background preloader

Qu'est-ce qu'un logiciel libre / Open Source (GNU, Linux, BSD, Mozilla,...) ?

Qu'est-ce qu'un logiciel libre / Open Source (GNU, Linux, BSD, Mozilla,...) ?
Le Logiciel Libre, c'est quoi ? Selon la FSF (Free Software Foundation), à l'origine du concept, le logiciel libre est un logiciel fourni avec l'autorisation pour quiconque de l'utiliser, de le copier, et de le distribuer, soit sous une forme conforme à l'original, soit avec des modifications, ou encore gratuitement ou contre un certain montant. Pour être libre, un logiciel doit respecter quatre libertés fondamentales : la liberté d'exécution ; la liberté d'étude ; la liberté de redistribution des copies ; la liberté d'amélioration. Cela siginifie en particulier que son code source doit être disponible. Et l'Open Source ? Dans la pratique, un logiciel libre est toujours Open Source; un logiciel Open Source, généralement libre. A sa création, le terme Open Source devait lever l'ambiguité du free de Free Software. Malheureusement, le terme Open Source entraîne une nouvelle ambiguité : celle qu'un logiciel "à source ouverte" n'est pas forcément libre. Des exemples ? Related:  Enjeux de la création numérique

mythe - Logiciel libre = Logiciel Open source Mythe Un logiciel libre est la même chose qu'un logiciel open-source Réalité Explications Ces deux catégories de logiciels sont souvent confondues, mais il y une légère différence. Logiciels libres Fondamentalement, un logiciel libre vous garantit trois libertés: La liberté d'utilisation, qui vous autorise à utiliser le logiciel pour tous les usages, même commercial. Pour être un logiciel libre, un logiciel doit absolument se conformer à ces trois critères. Il existe différentes licences libres, qui définissent généralement certaines conditions de modification et de distribution. Il y existe d'autre licences plus ou moins restrictives, comme la GNU LGPL, certaines licences Creative Commons (by, by-sa), et quelques autres. Un logiciel libre est ainsi conçu dans un esprit de "liberté". --> Actuellement la version de GPL est 3 Logiciels open-source Ils ont plus ou moins de restrictions, comme par exemple l'interdiction de revendre le logiciel. Freeware Autres A voir également Dans la même catégorie

Etude "Etat des lieux et typologie des ateliers de fabrication numérique Après le tour d’horizon des Fab Labs, réalisé en 2012 par la Fing, cette nouvelle étude, lancée par la Direction générale des entreprises (DGE), a été confiée au cabinet Conseil & Recherche et à la Fing. L’étude a donné lieu entre novembre 2013 et février 2014 à : Une enquête qui a mobilisé 86 acteurs français de la fabrication numérique et 25 à l’étranger, ainsi qu’à une trentaine d’entretiens, pour produire une cartographie et une typologie des structures existantes en France Une “étude de marché” pour comprendre les attentes éventuelles des entreprises vis-à-vis de ces dispositifs L’analyse des différents modèles économiques des ateliers de fabrication numérique Une comparaison avec les structures similaires à l’international (benchmark) >> Retrouverl’intégralité de l’étude >> Retrouver le dernier chapitre publié sur InternetActu.net

faire émerger et connecter des FabLabs en France L’innovation ouverte en France a besoin qu’émergent des "Fab Labs". En coopération avec d’autres acteurs de l’innovation, de la création, de l’éducation et de la recherche et des technologies, la Fing s’engage pour les aider à émerger et se connecter. Qu’est-ce qu’un Fab Lab ? Un Fab Lab (abréviation de Fabrication laboratory) est une plate-forme ouverte de création et de prototypage d’objets physiques, "intelligents" ou non. Son origine Le concept de Fab Lab a été défini en 2004 par Neil Gershenfeld, directeur du Center for Bits and Atoms, au sein du MIT (Massachussets Institute of Technology). D’autres équipements plus avancés, tels que des imprimantes 3D, peuvent également équiper certains Fab Labs. Un réseau de fablabs dans le monde Suite à la création du premier Fab Lab à Boston, ont émergé d’autres petits centres de production connectés et équipés de diverses machines pilotées par ordinateurs. Le Fab Lab en images Faire émerger et connecter des Fab Labs en France vidéo réalisée par Nod-A

Réussir sa campagne de financement participatif ou crowdfunding Début 2013, lors d’une réunion avec les leaders de ma team, nous avons fixé les objectifs pour la nouvelle année. L’idée d’organiser une grande réunion nationale a été émise, même si nous ne savions pas encore très bien comment financer un tel événement. Après avoir étudié et mis en pratique le principe du crowdfunding dans une campagne qui s’est terminée le 12 août, nous pouvons dire que cela a été un vrai succès. Aujourd’hui, j’ai envie de partager tout ce que cette expérience m’a appris, car je pense et j’espère que cela peut servir à certains d’entre vous pour financer un événement ou un projet personnel. Sélectionnez bien votre plate-forme de crowdfunding. Vous devez avoir la certitude d’être soutenus en cas de besoin, et de bénéficier d’un vrai service client, aussi bien pour vous que pour les personnes qui font un don. Réfléchissez soigneusement aux différentes offres/récompenses. Ce n’est pas le plus simple. Et puis n’oubliez pas de prévoir un don minimum.

Quelle plateforme choisir ? - Crowdfunding Vous pouvez continuer et évaluer la pertinence des plateformes restantes vis-à-vis de votre projet en évaluant le taux de financement de votre catégorie, en suivant les étapes suivantes : - Prenez le nombre de projets dans votre catégorie. - Prenez le nombre de projets financés dans votre catégorie. - Réalisez le rapport projets financés par le nombre de projet. Vous obtenez ainsi le taux de financement de votre catégorie. Malheureusement, il n’est pas toujours possible de calculer ce taux, les plateformes ne communiquant pas toutes sur le nombre de projet. En attendant que celles qui en ont la possibilité le fasse, notamment Ulule ( il lance prochainement leur A.P.I) Je propose de regarder les taux de succès de projet de Kickstarter, Kiss Kiss Bank Bank, Ulule (chiffres fournis par les plateformes).

"La Co-Révolution est en marche... et elle est globale" Anne-Sophie Novel et Stéphane Riot, auteurs de Vive la Co-Révolution ! et membres de OuiShare sont en tournée sur les routes de France pour transmettre le virus du collaboratif. Nous les avons interrogé pour savoir si la « révolution collaborative » est effectivement en marche… Quel était l’objectif du livre ? Anne-Sophie Novel : Il s’agissait de faire le point entre de nombreuses observations effectuées depuis 2009 : en tant que blogueuse et ecolo-geek, je sens les interdépendances avec les écosystèmes vivants et numériques qui m’entourent. Partout je vois les dynamiques collaboratives se mettent en oeuvre. Qu’est ce que le « co » ? Anne-Sophie : C’est tout cela à la fois ! Certains sont plus au fait de cette tendance, plus concernés, mais ceux qui le sont moins restent également prédisposés à ces nouvelles logiques. Pourquoi la Co-« Révolution » ? Anne-Sophie : Ce n’est pas tant un choix médiatique que celui d’un terme englobant. Alors… let’s co ! Crédit illustration: xtof

FabLabs, Hackerspaces : quel régime de propriété pour les lieux d’innovation partagée La semaine dernière dans le cadre du 1er Festival du Domaine public, a eu lieu à la Paillasse une très intéressante discussion sur le « Domaine public et le vivant », dont j’ai eu le privilège d’être le modérateur. L’un des points du débat a porté sur la question du régime de propriété applicable aux créations produites dans des lieux d’innovation partagée, comme la Paillasse. « Laboratoire de biologie participative« , La Paillasse constitue l’équivalent d’un Hackerspace dans le champ de la biologie, proposant des espaces et du matériel à une communauté pour innover de manière collaborative. Microlife. Par Teknad. Les FabLabs et les Hackerspaces ont des liens très forts avec l’Open Source et la philosophie du logiciel libre, dont ils ont étendu la logique à la sphère de la fabrication d’objets physiques. […] dans tous les ateliers du « FabLab » de Lyon, le travail collectif est imposé. Imposer l’usage des licences libres ? La propriété industrielle, incompatible avec la Culture libre ?

Related: