background preloader

Qui sommes nous ?

Qui sommes nous ?
Créé en 1947, l’INRS est une association loi 1901. Il est géré par un Conseil d'administration paritaire constitué de représentants des organisations des employeurs ou des salariés. Organisme généraliste en santé et sécurité au travail, l’INRS intervient en lien avec les autres acteurs institutionnels de la prévention des risques professionnels. Il propose des outils et des services aux entreprises et aux 18 millions de salariés relevant du régime général de la Sécurité sociale. Une association à but non lucratif Association loi 1901, sans but lucratif, l’Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS) est soumis au contrôle financier de l’État. Un acteur impartial et indépendant L’INRS est géré par un Conseil d'administration paritaire(/accueil/inrs/ca-inrs.html) constitué de représentants des employeurs et des organisations syndicales de salariés. Des compétences variées De nombreux partenaires Related:  2. Mieux vivre et performance

Offre de formation Le CESTP-ARACT Picardie a pour mission de constituer un pôle de compétences régionales sur les conditions de travail et la santé au travail. Cette mission se décline en plusieurs sous objectifs dont un, qui est la formation professionnelle. Au-delà d’une exigence de qualité de service rendu à l’Université et aux étudiants, l’ARACT s’inscrit dans un objectif de développement de l'offre régionale de formation. Cela en cohérence avec la politique publique de santé au travail et son propre projet dans le champ de la santé au travail. L’association souhaite diffuser les savoirs (produits notamment lors des interventions) et organiser le transfert vers des publics qui sont souvent éparpillés sur le territoire, difficiles à rassembler en un même lieu et en même temps et surtout avec des besoins très singuliers : techniciens, encadrants, acteurs de la santé au travail, institutionnels, organisations syndicales, DRH, etc.

Troubles musculo-squelettiques (TMS) De quoi parle-t-on ? Les TMS représentent un grave problème de santé au travail partout dans le monde et touchent plusieurs millions de travailleurs en Europe. Au-delà de la souffrance humaine, ils sont à l’origine de déficits fonctionnels gênant l’activité professionnelle. Ils constituent de, ce fait, un lourd fardeau économique pour la société à la fois parce que ce sont les maladies professionnelles les plus fréquentes mais aussi parce qu’ils sont à l’origine d’un important absentéisme et donc d’une perte d’efficacité pour l’entreprise (remplacement, perte de qualité et de productivité, perturbations dans l’organisation du travail). Actualités Le Directeur Général du Travail, Jean-Denis Combrexelle, a présenté mardi 18 octobre le quatrième volet de la campagne pluri-annuelle de sensibilisation et de prévention sur les troubles-musculo squelettiques (TMS). Campagne TMS 2011 : quatrième phase

La Santé et de la Sécurité au Travail dans la filière bois La Santé et de la Sécurité au Travail dans la filière bois Le Groupe AFNOR a initié une opération visant à développer et proposer des solutions innovantes pour favoriser le déploiement d’une culture de prévention de la santé et sécurité au sein des organisations, quels que soient leurs secteurs d’activité et leurs tailles. Autour de la norme internationale sur la Responsabilité Sociétale des Organisations (ISO 26000), la délégation Est du Groupe AFNOR, aux côtés des partenaires de l’opération collective comme la DIRECCTE Bourgogne, APROVALBOIS, le Conseil Régional de Bourgogne, a souhaité contribuer au progrès social des entreprises et plus précisément sur le volet « relations et conditions de travail ». La santé et la sécurité au travail est l’un des baromètres clés de la performance d’une entreprise dont la création de valeur repose sur des femmes et des hommes. La filière bois est le secteur d’activité qui rencontre le plus d’accidents après le BTP - accident mortel : 422 794 € 3.

ARACT jeux santé Préserver ses savoirs d’expérience en s’assurant de leur transmission en interne représente parfois un véritable casse-tête pour les entreprises, pouvant mettre en danger leur performance à court terme et remettre en question leur pérennité sur le plus long terme. Chaque entreprise s’appuie sur des savoir-faire, des « tours de mains », de « petites astuces » ou savoir-faire de prudence développés par ses collaborateurs pour proposer, maintenir et renforcer un niveau de performance répondant aux exigences de ses clients, se démarquer de la concurrence ou encore d’innover et se perfectionner sur son marché. Ces savoirs, qui se distinguent des connaissances académiques acquises sur les bancs d’école, sont issus de l’expérience des salariés face à certaines situations de travail complexes qu’ils ont été amenés à rencontrer et à résoudre. Implicites et non formalisés, ils leur permettent d’agir positivement sur leur travail et préservant leur santé. Chantiers actions 2013 :

La CRAMIF et l'AFPA s'engagent dans la prévention des risques professionnels La première formation à la prévention des risques professionnels destinée à 30 salariés-formateurs de la filière bois de l'AFPA a été organisée les 15 et 16 juin 2010, place de l'Argonne à Paris, dans les locaux de la CRAMIF. La coanimation était assurée par Eric Cattaruzza de la direction régionale des risques professionnels de la CRAMIF, Pascal Guillain, ingénieur formation et Yannick Guérin, coordonnateur national de prévention, de l'AFPA. Cette action s'inscrit dans le cadre de la convention de partenariat signée le 8 décembre 2009 entre la CRAMIF et l'AFPA. Cette première session de formation est le coup d'envoi d'un plan d'actions où les deux organismes s'engagent à développer la prévention des risques professionnels dans l'ensemble des 186 centres de formation de l'AFPA en France. Il s'agit en effet d'améliorer la prévention au sein même de ces centres en s'appuyant sur une démarche globale et participative.

Envoyé spécial. Bien-être au travail : "Ma fonction est d’être chef du bonheur" Il fait bon travailler dans cette start-up parisienne qui vend notamment en ligne des articles de mode et de décoration "faits main". Pour sa cinquantaine de salariés, les réunions se font assis sur un canapé ou dans la salle de jeux… Et la journée commence par un petit-déjeuner offert par l’entreprise. C’est Sophie qui gère le café et les croissants : "L’idée est de créer un instant de convivialité entre les collègues. Sophie ne rend pas juste service à ses collègues… Elle fait son travail, qui est de créer une bonne ambiance au bureau. Organiser des déjeuners ou des soirées est un travail à plein temps payé entre 2 000 et 2 500 euros par mois. Extrait de "Travail : tous bienveillants ?"

Domaine d'activité Buroc-Agebois Administration et Bureau d'entreprise : L'aspect visuel de l'entreprise nous donne déjà une idée sur l'image de celle-ci. C'est pourquoi le groupe Buroc-Agebois vous propose de façonner et d'aménager du mieux que possible votre espace de travail. De plus en matière de fabrication ou d'aménagement de vos meubles de bureaux, le groupe s'engage à répondre à toutes vos attentes au travers de sa collection de bureaux et banques d'accueil ou avec l'aide de notre architecte d’intérieur en réalisant vos mobiliers de bureaux sur mesure. Cafés, Hôtels, Restaurants : Si vous disposez d'un café ou encore d'un restaurant à créer, à rénover ou à décorer, le groupe Buroc-Agebois est à votre service. Il réalise tous vos projets d'agencements pour votre hôtel ou encore votre bar mais aussi votre restaurant. Le groupe s'engage à créer votre mobilier de restaurant, de bar ou chambre d'hôtel de la meilleure des qualités. Magasins et Grandes distributions : Cabinet Médicaux, dentaires, Hôpitaux :

Envoyé spécial. Bien-être au travail : "Ce qui est bon pour les salariés est bon pour les entreprises" Il fait bon vivre pour la vingtaine d’employés d’une fabrique de fromage au lait cru installée au cœur de la Lozère. Le maître-mot de cette entreprise qui vend ses produits dans toute la France n’est pas "rentabilité", mais "bien-être au travail". Chaque lundi, le personnel a droit à la visite du kinésithérapeute du village voisin. "Ça fait du bien, on va pouvoir attaquer… Tout doucement, quand même…" affirme, souriant, le salarié en se relevant avec précaution après sa séance entre les mains du kiné. Justement, la bienveillance est le crédo de la dirigeante de cette société. Extrait de "Travail : tous bienveillants ?"

nombre de maladies professionnelles Défi 7 « Santé publique, prévention et gestion des risques » Indicateur complémentaire 7.2.2 Depuis 2002, le nombre de maladies professionnelles reconnues a augmenté de plus de 72 %, pour dépasser 50 000 en 2010, avant un léger repli entre 2011 et 2012. Note : La légère baisse en 2012 est due à un changement dans les critères de reconnaissance des TMS de l’épaule au titre des maladies professionnelles. Télécharger les données et le graphique au format Excel EnjeuxLa réduction du risque de maladie professionnelle répond à un enjeu de santé publique et de bien-être social. AnalyseDepuis 2002, le nombre de maladies professionnelles reconnues a augmenté de plus de 72 %, pour dépasser 50 000 en 2010, avant de se replier légèrement en 2012. Pour en savoir plus

Après le burn-out et le bore-out, voici le brown-out Cette nouvelle pathologie touche le salarié laminé par l’absurdité quotidienne des tâches à accomplir. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Nicolas Santolaria Reconnaissons au moins ce mérite au monde du travail : il produit des pathologies professionnelles sans cesse renouvelées, résultant du caractère protéiforme des tortures qui sont infligées au salarié. Cousin éloigné de l’antique bûcher, le burn-out, cette « consumation » par excès d’investissement, est désormais entré dans le langage courant. Si, en revanche, votre entreprise ne vous donne rien à faire, vous risquez alors d’être aspiré dans un tourbillon de vacuité que l’on nomme le bore-out. Baisse de courant psychique A côté de ces deux formes chatoyantes de négation de l’individu, par le feu de l’hyperactivité et par le rien, il faut en ajouter une troisième, qui émerge aujourd’hui telle une nouvelle évidence. La pire part de soi-même Concassage de l’individu Lire aussi : Merci patron

Sieste obligatoire pour les soignants aux urgences de l'hôpital d'Évreux Aux urgences de l'hôpital d'Évreux, la sieste est obligatoire pour les médecins de garde depuis un an et demi, et depuis six mois pour les infirmiers et infirmières. Il est vrai qu'au départ, les personnels étaient plutôt dubitatifs sur l'intérêt de la sieste. "Pour travailler bien, il faut travailler heureux", leur répond le chef du service des urgences de l'hôpital d'Évreux, le docteur Arnaud Depil-Duval. C'est ainsi que deux protocoles ont été signés pour encadrer des temps de sieste qui, à écouter le praticien hospitalier, n'ont que des avantages, même si les mettre en place et les faire accepter aux soignants n'a pas été une mince affaire. Je dois parfois engueuler les médecins pour qu'ils aillent se reposer" - Arnaud Depil-Duval, chef des urgences de l'hôpital d'Évreux Un dispositif inspiré des armées Arnaud Depil-Duval est médecin réserviste. Soignant reposé, patient en sécurité Les premiers retours sont positifs. Plus on est fatigué, plus on augmente le risque d'erreur.

Related: