background preloader

Animation - Le sacre de l'empereur Napoléon Ier : une œuvre clé

Animation - Le sacre de l'empereur Napoléon Ier : une œuvre clé
Related:  Ressources institutionnelles en HDAhistart

Frise Numérique Histoire et Histoire des arts Le sacre de Napoléon Contexte historique En août 1802, un plébiscite avait établi le Consulat à vie, étape importante vers l’identification de la république à Bonaparte. Au début de 1803, on avait vainement tenté d’obtenir de Louis XVIII une renonciation à ses droits sur la couronne de France. En avril 1804, le Conseil d’Etat suggéra officiellement la création de l’Empire, et le Sénat adopta le 18 mai 1804 la nouvelle constitution confiant le « gouvernement de la république » à Napoléon Bonaparte, empereur héréditaire. Analyse de l'image Contre tout usage, Napoléon souhaita se couronner lui-même et couronner l’impératrice Joséphine, ce malgré le désir du pape de procéder au sacre et au couronnement. Dans cette vaste frise, on reconnaît autour des trois principaux protagonistes Cambacérès et Lebrun, ex-consuls devenus respectivement archichancelier et architrésorier, Talleyrand, Eugène de Beauharnais, les nouveaux maréchaux ainsi que les sœurs de Napoléon, chargées de porter la traîne de Joséphine.

Le Sacre ou le Couronnement Dans ce tableau commandé par Napoléon 1er, David met en scène le caractère fastueux du Sacre et son message politique et symbolique. Témoin oculaire de la cérémonie, il en rendra avec réalisme la foule chamarrée mais il devra aussi répondre aux intentions de l’Empereur. Une fois en atelier, il devra concilier valeur documentaire et solutions artistiques. Il relève ainsi le défi de réaliser un ouvrage monumental à la gloire de l’événement et de l’inscrire, comme une œuvre à part, dans l’histoire de la peinture. Un double couronnement Paré de la gloire militaire depuis les campagnes d’Italie et d’Egypte, Napoléon avait le pouvoir absolu depuis le coup d’état du 18 Brumaire. Alliance de l’Histoire et de l’Art Pour l’ordonnancement général, David s’est inspiré du Couronnement de Marie de Médicis de Rubens (au Louvre). On marche dans ce tableau Bibliographie

Jacques Louis David,Le Serment du Jeu de Paume,20 Juin 1789,classicisme,éducation,enseignement,analyse et etude de la toile et du style,art,culture,peinture Laisser un commentaire ou un avis : Jacques Louis David. (1748-1825). Le Serment du Jeu de Paume. (20 Juin 1789). Le 20 juin, lorsque les députés du tiers état se présentent pour une réunion des États généraux à la salle des Menus-Plaisirs du palais de Versailles, ils trouvent la porte fermée. Ceci présage de leur renvoi prochain, ils se rassemblent donc à l’instigation de Joseph Ignace Guillotin, dans la salle voisine du Jeu de paume et la réunion débute vers 10h30. Au cours des débats, présidés par Jean Sylvain Bailly, Jean-Joseph Mounier déclare que : « les représentants de la nation doivent se lier au salut public et aux intérêts de la patrie par un serment solennel ». Le point de vue est situé sur l’orateur central. Le député Jean Sylvain Bailly qui lit le serment se trouve juste en dessous du centre géographique de l’œuvre, encadré par 4 points naturels d’intérêt. Il y a 2 espaces distincts. La perspective est centrale la toile est construite sur les 2 diagonales. Détails : Lumière :

CRDP d'Alsace - Histoire des Arts – 2.0 Histoire des arts Fiches pédagogiques Lexique des peintres, écrivains, sculpteurs… Ressources de proximité Actualités (voir plus d'actualités) En Alsace et dans le Rhin supérieur Domaines artistiques En venteau CRDP d'Alsace En prêtau CRDP d'Alsace Instructions officielles Portail Histoire des Arts - Ministère de la Culture Site principal du CRDP | Mentions légales | Contacts | Droits de l'image et du son | Aide Jacques-Louis David (1748-1825) - Le sacre de Napoléon (1805 à 1807) Jacques-Louis David (1748-1825) - Le sacre de Napoléon (1805 à 1807) thématique Arts, États et pouvoir problématique Comment un peintre se met-il au service du pouvoir histoire-image.org dare-d'Art.blogspot education.francetv histocollege.fr contexte historique Fin 1799, le général Bonaparte a remporté de nombreuses victoires militaires et devient extrêmement populaire. contexte artistique C'est le néo-classicisme : style caractérisé par le réalisme de détail et le sens du grandiose Une toile de propagande: Cette toile de Jacques Louis David, malgré son caractère documentaire n'est pas seulement "témoin" de l'Histoire. Il donne au couple une place centrale dans la toile: L'empereur y est le point de rencontre entre le monde religieux situé derrière lui et symbolisé par le pape Pie VII, et le monde laïc, républicain situé face à lui. documents trouvés sur internet (essentiellement sur des sites de professeurs d'HG)

Histoire du Consulat et du Premier Empire - Les Documents Chargé par Napoléon Ier (au printemps 1804, mais la date exacte n'est pas connue avec certitude) de représenter la cérémonie de son sacre, Jacques Louis David choisit d'illustrer avec exactitude cet événement historique. Après avoir assisté à la cérémonie et réalisé des esquisses de l'attitude de chacun des quelque cent cinquante personnages présents, relevant, jusque dans les moindres détails, leurs vêtements, il s'installe dans un atelier spécialement conçu pour l'occasion dans la chapelle de Cluny. Son confrère Isabey lui a d'ailleurs transmis les marionnettes qui lui ont servi à préparer la cérémonie. Il commence son travail à la fin de 1805, et il lui faudra deux années pour le mener à bien, en novembre 1807. A l'origine, Napoléon souhaitait célébrer l'instant où il s'était lui-même couronné. 1. "L'empereur se leva á huit heures. 2. 6. 11. 13. Le sceptre de Sa Majesté l'empereur avait été confectionné par M. 19. 20. 30. 32. 33. Rangée de femmes 34. 39. 41. ? 45. 48. 57.

Jacques Louis David,La mort de Marat,1793,classicisme,éducation,enseignement,analyse et etude de la toile et du style,art,culture,peinture Laisser un commentaire ou un avis : Jacques Louis David. (1748-1825). La mort de Marat. (1793). Jean-Paul Marat (1743-1793) est médecin, journaliste et homme politique. Le point de vue se situe au niveau du visage, puis l’œil suit le bras et voit la page que lisait Marat. Marat, le sujet principal, se trouve sur 3 lignes de force et sur 2 points naturels d’intérêt. La moitié de l’espace pictural est constituée de vide, le corps de Marat semble abandonné dans le néant. La toile est construite en fonction de la grande diagonale descendante. Détails : Marat semble endormi, son visage est serein. La toile est un hommage donc David fait une dédicace. Marat a encore dans la main le billet que Charlotte Corday lui a fait remettre pour être reçue. Lumière : La lumière la lumière vient du bas à gauche. Couleurs : Harmonie entre couleurs chaudes. Toiles Similaires : Jacques Louis David. Jacques Louis David. Jacques Louis David.

Bonaparte glorifié Contexte historique Le coup d’Etat de Bonaparte les 18 et 19 brumaire an VIII s’étant réalisé dans le contexte particulièrement difficile des guerres de la deuxième coalition (1799-1800), Bonaparte devait avant tout restaurer l’ordre dans le pays. Il pacifia les départements royalistes de l’Ouest, insurgés contre la République, élimina les néo-Jacobins et renversa la situation militaire en parvenant in extremis à repousser les Autrichiens à Marengo le 14 juin 1800. Cette demi-victoire fut transformée en bataille décisive grâce à une propagande particulièrement efficace, à laquelle contribua le tableau où David a illustré le fameux épisode du passage des Alpes par l’armée de Bonaparte. Analyse de l'image Peint en 1800, ce tableau ouvre l’iconographie de l’épopée napoléonienne, au terme de laquelle lui répondra comme en écho Le Cuirassier blessé quittant le feu de Géricault (1814, musée du Louvre). Interprétation Le tableau s’est mué ici en image.

hda-sacre-de-napoleon.pdf Méthode d'analyse d'oeuvres liées aux arts visuels Histoire des Arts en Khâgne » Blog Archive » Jacques Louis David et la peinture d’histoire Au moment de la Révolution, David et les néoclassiques entraînent une libération de l’art par rapport au pouvoir politique tout en traitant de sujets politiques. Ils refusent l’enfermement dans une dimension purement esthétique : conformément à la vision de l’art de Diderot, pour eux les œuvres ont aussi une fonction pédagogique, didactique (c’est l’époque de la constitution du Muséum). Si le retour au classique n’est pas propre ni à la France ni à la peinture, les peintres français jouent un rôle d’avant garde en la matière. Comme pour l’architecture avec Ledoux et le « néopalladianisme » britannique, c’est par la dénonciation des « excès » du rococo que le changement surgit. La question de la représentation du politique. - Au XVIIe siècle, Louis XIV avait mis les pouvoirs de la représentation au service de la représentation du pouvoir (cf. - Au XVIIIe siècle, On assiste à une remise en cause des systèmes de valeurs et de pensée du XVIIe. L’émergence d’un nouveau style.

Related: