background preloader

Quel ROI pour les réseaux sociaux d'entreprise

Quel ROI pour les réseaux sociaux d'entreprise

« Les réseaux sociaux d’entreprise transcendent la hiérarchie et ont tendance à aplatir la pyramide » Interview croisée de David Fayon, co-auteur du livre « Réseaux sociaux et entreprise : les bonnes pratiques » et Anthony Poncier, auteur du livre « Les réseaux sociaux d’entreprise : 101 questions ». Ces deux experts en technologies numériques nous parlent des réseaux sociaux d’entreprise, de leurs opportunités aux risques engendrés par leur utilisation. Techniques de l’Ingénieur : Comment définit-on les réseaux sociaux ? Quels sont ceux existant, publics et professionnels ? Anthony Poncier : Généralement, on distingue trois types de réseaux sociaux. Même si l'entreprise peut les ouvrir à ses clients, ces réseaux sont contrôlés intégralement par l'entreprise qui les met en place. David Fayon : Les réseaux sociaux sur Internet ont des caractéristiques communes avec les réseaux sociaux dans la vie. Comment sont-ils utilisés ? A.P. : Cela dépend des entreprises, chacune va déployer des usages particuliers. De cette manière, les gens sont mis en réseau et peuvent ainsi mieux se connaître.

Sept avantages d’un réseau social d’entreprise Un réseau social d'entreprise peut renforcer votre activité, vous aider à identifier les connaissances de votre personnel et prendre la température au sein de votre entreprise. Vous en avez certainement fait l’expérience vous-même : vous commencez un nouvel emploi, vous vous posez des millions de questions et ignorez totalement à qui les poser. Il existe une solution facile : réfléchir aux changements que le modèle social a apportés dans notre façon de communiquer sur le plan personnel et importer certains enseignements sur le lieu de travail. Des outils tels que les réseaux sociaux d'entreprise ont fait évoluer nos modes de communication dans l’entreprise, et il existe bon nombre d'avantages à intégrer un réseau social interne au sein de l’organisation. Une meilleure phase d’intégration Les nouveaux employés cherchent des réponses aux questions qu'ils se posent dès le premier jour, mais évitent d'envoyer des e-mails en rafale à des collègues encore inconnus. Archiver les connaissances

Vers un impact grandissant des réseaux sociaux sur la prise de décision Le partage d'information sur les plateformes communautaires est une mine d'or à exploiter pour les entreprises. Elles intègreraient ces outils toujours plus dans leurs processus d'analyse stratégique. Les médias sociaux feraient-ils souffler une ère nouvelle dans le domaine de l'intelligence économique ? Ces technologies sociales arrivent en effet à maturité et les entreprises prennent davantage conscience de leurs bienfaits pour adapter leur stratégie. Selon un papier* publié par McKinsey Quarterly, ils devraient prendre un rôle plus large pour dépasser certaines limites des méthodes traditionnelles, notamment dans la collecte d'informations et amener une meilleure compréhension des enjeux grâce à une analyse en temps-réel. L'utilisation des réseaux sociaux dans le processus d'intelligence permettrait aux entreprises de gagner en réactivité, en temps mais également de mieux structurer les données pour avoir un meilleur aperçu de leur écosystème. Une cartographie en temps réel *M.

"En externe comme un interne, l'entreprise doit se mettre en phase avec le monde 2.0" Les entreprises sont toujours plus nombreuses à utiliser les médias sociaux dans leur stratégie de communication externe. Toutefois, des disparités existent avec la réalité vécue en interne. Les DRH doivent jouer un rôle pour apporter de la cohérence. Interview de Ziryeb MAROUF, Président de l'Observatoire des Réseaux sociaux d'entreprise, rencontré à l'occasion de la Conférence organisée par le Club DéciDRH : Quelles stratégies adopter en matière de digital, en partenariat avec L'Atelier. L'Atelier : Est-ce que les responsables des ressources humaines voient les réseaux sociaux comme un canal de recrutement supplémentaire ou comme une évolution de la stratégie de l'entreprise ? Ziryeb Marouf : Les entreprises ont compris que la blogosphère et les médias sociaux sont un terrain de jeu extraordinaire pour atteindre leurs objectifs stratégiques. Il va y avoir des départs à la retraite dans une décennie et il va falloir renouveler de manière significative les ressources de l'entreprise.

Les réseaux sociaux d’entreprise, l’intelligence collective… Plus d’un milliard d’utilisateurs sur Facebook, 200 millions sur Linkedin, 50 millions pour Viadéo, les réseaux sociaux ont envahi notre sphère privée et font peu à peu leur apparition dans le monde de l’entreprise, où les frontières entre vie professionnelle / vie privée s’estompent. Le web 2.0, le partage, les échanges, bref, le collaboratif, au cœur de l’entreprise, via ces réseau sociaux d’entreprise dédiés et propres à chaque société, provoque une vrai rupture culturelle et impacte les organisations. Quel est l’impact de ce phénomène sur le rôle de la formation et les pratiques d’apprentissage ? L’apprentissage via les nouvelles technologies et le virtuel ne date pas d’hier : le Computer Based Training (CBT) au début des années 1980, puis le e-learning au milieu des années 1990, les serious games dans les années 2000, ont marqué l’évolution de la formation par l’usage du numérique. L’ère de la collaboration Autre exemple frappant : Wikipedia. Intérêts des Réseaux Sociaux d’Entreprise

Réseaux sociaux, communautés, groupes : cherchez les différences ! Les réseaux sociaux, les communautés (on s'intéresse ici aux communautés en ligne) et les groupes (réels ou virtuels) sont des dénominations courantes dans la vie d'aujourd'hui - Facebook (surtout), Twitter, Linkedin et autres sont devenus, rapidement, des éléments importants de notre façon d'être et d'agir en société, principalement en société virtuelle. Des dénominations courantes et usuelles mais que recouvrent-elles réellement? Voici quelques pistes de réponse. Les communautés Bruno Boutot, journaliste québécois qui s'intéresse aux médias sur le Web, définit les trois grandes caractéristiques d'une communauté sur le Web comme suit: 1 – des membres font quelque chose ensemble, avec au moins un lieu principal d’activités communes; 2 – un “membre” est une personne inscrite dont l’identité est stable et dont toutes les contributions au site sont mémorisées et facilement accessibles à tous; 3 – Il y a un “guide de participation” clair et un système de “signal aux modérateurs” (flag).

E-mails et Intranets sont dépassés, place aux réseaux sociaux d’entreprise ! En regroupant les relations et les communications professionnelles ainsi que les contenus et processus associés en ligne, les réseaux sociaux d’entreprise ont la capacité d’avoir un énorme impact sur la manière dont les personnes travaillent et sur la façon d’opérer des entreprises. Saviez-vous que plus de 3,7 millions d’e-mails sont échangés chaque seconde dans le monde ? [1] Vous avouerez qu’aujourd’hui tous les e-mails sont devenus urgents, et que la plupart d’entre eux ne prennent pas en compte la charge de travail déjà existante de leurs destinataires. Les employés passeraient ainsi environ 13 heures par semaine à écrire et lire des e-mails, ce qui représenterait un coût annuel par employé de 20 990 dollars (16 223 euros) [2]. De plus, ils passeraient 9 heures par semaine à chercher des informations. Les réseaux sociaux d’entreprise sont rapidement devenus un impératif pour les entreprises, tout comme l’e-mail l’a été dans les années 80 et les sites Internet dans les années 90.

Réseaux sociaux d'entreprise : atouts, limites et perspectives De quelle façon les entreprises qui souhaitent mettre en place un RSE abordent-elles ce projet ? Leur mode opératoire est très variable. D’un côté, quelques grands groupes privilégient une démarche globale portant sur la totalité de leur population. Cette approche, qui reste rare, a pour objectif la « transversalisation » et l’« horizontalisation » des échanges sur l’ensemble du scope. Elle présente également une difficulté : comment gouverner cette horizontalité, animer cet axe transversal et résister à la pression des métiers les plus intéressés et proactifs ? Le plus souvent, le RSE est installé de façon verticale, à l’intérieur de communautés métier. Quels sont, selon vous, les principaux atouts des RSE ? Ils permettent la mise en œuvre de liens interpersonnels tournés sur la transversalité des échanges et le transfert de compétences, qu’il s’agit d’organiser et de structurer. Existe-t-il des freins à leur déploiement ? Ils sont de plusieurs ordres.

Related: