background preloader

Le livre numérique cherche ses bibliothèques

Le livre numérique cherche ses bibliothèques
À l'heure du prêt de livres numériques, quel rôle pour les bibliothèques, face aux puissants libraires en ligne comme Amazon ? Silvae évoque les scénarios possibles dans un futur très proche. En 2012 il reste une idée reçue gênante : un livre emprunté dans une bibliothèque est soi-disant un livre qui n’est pas acheté. Que l’on ajoute numérique et l’idée reçue est toujours là, empoisonnant les relations entre éditeurs et bibliothécaires. Dans l’article “Les bibliothèques pourront-elles être le freemium de l’édition?”, je soulignais l’importance de réinsérer les bibliothèques dans la chaîne de valeur de l’édition, de manière explicite, partant de l’idée qu’il faut nous rendre nécessaires dans un monde d’abondance des données et que les emprunteurs de livres dans les bibliothèques sont aussi acheteurs. “Un bouton “acheter” a été mis en place dans l’application de prêt, pour rediriger vers le site de l’éditeur. Bien sûr, cela soulève de nombreuses questions sur le rôle des bibliothèques. Related:  Ebooks en bibliothèque

Le livre, le e-book et les bibliothèques Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Patrick Bazin, conservateur général des bibliothèques et directeur de la Bibliothèque publique d'information (Centre Pompidou) Ceux qui diagnostiquaient, dès le début des années 1990, la fin de l'ordre du livre et l'émergence de la culture numérique entendaient par là non pas la mort du livre mais la disparition de sa centralité dans le champ culturel. Selon eux, l'extension du champ de la textualité à toute forme d'expression, écrite, visuelle, sonore, corporelle, grâce au langage de l'algorithme allait permettre de dépasser, en l'englobant, le stade livresque du texte. Elle allait ouvrir à un nouvel écosystème de la connaissance, plus vaste, plus complexe, plus impliquant. Elle n'allait pas, pour autant, disqualifier l'objet livre et l'expérience spécifique de lecture qu'il délivre. Ils avaient raison. La vraie question est celle de la mutation profonde de nos pratiques cognitives.

Ebook en bibliothèque : 7 réalisations A défaut de disposer de bouquets pour les lecteurs abonnés, ce qui est une bonne idée, que peut-on faire autour et avec le livre numérique ? Voici 7 réalisations qui ont été testées à la Bibliothèque de Toulouse en 2010/2011. 1. Mettre en valeur un texte "ancien" numérisé dans le contexte d'une expo C'est l'histoire de Jane Dieulafoy, toulousaine habillée en garçon, qui parcourt la Perse pendant 14 mois en 1881-1882. septembre/décembre 2011 --> valoriser les numérisations // accompagner une expo // raconter "une histoire" // amplifier l'expo par un récit historique // apporter un "plus" à l'expo en ligne. 2. "Paroles de squelettes" est une expo du Museum d'Histoire naturelle de Toulouse qui s'est accompagnée d'un concours de nouvelles. janvier/juin 2011 --> apprendre à créer un livre numérique // mutualiser les compétences entre deux établissements culturels // diffuser // 3. Tout le monde connaît le principe de la classe Patimoine. dès octobre 2010 4. octobre à décembre 2010 5. 6. octobre 2010

La bibliothèque tout électronique (BBF) « Pensons donc avec bonté à ceux qui nous faisaient peur avec leurs slogans et leurs rengaines sur la masse sans cesse plus imposante de la littérature mondiale, à tous ceux qui, pris de pitié devant notre ignorance aveugle, voulaient résoudre nos problèmes à l’aide de machines qu’ils n’avaient encore ni imaginées ni pensées 1. » Si, historiquement, la plupart des bibliothèques furent au départ des collections de « livres » tous fabriqués sur le même support, tôt ou tard le problème du traitement de l’information présentée en d’autres formats s’est posé à chacune d’entre elles ou presque. Les « bibliothèques » de tablettes d’argile durent prendre en compte les rouleaux de parchemin ou de papyrus, et les bibliothèques de rouleaux durent intégrer les manuscrits. Une bibliothèque pour le XXIe siècle L’EBU qui recevra ses premiers étudiants en 2008 leur offrira un large éventail de programmes, du premier cycle au doctorat. Une définition plus stricte Les collections Les locaux

Le livre numérique et les BU APRÈS UNE COURTE PÉRIODE D’EUPHORIE AUTOUR DU PHÉNOMÈNE EBOOK, au début des années 2000, qui nous promettait une « révolution », la brutale déconvenue qui suivit, liée aux désillusions de la net-économie, n’a cependant pas empêché une progression, certes modeste et lente mais constante, du marché et de l’industrie du livre électronique. Les récentes statistiques de l’Open eBook Forum (OeBF) [1] L’OeBF (www. openebook. org/ ) est un consortium international... [1] en témoignent. Loin de disparaître, les agrégateurs de contenus ont jusqu’à présent non seulement survécu, mais augmenté de manière significative le nombre de titres de leurs catalogues : Questia, société en difficulté dont on annonçait la mort, se maintient ; Gemstar, qui avait cessé ses ventes de tablettes eBook, vient de ressusciter sur le site de eBookwise ; Cybook, le lecteur nomade français, continue de vivre après la liquidation de la société qui l’a fabriqué, Cytale. Une menace pour le livre traditionnel ? Négociations

Les bibliothèques françaises prêtent encore trop peu de livre numérique 01net. le 28/06/13 à 19h08 Seules 1,5% des bibliothèques publiques françaises proposent le prêt de livres numériques à leurs usagers contre 76% de leurs homologues aux Etats-Unis. Si le développement numérique des bibliothèques progresse, avec désormais 84% des établissements qui disposent d'un catalogue informatisé et 70% qui offrent un accès à Internet, « la marge de progression demeure considérable » en matière de prêt, souligne le rapport de synthèse. Conscient des efforts à fournir par les 7 500 bibliothèques de France, le président du Syndicat national de l'édition (SNE), Vincent Montagne, a récemment placé, dans les priorités des éditeurs, le développement des offres de prêts numériques en bibliothèque. Le rapport souligne également une forte hausse de la fréquentation des bibliothèques sur la période 2006-2011 (+ 11%), un recul de 5% de l'emprunt de livres par rapport à 2006 et une hausse de 10% de l'emprunt des autres documents (sonores et vidéos en particulier). Source :

Related: