background preloader

Dopamine - Candy Crush (vidéo)

Dopamine - Candy Crush (vidéo)
Related:  lasagessecdiEcransCollecte

Apprendre l'anglais - Zoé et l'élixir of Eternal Life (roman) Ajouter cet élément vers Pronote Le lien vers cette ressource va être envoyé vers Pronote. Pour l’ajouter à un travail, cliquer sur l’icône « Ajouter un lien extrait d’un manuel numérique » depuis le cahier de textes. Pour l’ajouter dans le cahier de textes, copier le lien ci-dessous et reporter-le dans la rubrique « Ressources BiblioManuels » Manuel numérique téléchargeable Vous bénéficiez uniquement d'un accès en ligne à cet ouvrage. Cookies de mesure d’audience Nos produits numériques utilisent la solution de mesure d’audience AT Internet dont le but est d’évaluer la fréquentation et d’améliorer nos produits. Ajouter cet élément vers Pronote Le lien vers cette ressource va être envoyé vers Pronote. Pour l’ajouter dans le cahier de textes, copier le lien ci-dessous et reporter-le dans la rubrique « Ressources BiblioManuels » Manuel numérique téléchargeable Vous bénéficiez uniquement d'un accès en ligne à cet ouvrage. Cookies de mesure d’audience

Ecrans et capacités cognitives, une relation complexe « La multiplication des écrans engendre une décérébration à grande échelle. » C’est ce qu’affirme le chercheur en neurosciences Michel Desmurget dans un entretien au Monde, très lu et commenté sur notre site. A l’occasion de la sortie de son dernier ouvrage La Fabrique du crétin digital. Les dangers des écrans pour nos enfants, ce chercheur a aussi alerté dans de nombreux autres médias sur les risques de l’exposition des enfants aux écrans. Dans une interview au groupe L’Est républicain, très partagée depuis quelques semaines sur Facebook, il s’inquiétait ainsi pour « la première génération dont le QI sera inférieur à la précédente ». Ces formules-chocs résumées et alarmantes se propagent massivement auprès des parents, des enseignants et des générations exposées aux écrans, suscitant de nombreuses interrogations. Lire notre entretien : Troubles de l’attention, du sommeil, du langage… « La multiplication des écrans engendre une décérébration à grande échelle » 1. 2. 3. Mathilde Damgé

Réseaux sociaux, tous accros ? - Vidéo Sciences numériques et technologie | Lumni Du lever au coucher, qu'on le veuille ou non, pour la plupart d'entre nous, les réseaux sociaux sont omniprésents. La majorité des 18 à 34 ans consultent leur réseau social favori dès le réveil, et plus de 80 % des adolescents consultent les réseaux sociaux avant de s'endormir... Et entre temps ? Entre temps, on consulte les réseaux sociaux non stop ! Alors, tous accros aux réseaux sociaux ? Il faut dire que tout est fait pour nous faire replonger... Mais pourquoi est-ce si difficile de résister ? S'il faut rappeler que le concept d’addiction au virtuel n’est reconnu par aucune instance scientifique certains parlent de « pollution mentale par le numérique ». Les dangers des réseaux sociaux Et si le nombre de notifications baisse, cela peut entraîner des dépressions chez des personnes fragiles. Réalisateur : Maxime Chappet Nom de l'auteur : Arnaud Aubry Producteur : Corner Prod Année de copyright : 2018 Année de production : 2018

La face cachée des jeux gratuits Dans ce nouvel épisode de « La Collab' de l'info », Fabien Lévêque, présentateur de Tout le sport, et Doc Géraud, youtubeur, nous parlent des jeux vidéo, un domaine qui évolue à toute vitesse, notamment sur la question des prix... Dans les années 1980 et 1990, une cartouche ou un CD coûtaient assez cher car développer un jeu nécessite du temps et qu'il faut bien rémunérer les compétences, spécifiques, de game-designers, de programmeurs, de graphistes, etc. Pourtant, actuellement, il existe beaucoup de jeux gratuits… en théorie. C'est quoi, un achat intégré ? Candy Crush, Clash of Clans, Pokemon Go, Angry Birds... Personnaliser son avatar pour se démarquer des autres Dans des jeux comme Fortnite, Overwatch, League of Legends, il est possible d'acheter de nouveaux items, des « skins », c’est-à-dire des tenues, de nouveaux personnages, souvent des éléments qui n’améliorent pas directement les compétences mais qui permettent d’avoir l’air cool... En bref

Soryan Nesh : Coup de pouce (Roman) Fans de Soryan Nesh, le détective aux cent visages, ou nouveaux lecteurs curieux de découvrir cet univers ? Maxime Fontaine vous propose de découvrir gratuitement Coup de pouce, une aventure inédite de Soryan Nesh ! La jeune Illyana et son petit frère Mathieu décident de solliciter Soryan Nesh, le grand détective parisien, car ils sont confrontés à une situation plus qu’étrange… On leur a volé leur maison ! Après avoir fait durer le plaisir pendant plusieurs jours en égrenant les chapitres, vous pouvez maintenant lire la nouvelle aventure de Soryan Nesh dans son intégralité ! Lire la nouvelle complète Envie de plus d’aventures ?

Troubles de l’attention, du sommeil, du langage… « La multiplication des écrans engendre une décérébration à grande échelle » Michel Desmurget dirige, au CNRS, une équipe de recherche sur la plasticité cérébrale. Il vient de publier La Fabrique du crétin digital. Les dangers des écrans pour nos enfants (Seuil, 425 pages, 20 euros). En se fondant sur la littérature scientifique disponible, le neuroscientifique y détaille les effets de l’omniprésence des outils numériques sur la cognition, le comportement et le bien-être des enfants. Vous abordez dans votre livre les différents types d’écrans classiques, les jeux vidéo, etc. C’est la convergence de tout cela. Quelles sont les données disponibles sur le temps d’écran ? Le temps d’écran n’est pas seulement excessif, il est extravagant. Est-ce si grave ? Avant 6 ans, il est montré que les écrans ont un effet dès quinze minutes par jour. Au-delà de 6 ans, jusqu’à une demi-heure, voire une heure de consommation par jour, il n’y a pas d’effets mesurables pour peu que les contenus consultés soient adaptés et que cette activité ne touche pas le sommeil.

Les ados et les réseaux sociaux : Snapchat et YouTube dominent Génération Numérique vient de publier à l’occasion du Safer Internet Day 2017 une nouvelle étude concernant les jeunes et les réseaux sociaux. Voici les principaux résultats. Cette étude, menée sur une large population (8362 élèves de 11 à 18 ans), propose une lecture fine des habitudes numériques des ados. Les résultats confirment ce qu’on pensait déjà : les 11 – 18 ans sont hyper-connectés et plébiscitent YouTube et Snapchat. Snapchat pour les filles, YouTube pour les garçons 9 jeunes sur 10 de 15 à 18 ans sont inscrits sur au moins un réseau social. 25% des ados ont plus de 400 contacts sur leur réseau social favori Pratiquement un quart des ados ont plus de 400 contacts sur le réseau qu’ils utilisent le plus. Il ne faut pas oublier de dormir entre deux snaps ! L’usage des réseaux sociaux te fait-il oublier de dormir la nuit ? Les ados sont aussi des utilisateurs compulsifs d’Internet. 1/3 d’entre eux est plus de 4h par jours devant un écran en semaine.

Comment nous rend-on accros à nos applis ? Tribune. Nous le savons bien, réseaux sociaux, messageries instantanées, applications de réservation, d’actualité, de visionnage de vidéos… tous ont pour objectif de faire rester leurs utilisateurs le plus longtemps possible sur leurs pages. Ils peuvent ainsi collecter des données sur eux, afin de les exposer à la diffusion de publicités personnalisées. A la fin du XIXe siècle, le sociologue et psychologue Gabriel Tarde (1843-1904) étudie et développe une théorie alors concurrente de la sociologie d’Emile Durkheim (1858-1917), le père de la sociologie moderne, à travers des ouvrages comme Les Lois de l’imitation (1890), Monadologie et sociologie (1893), L’Opinion et la foule (1901) et Psychologie économique (1902). Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le numérique, une « drogue » qui fait débat Les designers Web appliquent sans le savoir certaines de ces méthodes, enseignées notamment à l’université Stanford, dans son Persuasive Tech Lab.

Les plus beaux sites du mondes répertoriés en une seule carte (interactive) Atlas Obscura catalogues the most unusual, surprising, and amazing places around the world, thanks to the discoveries shared by our intrepid community of travelers and explorers. There are now more than 20,400 incredible hidden wonders listed in the Atlas, and we’ve plotted each and every one of them on this interactive map. The possibilities are vast, from the Icelandic witchcraft museum to the tree goats of Morocco, to Galileo’s middle finger, to the Skeleton Lake of India and thousands of other architectural oddities, natural wonders, catacombs and crypts, and unique collections across the world’s continents and oceans. Start exploring, and see what rabbit holes you may stumble down. And if you know of an incredible place that we missed, you can add it to the Atlas here!

Adolescence : les écrans, l'arbre qui cache la forêt - S Comm C, le blog Les écrans par ci, les écrans par là. Les écrans semblent être la préoccupation majeure des adultes, plus encore que celle de leurs enfants (si j’en crois ceux-ci). Certains professionnels semblent aussi prendre un malin plaisir à relayer des informations alarmistes et pas toujours vérifiées, aggravant la culpabilité des parents et détériorant encore plus les relations entre parents et ados. Les écrans sont un sujet important pour moi, aussi bien professionnellement que personnellement. Le point sur l’impact des écrans sur le cerveau de nos enfants Alors reposons les bases d’une réflexion saine (non pourrie par une culpabilité démesurée je veux dire). OUI l’usage des écrans est positivement corrélé à des troubles divers chez les enfants. Un exemple de corrélation positive sans rapport de cause à effet : La distance entre le Japon et les Etats-Unis a augmenté de 3 cm par depuis 1945. Ce n’est pas ce qu’ils font sur les écrans qui pose problème. A quoi sert ce produit ? « Pas de souci !

Comment les algorithmes nous enferment ? - Vidéo Sciences numériques et technologie | Lumni Au commencement était... Internet. Des ordinateurs reliés entre eux grâce à une prise téléphonique. Puis vinrent les e-mails, le Web, les pages persos, lointains ancêtres des réseaux sociaux où l'on racontait ses peines de cœur, où l'on affirmait ses opinions politiques et où on partageait des photos de chats mignons... A cette époque, Internet était anarchique, confus... et libre. Puis arriva Google et son algorithme de recherche révolutionnaire. Un Internet personnalisé et égocentré Depuis, Internet est devenu un outil formidable pour ne vous montrer que ce que vous avez envie de voir. On a ainsi appris en 2011 que Google prend en compte 57 signaux différents avant d'apporter une réponse à votre recherche : âge, sexe, dernières recherches, géolocalisation et même la résolution de l’écran, ou la fréquence de vos clics, etc. Faites l'expérience avec un ami : il y a des chances qu'en tapant la même requête sur votre moteur de recherche favori, vous ayez des résultats différents.

Related: