomène énorme, un comportement que l’on ne peut occulter. Le citoyen, sur l’internet, n’est pas un consommateur passif : jamais l’expression publique des citoyens n’a été aussi massive. » On n’a jamais eu autant besoin de vie privée

La souplesse de l'urbanisation du système d'information - Stratégies Les évolutions en tout genre des aspects stratégiques des entreprises sont de plus en plus courantes. La vitesse et l’ampleur du déploiement de ces réorientations stratégiques reposent en grande partie sur la capacité et la réactivité des TI. Tous ces changements organisationnels des entreprises, qu’ils soient des réorganisations, des regroupements, des fusions, des acquisitions, des diversifications, de nouveaux modes de production, de nouveaux canaux de distribution, des partenariats ou des externalisations, contraignent à des modifications structurelles, parfois drastiques, du système d’information. L’organisation va devoir maîtriser l’évolution nécessaire de son système d’information, le fourbir de la réactivité exigée, sans pour autant accroître les coûts informatiques. Toute démarche d’urbanisation d’un système d’information s’articule autour de quatre grands axes principaux, hiérarchiquement dépendants et qui s’autoalimentent mutuellement.

Modèle d'acceptation de la technologie Partant du modèle de l’action raisonnée, Davis (1986) développa le modèle d’acceptation de la technologie (en anglais, Technology Acceptance Model) qui concerne plus spécifiquement la prédiction de l’acceptabilité d’un système d’information. Le but de ce modèle est de prédire l’acceptabilité d’un outil et d’identifier les modifications qui doivent être apportées au système afin de le rendre acceptable aux utilisateurs. Ce modèle postule que l’acceptabilité d’un système d’information est déterminée par deux facteurs : la perception de l’utilité et la perception de la facilité d’utilisation. La perception de l’utilité est définie comme étant le degré auquel une personne croit que l’utilisation d’un système améliorera ses performances. La perception de la facilité d’utilisation se réfère quant à elle au degré auquel une personne croit que l’utilisation d’un système sera dénuée d’efforts. Modèle d'acceptation de la technologie traduit du schéma de Davis, Bagozzi et Warshaw (1989) HAUSER, J.

A quoi ressemblera l’entreprise de demain ? Ce soir j’ai répondu présent à l’invitation de Bertrand au premier meetup préparatoire de l’Enterprise 2.0 Summit. Pour votre information, l’Enterprise2.0 Summit est LA rencontre annuelle des professionnels européens de la collaboration et de tout ce qui touche à l’Entreprise 2.0. La prochaine édition se déroulera les 7 et 8 février 2012 à Paris, vous devez donc impérativement réserver cette date dans votre agenda pour participer à cet évènement exceptionnel, j’insiste ! Bref, tout ça pour dire que les spécialistes de la profession se mobilisent pour donner un maximum de visibilité à cette manifestation, à commencer par la rencontre de ce soir. Une quarantaine de personnes s’étaient donc donné rendez-vous au lounge de NextModernity pour parler de notre sujet de prédilection. Cette vision est certes très générique et idéaliste, mais c’était le but de l’exercice. Chacun a ainsi pu donner sa définition, l’occasion pour moi de noter quelques notions et mots-clés intéressants :

Le design de la visibilité : un essai de typologie du web 2.0 La manière dont est rendue visible l’identité des personnes sur les sites du web 2.0 constitue l’une des variables les plus pertinentes pour apprécier la diversité des plateformes et des activités relationnelles qui y ont cours. Que montre-t-on de soi aux autres ? Comment sont rendus visibles les liens que l’on a tissés sur les plateformes d’interaction ? Comment ces sites permettent-ils aux visiteurs de retrouver les personnes qu’ils connaissent et d’en découvrir d’autres ? La décomposition de l’identité numérique L’identité numérique est une notion très large. L’extériorisation de soi caractérise la tension entre les signes qui se réfèrent à ce que la personne est dans son être (sexe, âge, statut matrimonial, etc.), de façon durable et incorporée, et ceux qui renvoient à ce que fait la personne (ses œuvres, ses projets, ses productions). Cinq formats de visibilité Sur ces deux axes, il est possible de projeter trois modèles de visibilité, auxquels s’ajoutent deux modèles émergents.

PGI : Le changement c’est maintenant ? Chaque société, quel que soit sa situation et son degré de maturité, doit faire face à des enjeux économiques, organisationnels et technologiques pour conserver sa dynamique de croissance. SI ses processus et son système d’information ne peuvent l’aider à faire face, elle risque de se retrouver rapidement en difficultés : baisse du niveau de satisfaction de la clientèle, opportunités manquées, temps de réaction trop long. Des études montrent qu’environ « la moitié des utilisateurs de PGI exploitent des versions anciennes de ces derniers, datant parfois de cinq à six ans par rapport à la version courante ». De la même manière qu’une automobile ancienne coutera nettement plus en carburant et entretien, et tombera en panne fréquemment, un PGI ancien ne pourra répondre aux nouvelles exigences des consommateurs et des employés. Il est sans doute temps de faire évoluer le cœur de votre système d’information : le présent article, vous propose des éléments d’analyse. Les signaux d’alerte 1. 2.

Related: