background preloader

Ordinateurs, télévisions, tablettes... Sommes-nous accros aux écrans?

Ordinateurs, télévisions, tablettes... Sommes-nous accros aux écrans?
La vie par écrans interposés? Une exaltation continument relancée. A chaque seconde, un échange, une information, une image, un récit, une enfilade de surprises. Soi, et le monde pour soi, grâce à un clic. Et voilà que des scientifiques viennent gâcher la fête. D’abord celle qui concerne l’écran le plus regardé: la télévision. Il désigne plus que tout son rôle néfaste dans l’environnement éducatif des enfants. Où sont les virtuoses du multitasking? Les thuriféraires de la Web culture peuvent-il se réjouir de cette vision à charge contre «l’ancêtre d’internet»? Ces accusations contre la société des écrans s’inscrivent dans la suite d’autres analyses récentes, par exemple, celles du journaliste Nicholas Carr (Internet rend-il bête? «Les profits de Google sont directement liés à la rapidité à laquelle les gens absorbent de l’information… Chacun de nos clics crée une rupture de notre concentration, une perturbation ascendante de notre attention…. Engourdissement Envie de décrocher?

Le cerveau à l'ère high-tech Parviendrez-vous à lire cet article d'une seule traite, sans vous interrompre pour regarder le message électronique qui vient d'arriver, le correspondant qui vient de vous biper, l'alerte d'information qui vient de clignoter ? Nicholas Carr, un essayiste américain, vient de publier en France un livre très remarqué aux Etats-Unis : "Internet rend-il bête ?" (1). Excellente question... à laquelle ce passionné des nouvelles technologies, qui n'a rien d'un rabat-joie nostalgique, répond oui, sans hésiter. L'acte d'accusation est lourd. A force d'être sollicité par Facebook, Google, Hotmail, Twitter et toutes ces tentations mouvantes que contiennent les écrans, le cerveau humain ne sait plus ou donner de la tête." La mémoire à long terme, en effet, obéit à une géométrie variable. Addiction. L'esprit humain, de surcroît, est bien différent du système d'exploitation d'un ordinateur. La solution à tout cela, dira-t-on, consiste juste à faire un usage modéré, raisonné d'Internet. 1.

L'Ange Bleu, Livres numériques Megaupload porte plainte contre Universal Music Emmanuel Gadaix, responsable de la division mobile du site Magaupload/Megavidéo était l’invité de France Info hier soir. Réagissant au conflit qui oppose sa plateforme au major du disque Universal, il a déclaré « Nous ne sommes pas un site pirate » Universal a mis le feu aux poudres en choisissant de retirer de Youtube un clip vidéo à la gloire de Mégaupload dans lequel apparaissent des artistes tels que Will.i.am, chanteur des Black Eyed Peas, Snoop Dogg, Kanye West, Chris Brown, Lil John, Alicia Keys, Kim Kardahshian ou Serena Williams. Ces artistes ont acceptés de figurer dans une publicité qui a pour objectif de redorer l’image des sites comme MégaUpload et MégaVidéo, souvents caractérisés comme des « voyous » par les lobbys américains. En réponse, Mégaupload qui revendique 1 milliard d’utilisateurs et 4% du trafic mondial de données annonce attaquer en justice la major Universal. Source : France Info

La fatigue devant l'écran : l'encre électronique a peu d'avantages La société E Ink Holdings détient aujourd'hui la plus grande partie du marché de l'encre électronique. Ce support d'affichage, particulièrement prisé pour les lecteurs ebook, connaîtrait un engouement fou pour la fin de l'année 2012, avec une demande des clients, grand public ou professionnels, réellement florissante. Or, une vilaine étude vient de tomber, qui fait voir la vie non plus en nuances de gris, mais en vilain noir... En effet, l'encre électronique était jusqu'à lors vantée pour ses doux mérites : alors qu'un écran LCD, comme celui d'une tablette, diminue les sécrétions de mélatonine, et nuirait donc au sommeil et à l'endormissement, les appareils E Ink n'avaient pas ce défaut majeur. Pas plus qu'ils n'abîmaient la vue, les yeux, ou quoi que ce soit d'autre. Une vérité qui ne passerait pas l'épreuve scientifique du feu, estime l'Ophthalmic and Physiological Optics. Avis aux amateurs... Pour approfondir

Combattre le streaming illégal, oui, mais comment ? Depuis quelques semaines, la lutte contre le « streaming » illégal fait l’unanimité à droite et chez les pros. Les solutions pour y parvenir, beaucoup moins. Explicateur. Le système Hadopi a été créé pour combattre le téléchargement illégal. Cette pratique – qui n’est pas « surveillée » par la Hadopi – consiste à regarder des films ou écouter de la musique sur Internet gratuitement et sans téléchargement. Le ministre de la culture Frédéric Mitterrand était mardi dernier l’invité de Pascale Clarke sur France Inter : « Je m’attaque au streaming ? Frédéric Mitterrand interrogé par Pascale Clarke, le 6 décembre. Oui, c’est compliqué, technique... Blocages mou, dur et déférencement Trois syndicats français du cinéma ont assigné en justice des fournisseurs d’accès à Internet (Free, Orange, SFR...) et des moteurs de recherche (Google, Yahoo ! L’action en justice ne vise même pas à faire fermer les sites en question : juste à empêcher les internautes d’y accéder. Blocage mou Blocage dur

L'ebook pour redonner le goût de la lecture aux bambins Ce n'est pas parce qu'on est petit qu'on n'a pas droit à son livre numérique : colorés, animés et sonores, les ebooks pour enfants rivalisent d'innovations pour attirer les plus jeunes devant l'écran, mais à des fins éducatives. La bien-nommée conférence Children's Publishing Goes Digital (L'édition jeunesse passe au numérique) a chiffré fin janvier un phénomène aisément observable pour qui fréquente des enfants en bas âge: le numérique attire le regard et capte l'attention des plus jeunes. « Sur l'année 2010, le secteur représentait 3,08 milliards $ et le livre numérique pèse aujourd'hui 13 % des ventes Jeunes adultes et 11 % des ventes jeunesse. » (voir notre actualitté) Un fait qui pourrait bien être utile à l'apprentissage de la lecture. Même si l'on peut espérer que des enfants de âgés de 1 à 7 ans ne possèdent pas encore leur iPad ou eReader, il est probable que leurs parents peuvent leur offrir la possibilité de lire un livre numérique via leurs appareils électroniques.

Métro Montréal - Les jeunes enfants manquent d'encadrement lorsqu'ils utilisent l'internet Seul un parent québécois sur deux discute des dangers liés à l’utilisation d’internet avec son enfant, selon un sondage dévoilé mardi par la Fondation Marie-Vincent et Cyberaide. Pourtant, 75% des enfants de 3 à 12 ans utilisent l’internet, selon ce même sondage. René Morin, porte-parole du Centre canadien de protection de l’enfance, rappelle que les jeunes s’exposent à des risques chaque fois qu’ils se connectent. «Des délinquants sexuels peuvent s’immiscer dans les jeux en ligne, où l’on peut clavarder, pour établir un lien avec leurs victimes, par exemple.» Dans les moteurs de recherche, une requête mal orthographiée peut aussi mener l’enfant à du contenu à caractère sexuel. Le sondage révèle qu’un parent sur deux croit que son enfant a déjà eu accès à des images sexuelles ou violentes sur l’internet, de façon volontaire ou non. Le sondage téléphonique sur l’usage d’internet chez les enfants de 3 à 12 ans comporte une marge d’erreur de 3,1%.

France : profil et habitudes d'un lecteur de livre numériques Si les Français semblent se pencher avec un peu plus d'intérêt sur les appareils de lecture numérique et par extension, les livres numériques, les marchands ne voient pas forcément venir l'engouement. À ce titre, Chapitre.com vient de diffuser une enquête menée auprès de ses clients, pour mieux cerner leurs attentes et besoin. Chapitre, au Salon du livre de Paris crédit ActuaLitté Le profil type du lecteur de livres numérique est assez intéressant, quoiqu'attendu, et se présente comme « un nomade, défenseur de la littérature française et fan de romans policiers. Amateur de nouvelles technologies, il est aussi à l'affût des économies et aimerait partager ses lectures numériques avec ses amis ». Mobilité, stockage et achats Nomade, donc, puisque 82,5 % des personnes évoquent la facilité de transport des appareils, quand 79 % parlent plutôt des avantages en terme de stockage. Les utilisateurs sont aussi poly-machines, puisqu'ils disposent de 2,3 appareils en moyenne pour leur lecture.

Related: