background preloader

Recherche et formation

Recherche et formation

RUCHAT Martine. Édouard Claparède. À quoi sert l’éducation ? 1La biographie d’Édouard Claparède rédigée par Martine Ruchat se situe délibérément sur le registre de l’intime en prenant comme source première l’abondante correspondance retrouvée dans ses archives personnelles mais aussi reconstituée avec ténacité dans les fonds privés de ses principaux correspondants. Ce choix nous rappelle à quel point les événements de la vie privée d’un individu peuvent influer sur ses orientations professionnelles : le décès ou la maladie d’un proche, l’observation faite sur ses enfants, son propre état de santé ou ses humeurs vont orienter ses sujets d’étude et ses interrogations métaphysiques. Par ailleurs, il permet de montrer l’imbrication étroite entre vie privée et vie professionnelle chez certains intellectuels. 3Un peu comme dans la fresque proposée par Stefan Zweig dans Le monde d’hier, on ne peut qu’être frappé par l’intensité de ces échanges à l’intérieur d’une élite intellectuelle très polyglotte et imprégnée de paneuropéisme.

scholarship of teaching and learning Pour contribuer davantage à la réflexion sur l’innovation pédagogique à l’université suite à la précédente note sur le sujet, j’aimerais proposer en lecture quelques extraits du livre de Brigitte Albero, Monique Linard et Jean-Yves Robin intitulé "Petite fabrique de l’innovation à l’université" paru en 2008. Je précise d’emblée que je trouve ce livre vraiment remarquable à plusieurs points de vue. D’abord par son approche en profondeur du sens et du vécu de l’innovation pédagogique à l’université par quatre enseignant-e-s. Je prends juste trois extraits. Ce premier extrait pourrait en choquer plus d’un-e… Pas par le fait que l’innovation ne vient manifestement pas de l’usage de nouvelles technologies, ou en tout cas pas directement. Ce second extrait confirme ce qui vient d’être dit: Les interviewés partagent explicitement une vision et une conception précise de leur mission d’enseignants. Et finalement, quelle est la fonction de l’innovation pédagogique à l’université? Read Full Post »

Volume ! - La revue des musiques populaires Une évaluation pour identifier les processus cognitifs à améliorer | Carrefour éducation Le dernier congrès de l’Association pour le développement des méthodologies d’évaluation en éducation (ADMEE) ayant pour thème les« Enjeux et défis de l’évaluation à l’ère du numérique en salle de classe et à distance » s’est déroulé en novembre 2016 à Sherbrooke. Lors de cet évènement, Nathalie Loye, professeure agrégée à la Faculté d’éducation de l’Université de Montréal, et Dan Thanh Duong Thi, étudiante au doctorat, ont présenté une communication sur l’évaluation diagnostique des processus cognitifs. Peu après, je me suis entretenu avec Madame Loye au sujet de ces rapports. École branchée : Vous avez récemment effectué des travaux portant sur l’approche diagnostique cognitive. Nathalie Loye : L’approche diagnostique cognitive consiste à mettre en évidence des processus cognitifs qui posent problème à l’élève. EB : Quelle est la différence entre une évaluation formative et une évaluation diagnostique? NL : L’évaluation formative appartient à l’enseignant dans sa classe.

La formation à l’enseignement des professeurs d’université : un aperçu | Érudit | Revue des sciences de l'éducation v34 n3 2008, p. 643-664 | Introduction Le contexte universitaire québécois En 2004, le Conseil supérieur de l’éducation a estimé à 3072 le nombre de professeurs qui devront être embauchés entre les années 2003 et 2008, pour compenser les mises à la retraite et la mobilité des professeurs d’université ainsi que pour répondre aux nouveaux besoins de formation et de recherche. Des questions se posent aujourd’hui au sujet des compétences que devront détenir ces nouvelles recrues, ainsi que sur la manière de les intégrer dans un environnement universitaire qui se complexifie sans cesse (Conseil supérieur de l’éducation, 2003). Le renouvellement du corps professoral ne se limite pas au nombre d’embauches de qualité à atteindre. Cette préoccupation pour la qualité de l’enseignement et les compétences des professeurs a fait l’objet de nombreuses recherches. Les formations offertes aux professeurs Exploration des écrits concernant la formation des professeurs Évolution de la formation La suprématie de la recherche Tableau 1

La philosophie de la connaissance au Collège de France À travers les enseignements de Jules Vuillemin (chaire de Philosophie la connaissance, 1962-1992), de Jacques Bouveresse (chaire de Philosophie du langage et de la connaissance, 1995-2010) et maintenant de Claudine Tiercelin (chaire de Métaphysique et philosophie de la connaissance, 2010-), la philosophie de la connaissance a depuis cinquante ans une présence forte au Collège de France. Elle s’y est développée selon des voies originales, en s’ouvrant largement aux philosophies de langue allemande et anglaise et au style de pensée analytique, tout en s’appuyant également sur un certain courant du rationalisme français.Le site éditorial « La philosophie de la connaissance au Collège de France » a pour but de rendre visible et largement accessible cette tradition de pensée.Il publie : Ces ouvrages sont publiés en français ou en anglais, éventuellement bilingues.Ils sont organisés en plusieurs séries : Langage et connaissanceMétaphysique et connaissanceRationalité, vérité et démocratie

Les 10 « avantages » de l’antipédagogisme | Ça n'engage que moi En préambule de ce blog, ouvert en mars 2008, a longtemps figuré un petit texte intitulé « zéro faute, sinon rien » (non, il n'y a pas de "s", j'ai vérifié) qui m'a valu bien des commentaires acrimonieux. Certains m'ont traité de « fanatique » parce que j'y affirmais que les écarts flagrants et répétés vis-à-vis de l'orthographe étaient inacceptables venant d'enseignants. A l'époque, j'étais resté particulièrement choqué par un forum d'enseignants (aujourd'hui fermé) où s'exhibaient sans complexes les échanges les plus discordants avec les règles de la langue française. Dans mon texte, j'avertissais que « sauf faute de frappe ou distraction évidente, toute contribution comportant des fautes de français sera renvoyée à son auteur ». Je ne l'ai jamais fait. D'abord, parce que la plupart des commentaires sur ce blog étaient de bonne tenue.

Qu'est ce qu'un bon prof ? La question des méthodes pédagogiques a toujours soulevé des discours passionnés. Au Québec comme en France, le débat fait rage autour des réformes de l’enseignement. De plus en plus de travaux soulignent l’impact d’un « effet-prof » sur les performances des élèves. À partir de travaux anglo-saxons, le chercheur québécois Clermont Gauthier propose des clés pour un « enseignement efficace », s’appuyant sur une pédagogie explicite. Existe-t-il des pratiques pédagogiques plus efficaces que d’autres ?

Related: