background preloader

François Hollande et le monde des affaires. Par Geoffrey Geuens

François Hollande et le monde des affaires. Par Geoffrey Geuens
Related:  corruption des hommes politiques

Sarkozy, le scandale Facebook…. Plus on lit son bilan désastreux, plus on est au bord de la déprime, quand on imagine que ça pourrait recommencer sous peu. Il croit vraiment que nous sommes si stupides, pour nous laisser rouler dans la farine avec ses hésitations de façade?? Il se sert de sa fonction pour écraser les autres candidats, qui n’ont bien sur, par les mêmes traitements de faveur…. :no: Cette information révélée par L’Express est symptomatique de la façon dont Sarkozy conçoit le pouvoir et qu’aucune barrière légale ne peut l’empêcher d’agir.

Massacre de chrétiens… Sarkozy avait prévenu qu’il ne ferait rien ! Le 5 septembre 2011, lors d’une entrevue houleuse à l’Elysée, le président Sarkozy a informé le patriarche maronite d’Antioche et de tout l’Orient (chef de la principale Eglise de rite oriental rattaché à Rome) que le plan d’agression peaufiné par le Pentagone et ses caniches contre la Syrie , prévoyait l’expulsion par les Occidentaux des chrétiens d’Orient. Dans ce contexte (d’une alliance entre les Frères musulmans et les dirigeants de l’Occident), écrit le Réseau Voltaire, « une campagne de presse est conduite en Europe pour accuser les chrétiens d’Orient de collusion avec les dictatures ». Selon le Réseau Voltaire, le président Sarkozy a expliqué que ses amis banquiers avaient pour objectif de porter les Frères musulmans au pouvoir (ce qui recoupe parfaitement l’analyse que nous faisions) et qu’il informait les chrétiens d’Orient de se préparer à l’Exode pour éviter d’être massacrés. Autrement dit : on ne fera rien pour vous ! Like this: J'aime chargement…

« Ne rougissez pas de vouloir la lune : il nous la faut », par Serge Halimi Economique mais aussi démocratique, la crise européenne soulève quatre questions principales. Pourquoi des politiques dont la banqueroute est assurée sont-elles néanmoins déployées dans trois pays (Irlande, Portugal, Grèce) avec une férocité remarquée ? Les architectes de ces choix sont-ils des illuminés pour que chaque échec — prévisible — de leur médication les conduise à en décupler la dose ? La réponse aux deux premières questions s’impose sitôt qu’on s’affranchit du verbiage publicitaire sur l’« intérêt général », les « valeurs partagées de l’Europe », le « vivre ensemble ». Le 15 juin dernier, les dirigeants de l’Irish Business and Employers Confederation (IBEC), l’organisation patronale irlandaise, se rendaient à Bruxelles. Difficiles, les décisions ne le seront pas pour tous, puisqu’elles généraliseront une tendance déjà observée dans les secteurs déréglementés : « L’échelle des rémunérations pour les nouveaux salariés a baissé d’environ 25 % ces dernières années, note l’IBEC.

Corruption au niveau des instances politiques de certains états ," La plus grande escroquerie du siècle : Avocat-Traîtrise , Avocat-forfaiture , Avocat-Félonie , Avocat-sansProbité, Déontologie de l'Avocat ,Lois de l'Internet détournées par Certains Avoca L'affaire Joseph Ferrayé , complots hollywoodiens avec Enjeux financiers colossaux , pour voler son brevet , et le dépouiller de son invention révolutionnaire qui a éteint rapidement les 750 puits de Pétrole en feu , et qui a consisté à recouvrir chaque puit en feu d'une cloche .Ce nouveau procédé révolutionnaire aurait été utilisé au Koweit en 1991, à l'insu de Joseph Ferrayé . Il a été utilisé à la fin de la guerre du golfe, évitant au pays une perte de 150 millions de dollars par jour, soit une perte totale qui pouvait atteindre 250 milliards de dollars. Joseph Ferrayé est un homme précieux et de qualité , qui a pour lui la grande pureté de son génie : Cette spolation scandaleuse a été possible grâce à tous les hommes de lois et de la Finance " officielle " , qui ont prêté successivement et simultanément leurs compétences pour ficeler le piège ..... Ecouter attentivement ces 3 vidéos , ........ Denis Robert: «La justice est instrumentalisée par la finance» site la voix des opprimés

La fabrique du consentement Mais n’allons pas trop vite... nous sommes en 1917, et Bernays fort de cette première expérience est à mi-chemin entre le journalisme, l’impresario, le conseiller en communication (bien que cette dernière appellation n’existe pas encore)...tout va se précipiter avec la constitution de l’"U.S. Committee on Public Information", plus communément appellé la "commission Creel" à laquelle notre ami Edward Bernays va contribuer de manière très active. Qu’est-ce que cette commission ? Une image suffit pour la rappeler à votre mémoire : "I want you for us army". Vous vous rappelez ? l’oncle Sam qui pointe un doigt accusateur.Car, en 1917, la population américaine est largement pacifique et n’a aucunement l’intention d’entrer en guerre, alors que le gouvernement est fermement décidé à s’engager dans le conflit, pour des raisons industrielles. Pourquoi les relations publiques ? Entre les guerres Berneys va littéralement inventer des concepts - Il va persuader les Américains d’acheter des pianos.

La Commission Européenne propose l'expérimentation humaine sans consentement Une pétition publiée début novembre dernier par le Comité pour la Médecine préventive et le soin des patients, appelle les citoyens à stopper les propositions de la Commission Européenne destinées à permettre, dans des situations d'urgences, l'expérimentation humaine sans consentement. La Commission Européenne a en effet, selon ce texte comme projet, de modifier la Directive 2001/20/EC sur les bonnes pratiques cliniques et donc d'abolir le droit des patients de décider des produits qu'on peut leur administrer en cas d'urgence (par exemple en cas d'attaques ou d'autres accidents graves). Il s'agit donc d'une pétition fondamentalement logique et dont les signatures seront envoyées au Parlement européen, au premier semestre 2012, lorsque ces propositions seront débattues.

dossier de corruption Hollande mis en cause par un ex-élu sur un Jeudi 23 février 4 23 /02 /Fév 16:24 par Thierry Lévêque PARIS (Reuters) - Un ancien élu PS du Pas-de-Calais décrit dans un livre un système de corruption mis en place selon lui de longue date dans sa région par son parti, et assure que François Hollande n'a pu en ignorer l'existence. Gérard Dalongeville, ancien maire de Hénin-Beaumont, écroué durant huit mois pour corruption en 2009, décrit dans cet ouvrage sorti jeudi, "Rose mafia", un dispositif, dit-il, devenu habituel, avec enveloppes d'argent en espèces, marchés truqués et clientélisme. Il désigne François Hollande, premier secrétaire du PS de 1997 à 2008. "Qui peut croire que ni Aubry ni Hollande n'aient jamais été informés des irrégularités, des dérives de la fédération du Pas-de-Calais ?" Ce silence de François Hollande, actuel candidat à la présidentielle, tiendrait, selon le livre, à ses liens avec Jean-Pierre Kucheida, dit "JPK", député-maire de Liévin et homme fort depuis deux décennies du PS dans son fief du bassin minier.

Roulements de tambour contre l'Iran. Mais qui donc est en train de jouer ? Erik Prince, fondateur et actionnaire majoritaire de la société militaire privée Xe, anciennement connue sous le nom de Blackwater. Il est politiquement proche de Gary Bauer et des Reaganiens. Bien qu’officiellement converti au catholicisme, il continue à administrer l’association des missionnaires évangéliques, Christian Freedom International. Le 14ème siècle a connu deux grandes épidémies. Il y a toujours eu des mercenaires, mais sous le règne d’Edward III, ils devinrent le pilier de l’Armée Anglaise, au cours des vingts premières années de ce qui allait devenir la Guerre de Cent Ans. Une de ces armées s’appelait « La Grande Compagnie ». Le cauchemar venait de commencer. Projetons-nous environ 650 ans plus tard. En 2000, le Project for the New American Century a publié le rapport Rebuilding America’s Defenses, dont le but avoué était d’accroître les dépenses de défense de 3 % à 3.5 %, ou 3.8 % du Produit Intérieur Brut américain. Et il existe encore.

Réseaux contre hiérachies, liens faibles contre liens forts Pour le New Yorker, Malcolm Gladwell (blog) a rédigé une brillante mise au point sur les différences entre l’activisme en ligne et l’activisme réel, dans un article intitulé “Petit changement : pourquoi la révolution ne sera pas twittée” où il montre les limites des organisations en réseaux comparés aux structures hiérarchiques classiques. Pour accomplir sa démonstration, Malcolm Gladwell nous plonge dans l’histoire politique des Etats-Unis, pour nous aider à mieux comprendre comment, politiquement, les différences de structuration de la contestation induisent des effets qui n’ont rien à voir les uns avec les autres. Démonstration. Le lundi 1er février 1960, vers 16h30, 4 étudiants étaient assis au comptoir du Woolworth, un bar du centre-ville de Greensboro, en Caroline du Nord. 4 étudiants en première année d’un collège noir à proximité. Ezell Blair a alors demandé à la serveuse une tasse de café. “Nous ne servons pas les Noirs ici”, a répondu celle-ci. Nous sommes loin de Greensboro.

Related: