background preloader

Refaire société : La ville Cyborg

Refaire société : La ville Cyborg
"Refaire Société", tel est le programme de la République des Idées, ce collectif animé par plusieurs intellectuels et chercheurs autour de l'historien Pierre Rosanvallon. A l'occasion de son colloque annuel qui se tenait mi-novembre à Grenoble, nous sommes allés suivre les conférences notamment celles qui évoquaient les questions de participation au croisement des nouvelles technologies. Comment "refaire société" ? Tel est le dossier que nous vous proposons sur InternetActu. La science-fiction s’est toujours intéressée à l’usage incontrôlé de la technologie et la manière dont elle transforme l’homme, la société et son environnement. Elle s’est bien sûr intéressée au premier d’entre eux, la ville, qu’elle soit technologique, immatérielle ou numérique, explique le philosophe Philippe Simay, rédacteur en chef à La vie des idées et à Metropolitiques.eu. L’ambivalence du Cyborg, l’homme prothétique Tout le long de son histoire, le terme n’a cessé de donner lieu à des ambiguïtés.

http://internetactu.blog.lemonde.fr/2011/12/20/refaire-societe-la-ville-cyborg/

Related:  Internet des objets et Réalité augmentée

"Avec mon ordinateur, j'ai ouvert et fermé la porte d'une banque" Il y a quelques jours, le département de la Sécurité intérieure des États-Unis a reconnu que le fonctionnement d'une centrale de production d'énergie avait été perturbé par une attaque informatique sur le sol américain. L'internaute français fo0_ explique au Point.fr tout ce qu'il est possible de faire, sans compétence particulière, depuis un simple ordinateur. Pour que les entreprises et les particuliers en soient enfin conscients. Pourquoi tant d'attaques en ce moment ? En fait, les attaques les plus spectaculaires sont dues au grand nombre d'Interface Scada.

Fractures numeriques C’est un point de repère, qui permet d’éclairer un peu mieux le visage de la France numérique version 2010 : nous diffusons sur RSLN, ce mardi 14 décembre, le second baromètre des enjeux numériques, réalisé par TNS Sofres pour Microsoft France. Après un premier épisode consacré à la vie privée, il traite de la vie connectée des Français. Un chiffre de cadrage, pour commencer : au total, 85% des Français ont déjà utilisé internet -- et 78% dans la semaine précédant le terrain de l’enquête. Ce chiffre est à mettre en regard des statistiques diffusées en 2009 par le Credoc pour l'Arcep, qui établissaient que 67% des Français disposent d’une connexion Internet à leur domicile (page 77, PDF).

Le cas Oscar Pistorius : un « pas » dans le Transhumanisme ? Oscar Pistorius est un athlète sud-africain hors normes. Amputé des deux jambes à l’âge de onze ans, il vient, pour la première fois pour un champion handisport, de participer aux Championnats du monde des valides à Daegu en Corée du Sud où il s’est hissé en 1⁄2 finale du 400m avec le 14ème temps mondial (son record personnel en ferait un recordman de France). Particularité : il court équipé d’une paire de prothèses en fibre de carbone qui lui valent le surnom de « Blade Runner ». Le coureur de lames. L’histoire serait déjà admirable de courage et de détermination si elle s’arrêtait là… Mais le « cas » Pistorius pose problèmes aux autorités supérieures du sport international : équipé de ses jambes artificielles, Pistorius est-il un athlète comme les autres ou bénéficierait-il d’un avantage illégitime par rapport à ses concurrents ?

Raphaël Enthoven: La salade de Thomas Dans une émission dont, jusqu'ici, je ne connaissais pas l'existence ("Médias - Le Magazine" sur France 5), le chroniqueur Thomas Isle ( ?) s'est fendu, le 15 avril dernier, d'une diatribe qu'il voulait hilarante contre une autre émission, Philosophie, diffusée le même jour à la même heure (mais sur ARTE) et que j'anime depuis bientôt six ans. Bien sûr, tout critique est un lâche, un impuissant qui parle d'amour, un "abbé qui courtise la femme d'un laïc, on ne peut pas lui rendre la pareille" (Guitry), mais on peut tout de même revenir sur les méthodes qu'il emploie. Comment s'y prend cet abbé-là ? Il tronque les passages qu'il commente pour les rendre incompréhensibles et mettre ainsi les rieurs de son coté.

Habita(n)ts connectés Après un an de travail collaboratif, de réflexion et de créativité, voilà les résultats de l’expédition Habita(n)ts connectés. Avec plus de 9 équipements numériques par foyers, et des usages numériques étendus à tous les domaines d’activités du domicile, il ne fait plus de doute que l’habitat et les habitants sont "connectés". Toutefois nos domiciles connectés ne ressemblent guère à ceux imaginés 10 ans plus tôt, truffés de capteurs ou d’automatismes. Ils regorgent d’équipements dédiés aux loisirs, aux jeux, à la communication, aux semi-loisirs, et qui parfois dysfonctionnent, tombent en panne, s’accumulent… De nouveaux problèmes surgissent, de nouveaux embarras… de nouveaux besoins fonctionnels et serviciels pour lesquels il faut trouver des réponses. Découvrez les slides, les quatre territoires d’exploration et les vidéos des scénarios !

Internet des objets Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'Internet des objets (IdO ou IoT pour Internet of Things en anglais) représente l'extension d'Internet à des choses et à des lieux du monde physique. Alors qu'Internet ne se prolonge habituellement pas au-delà du monde électronique, l'internet des objets connectés représente les échanges d'informations et de données provenant de dispositifs présents dans le monde réel vers le réseau Internet. L'internet des objets est considéré comme la troisième évolution de l'Internet, baptisée Web 3.0 (parfois perçu comme la généralisation du Web des objets mais aussi comme celle du Web sémantique) qui fait suite à l'ère du Web social. L'internet des objets revêt un caractère universel pour désigner des objets connectés aux usages variés, dans le domaine de la e-santé, de la domotique ou du Quantified Self.

Social Media Week : On refait l'atelier ! Souvenez-vous, la semaine dernière nous vous parlions d’un atelier autour de la ville numérique organisé en partenariat avec la Netscouade dans le cadre de la Social Media Week. Voici le récit de la journée. C’est l’histoire d’un monde hybride. D’emblée, avec mon acolyte de toujours Brice Chandon, nous présentons le sujet de la « ville numérique ». Fidèles à notre formation d’urbaniste génie urbain ( dédicace ), nous forgeons notre propre culture et exposons une vision assez globale des problématiques. Lisez plutôt : L'Observatoire de la génétique - Cadrages Klaus-Gerd Giesen* Le moins que l’on puisse dire est que l’humanisme se trouve de plus en plus sous le feu croisé, et nourri, de plusieurs idéologies émergentes, et les étonnants progrès de la génétique humaine n’y sont pas pour peu. Moult fois déclaré mort depuis Nietzsche et Heidegger il fait notamment l’objet de critiques acerbes de la part de ceux qui se réclament du transhumanisme. Les premières manifestations de ce courant de pensée remontent au début des années 1980, bien que l’adjectif «transhumaniste» ait déjà été utilisé en 1966 par le futuriste américano-perse F.M. Esfandiary, alors qu’il enseignait à la New School of Social Research de New York, ainsi que dans les ouvrages d’Abraham Maslow, Toward a Psychology of Being (1968), et de Robert Ettinger, Man into Superman (1972). Au-delà de la condition humaine

Le cas Kierkegaard : penser sous pseudonymes Kierkegaard, Post-scriptum aux miettes philosophiques, Gallimard, 1949, p.424, Une première et dernière explication C’est pour ainsi dire en post-scriptum au Post-scriptum aux miettes philosophiques que Kierkegaard révèle son « secret de Polichinelle » en dévoilant son identité avec ses auteurs pseudonymes. Mais les amateurs de « confessions intimes » restent sur leur faim, car Kierkegaard ne révèle pas grand-chose sur le sens à donner à ce recours aux pseudonymes, si ce n’est qu’il s’agit pour lui de donner une forme poétique à la diversités de points de vue pour lesquelles sa paternité demeure ambiguë…On ne peut cependant évoquer le cas Kierkegaard sans rappeler quelques points marquants de sa biographie. Ce préalable est d’autant plus indispensable que la philosophie de l’existence dont Kierkegaard est l’initiateur se propose précisément de philosopher à partir de l’expérience vécue en lieu et place des abstractions universelles. Jean Luc Berlet (docteur en philosophie)

La société idéale peut-elle naître dans le cyberespace ? Qu'est-ce qui change dans un monde où l'espace disparait ? C’est la question posée par Nils Aziosmanoff, président du Cube, à l’occasion du lancement du second numéro de la revue du centre de création numérique d’Issy les Moulineaux. Organisé autour de la notion de territoires numériques, cet échange co-animé par le journaliste et écrivain Pierre de la Coste réunissait le physicien, philosophe et informaticien Jean-Gabriel Ganascia, l’anthropologue Jacques Lombard et l’artiste numérique Hugo Verlinde. Au cœur des débats, l’idée selon laquelle Internet a ouvert une nouvelle dimension du réel : le cyberespace, qui véhicule un idéal de cité où tout le monde peut communiquer avec tout le monde.

Domotique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Représentation graphique schématique d'items relatifs à l'« habitat intelligent » (version évoluée de la domotique des années 1970-80), avec leurs relations entre eux et avec l'usager Maison de démonstration dite « Maison T-com », à Berlin Les domaines de la domotique[modifier | modifier le code] Exemple d'interface avec un logiciel de contrôle de l'éclairage

40 mobiliers urbain intelligent Paris Bienvenue dans le futur : différents projets expérimentaux prennent place dans l’espace public parisien. Présentation. Sept appels à projets ont été lancés depuis 2010, recevant plus de 160 candidatures. Sarif Industries, site viral Un site viral a été mis en place il y a quelques mois par Eidos Montréal pour promouvoir son futur jeu Deus Ex Human Revolution. Je vous en parle aujourd'hui car du contenu a été ajouté, sur le thème transhumaniste bien sûr. Voici l'adresse : Une page facebook officielle :

Related:  PLATE-FORME