background preloader

Comment maîtriser ses frais de santé ? - Assurances

Comment maîtriser ses frais de santé ? - Assurances
Related:  Assurance santé

Assurance : Est-il rentable de se passer de complémentaire santé ? QUESTION D'ARGENT - Chaque samedi, «Le Particulier» fait le point en trois questions sur les placements. Avec Le Particulier Deux mille euros par an pour une famille avec deux enfants, 2500 à 3500 € pour un couple de retraités, 600 à 800 € pour un jeune célibataire: c'est le montant des cotisations qu'il faut supporter pour bénéficier d'une assurance santé complémentaire. Et même à ce prix-là, la garantie est souvent moyenne. Les dé­passements d'honoraires sont ­couverts mais les forfaits de prise en charge pour les soins mal remboursés (lunettes, prothèses dentaires…) sont souvent insuffisants. Dans ces conditions, est-il ren­table, pour les personnes qui ne possèdent pas de complémentaire via leur employeur, d'en souscrire une? Comment êtes-vous aujourd'hui couvert? C'est l'Assurance-maladie qui couvre les risques les plus coûteux. Se passer de mutuelle vous prive-t-il de protection sociale? Peut-on s'assurer pour ne couvrir que les frais d'hospitalisation?

Fiche pratique sur la couverture maladie universelle (CMU) La CMU de base donne droit à l'assurance maladie à tout résident. La CMU complémentaire prend en charge pour les plus bas revenus ce que l'assurance maladie ne rembourse pas. Et quand on est juste au-dessus de ces bas revenus, une aide est apportée à la mutuelle pour réduire les cotisations à verser. La couverture maladie universelle a été créée en janvier 2000. La CMU est proche de l’assurance maladie universelle revendiquée par la CFDT avant cette loi. L’attribution de la CMU de base La CMU de base ouvre l’accès à l’assurance maladie. Ce droit est accordé gratuitement pour les personnes bénéficiaires du RMI, pour celles bénéficiant de la CMU complémentaire et pour celles dont les revenus fiscaux sont inférieurs à un plafond fixé à 720 euros par mois et par foyer fiscal [1]. Si vous faites une demande de CMU de base après le 1er octobre et jusqu’au 30 septembre, c’est le revenu fiscal de référence de l’année qui sera retenu. La CMU complémentaire ou CMUC Plafond de ressources mensuelles

Remboursements optique : lunettes, lentilles, opération des yeux… Illustration www.guide-vue.fr Ce schéma illustre le système de remboursement de lunettes de vue par la sécurité sociale et les Complémentaires Santé, sur prescription médicale d'un ophtalmologiste, sans tiers payant. Le montant des remboursements dépend de votre correction optique et de votre niveau de garantie souscrit auprès de votre Complémentaire Santé. Pour plus d'informations, consultez ces dossiers : Le remboursement des lunettes de vue par la Sécurité Sociale & les Complémentaires Santé Les lunettes de vue sont prises en charge par l'Assurance Maladie sur prescription médicale. Les lunettes pour les patients à faibles ressources Il existe plusieurs aides pour faciliter l'accès à l'équipement optique pour des personnes à faibles revenus : la CMU (Couverture Maladie Universelle), la CMU complémentaire (Couverture Maladie Universelle Complémentaire) et l'ACS (l'Aide à l'acquisition d'une Complémentaire Santé)...Lire la suite L'ordonnance valable 3 ans pour les plus de 16 ans

Assurance : Santé : vers un système à deux vitesses ? Plus de la moitié des Français trouvent les complémentaires de santé trop chères, selon une étude réalisée par le cabinet Deloitte. Pour faire baisser la note, nombre d'entre eux privilégient les assurances à la carte. Les hausses successives des tarifs des complémentaires santé pèsent de plus en plus sur le budget des Français. «Plus d'un ménage sur quatre dit avoir vu ses dépenses de santé augmenter en 2011 et quatre sur dix estiment que cette augmentation a été supérieure à 10 %», selon une étude du cabinet Deloitte réalisée par Ipsos, «visant à apprécier la relation entre le système de santé et ses utilisateurs dans 12 pays*. Résultat, plus de la moitié (57 %) des personnes interrogées déclarent «avoir atteint, voire dépassé la limite budgétaire» consacrée aux primes d'assurance santé. Outre l'augmentation des primes des complémentaires santé, qui devraient encore grimper de 4,7% en moyenne en 2012 selon les mutuelles, le déremboursement de nombreux médicaments pèse beaucoup.

Opticiens en ligne : gare aux lunettes mal adaptées En 2011, un Français sur trois a renoncé à des soins pour des raisons financières, selon un sondage CSA pour Europ Assistance. Parmi les équipements coûteux, les lunettes de vue représentent un lourd investissement pour les personnes ne bénéficiant pas d'une bonne mutuelle. Dans ce contexte, les prix cassés proposés par les opticiens en ligne séduisent de plus en plus. Mais pour générer de telles marges, la majorité de ces sites Internet n'offrent pas les mêmes avantages qu'une visite chez un opticien en boutique. Alors qu'un rendez-vous avec un lunetier permet d'effectuer un centrage rigoureux des verres (mesure des écarts des pupilles et de la hauteur entre le bas de la monture et l'oeil) et d'ajuster la monture, un achat en ligne oblige le client à prendre ses propres mesures à partir d'une webcam ou d'une photo, deux méthodes très approximatives, que dénoncent les opticiens ayant pignon sur rue. Pour se faire sa propre opinion, Le Figaro a appelé deux sites d'opticiens en ligne.

L’Opticien Lunetier À partir du le 1er janvier 2013, la publicité en direction du grand public sur les dispositifs médicaux sera durcie, mais cette inflexion épargnera pour l’essentiel les opticiens, puisque les lunettes et les lentilles de contact seront maintenues en dehors du champ d’application. Ainsi, à l’inverse des autres dispositifs médicaux, les publicités en faveur des lunettes et des lentilles correctrices échappent à l’interdiction faite de recourir à des personnalités pour inciter à leur utilisation. De même, ces publicités pourront toujours faire référence à des offres promotionnelles. Les opticiens devront, cependant, respecter des règles en matière de communication. Ainsi, il ne sera pas possible de mentionner que le dispositif est pris en charge, même partiellement, par les régimes obligatoires d'assurance maladie ou par un régime complémentaire. Toutefois, l’essentiel des restrictions portera sur la qualité du produit proposé et sur sa cible.

Optique Solidaire - Les bénéficiaires Optique Solidaire concentre son action sur une partie de la population française qui s'équipe difficilement ou renonce à s'équiper en optique pour des raisons financières, à savoir les personnes : âgées de 60 ans et plus ;et bénéficiant de l’Aide à l’acquisition d’une Complémentaire Santé (ACS). Qu’est-ce que l’ACS ? L’Aide à l’acquisition d’une Complémentaire Santé (ACS) concerne les personnes dont les ressources sont faibles mais légèrement supérieures au plafond ouvrant droit à la Couverture Maladie Universelle Complémentaire (CMU-C). Le bénéficiaire éligible à l’ACS et faisant la demande auprès de l’Assurance Maladie, reçoit un chèque-attestation nominatif d’un montant calculé en fonction de son âge. Comment savoir si vous pouvez bénéficier de l’offre Optique Solidaire ? Rappel : seules les personnes âgées de 60 ans et plus, et bénéficiant de l’ACS sont éligibles à l’offre Optique Solidaire. Vous avez 60 ans ou plus et êtes d’ores et déjà bénéficiaire de l’ACS :

Comparateur d’assurance en ligne : les internautes privilégient le réseau « physique » d’assurance Même si l’utilisation d’un comparateur d’assurances en ligne est devenue un réflexe pour les internautes français, il n’en demeure pas moins qu’ils privilégient les assureurs à réseau. Une récente enquête, menée auprès de 7 314 internautes par un comparateur d’assurances, dévoile l’évolution des attentes des internautes depuis 2006. 97 % des personnes interrogées, contre 71 % en 2006, déclarent utiliser Internet pour réaliser des économies sur leurs contrats d’assurance. L’étude révèle également un fort intérêt pour les assureurs à réseaux, c'est-à-dire pour les compagnies disposant d’agences physiques. 93 % des internautes se disent en effet prêts à souscrire à un contrat d’assurance auto, santé ou habitation en ligne, auprès d’une compagnie bénéficiant d’agences physiques, contre seulement 57 % chez un assureur à distance pratiquant des tarifs lowcost par Internet ou par téléphone. Contrairement aux autres pays, les Français préfèrent opter pour les réseaux de distribution classique.

APICIL partenariat easy-verres.com Communiqué de presse Lyon, le 14 mai 2012 Le Groupe APICIL signe un partenariat avec easy-verres.com Le Groupe APICIL est la 1ère Institution de Prévoyance à signer un partenariat avec l’acteur incontournable de l’optique en ligne easy-verres.com. APICIL, 4ème groupe de protection sociale français et leader en Rhône-Alpes, œuvre pour une diminution des dépenses tout en garantissant la qualité de service propre aux professionnels de l’optique. Easy-verres.com, habilité par la Sécurité Sociale, propose un large choix de montures, de verres et de traitements. Comment bénéficier de ce service ? Le service easy-verres.com, c’est l’assurance de concilier les prix du Net avec la qualité de l’opticien traditionnel. A propos du Groupe APICIL Depuis plus de 74 ans, le Groupe APICIL construit sa différence sur une vision innovante de la Protection Sociale et ne se limite pas à un simple lien contractuel avec ses assurés. www.apicil.com A propos d’ Easy-verres.com www.easy-verres.com Contacts presse :

Changer des lunettes quels prises en charge? - Presse optique : actualité sur l'optique et les opticiens Changer de lunettes : la prise en charge par la CPAM et par votre mutuelle Les besoins en optique sont un casse-tête lorsqu’on se questionne au sujet des possibilités de remboursement par la sécurité sociale. Il est important de savoir que cette prise en charge par la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) est très faible dans ce secteur. Il est impératif de choisir sa mutuelle en conséquence. L’optique, un remboursement CPAM réduit Depuis le 2 mai 2011, la CPAM a modifié le niveau de remboursement pour les lunettes qui est passé de 65% à 60% du « tarif sécu ». Pour les jeunes de moins de 18 ans, le remboursement des montures de lunettes s’établit à 60% du « tarif sécu » qui est fixé à 30,49 euros. Pour les 18 ans et plus Pour les personnes majeures âgées de plus de 18 ans, cette échelle est encore plus réduite : entre 2,29 et 24,54 euros.

Vers la perte de l’avantage fiscal de la mutuelle d’entreprise De la Cour des comptes en juin au Haut Conseil pour l'Avenir de l'Assurance Maladie (HCAAM) durant le mois de juillet, différents organismes ont récemment remis en question la fiscalité appliquée aux complémentaires santés instaurées au sein des contrats collectifs d’entreprise. Le gouvernement pourrait très bientôt se conformer à leurs recommandations. Grâce à la souscription d’un contrat collectif, un très grand nombre de salariés bénéficient aujourd’hui d’un avantage fiscal en étant couverts par leur complémentaire santé d’entreprise. Pour les finances publiques, sa suppression pourrait engendrer une économie d’environ un milliard d'euros. 76 % des employés protégés par une mutuelle d’entreprise sont concernés, soit 13 millions de salariés. Mots-clés : Politique et législation Economie et société

Le tiers payant optique : fonctionnement - Presse optique : actualité sur l'optique et les opticiens Qu’entant-on par tiers payant ? D’une manière générale, le tiers payant a été mis en place par les caisses d’assurance maladie et les assureurs, de type complémentaire maladie ou mutuelle pour éviter l’avance des frais médicaux comme les frais d’optique, les frais pharmaceutiques, les frais d’hospitalisation ou de laboratoire. Comment s’y prendre pour utiliser le tiers payant ? Chaque année votre mutuelle santé vous remet votre carte de tiers payant, qui atteste de votre qualité d’assuré après de l’organisme en question, pour une durée allant de telle date à telle date. Le tiers payant optique : ce que vous devez savoir Tout d’abord, bien sûr, vous devez vérifier que votre mutuelle propose bien le tiers payant. Après acceptation de votre mutuelle, l’opticien sera payé directement ou du moins vous n’avancerez pas une certaine partie des frais.

Décret sur les contrats "ACS" : un appel à la concurrence pour les organismes d'assurance Jeudi 9 octobre dernier est paru au Journal Officiel le décret traitant de la mise en concurrence des contrats éligibles à l'aide ACS. Un décret qui survient dix mois après le vote de la loi sur le financement de la Sécurité sociale (LFSS) avec lequel il est en rapport. On s’attend à une hausse de la concurrence pour une baisse des prix des contrats de complémentaire santé. Rappel : qu’est-ce que l’aide à l’Acquisition d’une Assurance Complémentaire Santé ? L’ACS vous vient en aide pour financer votre mutuelle. Versée sous conditions de ressources par chèque, l’aide financière dépend de l’âge du bénéficiaire et nécessite la souscription de celui-ci à une complémentaire santé. Vérifiez votre éligibilité à l'ACS en cliquant ici. Pourquoi ce décret sur la mise en concurrence ? Ce décret a pour fonction d’indiquer dans quelles mesures et selon quelles exigences certains contrats ACS seront éligibles par l’Etat et bénéficiaires d'un crédit d'impôt. La durée des contrats établie à 5 ans

L'Argus de l'Assurance - Complémentaire santé : les mutuelles perdent du poids sur ce marché au CA de 34 Md€ en 2014 - Secteur En 2014, les organismes complémentaires santé ont encaissé un total de 33,9 Md€ de cotisations, en hausse de 3 %, indiquent les données du Fonds de financement de la CMU. Indicateur de référence du marché global de l’assurance complémentaire santé (assureurs, institutions de prévoyance et mutuelles), l’assiette de la taxe de solidarité additionnelle (TSA) qui finance en grande partie le Fonds CMU, a atteint 33,9 Md€ en 2014, en hausse de 3% par rapport à l’année précédente. C’est une croissance légèrement supérieure à celle de 2013, mais toujours inférieure à celles des années précédentes (5,1% en 2012). Les IP ont la forme Le détail des chiffres par famille d’opérateur d’assurance traduit le poids croissant des institutions de prévoyance (IP).

Related: