background preloader

Stallman avait malheureusement raison depuis le début

Stallman avait malheureusement raison depuis le début
Le cauchemar paranoïaque et apocalyptique d’un geek psychorigide est en passe de devenir réalité. Trente ans, trente ans que Stallman et la Free Software Foundation répètent inlassablement qu’il est fondamental que ce soit l’homme qui contrôle le logiciel, et donc la machine, et non l’inverse. Le discours est peut-être radical sur le fond (car il ne souffre d’aucune compromission) et parfois excentrique dans la forme (le personnage Richard Stallman[1] ) mais, comme Thom Holwerda ci-dessous, nous sommes de plus en plus nombreux à réaliser sa justesse et sa pertinence au fur et à mesure que le temps passe et les libertés s’amenuisent. C’est d’ailleurs aussi voire surtout pour cela que nous avions traduit et enrichi avec lui sa biographie où figure en exergue cette citation de Lessig qui, cela dépend de nous, peut tout aussi bien être prémonitoire que tomber dans l’oubli : « Chaque génération a son philosophe, écrivain ou artiste qui saisit et incarne l’imaginaire du moment. Or nous y voici.

Mozilla présente sa Public License 2.0, plus simple et modernisée Mozilla a présenté hier le résultat de 21 mois de consultation publique : la Mozilla Public License 2.0, plus simplement appelé MPL2. L’occasion pour l’éditeur de Firefox et Thunderbird de marquer la différence en créant une licence de type « voie du milieu ». Selon Mozilla même, la MPL est un « espace utilisé dans le spectre des licences des logiciels libres et open source, prenant place entre la licence Apache, qui ne requiert pas un partage des modifications, et la famille des licences GNU, qui requièrent un partage des modifications dans une gamme de circonstances plus larges que la MPL ». En clair, une licence moins permissive que celle d’Apache, mais davantage que la GPL. La MPL2 a été approuvée par la Free Software Foundation qui en a testé la compatibilité avec la GPL, ainsi que par l’Open Source Initiative qui veillait au respect des fondamentaux de l’open source. Mozilla indique en outre que cette version 2.0 est plus courte et plus simple à appréhender. Vincent Hermann

Codage des caracteres Le codage des caractères Sommaire : Préambule Les documents Web et beaucoup d’échanges, protocoles et services associés sont fondés sur une structure et des données TEXTE, c’est à dire composés de suites de caractères identifiables (chiffres et lettres, signes de poncturation, espaces...). Sur l’opposition texte/binaire voir plus bas. Le texte a l’avantage d’être facilement convertible et portable entre différents types d’ordinateurs, systèmes ou appareils de transmission. Le texte attendu [1] : Ich bin der Geist, der stets verneint ! Und das mit Recht ; denn alles, was entsteht, Ist wert, dass es zugrunde geht ; Drum besser wär's, dass nichts entstünde. Le texte obtenu : Drum besser wär? L’apostrophe du dernier vers pose problème. Il y a encore plus spectaculaire. So ist denn alles, was ihr Sünde, Zerstörung, kurz das Böse nennt, Mein eigentliches Element. So ist denn alles, was ihr Sünde, Zerstörung, kurz das Böse nennt, Explication : on a lu en iso-8859-1 un texte encodé en fait en UTF-8.

Richard Stallman Was Right All Along Late last year, president Obama signed a law that makes it possible to indefinitely detain terrorist suspects without any form of trial or due process. Peaceful protesters in Occupy movements all over the world have been labelled as terrorists by the authorities. Initiatives like SOPA promote diligent monitoring of communication channels. Up until relatively recently, it's been easy to dismiss Richard Stallman as a paranoid fanatic, someone who lost touch with reality long ago. His views have always been extreme. As our society grows more dependent on computers, the software we run is of critical importance to securing the future of a free society. I, too, disregarded Stallman as way too extreme. But here we are, at the start of 2012. In case all this reminds you of China and similarly totalitarian regimes, you're not alone. This is what Stallman has been warning us about all these years - and most of us, including myself, never really took him seriously.

Connectez-vous gratuitement à Internet ! ADSL: débit descendant atteignable en général entre 1 Mbit/s et 15 Mbit/s et débit montant atteignable en général inférieur à 1 Mbit/s. Débit variable en fonction de la longueur de la ligne. VDSL2: débit descendant atteignable en général entre 1 Mbit/s et 15 Mbit/s, pouvant être compris entre 15 Mbit/s et 50 Mbit/s pour les lignes les plus courtes (moins de 1 km) et débit montant atteignable en général inférieur à 1 Mbit/s, pouvant atteindre 8 Mbit/s pour certaines des lignes les plus courtes (moins de 1 km) avec la Freebox Révolution. Débit variable en fonction de la longueur de la ligne. Tarifs TTC au 03/07/14. Débits IP : capacité IP dédiée entre la Freebox et l'équipement d'accès de Free. Liste des destinations incluses dans le forfait Freebox Révolution au 26/12/13. DOM : Guadeloupe, Guyane Française, Martinique, Mayotte et Réunion. Les services audiovisuel et de télévision réduisent la bande passante du service Internet du débit nécessaire à leur utilisation.

Option Libre, nouveau framabook pour tout savoir sur les licences libres En cette nouvelle année 2012, Framasoft est fier et heureux de vous annoncer la sortie d’un nouveau livre framabook que nous attendions depuis longtemps : Option Libre. du bon usage des licences libres, par notre ami et fidèle collaborateur Benjamin Jean. Nous l’attendions depuis longtemps mais peut-être vous aussi. Ce livre que nous espérons précieux et utile vient en effet combler une lacune, celle de donner une information claire, riche et précise sur les différentes licences libres. Afin de faire son choix et/ou les utiliser en toute connaissance de cause. Nous aurons l’occasion d’en parler plus en détails dans de futurs billets, mais en attendant place à la préface de Michel Vivant, professeur à Sciences Po., que nous vous suggérons fortement de lire car, au delà de donner envie de parcourir l’ouvrage, elle est au demeurant fort bien écrite : « Le Libre n’est ni objet d’effarouchement ni objet de militantisme. Préface C’est à bien des titres que je connais M.

Acer Aspire One : 8h d'autonomie grâce une batterie 9 cellules Alors que certains constructeurs aiment à proposer des batteries 8, 9 voire 12 cellules à leurs ordinateurs portables, Acer propose enfin pour son fameux netbook Aspire One une batterie 9 cellules, capable d'atteindre une autonomie de 8h, voire 9h40 selon Amazon. Si une batterie 9 cellules a un avantage évident (l'autonomie), elle a par contre de nombreux défauts. Outre le prix – entre 60 et 100 € selon les versions et les lieux d'achat – il faut aussi prendre en compte le poids de votre netbook. Ce dernier pourrait ainsi voir son poids hors batterie prendre plus de 40 % de masse supplémentaire, une batterie 9 cellules pesant généralement 450/460 grammes. Enfin, l'encombrement et le design de votre netbook vont être grandement modifiés. Les photos ci-dessous se suffisent à elles-mêmes... Un membre du forum d'Aspire One User a pu installer une telle batterie sur son netbook, et a atteint selon son PC près de 8h d'autonomie. Nil Sanyas

Le matériel libre à l'aube d'une nouvelle ère de l'innovation Le logiciel libre a été un moteur de l’innovation de ces dix dernières années, permettant à de petites structures, telle que Google à ses débuts, d’émerger en investissant à moindre coût. Suivant son sillage, il en ira de même avec la matériel libre pour la prochaine décennie[1] Telle est l’hypothèse de Joi Ito, actuel directeur du MIT Media Lab et qui possède l’un des plus beaux CV d’Internet. Joi Ito : le matériel open source est une évidence Joi Ito: Open-source hardware is a no brainer Barb Darrow - 11 janvier 2012 - GigaOM(Traduction Framalang/Twitter : Goofy, FredB, Albahtaar, Luc, Ipos, Antistress) Le matériel libre est sur les rails, et il va nourrir une nouvelle ère d’innovation, si on en croit Joichi « Joi » Ito, directeur du MIT Media Lab. Selon Ito, l’émergence de plans de matériels disponibles librement et de composants quasi-libres va propulser l’innovation technologique, comme a pu le faire le logiciel libre il y a une dizaine d’années.

Quel modèle économique pour le jeu vidéo libre? Ayant donné une conférence sur les modèles économiques appliqués aux jeux vidéos libres lors des JM2L 2011 en novembre, je vous propose ci-dessous une version texte des idées énoncées. Sommaire Introduction J'ai choisi en introduction de faire allusion à la conférence d'Icculus Gaming on Linux. L'exemple le plus intéressant de cette série d'Humble Indie Bundle est Revenge of the titans. Avant de commencer sur les modèles économiques en eux-mêmes, une autre parenthèse sur la pertinence du libre dans le cas du jeu vidéo. On peut effectivement constater que certains des arguments classiques du Logiciel Libre ne s'appliquent pas réellement au jeu vidéo : "Je veux savoir ce qui se passe sur mon ordinateur" : dans le cas d'un jeu, pas vraiment. Bref, je ne dis pas que tous ces arguments ne s'appliquent pas du tout, mais ils ont une portée bien moindre du fait du caractère non-critique du jeu vidéo. Bon, c'est donc un modèle économique envisageable à présent. Ce qu'il ne faut pas perdre du libre

Projet Open Compute : Facebook partage les secrets de son datacenter Facebook a publié les spécifications de son projet Open Compute, une sorte de livre de recettes dans lequel la firme dévoile ses méthodes pour rendre les serveurs en rack plus légers et les systèmes énergétiques plus efficaces. Elle livre aussi ses solutions pour refroidir des séries d'ordinateurs sans recourir à un système de climatisation. En fait, l'entreprise a décidé de partager certains secrets qui font que son centre de données de Prineville, Oregon, est l'un des plus efficaces du monde, offrant en quelque sorte un design Open Source pour centres de calcul. Illustration : Le datacenter de FaceBook à Prineville, Oregon« Les besoins de Facebook en terme de centres de calcul vont aller croissant, à mesure que nous ajoutons davantage d'applications en temps réel, » a encore déclaré le fondateur. « Il faut donc être capable de concevoir des serveurs plus efficaces, tant en améliorant le rapport puissance/efficacité que le coût. Partenariat direct avec plusieurs fournisseurs

Richard Stallman - 2011-12-14 - Paris, France | Free Software Foundation Thanks for your interest in this event featuring Free Software Foundation president Richard Stallman! Please fill out this short form so the FSF can contact you about future events in your area. Note that this is not the registration form for this event -- please see the official event web site for information about how to register. We'll keep you updated on future FSF events, especially those with Richard Stallman, happening in your area. The FSF very rarely sends paper mailings (only twice a year to our donors), but we can give you more relevant event updates if you provide a little information about where you're located. We will not publish or share your email address with any party outside the FSF.

Google présente sa nouvelle version de l'Art Project Google a présenté aujourd'hui, la nouvelle version de son Art Project. Pour mémoire, via cette initiative, Google donne accès aux internautes aux collections de nombreux musées (peintures, objets, sculpture, graffiti…) Grâce à la technologie, Google photographie les œuvres dans le détail pour une restitution en HD et permet à chacun de zoomer. C’est en France et plus précisément au Musée d’Orsay que la firme a dévoilé cette nouvelle version. Le musée vient de rejoindre les partenaires de Google Art Project tout comme le musée de l’Orangerie, le musée du quai Branly, le domaine de Fontainebleau et le domaine de Chantilly. Parmi les nouveautés et en plus des œuvres ajoutées, le site googleartproject.com intègre la technologie Street View, on peut donc se balader virtuellement dans les musées. « Google s’engage à mettre en ligne toutes les formes de culture et à les rendre accessibles.

New Zealand rejects software patents Image credits: Image source: Public domain Recently the NZ govt announced that it was to remove software from the list of items that can be patented. This decision came after hectic lobbying from the open source community on one side and the proprietary vendors on the other side. For the past few months, the debate revolved around the section titled “Patentable Inventions” in the Patents Bill. Right off the bat, this section says, “We recommend amending clause 15 to include computer programs among inventions that may not be patented.” As it stands today, the Patents Bill says, “We received many submissions concerning the patentability of computer programs. In updating its policy position, the New Zealand government acknowledged the growing importance of open source, and the logical reasons for excluding software from the list of patentable inventions. “We recommend that the Intellectual Property Office of New Zealand develop guidelines for inventions containing embedded software.”

Related: