background preloader

Utiliser twitter au CDI : interviews

Utiliser twitter au CDI : interviews
Marie-Astrid Médevielle est professeure documentaliste dans un lycée général et technologique de l’académie de Rouen. Elle est présente sur Twitter sous le pseudo @m_medevielle Sophie Bocquet est professeur documentaliste dans un collège RRS de l’académie de Rouen. Elle est aussi membre du pôle de compétences en documentation et webmestre du site Documentation Rouen Elle est présente sur Twitter sous le pseudo @sophiebocquet 1) Pouvez-vous nous expliquer ce que Twitter vous apporte en tant que professeurs documentalistes ? @m_medevielle : J’ai un compte professionnel que j’ai créé il y a deux ans. @sophiebocquet : j’ai un compte Twitter professionnel que j’utilise pour effectuer ma veille informationnelle. Twitter est aussi pour moi un formidable outil de communication. Mon réseau est à la fois En conclusion je dirais que Twitter a considérablement élargi mes horizons professionnels 2) Avez-vous ouvert un compte Twitter pour votre CDI ?

http://www.ac-nice.fr/docazur/spip.php?article696

Related:  information-documentationTICE dans l'enseignement

Éveiller l’élève à la culture informationnelle « Homo numericus », « generation Y », « digital native », les expressions ne manquent pas pour définir la génération de nos élèves, cette génération pour qui le numérique n’aurait pas de secret. La sollicitation des écrans est en effet omniprésente et il est possible d’avoir accès à une telle quantité d’informations que des chercheurs n’hésitent pas à évoquer une réelle info-pollution, voire infobésité. Nos élèves "pratiquent" le numérique, ils savent trouver des informations. Comment aider l’élève à transformer des pratiques personnelles intuitives, une certaine « débrouillardise », en de réelles compétences informationnelles ? Une récente étude britannique déclare que ces compétences « doivent être acquises pendant les années de formation à l’école et que les programmes de remédiation autour de la culture informationnelle à l’université ont de grandes chances de ne pas aboutir » [1] Des compétences spécifiques convoquées

Gimp : nouvelle version, nouvelle interface, nouveaux outils Quatre ans après la dernière refonte, l'éditeur d'images Gimp s'offre une nouvelle mouture, baptisée 2.8. Celle-ci apporte de nombreuses nouveautés très attendues : une interface en une seule fenêtre, les groupes de calques, un outil texte enfin utilisable, des brosses revues... Très attendu, le mode "fenêtre unique" facilitera l'utilisation en mono-écran... Gimp est un des logiciels-phare du monde du libre. Souvent critiqué pour son ergonomie particulière, il est également cité en exemple de logiciel gratuit, ouvert mais puissant, certains n'hésitant pas à le comparer à Adobe Photoshop — même si leurs approches sont radicalement différentes. Avec la version 2.8, Gimp propose d'abandonner une de ses principales spécificités ergonomiques : la multiplication des fenêtres.

Charte d'utilisation de Twitter Pour utiliser Twitter durant l’atelier, les élèves doivent respecter un certain nombre de règles 1. Lors de l’atelier, j’utilise Twitter en cours selon les consignes énoncées par l’enseignant 2. Je ne modifie pas les paramètres du compte Twitter de l’atelier Quelques conseils pour les professeurs-documentalistes Bonjour Sophie, quels conseils pourrions nous donner aux professeurs documentalistes qui souhaiteraient se lancer dans l’aventure Twitter ? Pour ma part, je leur conseillerais en premier lieu de se renseigner un peu sur ce qu’est Twitter, ensuite, de se lancer dans l’aventure en choisissant un pseudo et un avatar pertinent (voir notre billet), de consulter l’annuaire de Twittezvous pour trouver des comptes à suivre non seulement des comptes de profs doc mais aussi d’autres profs : que ce soit du premier ou du second degré, des institutions des médias d’informations… Attention, il faut aussi prendre en main l’outil sans être noyé sous un flot de comptes qui engendre des torrents d’informations… Donc pourquoi ne pas commencer par quelques comptes incontournables comme @docspourdocs, @twittendoc (Jacqueline Valladon), @griset (Christine Griset), Le ministère de l’Éducation nationale, des profs-docs de sa région… Les choisir selon ses centres d’intérêt, ses besoins d’information.

La marche forcée des 3C A l’heure actuelle, les professeurs documentalistes n’ont pas peur de l’innovation, mais ils ont parfois des doutes au sujet de leur hiérarchie, à plusieurs niveaux, sur plusieurs sens, de ce qu’elle leur réserve pour l’avenir, de ce qu’elle leur reconnaît comme compétences professionnelles. Et l’actuelle marche forcée ressentie dans certaines académies [1], et dans certains textes dits de réflexion, pour imposer l’expérimentation des 3C, n’est pas là pour améliorer la situation. Le passage aux 3C ne représente pas qu’un changement de nom pour le lieu CDI, il semble qu’il soit nécessaire de le rappeler. Ceux qui s’y opposent, posent un argument essentiel, d’affirmer que les textes qui soutiennent les 3C occultent les missions pédagogiques du professeur documentaliste, les verrouillent même en développant des missions gestionnaires toujours plus nombreuses, avec un « retour aux sources » que M. Contre des apprentissages info-documentaires : Conclusion :

Comment créer une charte Internet (règles d’utilisation) Le centre FRI-TIC, haute école pédagogique de Fribourg en Suisse, a conçu un module pour l’élaboration de règles d’utilisation d’Internet dans les classes des écoles. Si ce dispositif pédagogique a été construit pour le monde scolaire, certains points recouvrent également des aspects essentiels pour élaborer une charte d’utilisation dans un cadre collectif professionnel ou de formation. Pour créer une charte d’utilisation Internet, le module s’appuie sur 14 phrases type avec une illustration humoristique, conseils (précisions, recommandations) et ressources en ligne ; ceci dans une démarche dite positive qui n’est pas synonyme de listes d’interdictions pour donner de l’importance aux richesses éducatives du Web.

Doc@zur : Regards croisés sur Twitter En tant que professeur documentaliste, j’utilise Twitter pour ma veille professionnelle sous le pseudo @fabifi. Je suis inscrite sur le réseau social depuis juin 2009, j’ai donc un nombre important d’abonnements qui me permettent de suivre l’actualité des sujets liés à l’éducation et à l’usage des TICE dans l’enseignement. La grande majorité des personnes auxquelles je suis abonnée sont bibliothécaires, professeurs documentalistes, enseignants, de l’école primaire à la fac, chercheurs, CPE ou chefs d’établissement. Je suis aussi quelques comptes institutionnels comme ceux de certains CRDP, celui de l’Education Nationale, celui de l’Académie de Nice, mais je réserve plutôt ces abonnements moins "vivants" pour le compte Twitter créé pour le CDI @CDIparcimperial . En 2010-2011 j’ai voulu expérimenter l’usage de Twitter avec des lycéens pour un projet littéraire, "é-lire et e-écrire". 1) Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Comment faire de la veille avec Twitter Aline Bouchard, conservatrice des bibliothèques et spécialiste du traitement de l’information (URFIST de Paris) a proposé dans le cadre des journées annuelles du Réseau National des Documentalistes Hospitaliers une présentation intitulée Veiller avec Twitter téléchargeable à cette adresse (en pdf, 62 pages). Établi comme un dossier de ressources, ce guide de la veille sur Twitter propose également une démarche projet pour l’utilisation de ce réseau social en terme d’apport d’informations. La recherche et la veille sur Twitter sont aussi traitées en terme d’outillages : services en ligne et logiciels spécialisés sont indiqués et préconisés par Aline Bouchard pour affiner son utilisation du média social mais également pour gagner du temps que ce soit avec un ordinateur classique ou en utilisation nomade (smartphone, tablette…). En fin de document, des points qui intéresseront notamment les EPN avec une analyse critique de Twitter.

CAPES doc La question du droit d’auteur est soulevée de deux façons dans le processus de recherche : au cours de la recherche pour confronter et enrichir les sources par l’exploitation de travaux dont le chercheur n’est pas l’auteur,à la fin de la recherche lors de la publication des résultats. Voici un petit rappel des notions juridiques qui sont alors en jeu :

Related: