background preloader

Le numérique, un outil d’influence

Le numérique, un outil d’influence
Le numérique et les réseaux sociaux sont aujourd’hui un espace où les États dialoguent, se menacent ou s’affrontent. La diplomatie s’affiche sur les réseaux sociaux : les chefs d’État et de gouvernement ainsi que les ministres des affaires étrangères de 97 % des pays du monde sont présents sur Twitter. La diplomatie numérique Le président des États-Unis, Donald Trump, est le plus suivi et l’un des plus bavards. Un simple Tweet peut avoir des conséquences internationales. En 2018 par exemple, les États-Unis se sont retirés de l’accord sur le nucléaire iranien. Pour Frédéric Charillon, professeur de sciences politiques et spécialiste des relations internationales, cette diplomatie numérique entraine « un changement de style qui impose à l’ensemble de la planète de suivre la grammaire populiste, faite d’adresses directes et de simplifications », explique-t-il. Un échiquier mondial en mouvement Les « printemps arabes » marquent le début de ce tournant. Réalisateur : Maxime Chappet

https://www.lumni.fr/video/le-numerique-un-outil-dinfluence

Related:  Th.2 Ch.1 : La diversification des espaces productifs dans le mondeLes nouvelles technologies : puissance des géants du numérique (GAFAM, BATX...), impuissance des États et des organisations internationales ?HISTOIRE GEO POLITIQUE

Disparition des espèces : la planète en danger Préoccupant par son rythme, alarmant par son ampleur, le déclin de la biodiversité du globe menace la survie de toutes les espèces… y compris la notre. Des grands singes aux baleines en passant par les abeilles, on estime qu'une espèce animale sur trois est aujourd'hui menacée de disparition dans le monde. Et la flore n’est pas épargnée puisqu’un cinquième des espèces végétales, sont elles aussi au bord de l'extinction. Depuis 1990, ce sont 239 millions d’hectares de forêts naturelles qui ont disparu, soit presque quatre fois la superficie de la France.

Faut-il avoir peur des GAFA chinois ? Méconnus en France, les géants du web chinois, Baidu, Alibaba, Tencent, Xiaomi (les « BATX ») inquiètent. Comment appréhender l’arrivée de tels mastodontes numériques en Europe ? Leurs pratiques sont-elles plus problématiques que celles de Google, Apple, Facebook et Amazon (les « GAFA ») ? Qui a dit que l’humour n’avait pas de frontières ? Dolce & Gabbana vient de faire l’expérience du contraire.

L'information mondialisée : naissance et extension d'Internet Si Internet était un corps, les câbles sous-marins en seraient les veines et les artères qui véhiculent l’information et les serveurs racines en seraient le cœur par lequel transitent les informations, qui sont ensuite redirigées vers leurs destinataires. La naissance du réseau Internet Avant d’être ce réseau mondialisé, Internet était d’abord un projet scientifique et militaire. En 1967, en pleine guerre froide, le département américain de la défense imagine un réseau de communication informatisé capable d’empêcher l’éclatement d’une guerre nucléaire, en permettant de maintenir les canaux de communication ouverts en cas de crise diplomatique. Ce réseau, c’est ARPANET, du nom de l’agence de l’innovation du département de la défense : l’ARPA.

Bataille autour des données numériques, par Cédric Leterme (Le Monde diplomatique, novembre 2019) Davos, 25 janvier 2019. À l’occasion du Forum économique mondial, soixante-seize États signent une déclaration conjointe, dans laquelle ils réaffirment leur intention d’« entamer des négociations dans le cadre de l’OMC [Organisation mondiale du commerce] » sur le commerce électronique. En décembre 2017, soixante-dix d’entre eux s’étaient déjà prononcés en ce sens à l’issue de la onzième conférence ministérielle de l’OMC, à Buenos Aires. Parmi les signataires, on retrouve les principales puissances de la planète (États-Unis, Japon, Union européenne, Russie, Chine), mais on remarque aussi quelques absents de taille, à commencer par l’Inde et la quasi-totalité du continent africain. Signe que le sujet est loin de faire consensus.

iPhone 11 : La stratégie d’Apple s’essouffle-t-elle ? C'est en début de semaine qu'Apple aura présenté ses tous nouveaux smartphones : les iPhone 11, iPhone 11 Pro et iPhone 11 Pro Max. Trois modèles qui affichent des améliorations peu nombreuses par rapport aux iPhone XR, iPhone XS et iPhone XS Max : la formule est-elle en train de s'essouffler ? Dès le début du Keynote, les moqueries fusent sur les réseaux sociaux comme Twitter à propos de futurs prix exorbitants. Il faut dire qu'Apple se sera fait remarquer avec la sortie d'un iPhone X atteignant les 1000 euros.

GAFA : « Il faut prendre la Bastille numérique » Ils bousculent tout sur leur passage. Les GAFA (pour Google, Apple, Facebook et Amazon) ont pris le contrôle d’un monde numérique en expansion continue. Leur emprise soulève une opposition croissante de la part des citoyens comme des gouvernements, que ce soit parce que ces entreprises évitent massivement l’impôt, ou parce que l’économie de plate-forme qu’elles instaurent bouleverse les règles d’organisation de notre économie. Comment les pouvoirs publics peuvent-ils réagir ?

La croissance a un « coût dévastateur pour la nature », selon un rapport britannique En pleine pandémie de Covid-19, la nature vient rappeler régulièrement qu’elle ne saurait être éternelle si les humains n’en prennent pas soin. Un nouvel avertissement est formulé par un rapport de 600 pages, commandé il y a deux ans par le gouvernement britannique. Fruit du travail de spécialistes internationaux, coordonné par le professeur d’économie de l’université de Cambridge Partha Dasgupta, il dresse un bilan inquiétant quant aux aspects économiques, sanitaires et sociaux de la croissance économique. D’après les conclusions du rapport, le produit national brut (PNB) par habitant a doublé au niveau mondial depuis 1992 mais le « capital naturel » – c’est-à-dire l’estimation des bénéfices que les humains tirent de services offerts par la nature – a chuté de 40 % par tête. « Si l’humanité a immensément prospéré ces dernières décennies, la manière dont nous avons atteint cette prospérité fait qu’elle a été acquise à un coût dévastateur pour la nature », dénoncent les auteurs.

Le monde selon Google, par Pierre Lazuly (Le Monde diplomatique, octobre 2003) Internet, avec ses 3 milliards de pages, est souvent décrit comme la plus complète des encyclopédies : une incomparable documentation mise gracieusement à notre disposition, et des outils qui savent répondre dans la seconde à la moindre de nos interrogations. Les moteurs de recherche sont si performants qu’il suffit de quelques mots épars pour retrouver une information quand la mémoire nous fait défaut. Ces outils incontournables sont, paradoxalement, de moins en moins nombreux : seules quatre entreprises américaines parviennent encore à proposer à un public mondial un service de qualité.

Un capitalisme de surveillance, par Shoshana Zuboff (Le Monde diplomatique, janvier 2019) Cette journée de juillet 2016 fut particulièrement éprouvante pour David. Il avait passé de longues heures à auditionner les témoins de litiges assurantiels dans un tribunal poussiéreux du New Jersey où, la veille, une coupure d’électricité avait eu raison du système d’air conditionné. Enfin chez lui, il s’immergea dans l’air frais comme on plonge dans l’océan. Pour la première fois depuis le matin, il respira profondément, se servit un apéritif et monta à l’étage afin de s’accorder une longue douche. La sonnette retentit au moment même où l’eau commençait à ruisseler sur ses muscles endoloris. Il enfila un tee-shirt et un short, puis dévala les escaliers.

GAFA, GAFAM, géants du net GAFA et GAFAM sont des acronymes reprenant l'initiale des « géants du net », les plus puissantes multinationales des technologies de l'information et de la communication. Ces lettres font référence aux cinq plus grosses entreprises du secteur, Google, Apple, Facebook, Amazon, et Microsoft. Mais on peut élargir ce groupe à d'autres entreprises telles que AirBnB, Alibaba, Baidu, Tencent ou Twitter. Les géants chinois sont parfois appelés BATX (Baidu, Alibaba, Tencent, Xiaomi). C'est d'abord par leur poids économique que les GAFAM se sont distinguées. L'expansion des BATX, les GAFAM chinois Google, Amazon, Apple, Facebook ou Microsoft représentent aujourd'hui l'essentiel du quotidien numérique de milliards d'utilisateurs dans le monde. Ils pèsent plus de 4 200 milliards de dollars de capital à eux cinq. Pourtant, les 1,4 milliards de Chinois n'en utilisent presque aucun, et pour cause : la Chine a ses propres Gafam, les BATX.

Depuis 2016, il y a plus d'abonnements à la téléphonie mobile que d'humains sur Terre Il convient d'abord de préciser que dans certains pays, pour des raisons culturelles ou pratiques, il est courant qu'une seule personne possède plusieurs abonnements et plusieurs téléphones portables. Un chiffre supérieur à 100 (ou même à 300 !) ne signifie donc pas que toute la population a un abonnement ou un téléphone. Par ailleurs les chiffres de la Banque Mondiale dépendent de la facilité à collecter les données et, comme toute statistique a fortiori à l'échelle mondiale, ils sont à utiliser avec précaution, d'autant que le comptage des abonnements et le recensement de la population relèvent de deux méthodes différentes. En Chine, la reconnaissance faciale est désormais obligatoire pour acheter un portable Depuis ce dimanche 1er décembre, les personnes achetant un téléphone portable dans une boutique en Chine doivent désormais accepter de se faire enregistrer par reconnaissance faciale et que leurs données soient gardées. Dans un pas supplémentaire pour mieux contrôler le cyberespace, le gouvernement chinois avait publié en septembre dernier une directive destinée à «préserver les droits légitimes et les intérêts des citoyens en ligne», en renforçant l'enregistrement sous son identité réelle. Celle-ci prévoit notamment que les opérateurs téléphoniques doivent «utiliser l'intelligence artificielle et tous les moyens techniques possibles» pour s'assurer de l'identité réelle de gens achetant un nouveau numéro de téléphone. Concrètement, cela signifie que les acheteurs peuvent être enregistrés en train de tourner la tête et de cligner des yeux, a expliqué un représentant de l'opérateur China Unicom. Des utilisateurs oscillant entre adhésion et inquiétude

« Les Gafam défient désormais les principaux Etats du globe. Et ces derniers contre-attaquent » Chronique. Longtemps, le marché passé par les géants du Web avec le public est resté obscur. Forts de la promesse d’un monde sans frontières, vaste forum où toutes les libertés pourraient s’épanouir et les droits humains prospérer, où le travail serait enrichi par l’automatisation des tâches d’exécution, les promoteurs du numérique nous ont offert un univers fabuleux de messageries instantanées, de réseaux sociaux, de « nuages » aux capacités de stockage illimitées.

Related: