background preloader

How much is your personal data worth?

How much is your personal data worth?
Explore how valuable your data are with this interactive calculator. While the multibillion-dollar data broker industry profits from the trade of thousands of details about individuals, those bits of information are often sold for a fraction of a penny apiece, according to industry pricing data viewed by the Financial Times. The average person’s data often retails for less than a dollar. General information about a person, such as their age, gender and location is worth a mere $0.0005 per person, or $0.50 per 1,000 people. A person who is shopping for a car, a financial product or a vacation is slightly more valuable to companies eager to pitch those goods. Certain milestones in a person’s life prompt major changes in buying patterns, whether that’s becoming a new parent, moving homes, getting engaged, buying a car, or going through a divorce. The Financial Times will not collect, store or share the data you enter into the calculator.

https://ig.ft.com/how-much-is-your-personal-data-worth/

Related:  Des applis très appliquéestexte reflexionProtéger les données personnelles en travaillant à distance& classer

▷ Les Business Models de Google et Facebook Google et Facebook sont souvent comparés, mis sur la même échelle avec notamment un point de comparaison qui est Google Plus. Je pense qu’il est important de bien différencier ces 2 géants du web qui ont des Business Models très différents. Cela permettra par la même occasion de répondre à des questions telles que : pourquoi Facebook commence à imposer sa publicité ? Pourquoi il n’y a pas de publicité sur Google + ? Pourquoi Facebook a tant changé pendant 1 an ?

« C’est qui le patron ? ! », les limites de l’injonction à la consommation responsable « Je sais pour la fonte des glaces, la déforestation, la surpêche et le changement climatique. […] Je peux pas faire comme si je savais pas », nous interpelle Danone dans une publicité. « Avec votre fourchette et votre couteau, vous avez le pouvoir de changer le monde », renchérit Carrefour dans son manifeste Act For Food. Le message est clair : c’est à nous, consommateurs, de nous prendre en main et de modifier nos habitudes pour sauver la planète. Cette injonction à la consommation responsable n’émane pas seulement de grands groupes de l’agroalimentaire et de la distribution : c’est aussi le message porté par le gouvernement.

La vie pas si secrète de Marc L. Marc fêtera ses 32 ans le 5 décembre prochain. Il vit à Bordeaux, et est assistant au « service d'architecture intérieur » de LBA, un gros cabinet d'architectes. Il a joué dans un groupe punk à la fin des années 90, à l'époque, il avait les cheveux longs. Il adore les voyages...Marc, il ne me connaît pas. Mais moi je le connais. Très bien même.

Données personnelles : pourquoi arrêter d'utiliser les services des GAFA ? Aral Balkan est un développeur britannique. Il se définit comme un « activiste des droits cyborgs ». À ses yeux, il faut arrêter de célébrer les géants de Silicon Valley et privilégier les technologies à échelle humaine. Rencontre. Quand Aral Balkan conçoit pas des applications et logiciels via son organisation sans but lucratif Ind.ie, il tire à boulets rouges sur les géants de la tech.

Maîtrisez les réglages « vie privée » de votre smartphone Réglez la géolocalisation en fonction de vos besoins Pourquoi c’est important ? Environ 30 % des applications utilisent la géolocalisation, parfois plusieurs fois par minutes. Ces informations pourraient permettre de déduire des informations sur les habitudes et modes de vie des utilisateurs (lieux de vie, de travail, habitudes de fréquentation, mobilité, fréquentation d’établissements de soins ou de lieux de culte) Si vous voulez avoir un aperçu de l’impact de l’activation permanente de l’outil de géolocalisation sur votre smartphone androïd, rendez- vous sur Google Location

Pourquoi les assistants vocaux ont des voix féminines L’UNESCO s’alarme de la prolifération d’assistants vocaux (Siri, Alexa, Cortana, Google Assistant) programmés pour avoir une voix féminine par défaut, une « personnalité docile », et pour répondre de façon évasive et joueuse aux insultes ou provocations à caractère sexuel. Ou comment des outils du quotidien auxquels des centaines de millions de personnes s’adressent tous les jours peuvent renforcer les préjugés sexistes associant les femmes au statut d’assistantes zélées. I would blush if I could. La formule qui donne son titre au rapport de l’UNESCO est empruntée à Siri. « Je rougirais si je le pouvais » : voilà ce que l’assistant vocal d’Apple, doté par défaut d’une voix féminine dans la quasi totalité des langues, répondait jusqu’il y a peu quand on lui disait… « Siri, you’re a bitch ». Depuis le mois d’avril, Siri répond plus sobrement « I don’t know how to respond to that ». Femmes-hommes : le fossé se creuse dans le numérique

Le datasprint historique - Traces de soldats "Agence des usages TICE, 'Traces de soldats', le datasprint historique" Adrien Boschet, professeur d'histoire-géographie au collège Albert-de-Mun, Nogent-sur-Marne (94). -Pour moi, c'était important, pour célébrer la fin du centenaire, en 2018, qu'on ait un projet un petit peu phare et qui implique vraiment les élèves autour des poilus de Nogent-sur-Marne. Ce qui est intéressant dans le projet "Traces de soldats", c'est que c'est un projet qui, vraiment, rend l'élève producteur, parce qu'il a extrait des données, il a fait des choix.

À qui profite le big data ? - CLEMI Le nombre de données créées et utilisées chaque année est de plus en plus important. On en crée sans s’en rendre compte, avec des téléphones qui comptent les pas ou quand on emprunte un vélo en libre-service. De nouveaux métiers sont apparus pour gérer toutes ces données, mais aussi pour les exploiter. On a en effet découvert qu’on pouvait apprendre beaucoup de leur étude. Ainsi, en 2008, des chercheurs ont analysé les recherches faites sur Google par un échantillon d’Américains et ont essayé de prédire quand la grippe allait arriver. Ils ont développé un algorithme, une formule informatique, grâce à laquelle ils ont pu comparer l’évolution de la grippe des années précédentes avec celle des recherches sur Google.

Introduction Par Bruno Patino Nous en avons tous le pressentiment, et certains d’entre nous, la conviction. Mais nous ne l’avouons pas toujours. Maria Candea : « Le langage est politique » 08 septembre 2017 Entretien inédit pour le site de Ballast Maria Candea est ensei­gnante-cher­cheuse en lin­guis­tique et socio­lin­guis­tique à l’u­ni­ver­si­té de Paris 3 (Sorbonne Nouvelle) et membre du comi­té de rédac­tion de la revue élec­tro­nique GLAD !

Big data et traçabilité numérique - Introduction - Collège de France 1 Je remercie chaleureusement Simon Paye pour ses remarques sur cette introduction et pour l’ensembl (...) 1La production en masse de données numériques a rapidement ouvert la possibilité d’exploiter des informations en quantités inédites1. Un nombre croissant d’activités humaines, des plus privées aux plus publiques et relationnelles, peuvent désormais être analysées avec des moyens nouveaux dont la puissance d’exploration augmente très rapidement. Les traces numériques laissées par les usagers des moteurs de recherche, des réseaux sociaux ou des sites d’achat en ligne engendrent une masse d’informations sans précédent, non seulement sur les usages d’Internet en général, mais aussi sur les centres d’intérêt des individus, leurs pratiques de consommation et leurs orientations politiques ou religieuses.

La théorie de l'effondrement s'effondre « Effondrement : chute radicale et durable du nombre, de l’organisation politique économique et sociale d’une population sur un large territoire donné. » Ainsi Jared Diamond, auteur du best-seller du même nom, définissait-il en 2005 la conséquence de l’acharnement des sociétés humaines, en se développant et se multipliant, à détruire leur environnement au point de se rendre la vie impossible. La leçon – cela va sans dire – valait une mise en garde pour aujourd’hui (« le monde est un polder »), mais les plus fameux exemples analysés par J. Diamond étaient pris à un passé lointain et souvent exotique : l’île de Pâques (Rapa Nui) ravagée par ses propres habitants, le Yucatan rongé par les agriculteurs mayas, le désert du Nouveau-Mexique surexploité par les Indiens pueblos, les colonies du Groënland, mal habitées et vite abandonnées par les Vikings. Tous ceux-là, ayant fait de mauvais choix, ont détruit leur milieu, et en sont morts… Les thèses de Jared Diamond réfutées Où était l’erreur ?

Related: