background preloader

Livres de management : Michel Crozier (sociologue)

Livres de management : Michel Crozier (sociologue)
Le sociologue analyse le succès de "L'acteur et le système", un grand classique du management. Plus de vingt-cinq ans après sa parution, L'acteur et le système reste une référence, au milieu d'une offre surabondante de livres de management. En analysant l'interaction entre les individus (les employés) et l'organisation (l'entreprise), Erhard Friedberg et Michel Crozier ont apporté des clés pour mieux comprendre l'entreprise. Ce dernier revient sur le succès de son ouvrage et l'utilité de la sociologie pour le management. Votre ouvrage "L'acteur et le système" a été spontanément cité par de nombreux lecteurs dans le cadre d'une enquête en ligne du Journal du Management. Votre livre donne également des clés pour mieux se positionner dans l'organisation. Si vous deviez écrire "L'acteur et le système aujourd'hui", serait-il le même ? En termes de management, quelle évolution majeure observez-vous depuis la sortie de "L'acteur et le système" ? Lisez-vous des ouvrages de management ?

Théoricien : HERBERT SIMON Économiste américain, prix Nobel d’économie en 1978. Il a appliqué l’analyse de gestion des entreprises avec l’application des théories de sciences du comportement. Simon a développé le concept de la rationalité limitée pour analyser le comportement organisationnel et la prise de décision. Selon ce modèle, l’organisation est envisagée comme un système composé de plusieurs acteurs évoluant dans une situation à rationalité limitée. Simon a mis en évidence les limites de la rationalité des décisions : - l’environnement est trop complexe pour être appréhendé dans sa globalité - la connaissance des conséquences d’une décision est toujours partielle - il est difficile d’évaluer les conséquences futures d’une décision - le plus souvent, on examine qu’un nombre restreint de choix possibles Ainsi, la rationalité d’un individu est limitée faute de temps, faute de capacité, faute d’informations. De plus, Simon a défini deux types de décisions : - décisions programmable?

Chp 17 : Croissance et internationalisation de l’entreprise Croissance et internationalisation de l’entreprise I la croissance de l’entreprise La croissance de l’entreprise est un processus quantitatif caractérisé par l’accroissement des dimensions de l’entreprise en termes de produits et/ou de résultat. A. 1. La croissance interne est phénomène endogène (propre) à l’entreprise. 2. Ce sont des phénomènes exogènes. La croissance externe s’oppose à la croissance interne. Dans la croissance conjointe on a une association de plusieurs entreprises pour réaliser des économies d’échelles. a. - La croissance externe peut permettre de contrer l’offensive de concurrents ou même de les élimer. - Elle permet de se diversifier. - Elle est un excellent moyen pour conquérir une technologie ou un nouveau marché en profitant des compétences ou de la position de l’entreprise racheté. - Elle peut aussi être l’occasion de profiter de l’effet de synergie par une meilleure utilisation des outils de production. b. Croissance interne Croissance externe II. A. B.

Théoricien : RENSIS LIKERT Psychologue et auteur américain, il a prolongé les travaux de MAYO et LEWIN. Il a développé le principe de la relation intégré comme principe majeur d'organisation (théorie des années 50). Il a préconisé une organisation du travail par groupe, car il considérait que cela créait de meilleures relations entre chacun. Selon LIKERT, le principe de relations intégrées est un principe majeur de l'organisation: chacun doit se sentir important et nécessaire au sein de l'entreprise, car personne ne peut travailler efficacement s'il n’a pas conscience d'être utile. Les enquêtes de LIKERT montrèrent aussi que le management se situe dans 4 catégories: ? Likert a, ainsi, conseillé le chevauchement des groupes, pour réduire les distorsions dans le cheminement des informations et a préconisé le style de direction participative.

U2 Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. No Line on the Horizon sorti en février 2009, est le dernier album en date de U2. Histoire du groupe[modifier | modifier le code] 1976 - 1980: Les premières années[modifier | modifier le code] 1976 - 1977 : Les débuts de Feedback[modifier | modifier le code] Dublin sur la carte de l'Irlande. Peu après la rentrée des classes de 1976, Larry Mullen, alors âgé de quatorze ans, se fait renvoyer de la fanfare d'Artane (en) à cause de la longueur de ses cheveux[7]. Vu que personne ne semble intéressé par l'annonce, il prend l'initiative d'aborder Adam Clayton, cancre notoire qui se prétend virtuose avant d'être démasqué par Mullen. Bientôt, les deux compères voient débarquer les frères Evans (David et Dick) - deux guitaristes d'un genre assez inhabituel (Dick joue sur une guitare jaune qu'il a fabriquée lui-même)[9]. La boutique Bonavox qui a valu à Paul Hewson le sobriquet de « Bono Vox », plus tard contracté en « Bono ».

Peter Drucker, le fondateur du Management Par les Objectifs Peter Drucker, décédé le 11 novembre 2005 à l’âge de 95 ans à son domicile californien de Claremont, nous laisse une œuvre monumentale. La formalisation des principes du MPO en est l’un des piliers. En 1940, observant le management d’Alfred Sloan à la General Motors, il remarque l’expression « Management By Objectives « . Un peu plus tard, dans le cadre de la décentralisation de la General Electric cette fois, à laquelle il participe activement, le consultant américain insiste sur la nécessité de fixer des objectifs, des critères de coûts et de délais pour mesurer les résultats. En 1954 paraît The Practice of Management avec son célèbre chapitre : « Management by Objectives and Self Control ». La déclinaison en cascade des objectifs opérationnalise le but de l’entreprise. Le MPO : un cylce en trois phases Le cycle du MPO compte trois phases : la fixation des objectifs, le suivi de la réalisation du travail et l’évaluation des résultats obtenus. Les objectifs ne tombent pas du ciel.

Les 5 forces de Porter L'analyse des 5 forces de porter permet de simuler une situation de concurrence. Elle se rapproche d'autres mathodes telles que l'analyse PEST mais se concentre plutôt sur un seul DAS (Domaine d'Activité Stratégique). plutôt que sur un produit ou une gamme de produit. Quelles sont ces 5 forces (menaces) ? - L'intensité de la concurrence - Les nouveaux entrants - Le pouvoir de négociation des clients - Le pouvoir de négociation des fournisseurs - Les produits (ou services de substitution) Analyse et explication du modèle : le contexte concurrentiel représenté par 5 "forces" La rivalité entre les entreprises du secteur : Il s'agit de l'analyse des acteurs en présence sur un marché : leurs produits, leurs parts de marché, leurs forces et faiblesses, leurs stratégies... La menace de l'entrée de nouveaux concurrents : Il peut s'agir de nouvelles sociétés ou bien d'entreprises choisissant de se diversifier. La pression des fournisseurs : La pression des clients : Ce poids peut s'évaluer par :

Joseph Schumpeter Joseph Schumpeter naît en 1883, la même année que Keynes et l’année de mort de Marx. Comme eux, il aura jusqu’à sa mort en 1950 une réputation d’économiste « hérétique », qui bouscule la pensée économique établie. Professeur à Harvard à partir des années 1930, il formera les économistes les plus brillants de l’après guerre. Ce qui l’intéresse par-dessus tout, c’est l’évolution du système capitaliste : « il constitue, de par sa nature, un type ou une méthode de transformation économique, et non seulement il n’est jamais stationnaire mais il ne pourra jamais le devenir » écrit-il en 1942. Le moteur du système, c’est l’innovation et le progrès technique à travers le phénomène de « destruction créatrice ». Les 5 formes d'innovations Joseph Schumpeter distingue à ce titre 5 formes d’innovations : l'innovation de produits ;l'innovation de procédés ;l'innovation de modes de production ;l'innovation de débouchés ;l'innovation de matières premières.

Tennis de Table.com L’entrepreneur créateur de valeur | Pedagogic Agency Blog La fascination pour l’entrepreneur Bill Gates à 22 ans. Il a déjà fondé Microsoft. Dans 3 ans, sa fortune est faite. Création de valeur, innovation, entreprenariat, … sont des mots à la mode. Héros des temps modernes, l’entrepreneur devient l’homme le plus riche du monde en moins d’une décennie. Joseph Aloïs SCHUMPETER naît en 1883 à Triesch au sein de l’Empire Austro-hongrois. Bien que d’origine bourgeoise, il souhaite maintenir le leadership de l’aristocratie et croit fermement qu’il est possible de sauver partiellement l’Empire Austro-hongrois. Même s’il prophétise l’avènement inexorable du socialisme, SCHUMPETER se garde, très tôt et pour toujours, du marxisme et du nazisme. L’APPROCHE SCHUMPETER : Comment elle a été élaborée, avec qui et avec quoi ? Werner Sombart SCHUMPETER a fait des études supérieures pour devenir un professeur et chercheur reconnu. Friedrich Nietzsche L’entrepreneur a une mission et un profil adapté. L’entrepreneur doit réunir 4 capacités Wikipedia Articles :

Le diagnostic externe – Analyse de l’environnement de l’entreprise Introduction : On ne peut concevoir l’entreprise comme une entité isolée du milieu dans lequel elle agit. L’entreprise doit surveiller en permanence son environnement car, d’une part, elle s’intègre dans cet environnement et, d’autre part, elle agit sur ce même environnement. L’entreprise peut être influencée par son environnement de manière positive (opportunités environnementales) ou de manière négative (contraintes environnementales). L’entreprise doit surveiller de manière permanence l’évolution des marchés, l’évolution de la concurrence et des technologies. I – La surveillance permanente de l’environnement Comme il a été dit en introduction, l’entreprise ne peut être conçue comme une entité isolée. A – Approche globale des composantes de l’environnement D’une manière générale, l’environnement est à la source d’un certain nombre de contraintes pour l’entreprise. — Les contraintes externes sont assez facilement identifiables. Analyse PESTEL PEST signifie Source : pearson France

Bla Bla Car et les TER, une concurrence ou une complémentarité ? Rencontre avec Francis Nappez... actualité Besançon Franche-Comté Après avoir travaillé à l'Iliad, le groupe français de télécommunication fondé par Xavier Niel, le fondateur de Free, Francis Nappez a été salarié pour Airweb puis pour le site de rencontre Meetic. En 2008, il décide créer sa propre entreprise avec deux associés, Frédéric Mazella et Nicolas Bursson. Après une première tentative qui rencontre un échec, ils créent le site Covoiturage.fr : une plateforme sur laquelle des particuliers entrent en contact pour effectuer des voyages en voiture d'une ville à une autre en partageant les frais. En 2012, Covoiturage.fr se transforme en Bla Bla Car afin d'exporter le concept partout dans le monde. Actuellement la société emploie 550 salariés dans 14 pays et couvre 22 pays. Le site Bla Bla Car compte 35 millions d'utilisateurs. Bla Bla Car remplacera-t-il un jour les trains régionaux ? Selon le cofondateur de Bla Bla Car, les TER et sa société "sont des propositions de valeurs différentes et l'utilisateur lui-même va choisir.

Related: