background preloader

Blog de Didier da Silva

Blog de Didier da Silva
Mercredi 26 mars 2014 3 26 /03 /Mars /2014 07:19 Mercredi dernier, donc, je donnais cette lecture à la Maison de la poésie. J’étais arrivé à Paris le matin même, et il faisait un temps superbe. Il était prévu que je me produise dans la petite salle, au sous-sol, dont la jauge était certes mieux adaptée à l’importance de mon public, mais faire passer un Clavinova dans l’étroit escalier qui y mène n’enchantait pas les régisseurs (gens charmants dont l’un était un troublant sosie de Claude Nougaro jeune) et je ne me suis pas fait prier pour investir la belle et grande salle à l’italienne du rez-de-chaussée, d’autant que le film que j’avais préparé allait y prendre toute son ampleur : comme au cinéma.

http://lesideesheureuses.over-blog.com/

Related:  bonheur

"Le style" (2/5): Dessin stylé - Arts & Spectacles Deuxième moment de cette semaine imaginée autour de l'idée de "style". François Matton ets notre invité, il est auteur et dessinateur, il publie 220 satoris mortels (P.O.L., 2013), un livre de dessins légendés. Hier Pierre Bergounioux disait ne pas distinguer dans le fond, l’écriture du style, apparus en même temps selon lui que l’alphabet grec, et répondant à ce qu’il appelle un rationalisme dans le rapport de l’auteur avec ce qu’il se passe. Aujourd’hui, nous revenons au trait.

Yves Pagès 30 octobre 2015 [Rêverie d’un chômeur solitaire soumis aux aléas de l’Acronymat.] Perdu dans un dédale éclairé aux néons, un couloir après l’autre, je frappais à chaque porte sans succès, pressé de répondre au Dernier Avertissement Comminatoire (DAC) du Service des Déclarations Frauduleuses (SDF) qui menaçait d’interrompre leur versement mensuel – en l’espèce ma seule ressource d’existence – et, pire encore, d’exiger le remboursement d’un Trop Perçu Abusif (TPA) par un « divorcé inactif en fin de droits », alias moi-même, si je ne fournissais pas sans délais les preuves tangibles que cette Inaptitude à s’Auto-Entreprendre (IAE) n’était point le fruit d’une Mauvaise Volonté Patente (MVP) ou d’un Complément de Revenu Illicite (CRI) dont j’aurais camouflé l’origine, avec le risque infamant d’être incriminé sous le motif d’un Cumul de Bénéfices Indus (CBI). L’énumération obsédante m’avait mis la puce à l’oreille.

L’employée aux écritures Ces temps-ci un homme, pas jeune, vient souvent dormir sur un banc entre contre-allée et boulevard. Il glisse un semblant d’oreiller sous sa tête et pose sur lui une large couverture de laine rose format lit pour deux personnes dont les pans flottent de chaque côté du banc. Il ne s’enveloppe pas et personne pour le border. Au pied du banc, posés, deux grands sacs plastiques dans lesquels il rangera son attirail une fois son somme fait, avant de disparaître du quartier aussi discrètement qu’il y est apparu. A certaines heures du jour et en fonction de l’ensoleillement, l’homme qui n’est pas remarquable sauf quand il dort sous sa couverture rose, se reflète dans la vitrine de l’une des nombreuses officines de pompes funèbres – j’en compte sept dans un rayon de moins de 5 minutes à pied – ceinturant les deux hôpitaux du quartier. (Profusion d’offre de services qui laisserait à penser quant à la confiance relative accordée à ces établissements).

Jean-Philippe Depotte Alors, je suis allé voir le fameux film ! Le film aux Oscars. Birdman. J’avais adoré Babel, du même Iñarritu. 21 grammes, aussi. Alors, forcément, il ne faisait aucun doute que Birdman serait mon film de l’année… pas vraiment. En réalité, je suis sorti de la salle sans savoir quoi penser. La rencontre, un art de vivre Dominique Berthet nous a confié un extrait de son nouveau livre André Breton, l’éloge de la rencontre. Antilles, Amérique, Océanie qui paraît aux éditions HC Editions. Parution en deux temps : en mars en Martinique et en mai du côté de la métropole. Belle occasion de revenir sur l’influence d’André Breton sur l’imaginaire des Antilles alors même que remue.net accueille en ce moment même quelques belles rencontres de ce côté du monde : voir l’entretien avec Patrick Chamoiseau et le texte de Robenson D’HAITI. Dominique Berthet, philosophe, directeur de la revue Recherches en esthétique, a également publié chez HC un livre sur l’artiste martiniquais Hélénon, lieux de peinture. [SR]

Antoine Brea Si tu veux le vent c'est simple, c'est une masse de gaz en mouvement à la surface d'un plan, à la surface d'une planète. Et il y a comme pour toutes choses il y a des mouvements doux et des mouvements violents, voilà. Mais les vents les plus violents soufflent sur Neptune, sur Neptune et sur Saturne ils soufflent, mais pas par ici. Si tu veux le vent vient d'un frottement, c'est le frottement de l'énergie solaire d'avec la rotation de la planète, c'est le frottement des deux qui crée le vent, quelque part. Paésine Ce qui passe au dehors s'il y a un infranchissable entre le moment de la Photographie face à son sujet, vérité à laquelle on ne coupe pas, et le moment second où on est devant l'objet photographié, finalisé, proposé à tout regard, que ce soit une pin-up, le dernier président des États-Unis, un paysage florentin, la guerre de Crimée, un poste d'aiguillage du temps de la Général, la peau d'un cheval pantelant à un arbre, baudruche toute dégonflée comme sortie d'un Caprice de Goya bien que ça soit les tranchées de la Grande Guerre, un panier à têtes, une galerie des morts. comment reconstruire l'image en injectant du langage, autre intention, reprendre l'expérience à son lieu de tensions via cet infranchissable de l'origine, ça s'est passé? évoquer l'image, la native, par ses éclats successifs dans le temps, ce qui implique des choses, idées, espaces, mouvements, qui ne sont pas toujours dans l'image-mère, mais seraient convoquer pour rendre plus nature, et garder à juste distance?

Lionel Davoust 16 avril 2014 LD0 réaction Affiche Juan Miguel Aguilera Nous pouvons l’annoncer avec plaisir, pour ceux qui l’attendaient, l’initiative est reconduite cette année : démarche novatrice initiée par les Imaginales, la Masterclass vous offre l’occasion d’acquérir méthodes et techniques qui faciliteront ou amélioreront votre travail d’auteur. Encadrés par Jean-Claude Dunyach et moi-même, ces deux jours vous apprendront que l’écriture est aussi un métier, et visent à vous donner les clés pour trouver votre méthode, votre voix, vos propres outils de création. Ces deux jours d’échanges, d’enseignement et de travaux guidés (mercredi 21 et jeudi 22 mai 2014) visent à transmettre les outils essentiels de l’écrivain, des briques de base de la narration comme le point de vue, la construction d’un scénario, aux réalités financières et légales du métier (distribution, droit d’auteur…).

❤ Exposition "Trait de Côte" - 2013-09-03 - Pavillon M À l’occasion de l’événement « Septembre en Mer », Christine Nicolas présente ses aquarelles longues de 65 mètres représentant le rivage Marseillais. Une randonnée maritime à vivre et à découvrir jusqu’au 9 septembre. A propos de l'exposition : Entre 2004 et 2006, la plasticienne Christine Nicolas longe en kayak le rivage de la rade de Marseille et le photographie avec méthode. Elle se lance dans un travail de moine : transposer ces vues en un long ruban de 65 mètres d’aquarelles, représentant 35 kilomètres de côte urbaine dans leur continuité. Aucun artiste avant elle ne l’a fait.

Le bloc-note du desordre Jeudi Les éditeurs ne comprenaient pas. A propos d’Au pays du p’tit de Nicolas Fargues La littérature de gare existe vraiment je l’ai rencontrée. A la bibliothèque du Comité d’Entreprise de la Très Grande Entreprise qui m’emploie.

Vivre avec Camus Il est l’écrivain français du XXe siècle le plus traduit et le plus lu dans le monde. À l’occasion de la célébration du centenaire de sa naissance, le 7 novembre 1913, Joël Calmettes, déjà auteur de deux films sur le Prix Nobel de littérature – La tragédie du bonheur (avec Jean Daniel) et Le journalisme engagé – parcourt la planète pour rencontrer des lecteurs de tous âges et de toutes conditions qui ont été marqués par son œuvre. Le résultat est formidable : dans Vivre avec Camus se côtoient un poseur de parquet canadien, un apprenti pâtissier algérien, une gendarme française, un humanitaire allemand, un ancien condamné à mort américain...

GR653 De Arles (Bouches-du-Rhône) à Aniane (Hérault) Randonnée avec le GR653, chemin de St Jacques de Compostelle, à travers les Bouches-du-Rhône, le Gard et l'Hérault de Arles à Aniane via Saint-Gilles, Vauvert, Gallargues-le-Montueux, Baillargues, Castelnau-le-Lez, Montpellier, Grabels, Montarnaud et La Boissière. Gîtes d'étapes, Gîtes d'étapes, Chambres d'hôtes, Hôtels, Camping, Refuges, Auberges. Inscription d'un hébergement De Arles (Bouches-du-Rhône) à Aniane (Hérault) 118km

Related: