background preloader

Le peer-to-peer, clé de voûte pour les économies futures ?

Le peer-to-peer, clé de voûte pour les économies futures ?
Compte-rendu du séminaire W2S par Michel Bauwens à la Cantine, 16 décembre 2011 « Ce ne sera pas une conférence sur comment devenir riche avec des startup, » souriait Michel Bauwens au début du séminaire W2S à la Cantine de vendredi 16 décembre. Les deux heures et demi de présentation et de discussion qui ont suivi, ayant pour thème « From Collaborative Prosumer Capitalism to a Commons-based P2P Economy », ont pourtant mis en avant la possibilité d’un véritable modèle économique alternatif basé sur le peer-to-peer (P2P), qui, loin d’être une utopie pour un futur lointain, s’infiltre toujours plus dans nos pratiques quotidiennes et pourrait constituer la clé de la durabilité à moyen et long terme de nos économies et de nos sociétés. Les évolutions de la coopération Comme M. Le P2P peut être conçu comme un système où l’intérêt individuel se marie à l’intérêt collectif – non pas par altruisme, mais par design social. Pour un dépassement du « capitalisme netarchique » Conclusions.

Wikipedia crie à la censure après l'application du droit à l'oubli - 7 août 2014 La fondation qui gère l'encyclopédie collaborative Wikipedia a affirmé, mercredi 6 août, que la décision de la justice européenne relative au "droit à l'oubli" sur internet créait des "trous de mémoire" sur internet et constituait une censure. La décision visée "empêche le monde d'avoir accès librement à des informations fiables à propos de certaines personnes ou événements", a regretté Lila Tretikov, directrice exécutive de la Fondation Wikimedia dans une déclaration sur un blog officiel. Selon elle, "l'impact sur Wikipedia est direct et critique" et le site a par exemple déjà reçu une cinquantaine de notifications demandant à ce que des contenus soient effacés. La décision mise en cause a été prise par la Cour de justice européenne de Luxembourg, qui a estimé que les particuliers avaient le droit de faire supprimer des résultats du moteur de recherche Google les liens vers des pages comportant des informations personnelles périmées ou inexactes. Wikipedia va poster des avertissements

Your Pure Honey «La Troisième Révolution» de Rifkin n’aura pas lieu Le dernier livre de Jeremy Rifkin, la Troisième Révolution industrielle , est, ces jours-ci, très abondamment commenté dans la presse alors que son auteur multiplie les conférences grassement payées et les entrevues avec les puissants. Le succès foudroyant de cette expression «Troisième Révolution industrielle» n’est pas sans rappeler la formule, très à la mode dans les années 70, de «société postindustrielle». Mais quelle est exactement sa fonction ? Que recouvre-t-elle ? Et surtout, derrière son évidence apparente, que dissimule-t-elle ? L’idée de Troisième Révolution industrielle part d’un constat apparemment juste : ce sont les lois de l’énergie qui gouvernent l’activité économique, or la crise actuelle marque l’essoufflement des trajectoires énergétiques du passé. La thèse de la Troisième Révolution industrielle et tous ceux qui vantent le capitalisme numérique restent enfermés dans une vision simpliste des technologies et de leurs effets.

Bauwens : « Le peer-to-peer est le socialisme du XXIe siècle » | Greensiders Le « peer-to-peer », souvent abrégé P2P, permet par exemple d’échanger des fichiers musicaux ou des films sur Internet. Napster, eDonkey, eMule, Kazaa ou encore plus récemment Spotify... sont des systèmes P2P. Or, ce mode de fonctionnement imprègne peu à peu nos modes de pensée, au point d’incarner, pour certains, un puissant levier pour changer le monde. C’est en tout cas la thèse soutenue par Michel Bauwens, l’un des théoriciens les plus reconnus des systèmes pair-à-pair, à l’origine de la Fondation pour les alternatives peer-to-peer. Antonin Leonard et moi-même l’avons rencontré dans une brasserie parisienne en décembre 2011 afin de mieux comprendre sa vision des choses. Greensiders : Comment tombe-t-on dans la marmite du peer-to-peer ? Michel Bauwens : A la fin des années 1990, quand j’étais responsable de la stratégie à long terme de l’entreprise Belgacom, j’ai pris conscience des incohérences flagrantes dans lesquelles baigne notre monde : Mais comment sortir du monde immatériel ?

ÉCONOMIE DU PARTAGE • Airbnb, Uber, Blablacar : faire confiance à n’importe qui Louer son appartement, emmener des étrangers dans sa voiture, recevoir des inconnus à dîner : l’économie du partage révolutionne les interactions sociales. Désormais, nous sommes prêts à confier notre vie à de parfaits inconnus. 22 Septembre 2014 | Partager : Dans une quarantaine de minutes, Cindy Manit ouvrira la porte de sa voiture à une parfaite inconnue. Une application installée sur son iPhone lui donne rendez-vous à un carrefour du quartier SoMa de San Francisco. Là, une femme rousse vêtue d’un manteau orange et de bottes couleur café prendra place sur le siège passager de son impeccable Mazda 3 et lui demandera de l’emmener à l’aéroport. Déjà abonné ?

Windcentrale | Samen je eigen windmolen, samen echt groene energie (Vidéo) Carrefour, les horaires en îlots Contexte de l’action: Le secteur Caisses représente 1/3 de l’effectif de Carrefour soit à ce jour 20 000 personnes - Un secteur Caisses en magasin est composé de 50 à 250 assistantes de caisses. - Avant 1998, les horaires étaient imposés par le chef de caisses, un système d’horaires libre choix était proposé dans certains magasins. - Les clients étaient insatisfaits de la fluidité en caisses et les assistantes de caisses peu satisfaites de leurs horaires. Dès 1998, Brest bénéficie d’un système appelé horaires îlots qui permet aux assistantes de caisse de participer à la planification de leurs horaires.

MIT World | Distributed Intelligence

Related: