background preloader

Dossier gouv Les nanotechnologies

Dossier gouv Les nanotechnologies
Related:  nanotechnologie. biotechnologie

AceNano : NanoMedecineDebat De très nombreuses applications des nanotechnologies sont attendues dans le domaine de la médecine, notamment pour améliorer le dépistage et le diagnostic des maladies ou pour soigner plus efficacement certaines maladies, comme les cancers. Quelles sont les réalités derrière les effets d'annonce ? Quelles vigilances sont à exercer pour éviter risques et dérives ? Des progrès attendus... pour aujourd'hui ou pour demain ? Si certaines applications ont déjà été mises sur le marché, la nanomédecine en reste encore à ses balbutiements : peu de nouveaux "nanomédicaments" ont atteint le stade de l’essai clinique, et la régulation entourant la mise sur le marché des médicaments est relativement stricte. Les dérives possibles de la nano-médecine Des préjudices possibles pour nos politiques de santé ? Nathalie Fabre, Mathilde Detcheverry, Ermelinde Malcotte - Juin 2010, dernière mise à jour Août 2010

LPCNO Le LPCNO a pour objectif de jouer un rôle moteur dans le développement des nanosciences et des nanotechnologies en forte interaction avec les grands laboratoires toulousains (LAAS, CEMES, les autres Laboratoires de l’IRSAMC, LNCMI, LCC, etc) et avec des entreprises nationales (MOTOROLA, ST-Microelectronics, ALCATEL, THALES, etc..). Cinq thématiques sont déclinées au sein du LPCNO : Nanostructures et Chimie Organométallique NanoMagnétisme NanoTechnologie Optoélectronique Quantique Modélisation Physique et Chimique Au-delà des transferts de valorisation obtenus via les contacts avec les industries, il faut mentionner aussi que le LPCNO héberge une startup NANOMEPS qui est chargé de la valorisation des matériaux mis au point dans le laboratoire. Ecoles doctorales partenaires : Science de la Matière - SDM Génie Electrique et Télécommunications - GEET Les masters recherche :

ALTERNATIVE Hazem Badr and Jan Piotrowski 28 novembre 2011 | EN | FR Le melon amer pousse bien dans les déserts Flickr/matsuyuki [ LE CAIRE] La coloquinte, une plante considérée de longue date comme ayant des propriétés anti-diabétiques, sera transformée en comprimés qui, les chercheurs égyptiens l’espèrent, offriront une alternative aux injections d'insuline. Une société pharmaceutique nationale et le Centre national de recherches (CNR) ont signé le mois dernier un contrat pour la fabrication d'un médicament à base d’un extrait de ce fruit, également connu sous le nom de melon amer ( Momordica charantia ). L'accord fait suite à des recherches effectuées par le département des plantes médicinales et aromatiques du CNR. Souad El Gengaihi, professeur de plantes médicinales et aromatiques au CNR, et chercheur principal sur le nouveau traitement, a déclaré à SciDev.Net que le melon amer est traditionnellement utilisé dans la médecine asiatique. Lien vers l’examen de Cochrane [380KB]

Nanosciences et nanotechnologies Deux nanotubes de carbone en croix déposés sur une surface (Source CEA Commissariat à l’Énergie Atomique et aux Énergies Alternatives Les enjeux des nanotechnologies Les nanotechnologies et les nanosciences sont indissociables du développement de nombreux domaines industriels, depuis l’électronique jusqu’à la santé et la médecine, en passant par l’énergie, les transports, l’environnement, les cosmétiques. La France est bien placée dans le secteur de la recherche fondamentale, mais le retard dans les applications a conduit, en mai 2009, au lancement du programme Nano-INNOV, implanté sur des Centres d’Intégration à Saclay, Grenoble et Toulouse. Le Campus Paris-Saclay a de nombreux atouts dans les domaines des nanotechnologies et des nanosciences : Le potentiel de recherche: les activités en nanosciences des acteurs du Campus font de cet ensemble l’une des premières forces de recherche en France sur le sujet. Les projets immobiliers associés aux nanotechnologies

le vaccin Nanotechnologie-Basé corrige des souris avec du diabète de type 1 Utilisant un « vaccin nanotechnologie-basé sophistiqué, » les chercheurs pouvaient corriger avec succès des souris avec du diabète de type 1 et ralentir le début de la maladie chez les souris en danger pour la maladie. L'étude, cofinancée par la Fondation de Recherches de Diabète de Type 1, fournit des analyses neuves et importantes dans comprendre comment arrêter la crise immunisée qui entraîne le diabète de type 1, et pourrait même avoir des implications pour d'autres maladies auto-immune. L'étude, entreprise à l'Université de Calgary dans Alberta, le Canada, a été publiée aujourd'hui dans l'édition en ligne de l' Immunité de tourillon scientifique. La recherche a été aboutie par M. les immunothérapies Antigène-Particulières, comme le travail de M. « Essentiellement il y a un conflit interne entre les Lymphocytes T agressifs qui veulent entraîner la maladie et de plus faibles cellules de T qui veulent l'arrêter de l'occurrence, » a dit M.

diabète de type 1. fausse bonne idée Des chercheurs américains ont effectué une percée intéressante en matière de contrôle du diabète, de type 1 dans ce cas-ci, selon Santé Log. En effet, ces spécialistes du MIT (Massachusetts Institute of Technology) seraient parvenus à créer une injection capable de réguler les taux de glycémie sur une période pouvant s'étirer jusqu'à dix jours. Ainsi, les patients souffrant de diabète de type 1 pourraient éviter les injections quotidiennes, qui posent un problème de qualité de vie pour ces personnes. Cette avancée se base sur un concept de nanoparticules injectables, selon ce que l'on comprend des informations rapportées, qui parvient à analyser les besoins de l'organisme et livrer l'insuline au besoin, sans injection supplémentaire. Maintenant en expérimentation, le « traitement » a fait ses preuves sur des souris diabétiques et permet d'entretenir de l'espoir.

Nanotechnologies : vrais espoirs et fausses promesses - Nanomédecine La médecine est un secteur particulièrement friand d'innovations technologies, surtout lorsqu'elle se situent à la frontière entre la matière et le vivant. On entrevoit ainsi un micro laboratoire de la taille d'une puce capable de faire un bilan sanguin détaillé du patient à partir d'une seul goutte de sang. Plus de problème d'artères bouchées par des dépôts de graisse grâce aux gaines nanoporeuses empêchant aux molécules d'adhérer. De réelles perspectives s'ouvrent sur des traitements totalement nouveaux, pour guérir le cancer, le diabète ou pour administrer des médicaments. Améliorer l'efficacité des médicaments Les médicaments classiques sont diffusés par le sang à travers tout le corps humain. Mais si on les encapsulait dans une membrane nanoporeuse, on éviterait ainsi leur dilution dans le sang pendant le transport. Retrouver la vue La nanomédecine pourra même redonner la vue, grâce à une micro-caméra jouant le rôle de la rétine. Le vaccin à ultrasons

ILLUMINÉ – Pourquoi ne pas remplacer les lampadaires par des arbres phosphorescents ? Le projet scientifique est tout aussi original que ses moyens de financement. L'idée : fabriquer, grâce à la biologie synthétique, des plantes phosphorescentes, qui pourraient permettre à terme de s'éclairer sans électricité. Le moyen : faire appel au crowdfunding, soit aux dons du public, via le site Kickstarter. Sur cette plateforme de mécénat, une vidéo de présentation débute sur des images accélérées du progrès technologique, de l'imprimerie à la fusée, pour finir sur celles du film de science-fiction Avatar, et sa forêt luminescente. Mené par des ingénieurs et scientifiques de San Francisco, le projet a déjà remporté un certain succès, en récoltant plus de 480 000 dollars grâce à plus de 8 430 donateurs, alors qu'il en demandait seulement 65 000. Le New York Times décrit l'équipe comme "un petit groupe d'amateurs et d'entrepreneurs des biotechnologies". Signaler ce contenu comme inapproprié Cette entrée a été publiée dans Actualité.

Dioxyde de titane Le dioxyde de titane, un pigment entrant dans la composition de nombreux produits d’usage courant, comme les crèmes solaires ou les dentifrices, aurait les mêmes effets toxiques que l’amiante. « Avec le dioxyde de titane, on se retrouve dans la même situation qu’avec l’amiante il y a 40 ans », affirme le professeur Jürg Tschopp, prix Louis-Jeantet de médecine 2008, qui a piloté une étude franco-suisse sur les effets toxiques de ce nanomatériau. Le potentiel inflammatoire du dioxyde de titane était déjà connu, mais ses mécanismes d’action n’avaient pas été clairement élucidés jusqu’ici. Un constat d’autant plus alarmant que le dioxyde de titane entre dans la composition de nombreux produits de la vie quotidienne. L’organisme ne parvient pas à s’en débarrasser Le nanomatériau peut être absorbé par voie digestive, cutanée ou respiratoire. Florence Humbert

Évaluation des risques liés aux nanomatériaux pour la population générale, les travailleurs et pour l’environnement L'article a été ajouté à votre bibliothèque Mis à jour le 24/04/2013 Panorama des travaux de l’Anses Mots-clés : Nanomatériaux, Nanoparticules Les nanomatériaux sont des matériaux dont la taille ou la structure comporte au moins une dimension comprise entre 1 et 100 nanomètres environ. Cette taille nanométrique leur confère des propriétés physiques, chimiques ou biologiques particulières. Les nanomatériaux sont constitués de structures élémentaires dont au moins une des dimensions est comprise entre 1 et 100 nanomètres. Champ d’expérimentation et de recherche dans le monde depuis une vingtaine d’années, leurs utilisations ne se confinent plus aux seuls laboratoires. Parmi les risques émergents, les enjeux sanitaires liés au développement des nanomatériaux manufacturés occupent une place importante. Suivre en temps réel l’actualité scientifique Des travaux en réseaux

Related: