background preloader

Le film de l’Open Data

Le film de l’Open Data
Il y a quelques semaines, nous avions mis les internautes à contribution pour co-rédiger le scénario d’un film d’animation expliquant ce qu’est l’ouverture des données. Objectif: démocratiser l’open data et présenter le concept de manière simple, ludique et accessible. Loin d’offrir une présentation exhaustive, nous avons choisi de simplifier l’approche pour nous adresser au grand public. Financé grâce au soutien de Nantes Métropole, il est diffusé sous licence Art Libre. Vous êtes invités à le réutiliser, dupliquer, diffuser, modifier… tant que vous citez la source. Si vous souhaitez enrichir et compléter ce film, contactez-nous, nous mettrons le fichier source à disposition. Encore merci aux contributeurs et bon film ! Like this: J'aime chargement…

http://libertic.wordpress.com/2011/12/12/le-film-de-lopen-data/

Related:  Documentation Open DataOPEN DATA : DEFINITION, EXAMPLES, CORPORATES, SOLUTIONS ...Définition,Intérêt,Limitedm toussaint

Glossaire Catégorie Métadonnées décrivant les grandes thématiques auxquelles est associé un jeu de données : Urbanisme, Environnement - Energie, etc. Donnée publique Au sens de la loi du 17 juillet 1978, les données publiques sont des informations contenues dans les documents produits ou reçus par un acteur public (Etat, collectivités territoriales, personnes de droit public ou privé chargées d’une mission de service public) dans l’exercice de ses missions de service public.

Les acteurs du marché de l'information et de la connaissance Club d'experts consacré à l'analyse de l'évolution du cadre juridique et légal du secteur En savoir plus sur le groupe "CLUB JURIDIQUE" Sous groupe sectoriel du groupe de travail "Données publiques et Open Data", consacré à l'ouverture et la réutilisation des données d'archives. En savoir plus sur le groupe "DONNEES D'ARCHIVES"

La gratuité des données publiques encouragée par data.gouv.fr Trois mois après la formation de l’équipe en charge de créer le futur portail data.gouv.fr, un décret et une circulaire sortis au Journal Officiel ce matin viennent préciser le cadre dans lequel ÉtaLab et les ministères vont travailler. Coup de frein à la marchandisation des données publiques Le décret 2011-577 risque de ne pas faire plaisir à tous les intermédiaires qui vivent de la revente de données publiques sur le dos du travail des administrations. A partir du 1er juillet 2011, il sera beaucoup plus complexe pour une administration centrale de créer des barrières financières à l’accès à ses données publiques. Alors qu’elle pouvait jusqu’alors le faire sur simple initiative de son ministère de tutelle, elle devra désormais demander l’avis du Conseil d’orientation de l’édition publique et de l’information administrative (COEPIA) et la publication d’un décret dédié (donc après validation par les services du Premier ministre).

Le fouillis des licences open data s’éclaircit [Fiche pratique] En deux ans, le paysage des licences compatibles avec un projet open data a bien évolué. On observe un resserrement sur deux licences libres, celle d’Etalab, et la licence ODbL. Le choix s’opère surtout en fonction de l’orientation politique et sociétale donnée à l’ouverture des données publiques. cet article fait partie du dossier Réutilisation des données publiques : des promesses vertigineuses Devant les nombreuses licences possibles, les collectivités souhaitant ouvrir leurs données peuvent se sentir un peu perdues. Textes et liens Textes et liens > Textes et liens Partager Lettre d'information Une présentation du rapport d’activité 2013 et une synthèse sur la communication des documents relatifs aux associations loi 1901 constituent le menu de la lettre de rentrée. Le (...) Rapport d’activité 2014

Les données publiques nous appartiennent ! Le décret signé de François Fillon qui affirme que l’accès aux données publiques doit être gratuit et ouvert à tous est un premier pas en avant mais, étant donné que nos administrations sont très réticentes à ouvrir leurs bases, la liste risque d’être longue des exceptions à la règle de transparence prévue pour le nouveau décret du 26 mai 2011 (INSEE, EPIC, Culture, données sanitaires et géographiques etc…). Aujourd’hui, les citoyens ont soif de connaissance notamment sur la performance de leurs services publics mais aussi sur l’accès à ces services et de pouvoir participer à leur optimisation ou en inventer de nouveaux : dans quel hôpital se faire soigner, dans quelle école inscrire ses enfants, quel taux de réussite aux examens, comment rationaliser ses déplacements, retrouver un ami, améliorer l’accompagnement des handicaps, comment mieux consommer ? L’Opinion publique réclame une ouverture des données généralisée, la révolution de l’open data ne doit pas se faire sans la France.

Licence Ouverte / Open Licence Dans le cadre de la politique du Gouvernement en faveur de l’ouverture des données publiques (« Open Data »), Etalab a conçu la « Licence Ouverte / Open Licence ». Cette licence, élaborée en concertation avec l’ensemble des acteurs concernés, facilite et encourage la réutilisation des données publiques mises à disposition gratuitement. Depuis novembre 2011, la « Licence Ouverte / Open Licence » s’applique à l’ensemble des réutilisations libres gratuites de données publiques issues des administrations de l’Etat et de ses établissements publics administratifs, à l’exclusion de tout autre licence. La « Licence Ouverte / Open Licence » présente les caractéristiques suivantes : Le logo de la « Licence Ouverte / Open Licence » est également librement réutilisable. Télécharger la « Licence Ouverte / Open Licence » au format pdf: Français / Anglais

Open data et données personnelles : mythes et réalité... mouvante Open Data Publié le 26/04/2013 • Par Sabine Blanc • dans : A la une, Actu juridique, France series_chiffres_deformes - © serge parin - Fotolia.com L’open data a récemment été accusé de représenter un danger pour les données personnelles. Dans les faits, le cadre légal est pourtant bien posé.

Open source Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La désignation open source, ou « code source ouvert », s'applique aux logiciels dont la licence respecte des critères précisément établis par l'Open Source Initiative, c'est-à-dire les possibilités de libre redistribution, d'accès au code source et de création de travaux dérivés. « Open source » désigne un logiciel dans lequel le code source est à la disposition du grand public, et c'est généralement un effort de collaboration où les programmeurs améliorent ensemble le code source et partagent les changements au sein de la communauté ainsi que d'autres membres peuvent contribuer. L’open source a déjà investi tous les grands domaines du système d’information des administrations françaises[1] : environnements serveurs, domaines applicatifs, outils d’ingénierie, solutions de réseaux et sécurité. Les solutions open source sont désormais au même rang que les solutions propriétaires dans le paysage des logiciels du secteur public.

droit des collectivités territoriales - actualités et miscellanea: Open data : quelle licence choisir ? Les collectivités qui entrent dans la démarche d'ouvertures de leurs données sont confrontées au choix de la licence à laquelle soumettre celles-ci. Il en ressort que la démarche de libération de données publiques doit aller de pair avec le choix d'une licence ouverte et permissive ; le choix d'une licence fermée ou propriétaire serait de nature à compromettre le principe même de la démarche. A juste titre, il est également recommandé de retenir une licence standardisée, dont le contenu est bien connu, car les opérateurs dont les collectivités espèrent une valorisation de leurs données ne disposeront en général pas des moyens juridiques pour analyser la portée et les subtilités d'une licence spécifique. A cet égard, trois types de licences semblent actuellement s'imposer :

Related: