background preloader

The Fab Charter

The Fab Charter
What is a fab lab? Fab labs are a global network of local labs, enabling invention by providing access to tools for digital fabrication What's in a fab lab? Fab labs share an evolving inventory of core capabilities to make (almost) anything, allowing people and projects to be shared What does the fab lab network provide? Operational, educational, technical, financial, and logistical assistance beyond what's available within one lab Who can use a fab lab? Fab labs are available as a community resource, offering open access for individuals as well as scheduled access for programs What are your responsibilities? safety: not hurting people or machinesoperations: assisting with cleaning, maintaining, and improving the labknowledge: contributing to documentation and instruction Who owns fab lab inventions? Designs and processes developed in fab labs can be protected and sold however an inventor chooses, but should remain available for individuals to use and learn from How can businesses use a fab lab?

« Il y a une bulle autour de l’impression 3D et du mot "lab" » Aurélien Fache, membre de Makery, anime un atelier grand public © Makery Entre le canal bobo et les cités de Colonel Fabien à Paris, il faut pousser la porte des Ekluz, une « fabrique culturelle et numérique » pour atterrir chez Makery. Dans un modeste 15 m2, les quatre membres permanents de la rédaction nous reçoivent au milieu de vieux Macintosh et d'un « compteur de place vélib » fabriqué avec circuit imprimé open-source. Annick Rivoire, rédactrice en chef, répond à nos questions. Pourquoi lancer un média 100 % dédié aux fablabs ? Annick Rivoire : C’est un mouvement international qui s’appuie sur des lieux physiques ou se retrouvent des makers, des hackers, des scientifiques, des artistes. On lit sur le site que « Makery est lui même est un projet en DIY ».

FabLab A fab lab (fabrication laboratory) is a small-scale workshop offering (personal) digital fabrication.[1][2] A fab lab is generally equipped with an array of flexible computer controlled tools that cover several different length scales and various materials, with the aim to make "almost anything".[3] This includes technology-enabled products generally perceived as limited to mass production. While fab labs have yet to compete with mass production and its associated economies of scale in fabricating widely distributed products, they have already shown the potential to empower individuals to create smart devices for themselves. History[edit] While the Grassroots Invention Group is no longer in the Media Lab, The Center for Bits and Atoms consortium is still actively involved in continuing research in areas related to description and fabrication but does not operate or maintain any of the labs worldwide (with the excmobile fab lab). Popular equipment and projects[edit] FabFi[edit]

Le Fab Lab, fabrique à questions juridiques compliquées Dans un Fab Lab, on se heurte à toutes les questions juridiques liées à la fabrication numérique : copie de fichiers soumis au droit d’auteur, contrefaçon… Qui plus est, la charte est assez floue sur le sujet. Le droit, ça me passait complètement au-dessus de la tête, lance Matthieu, médiateur au Carrefour Numérique². C’était avant la formation de l’équipe au métier de fab manager, qui a rappelé que cette question se pose bien souvent dans un Fab Lab. Elle est d’autant plus complexe dans un tel lieu que les objets créés englobent des domaines très variés, et concerne aussi bien le matériel que le logiciel, et donc des régimes juridiques différents. Une demi journée de la formation a été consacrée à cet aspect, en commençant par analyser la charte du MIT que les Fab Labs doivent respecter. Pour autant, le partage n’est pas assuré à 100% : Secret : les concepts et les processus développés dans les Fab Labs doivent demeurer utilisables à titre individuel. Sabine Blanc

FabLabs, Hackerspaces : quel régime de propriété pour les lieux d’innovation partagée La semaine dernière dans le cadre du 1er Festival du Domaine public, a eu lieu à la Paillasse une très intéressante discussion sur le « Domaine public et le vivant », dont j’ai eu le privilège d’être le modérateur. L’un des points du débat a porté sur la question du régime de propriété applicable aux créations produites dans des lieux d’innovation partagée, comme la Paillasse. « Laboratoire de biologie participative« , La Paillasse constitue l’équivalent d’un Hackerspace dans le champ de la biologie, proposant des espaces et du matériel à une communauté pour innover de manière collaborative. Les FabLabs et les Hackerspaces ont des liens très forts avec l’Open Source et la philosophie du logiciel libre, dont ils ont étendu la logique à la sphère de la fabrication d’objets physiques. Dans cet article sur Rue89 consacré à la « Fabrique d’Objets Libres », un FabLab situé à Lyon, le lien est fait entre les licences libres comme si c’était quelque chose d’entièrement naturel : WordPress:

Quels instruments pour les amateurs dans le contexte des « fablabs » ? Quels instruments pour les amateurs dans le contexte des fablabs ?, Lundi 20 juin 2011 - 17h00-20h00 Cette conférence coordonnée par l’Institut de Recherche et d’Innovation du Centre Pompidou s'inscrit dans le cadre du projet FabLab2 ( Elle portera sur la figure de l’amateur dans les Fablabs et s’interrogera sur la manière dont on peut l’accompagner (conceptuellement, institutionnellement, technologiquement), ainsi que sur la portée sociétale de ce mouvement de réappropriation des technologies. Armen Khatchatourov : Introduction Coup de projecteur sur les projets - 30 minutes Vincent Guimas : MagLab Mobile Antoine Mazières : Fabelier Session 1 : Quels instruments pour amateur ? François Brument (ENSCI) : Le rôle du designer dans un FabLab et sa capacité à développer des outils permettant au plus grand nombre de co-concevoir des objets. Session 2 : Enjeux sociaux des FabLabs - 1 heure Conférence organisée par Armen Khatchatourov (IRI).

FabLab@School FabLab@School is a growing network of educational digital fabrication labs that put cutting-edge technology for design and construction -- such as 3D printers and laser cutters -- into the hands of middle and high school students. TLTL researchers have spent the last years developing low-cost tools, a curriculum, and a rigorous teacher-preparation program. The labs are the proving ground for much of the research going on in TLTL. While these days there are a few other fabrication labs in school settings, FabLab@School was the first program designed from the ground up specifically to serve grades 6-12. There are currently FL@S installations on the Stanford University campus, in Moscow (Russia), Bangkok (Thailand), and in Palo Alto, USA. Additional installations are planned for East Palo Alto, Denmark, Australia, and Brazil. Minimum hardware resources needed to assemble a FabLab@School are: 1. Here are two commonly used laser cutter models in the U.S. Full Spectrum Laser 2. 3. RepRap

Design et gestion des droits de propriété intellectuelle au sein des Fab Labs Le 2 mars 2017 a eu lieu la première journée mondiale du design lancée par le Ministère italien des Affaires étrangères et la Coopération internationale. Lors d'une conférence organisée à Paris par l'Institut culturel italien, le designer italien Denis Santachiara est intervenu pour évoquer son travail avec les imprimantes 3D. Dans les années 90, les Fab Labs[1] sont nés aux Etats-Unis au sein du Massachussetts Institute of Technology[2]. Elles regroupent des laboratoires locaux qui ont la volonté d’innover. Ils sont signataires d’une charte[3] afin de partager leurs connaissances et leurs outils de fabrication numérique avec les autres. Ils utilisent du matériel et des outils, dont les imprimantes 3D, des logiciels (solutions libres et open-sources), ce qui soulève des questions juridiques importantes car les régimes juridiques applicables sont différents. Dans ce courant, s’est développé l’Open design. 1- La stratégie de protection du secret et la protection des données

Encadré | « Le fablab peut parfois être un frein à la protection » À qui appartient une création conçue dans un fablab ? Il n’existe pas, au sein du droit de la propriété intellectuelle, de régime particulier pour les créations nées au sein d’un fablab. C’est le droit classique de la propriété industrielle qui peut s’appliquer : un brevet pour une invention nouvelle, un dessin et modèle pour un objet au design particulier. Parfois, ces titres pourront se cumuler avec le droit d’auteur. La création appartiendra donc au déposant ou à l’auteur. Existe-il tout de même des spécificités ? La spécificité vient du lieu de création. L’échange de connaissances et le travail en commun peuvent donc avoir une influence sur la protection ? Le fablab est un lieu de vie, un peu comme les lieux de coworking, où on y rencontre d’autres personnes.

L’obsolescence déprogrammée : Prendre le parti des choses pour prendre le parti des hommes, Fablabs, makers et repair cafés par Marie Goyon crédit photographique : Fabrique d'Objets Libres, Laboratoire de l’obsolescence déprogrammée (LOD) Il est établi que les objets ont une vie sociale, affective et sensible dont on peut même retracer le parcours biographique (Appadurai, Kopytoff). Ils ont parfois une « seconde vie » par l’intermédiaire de dispositifs divers, prenant la forme de détournement (artistique comme par exemple le travail précurseur de Marcel Duchamp), de recyclage, de métissage ou de façon plus directe de deuxième vie d’usage (le marché de l’occasion et de la « seconde main »). Dans le cadre de cette recherche j’interroge plus précisément la dimension politique de la seconde vie des objets, à travers la réparation et le bricolage. Nous verrons que les choses et les hommes développent actuellement des rapports prenant de nouvelles formes d’organisation, à travers les mouvements des Fablabs, des makers et des repair cafés. Entrons-nous dans une ère placée sous le signe du néo-artisanat et du « bricolage » ?

Related: