background preloader

Communication, transmission, un couple orageux - Yves Jeanneret, article Communication

Communication, transmission, un couple orageux - Yves Jeanneret, article Communication
Le schéma linéaire « standard » de la communication, qui privilégie la transmission directe d'information entre un émetteur actif et un récepteur passif, n'a plus cours. La communication comme la transmission sont aujourd'hui conçues comme interactives, pleines d'obstacles et de contraintes médiatiques. Dans le sens commun, communiquer c'est transmettre de l'information, c'est diffuser des idées ou des contenus culturels. Il s'agit là de la transposition spontanée d'un modèle que la linguistique et les sciences de la communication ont formalisé pour tous les processus de communication : une ligne unit deux pôles, l'émetteur et le récepteur, et une entité diversement nommée (signe, signal, message) y subit divers traitements. On trouve une telle conception dite « transitive » dès le Cours de linguistique générale (1916) de Ferdinand de Saussure (1857-1913). La communication comme forme active de la culture Le modèle de C. L'examen réel des médiations Yves Jeanneret Related:  Formation adulteInfo doc théories

Capital culturel et reproduction scolaire - Gérard Mauger, article Éducation Malgré la massification de l'enseignement, l'accès aux titres scolaires est encore lourdement dépendant de l'héritage culturel familial. Gérard Mauger ne peut que dénoncer l'inégalité de la répartition du « capital culturel » dans la société contemporaine. En 1892, Émile Durkheim (1858-1917) s'était hasardé à prophétiser, dans un cours sur « la famille conjugale », le dépérissement de l'héritage, la disparition des « liens qui dérivaient des choses » au profit de « ceux qui venaient des personnes »(1). Les plus grands esprits peuvent se tromper. En l'occurrence, il me semble que l'« erreur » d'E. D'autre part, E. En matière de scolarisation, aujourd'hui comme hier, c'est l'héritage culturel lié à l'origine sociale qui explique l'essentiel des variations observées dans les parcours scolaires et, en définitive, les écarts de capital scolaire attesté par le diplôme (5). Un travail d'inculcation et d'assimilation Des mécanismes d'orientation sexistes Gérard Mauger Habitus Hexis corporelle

Evaluating qualitative research -- Stiles 2 (4): 99 -- Evidence-Based Mental Health William B Stiles, PhD + Author Affiliations Please address correspondence to William B. Stiles, Department of Psychology, Miami University, Oxford, OH 45056, USA. Email stileswb@muohio.edu. Qualitative research, like all scientific research, consists of comparing ideas with observations. Many qualitative investigators explicitly reject the possibility of absolute objectivity and truth. Qualitative research differs from traditional quantitative research on human experience in several ways. Apprenance sur OverBlog Complexité La complexité est au cœur de nombreuses approches tant dans les sciences humaines que dans les sciences dures. Le complexus c’est « ce qui est tissé ensemble. » La complexité est au cœur des travaux… Nous apprendrons sans vous Nous apprendrons sans vous car nous y sommes obligés. La compassion Voici un film de 12 minutes sur la compassion L'organisation apprenante : les séminaires sol Vous avez (ou vous allez avoir) un rôle d'acteur de transformation dans votre entreprise/organisation Vous êtes curieux, prêt à vous questionner Vous avez besoin et envie d’apprendre autrement Venez… La boîte à outils du formateur La boite à outils ici présentée rassemble une matière riche pour s'autoformer en matière d'ingénierie pédagogique et d'ingénierie de formation. Carte ou territoire d'apprentissage La carte donne une vision spatiale de l'apprendre. Les nouvelles coordonnées du savoir Le savoir vient de prendre d’un seul coup deux dimensions supplémentaires.

Les 10 textes essentiels de l’histoire de la communication et de l’information Réfléchir à notre monde de communication, ce n’est pas picorer en permanence sur la Toile, écouter les analyses d’experts en communication ( qui se trompent souvent ), ou suivre les liens qu’on vous transmet ( par tweeter, facebook, ..). Généralement, nous restons frustrés. Par le buzz, qui s’éteindra aussi vite. Par la pauvreté de l’information. Faites votre shopping dans mon magasin. Les étudiants en sciences de l’information et de la communication peuvent aussi être perdus. Car la communication n’est pas une science, mais une croisée de chemins de plusieurs disciplines. C’est ce qui en fait sa richesse. Dans un monde aussi imprégné que l’information, sous toutes ses formes, c’est un métier passionnant que de s’intéresser à ce domaine. Voilà pourquoi se nourrit ici ces ébullitions. Voici les textes essentiels qui permettent à chacun de prendre du recul, d’avoir la pertinence dans l’analyse de notre monde réel ou virtuel. Bateson, vers une écologie de l’esprit. Mais il y en a un onzième.

La culture de jeunesse et la transmédiation | Les dits d'Oldwishes « [La culture de jeunesse est] fondée sur une série de signes qui dépassent largement les frontières propres à chaque médias : les œuvres mettent en valeur leur cohésion culturelle, en empruntant constamment aux thèmes et aux stéréotypes des autres médias[1] ». ———- Au XXIème siècle, il devient difficile d’envisager l’album et par extension la littérature de jeunesse sans les inscrire dans un environnement, des valeurs et des références qui leur sont propres. De ce fait, l’intertextualité est en train de devenir une caractéristique majeure de cette littérature. Mathieu Letourneux va plus loin en évoquant l’idée d’une transmédiation[2]. Bien que non spécifique à la jeunesse, la transmédiation est parfaitement mise en valeur dans ce contexte, aussi bien au niveau de la quantité qu’au niveau de la qualité. Elle s’inscrit, également, dans la culture de masse. « Par « culture médiatique », on peut entendre au moins trois choses. Un support et ses contraintes Une culture propre à un média

Comment se fabrique le patrimoine ? - Jean Davallon, article Histoire Comment les traces du passé, lointain ou proche, acquièrent-elles le statut d'objet de notre patrimoine culturel ? Tout un processus est nécessaire dans lequel la transmission prend la forme d'une « filiation inversée ». Lorsque l'on parle de patrimoine, nous pensons tous à un héritage. Qu'il soit familial (même simplement constitué de quelques objets, voire de photos ou de portraits de famille), culturel (monuments, objets d'art ou d'archéologie, objets d'arts et traditions populaires, savoir faire, etc.) ou naturel (paysages, éléments naturels, ressources de la planète, voire l'ensemble de la planète elle-même), le patrimoine implique l'idée de quelque chose qui nous a été transmis par ceux qui nous ont précédés. Voilà qui plaide pour une assimilation entre les différents types de patrimoine. Pourtant, il y a bien une démarche commune, et des liens de similitude entre les transmissions des patrimoines familial et culturel. Choisir ce qui fait patrimoine Une filiation inversée U. J. A. G.

Psychologue - Thérapie de couple - Québec La thérapie de couple avec un psychologue La vie de couple peut assurément être une source d’énergie extraordinaire et contribuer à l'épanouissement de chaque personne mais, si elle n’est pas gardée vivante au quotidien, elle peut aussi devenir difficile à supporter et même nuire au bien-être et à l'équilibre personnel. Est-ce que la relation amoureuse, qui a alimenté la vie de couple au départ, s’enrichit ou s’appauvrit des différentes étapes de la vie à deux? Il arrive effectivement, qu’à certains moments, la vie de couple soit lourde à vivre pour différentes raisons comme, par exemple, un manque ou une absence de communication, un manque d’engagement, un déséquilibre dans le partage des responsabilités, une absence d’activités communes, des mésententes au sujet de l’éducation des enfants, des conflits de valeurs, une vie sexuelle peu satisfaisante, l’infidélité, la distance, etc. Thérapie de couple Psychologue pour thérapie de couple : Louis Mignault Le tarif horaire est de 130$. 1. 2.

Les voies de l’ « apprenance » de demain par P Carré Lors de sa dernière intervention dans le cadre de l’Université Ouverte des Compétences du mois de Mars, Philippe Carré est revenu sur les concepts d’« auto formation » et d’ « individualisation »pour décrire les voies de l’apprenance de demain. De l’apprenant acteur à l’apprenant auteur de sa formation En démarrage de sa conférence, l’auteur d’ouvrages de référence sur l’apprenance (1) a souligné le véritable « renversement actuel de perspective ». N’oublions pas que la formation passe par le formé nous rappelle-t-il. Et notre langage courant trahit, de ce point de vue, une approche « démiurgique » aujourd’hui décalée consistant à vouloir « former les gens » au sens de « donner la forme »… De même, nous passons du salarié acteur au salarié auteur de sa formation ; la responsabilité des individus devenant d’ailleurs le seul repère pour définir un adulte aujourd’hui au-delà des caractéristiques autrefois admises (service militaire, mariage, emplois…). Auto formation et individualisation

Enseigner l'informatique, enseigner la culture informationnelle Enseigner l'informatique, enseigner la culture informationnelle Éric Delamotte Deux grandes familles scientifiques sont concernées par la recherche sur les TIC et la communication numérique. De plus, à l'intérieur de chacune des deux grandes familles, la spécialisation des savoirs a souvent cloisonné les chercheur(e)s qui travaillent sur la didactique. Ce dialogue est indispensable pour comprendre les enjeux de l'éducation à l'informatique (dont ceux relatifs aux finalités d'une « éducation à »). Le risque est évident de voir se développer et circuler des savoirs opportunistes qui ne correspondent ni à des concepts organisateurs, ni à une véritable capacité de prise sur le réel, mais à des jeux de reconnaissance et/ou de domination. Savoirs et pratiques sociales de références C'est en 1982, que Jean-Louis Martinand a introduit le concept de pratiques sociales de référence au sein de la didactique des sciences et de la technologie. La re-documentarisation L'usage des technologies

Presse ou médias, littérature ou culture médiatique ? Question de concepts 1 Bourdieu (Pierre), « Secouez un peu vos structures ! », dans Le Symbolique et le Social. La récepti (...) 1Pierre Bourdieu aimait à rappeler, après Marx, que les textes ne voyagent pas avec leur contexte1. Façon de souligner qu’il convient, en toute rigueur, de les lire sous le rapport d’ajustement relatif qu’ils entretiennent avec leur champ d’élaboration, qui est également à bien des égards leur aire d’intelligibilité et de pertinence. Invitation aussi à tenir compte des effets le plus souvent réducteurs, mais quelquefois féconds, exercés sur eux par leur exportation en d’autres champs ou d’autres états historiques d’un champ donné. 3Parler de médias et de culture médiatique pour aborder presse et littérature au xixe siècle – même sous l’angle de l’environnement technique et culturel dans lequel celles-ci se trouvent enveloppées l’une et l’autre – demande également un minimum de prudence. 10 Chateaubriand (François-René de), Mémoires d'outre-tombe, XXXII, 8, éd.

Related: