background preloader

Joanna Marques : Travailler la littérature avec un bot

Joanna Marques : Travailler la littérature avec un bot
Peut-on utiliser la programmation informatique pour travailler autrement la langue et la littérature ? Professeure de lettres au collège Robert Doisneau à Clichy-sous-Bois, Joanna Marques a relevé le défi : ses élèves ont réalisé un « bot » qui chaque jour publie des vers originaux, générés aléatoirement à partir d’une structure et de mots tirés de poèmes d’Apollinaire sur la guerre. Le travail invite à des manipulations grammaticales et littéraires qui paraissent fructueuses et formatrices. L’initiation au code favorise aussi une meilleure compréhension de notre environnement numérique. Et si les littéraires s’emparaient de l’informatique pour faire d’internet un espace de créativité et de poésie ? Qu’est-ce qu’un « bot » ? Dans le contexte de Twitter, un « bot » (robot) crée des publications automatisées (répondre à certains mots, retweeter certains #, …). Techniquement, comment tout cela se fabrique-t-il ? Vous avez quant à vous lancé un bot autour d’Apollinaire : pourquoi ce choix ?

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2019/05/20052019Article636939321011193841.aspx

Related:  2019Humanités numériques

Charlotte et Julie : " On espère qu'ils comprendront qu'il faut nous faire confiance" "Nous disons NON à cette surenchère de contraintes qui fait passer au premier plan la quantité au détriment de la qualité en mettant de côté le plaisir de la littérature – celui des enseignants et celui des élèves. Nous disons NON à l’obligation d’étudier 24 textes en série générale et 16 textes en série technologique car notre discipline se résumerait alors à du bachotage et non à une découverte enthousiasmante des textes littéraires... Nous disons NON à un programme d’œuvres imposées. Ne nous transformez pas en de malheureux Sisyphe, abrutis par la tâche.. Comment concevoir un bot en classe ? La conception de bot est un travail collaboratif. L’idée est de créer une œuvre commune. Il faudra alors répartir le travail entre les élèves pour que chacun apporte sa contribution au travail final. Nous vous recommandons de faire travailler les élèves par groupes et que chaque groupe d’élèves soit dans un premier temps responsable d’une liste de propositions. La constitution des groupes dépend de votre structure.

Orthographe : L’écriture autorégulée en sixième Pour travailler l’orthographe en 6ème, Marie Soulié, professeure de français au collège Daniel Argote à Orthez, met en œuvre un protocole d’écriture autorégulée. L’exercice dure 5 à 10 minutes. L’enseignante dicte une phrase à toute la classe. Chaque élève l’écrit sur un post-it en se posant des questions à voix haute et en posant le stylo sur la table à chaque question (où est le sujet ? « L’intelligence artificielle va bouleverser notre façon d’écrire » En mars 2017, Ross Goodwin a sillonné, au volant d’une Cadillac, les routes de l’Est américain, de New York à la Nouvelle-Orléans. Un road trip a priori classique… sauf que cette fois, sa voiture était équipée d’une intelligence artificielle, chargée de coucher sur papier le contenu du voyage en vue d’une future publication. Présenté comme le « premier véritable livre écrit par une IA », 1 The Road est sorti en septembre dernier. Nous avons rencontré son « créateur » à Paris. « Il était 9h17 du matin, et la maison était dense. » L’incipit de 1 the Road ressemble à s’y méprendre à celui de n’importe quel roman.

Nadia Lépinoux-Chambaud : Des élèves "journalistes" sur Twitter Comment enseigner le numérique, cette « socialisation de l’informatique » selon Bruno Devauchelle ? Comment par exemple, former les élèves aux circuits de production et de diffusion de l’information tels que les transforment les réseaux sociaux ? Au collège de Montrésor en Indre-Et-Loire, la professeure-documentaliste Nadia Lépinoux-Chambaud a lancé un projet original : Flash Tweet Edu. 2021 · Appel à contribuer au numéro « Enseigner et apprendre les humanités numériques » Humanités numériques est une revue francophone publiée en libre accès et consacrée aux usages savants du numérique en sciences humaines et sociales. Éditée par l’association francophone Humanistica et diffusée sur la plateforme OpenEdition Journals, elle offre un lieu de réflexion, de débat scientifique et d’expression aux chercheurs et enseignants dont les travaux s’inscrivent dans ce champ. La revue s’adresse ainsi aux spécialistes des sciences humaines, des sciences sociales et des disciplines liées aux technologies de l’information, ainsi qu’à toutes celles et tous ceux qui se sentent concernés par les transformations numériques des savoirs. Le numéro 5 de la revue, dont la publication est prévue en janvier 2022, sera intitulé « Enseigner et apprendre les humanités numériques ». Comment enseigne-t-on les humanités numériques ? À quels besoins les dispositifs éducatifs mis en œuvre répondent-ils ?

Marie-Hélène Flament : Un prix Nobel de littérature dialogue avec des 6èmes ! Travailler le français en lien avec un.e écrivain.e : une ambition démesurée ? Marie-Hélène Flament l’a remarquablement réalisée : ses 6èmes du collège Jean Renoir à Neuville-sur-Saone ont lu-écrit-échangé dans le compagnonnage du romancier prix Nobel de littérature Jean-Marie-Gustave Le Clézio. Les interactions, avec l’auteur, mais aussi avec des classes de CM pour une liaison cycle 3, favorisent l’implication et les questionnements, stimulent « la réflexion et l'imagination », transforment le regard sur la littérature, perçue comme lointaine. Durant ce projet annuel, diverses activités collaboratives apprennent à faire communauté, dans la classe, à faire réseau, avec un écrivain, avec d’autres élèves, à faire société, autour de la culture, de la lecture, de l’écriture. Jusqu’à rendre la littérature réellement contemporaine aux élèves ? Comment en êtes-vous arrivée à mettre en œuvre ce projet de lecture-écriture-échange avec un prix Nobel de littérature ?

Traducteur et éclaireur des transformations numériques Contexte La responsabilité de nos politiques et de nos systèmes éducatifs pour apporter à chaque citoyen de la société numérique les moyens de la comprendre et d’y participer, est centrale. Dans le sillage de ses travaux sur l’inclusion numérique, le CNNum, dès 2013, a ainsi constitué un groupe de travail sur ce sujet. Ces réflexions ont permis d’aboutir à deux travaux principaux. L’avis Jules Ferry 3.0, publié en octobre 2014, traite de l’éducation dans le secondaire. La remise de l’avis et du référentiel de transformation de l’Université a été suivi d’un cycle d’ateliers de design participatif avec les acteurs de l’Enseignement supérieur d’octobre à décembre 2016.

Bac de français : Quelle question de grammaire ? A quoi ressemblera la question de grammaire, notée sur 2 points, dans le nouvel oral des épreuves de français au baccalauréat ? La note de service stipule que cette question « ne peut concerner qu’un passage de l’extrait faisant l’objet de l’explication de texte » et qu’elle « vise l’analyse syntaxique d’une courte phrase ou d’une partie de phrase. » Les ressources d’accompagnement en livrent désormais 4 exemples autour du « lac » de Lamartine : on y invite soit à des « analyses » (sur « l’expression de l’interrogation » ou sur « la négation »), soit à des « transformations », à expliquer (des passages à la subordination). Les exemples portent exclusivement sur le programme de première, non sur le programme de seconde que les élèves actuellement en première n’ont pas suivi.

À l’école des humanités numériques Au commencement étaient les humanités Le courant humaniste apparaît dans le courant du XIVème siècle dans un occident qui s’apprête à entamer sa “Renaissance”. Pétrarque (1304–1374), poète et érudit florentin, parcourt l’Europe d’alors. Au cours de ses voyages il retrouve d’anciens textes de Cicéron, rencontre savants et lettrés de son temps et fait l’éloge de la philologie. Son projet consiste à :

Related: