background preloader

Le marché de l'habillement : les chiffres du secteur, Franchise

Le marché de l'habillement : les chiffres du secteur, Franchise
Etre conseille(e) Newsletter Services Entreprises Franchise & retail À la une Franchise & retail Les clauses d’un contrat peuvent caractériser la dépendance économique d’un franchisé à l’égard de son franchiseur Dans un contrat de franchise, de multiples clauses sont présentes. 11 avril 2019 - Conseils d'expert Devenir franchisé en créant son entreprise de nettoyage Le secteur de l’hygiène et de la propreté est particulièrement porteur depuis quelques années. 9 avril 2019 - La rédaction Articles les plus lus 5 étapes clefs pour devenir franchiseur On peut considérer qu’il existe cinq étapes clefs pour... Témoignage d’un franchisé Bagel Corner Président de l’association des commerçants d’Annecy… MIDAS ouvre un centre par mois en France L’enseigne spécialisée dans l’entretien et la réparation… Obligations franchiseur-franchisé La relation qui lie le franchisé et le franchiseur fait… Organisation et coresponsabilité L’entreprise est un système complexe. Témoignage d’un franchisé O2 + de services Midas

https://solutions.lesechos.fr/franchise-retail/

Related:  yousraezdocument pour le diagnostic externeecemozturk

Kiabi, le cross canal en plein coeur Kiabi se porte bien. L'an dernier, la marque a fêté gaiement ses 40 ans dans un marché de l'habillement pourtant en crise (le secteur a perdu 10% de sa valeur en dix ans). Le numéro 1 en France maintient ses ventes au global, avec 1,9 milliard d'euros de chiffre d'affaires en 2018 (+2,61%). La marque, appartenant à l'Association familiale Mulliez, possède 550 magasins, dans 18 pays, dont 330 dans l'Hexagone. Le marché du prêt-à-porter féminin a reculé en 2016 Tout ne peut pas être la faute de la météo… Mais le fait est que l’hiver doux et le mois de mai gris et pluvieux n’ont pas soutenu les ventes de prêt-à-porter féminin en 2016. Elles ont donc reculé au cours des trois premiers trimestres avant de remonter en fin d’année. Les Françaises ont finalement dépensé 10,4 milliards d’euros pour renouveler leur garde-robe l’année dernière. C’est moins qu’en 2015 (– 2,6 %) dans un marché français global de l’habillement qui recule de 1,2 % en un an. Derrière ces chiffres qui semblent de prime abord confirmer la morosité d’un marché victime des nouveaux arbitrages des consommatrices (moins de vêtements, plus de téléphonie, de voyages, de restaurants…) se cachent en fait de nouveaux comportements qui disent en filigrane l’attachement si particulier des Françaises à la mode.

Industries de la mode : chiffres clés et évolutions à suivre Une légère progression enregistrée par le marché de l’habillement en 2018. Depuis 10 ans, nous n’avions pu constater qu’un marché en récession atteignant un recul cumulé de près de 14% depuis 2008. Crédit photo : Fotolia/Infographie Le Figaro C’est l’occasion de rappeler quelques chiffres clés des industries de la mode et faire le point des tendances à suivre pour les entreprises du secteur. La mode française représente… Les évolutions à suivre… Focus : La mode enfantine se cherche un second souffle Le prêt à porter enfant connaît une crise, contre laquelle les enseignes s'efforcent de lutter La mode enfantine est en petite forme. C'est ce qu'attestent les chiffres de l'étude sur la distribution de prêt-à-porter pour enfants de la collection Xerfi 700. Et selon les experts du cabinet d'études sectorielles, les choses ne devraient pas vraiment s'arranger cette année : le marché de l’habillement enfant restera à la peine en 2014, accusant un repli anticipé de 2% à surface comparable, « dans le sillage d’un marché de l’habillement sinistré ». Clairement, si jusqu'en 2012 le PAP enfants avait plutôt mieux résisté que le PAP femmes et le PAP hommes, depuis 2013, la crise rattrape tous les segments, y compris l'enfant. Comment expliquer cette faiblesse ?

En 2015, les Françaises ont dépensé 385 euros pour leur garde-robe En 2015, les Françaises ont encore réduit leurs dépenses d'habillement. La météo et la crise les incitent à acheter différemment. Les plus jeunes (13-24 ans) sont les plus dépensières, avec un budget moyen de 646 euros. Kiabi, le cross canal en plein coeur Kiabi se porte bien. L'an dernier, la marque a fêté gaiement ses 40 ans dans un marché de l'habillement pourtant en crise (le secteur a perdu 10% de sa valeur en dix ans). Le numéro 1 en France maintient ses ventes au global, avec 1,9 milliard d'euros de chiffre d'affaires en 2018 (+2,61%).

Le marché français textile habillement se transforme sous l'influence des consommateurs L’institut Kantar Worlpanel avait fait un premier bilan en octobre 2018 dans l’univers du textile et de l’habillement* en France. Le constat publié via son Référenseigne Expert Fashion 2018 était pour le moins pessimiste: le secteur tourne au ralenti, avec des performances globales au début de l’année 2018 inférieures à celles des 5 dernières années et un marché qui a perdu 10% de sa valeur en 10 ans. Et le bilan annoncé tout récemment par l’Institut français de la mode (IFM) est lui encore plus sévère.

Prêt-à-porter : 3 leçons marketing pour rester tendance en 2019 Prêt-à-porter : 3 leçons marketing pour rester tendance en 2019 Chemises, chaussures, hauts, pantalons… Le prêt-à-porter regorge de produits divers et variés pour des consommateurs branchés de la tête aux pieds. Et si la concurrence grandissante, la mode éphémère et les labels de consommateurs compliquent la donne, le marché a encore beaucoup à offrir aux marques – pourvu qu’elles innovent et sachent à quoi s’attendre.

Prêt-à-porter : retour sur 2013 et perspectives 2014 Après six années de reculs consécutifs, l'Institut Français de la Mode anticipe pour 2014 une consommation finale d’article d’habillement en léger recul de 1 % en 2014. Le prêt-à-porter féminin quant à lui tire un très mauvais bilan 2013. Selon les chiffres de l'Institut Français de la Mode (IFM), les années se suivent et se ressemblent. « Au total, sur l’ensemble de la période 2007-2013, le marché (28,3 milliards d’euros de dépenses d’habillement en 2013) a perdu 11 % de sa valeur. » Pour la seule année 2013, le recul s'établit à - 1,3 % pour le total textile-habillement. Globalement, le secteur a connu une baisse importante des volumes vendus (- 4 %), en partie compensée par une légère hausse des prix (+ 2,8 %).

Related: