background preloader

Pour une critique de l’intelligence collective

Pour une critique de l’intelligence collective
Texte initialement publié en avril 1996 L'intelligibilité va avec l'immatérialité. Thomas d'Aquin Il faut se rendre à l'évidence: nous vivons un véritable Cyber-Bang, aux conséquences imprévisibles. L'économie du virtuel commence à façonner en profondeur une nouvelle société, en accélérant la dématérialisation des flux, en augmentant les court-circuits informationnels, en restucturant les marchés du traitement de l'information, en généralisant la "désintermédiation", mais aussi en provoquant de nouvelles inégalités culturelles entre "info-riches" et "info-pauvres". A. 1. "Un mot est encore l'homme, deux mots sont déjà l'abîme" - dit Roberto Juarroz. Il y a cependant une différence radicale entre le langage naturel et la formalisation mathématique: les mathématiques favorisent l'induction et la généralisation. Il y a la raison qui se porte sur les essences en tant qu'elles sont connues, clarifiées, et la raison qui se porte sur les essences en tant qu'elles sont cachées, obscures. 2. 3. 4. Related:  Théorie & réflexions autour de l'ICIntelligence collectiveIntelligence collective

Conduite du changement et utilisation de la courbe du deuil : PRUDENCE ! « EOMA Dans l’apprentissage des méthodes en conduite du changement, l’un des premiers points abordés est la "résistance" au changement. Pour illustrer ce processus de "résistance", puis celui de son acceptation, on utilise un schéma, une courbe nommée la "vallée de la peur" ou la" vallée des larmes". Il faut être extrêmement prudent quant à l’usage de cet "outil". En effet, cette courbe représente avant tout les phases du processus de deuil décrites par la psychiatre et psychologue américaine Elisabeth Kübler-Ross, qui a consacré son travail à l’accompagnement des personnes en soins palliatifs et à l’accompagnement de leurs proches. L’annonce de la mort proche provoque les réactions suivantes : Mais au sein de l’entreprise, avant de plaquer ce schéma sur les réactions présumées des collaborateurs à l’annonce d’un nouveau projet et des changements qu’il induit, il faut rappeler que le processus de deuil est un processus individuel et personnel. Clotilde Nicol Like this: J'aime chargement…

L'intelligence collective peut tuer une bonne idée Je suis tombé il y a plusieurs années sur ce texte, l'œuvre géniale d'un créatif de talent qui a visiblement beaucoup d'expérience dans la publicité ou le marketing direct. Prenez le temps de lire l'intégralité de sa prose. J'adore ce traité humoristique pour parler de la bêtise collective. Voici comment on peut tuer une bonne idée ou tuer toute innovation par l'addition d'intelligences individuelles, ou comment chaque intelligence individuelle peut génèrer une stupidité collective. Stratégie : prouver au lecteur que les poètes n’ont pas les pieds sur terre. Soudain, il déchante. Un peu tremblant, Jean de La Fontaine lit son titre: “la cigale et la fourmi”. Vexé de n’avoir pas ouvert la bouche le premier, le directeur marketing suggère de mettre “abeille”. Nouveau titre : “La mouche et la fourmi”. Nouveau titre : “La mouche et la coccinelle”. On relit “La mouche ayant bourdonné du 21 juin au 22 septembre inclus se trouva fort dépourvue...”. Le directeur des ventes se lève.

Les principes de l’intelligence collective | Recompose Posted on 2014/11/26 Le terme « Intelligence Collective » englobe une diversité de méthodes permettant aux participants d’un groupe de contribuer à un objectif commun avec leurs capacités cognitives. Le postulat de départ de ces méthodes est que l’intelligence du groupe sera supérieure à la somme des intelligences isolées. C’est bien la rencontre d’une diversité de personnes dotées de leurs expériences, de leurs savoirs tacites et explicites qui nourrira une réflexion commune dans un cadre donné. S’il n’y a pas de recette miracle pour mobiliser les potentiels humains, il y a cependant quelques ingrédients, couramment utilisés et communs à de nombreuses approches organisationnelles, qui une fois intégrés à la recette permettent de créer des conditions favorables. Le dessin (ci-dessus) d’Hélène Pouille, facilitatrice visuelle de talent avec qui je travaille, met en image 5 des 6 principes que j’utilise pour poser le cadre lors d’une session de courte durée. Ecouter avec attention

Gérer le changement à chaque phase traversée par les acteurs d’un projet Face au changement qu’entraîne le déploiement d’un nouvel outil informatique, l’individu est amené à traverser quatre étapes de transition. Selon l’individu, la durée de ces quatre phases sera plus ou moins importante et évoluera en fonction de facteurs internes et/ou externes au projet. Ainsi, afin d’adapter son message et sa stratégie de conduite du changement, le consultant en Système d’Information doit être capable de déterminer avec précision la phase par laquelle passe chacun des acteurs. Cela permet également de mettre en place un changement de manière continue et progressive tout en prenant en compte les différences de ressenti de chacun. L’étape de choc et de déni Elle entraîne un refus de voir et de prendre en compte l’arrivée du nouveau système d’information. Quelques craintes fréquentes : « Si l’informatique fait tout à ma place, je risque de perdre mon emploi » ou « Mes habitudes de travail vont être modifiées du jour au lendemain ! L’étape de révolte La phase d’exploration

Le R.O.I. de l’intelligence collective enfin démontré Alexis Nicolas se définit comme un “manager 2.0.” Son rôle est d’activer au sein de BNP Paribas une organisation en réseau afin d’améliorer le capital social de l’entreprise. J’ai rencontré Alexis lors de ma dernière conférence à l’IGS. Nous avons échangé sur la question du R.O.I. (retour sur investissement) de l’intelligence collective et trouvé des pistes très intéressantes que je souhaite partager avec vous dans ce billet. Le 30 janvier 2013, Alexis a publié un article dans Le Cercle – Les Échos qui est très éclairant et que je vous invite à lire : Voici un petit résumé de cet article (avec quelques copier-coller !) Le résumé de l’article ! Chacune à leur manière, toutes les entreprises veulent réduire le coût du travail. L’approche classique prône une recherche d’utilisation des ressources à 100 %. L’impasse sur le coût des délais ! Qu’en pensez-vous ? Related

Le mythe de l'intelligence collective RESUME : Notre époque, qui ne se paye pas de mots, a inventé la notion d’« intelligence collective » pour glorifier ses exploits technologiques et autres "success stories". Mon propos ici est de voir de plus près ce qui, éventuellement, pourrait être escamoté dans ce mythe. Comment se fait-il que, malgré cette impressionnante série d’exploits créatifs, l’homme contemporain fasse preuve en même temps de tels aveuglements (collectifs) ? [1] Ecrivain, de formation ingénieur, 25 ans d'expérience en grande entreprise, spécialiste de l’économie de la connaissance, par ailleurs praticien du théâtre, titulaire d’un master en arts du spectacle, chercheur en études théâtrales Notre époque, qui ne se paye pas de mots, a inventé la notion d’« intelligence collective » pour glorifier ses exploits technologiques et autres "success stories". Il me semble que ce mythe se présente sous deux aspects, mécaniste et organique. « Qui supporterait plus longtemps cette pesanteur ? « Au début on ne voit rien.

Authentic Community Leadership Mesurer l'intelligence collective? « Une entreprise a besoin d’ordre pour survivre et de désordre pour évoluer. » Peter Drucker Du point de vue de l’épistémologie (la science des sciences) l’intelligence collective est soit une chimère, soit un construct. Ce terme a été traduit en français par « construit » et désigne un concept psychologique utile mais complexe et difficilement mesurable comme par exemple l’amour ou la motivation. Quoique les constructs soient difficiles à cerner et à mesurer, la question de leur validité demeure. Si nous considérons par exemple le construct nommé « intuition » (« Connaissance directe et immédiate qui ne nécessite pas le recours au raisonnement », Dictionnaire de la Langue Française), il est possible d’imaginer une batterie de tests où une personne se verrait soumettre des problèmes, énigmes ou dilemmes en un temps très limité. L’analyse factorielle à la recherche des constructs Des études empiriques sur des groupes restreints Note: 1.

Collective intelligence Types of collective intelligence Collective intelligence is shared or group intelligence that emerges from the collaboration, collective efforts, and competition of many individuals and appears in consensus decision making. The term appears in sociobiology, political science and in context of mass peer review and crowdsourcing applications. It may involve consensus, social capital and formalisms such as voting systems, social media and other means of quantifying mass activity. Collective IQ is a measure of collective intelligence, although it is often used interchangeably with the term collective intelligence. Collective intelligence strongly contributes to the shift of knowledge and power from the individual to the collective. History[edit] Dimensions[edit] Howard Bloom has discussed mass behavior—collective behavior from the level of quarks to the level of bacterial, plant, animal, and human societies. Openness Peering Sharing Acting Globally Examples[edit] Mathematical techniques[edit]

Discussion:Intelligence collective Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Bienvenue à tous ceux qui sont intéressés par l'intelligence collective et aux sujets connexes. N'hésitez pas à laisser votre nom ci-dessous et à entamer la discussion. Je me réjouis de lire ca ! Suppression[modifier | modifier le code] Je me susi permis de supprimer le contenu suivant en attendant une discussion, car il est selon moi à la limite de l'erreur: zircO === Une communauté d'intérêts === Une libre appartenance : Une adhésion fondée sur des buts communs.Une confiance mutuelle entre les membres. Une structure horizontale : Des règles (tacites ou explicites) identiques pour tous les membres.Une organisation dynamique : la répartition des rôles est fondée sur le volontariat et la complémentarité des compétences. Une gestion collective : Autonomie des membres : chacun est responsable de sa propre action.Les décisions stratégiques sont basées sur le vote ou sur le consensus. === Un espace collaboratif === --Garulfo 27 août 2005 à 23:21 (CEST)

Peut-on mesurer l’intelligence collective d’un groupe Suite à la publication de mon billet Le R.O.I. de l’intelligence collective enfin démontré ?, Roberta Faulhaber, Visual Practitioner, m’a envoyé un article très intéressant. Depuis fort longtemps, on mesure le quotient intellectuel des individus. Pourquoi ne pas mesurer l’intelligence collective d’un groupe ? C’est l’objet d’une étude publiée en 2010 par l’American Association for the Advancement of Science suite aux travaux d’un groupe de scientifiques réuni à l’initiative du MIT Center for Collective Intelligence (le célèbre Massachusetts Institute of Technology !) Evidence for a Collective Intelligence Factor in the Performance of Human Groups Introduction de l’article :Psychologists have repeatedly shown that a single statistical factor—often called “general intelligence”—emerges from the correlations among people’s performance on awide variety of cognitive tasks. Quatre facteurs permettent d’expliquer le succès du groupe dans les tâches données : Related 25 October 2009 24 May 2008

Ceux qui ne s’engagent pas dans des modèles ouverts et collaboratifs sont très mal placés pour la bataille du numérique Gilles Babinet est entrepreneur, Digital Champion représentant la France à la Commission Européenne. Il vient de publier L’ère Numérique, un nouvel âge de l’humanité, 5 mutations qui vont bouleverser notre vie, chez Le Passeur. Nous avons eu envie d’avoir son point de vue sur les modèles ouverts et collaboratifs pour nourrir Open Experience, on n’est pas déçus ! Les démarches ouvertes et collaboratives jalonnent le propos du livre et vous les qualifiez d’ « évolution consubstantielle du numérique ». C’est vrai que certains acteurs économiques institutionnels éprouvent des difficultés majeures à prendre en compte les évolutions induites par le numérique. C’est très certainement l’expérimentation qui permet de renforcer ces démarches ouvertes et collaboratives. Dans beaucoup de domaines nous gagnerons à sortir de l’idéologie et à nous rapprocher de la science : faire des hypothèses, les tester, analyser les résultats, recommencer jusqu’à trouver un modèle qui fonctionne.

BN-Dany:Allons-nous vers une intelligence collective ? - WikiFiction De WikiFiction. Page de Dany. Le contenu n'engage que son auteur. Internet et noosphère L'internet préfigurerait-il la noosphère annoncée par Teilhard de Chardin ? Pierre Teilhard de Chardin (1881-1955) Après avoir étudié les grandes étapes de l'évolution (Prévie, Vie, Pensée), Teilhard de Chardin prédit une organisation systémique de la Pensée en noosphère, comparable à celle de la Vie en biosphère, appelée à aboutir à la convergence de toutes les pensées individuelles en un « hyper-psychisme » (déjà l'hyper sous la plume de Teilhard) : « système autonome de circulation, d'innervation, et finalement de cérébration ». L'évolution technologique de l'internet Si nous observons les technologies internet, elles offrent indéniablement un système nerveux à l'organisme pressenti en construction, et, plus important encore, elles se développent dans cette direction (« web 2 », « web sémantique », langage « RDF », l'aspect technique de la question n'entre pas dans le cadre du présent article). Source

Related: