background preloader

De Lutèce à Paris

De Lutèce à Paris

L’archéogéographie : pour une reconnaissance du passé dans l’espace 1Une certaine géographie culturelle (Berque, Bonnemaison, Raffestin…) a depuis longtemps planté son centre de gravité au beau milieu du social, de l’idéologique et du politique, et a aménagé de nouvelles entrées fécondes dans ce champ scientifique. L’espace, qui demeure l’un des derniers ancrages fédérateurs d’une géographie inquiète de son unité, s’en est retrouvé enrichi d’une dimension qui lui faisait jusque là défaut : celle d’une construction mentale, d’une mise en ordre du monde, d’un support cognitif, chargé d'affect et objet d’enjeux. 2Pour qui tente déjà de concilier les trois dimensions de l’espace avec son « épaisseur » symbolique et sociale, il est une autre dimension bien encombrante à prendre en compte, celle du temps. 3L’approche diachronique présente d’autres intérêts, que nous tenterons de mettre en avant dans les développements qui vont suivre. 4Jusqu’ici l’approche ne relève pas de la diachronie proprement dite. Figure 1 - Le pays pasemah dans l’ensemble de Sumatra

Une barge romaine du Ier siècle après J.-C. sort du Rhône à Arles Mercredi 10 août en milieu de matinée, les équipes du chantier d’Arles Rhône 3 ont remonté du Rhône, à Arles (13), le troisième tronçon d’une barge romaine du milieu du Ier siècle de notre ère. Cette barge, construite en chêne et en sapin, longue de 31 mètres et large de 3, était couchée à six mètres de profondeur sur son flanc droit. Elle aurait probablement coulé vers l’an 50, à la suite d’une crue du Rhône. Elle est la seule retrouvée dans le Rhône avec sa cargaison complète. « Quand l’épave a été repérée, il y a sept ans, on a pensé que c’était une pirogue. Pour Sabrina Marlier, co-responsable des fouilles, « c’est vraiment un chantier exceptionnel, nous avons une épave qui est dans un état de conservation remarquable. En vue de sa remontée complète à la surface d’ici novembre 2011, la barge a été découpée en dix tronçons. Carnet de fouilles archéologiques

Paris au passé Après l’immense succès du premier billet croisé sur Paris et les excréments, Marine et moi réitérons l’exercice autour du thème de la Révolution. Sur le blog "Raconte-moi l’histoire", Marine parle des portraits des Capitouls tandis que je vous dévoile quelques détails surprenants sur la démolition de la Bastille. Tout le monde sait que la Bastille a été prise le 14 juillet 1789 et que cet événement marque le début de la Révolution française… Mais saviez-vous que la Bastille aurait quand même disparu, même sans la Révolution ? Louis XVI avait en effet prévu de la raser… Demolition de la Bastille, estampe, éditée par Basset, 1789, Gallica/BnF On va raser la bastille, ce truc vieux qui coute cher Révolution ou pas, la célèbre prison de la Bastille n’avait, en 1789 plus que peu d’années à vivre. Du XVIe au XVIIIe siècle, c’est surtout à cette dernière fonction de prison que la Bastille a été employée. Vue perspective de la porte St Antoine et de la Bastille.

Ensuite, nous prenons Berlin : lorsque l’Est ne faisait qu’une bouchée de l’Ouest Toute carte recèle une promesse, et dissimule un mensonge. La cartographie prétend représenter la réalité, de sorte que le lecteur d’une carte peut naviguer dans le monde, s’y repérer. Mais les cartes n’existent que parce que leurs auteurs manipulent la réalité, ne serait-ce qu’en sélectionnant ce qu’il s’agit de figurer sur elles. Les cartes contiennent toujours une part de vérité, mais jamais rien que la vérité. Voici un plan du réseau de transport urbain à Berlin.[1] À première vue, il s’agit d’une carte en tout point pratique, qui donne aux usagers un aperçu schématique et sans ambiguïté de l’offre de transport public pour la capitale allemande. Pendant la Guerre froide (1945-1989), la géopolitique mondiale se réfléchissait dans les moindres détails de la toponymie allemande. Cette schizophrénie nationale s’est rejouée sur la scène urbaine de Berlin. [6] Mur considéré par les autorités est-allemandes comme un « rempart anti-fasciste ».

Shanghai et le dispositif du Lotus Bleu Le « Lotus Bleu » est composé entre 1934 et 1935 par Hergé et Tchang Tchong-jen. La Shanghai des années trente, des concessions et de l’occupation japonaise y est le théâtre principal des aventures de Tintin. Shanghai est encore à l’époque d’Hergé une ville cosmopolite, la perle de l’Orient, le Paris de l’Asie du sud-est. Mais Hergé ne retient rien du cosmopolitisme de Shanghai. L’analyse qui suit en vidéo (15 minutes, 360 vignettes) peut être regardée en contrepoint de l’exposition Archi & BD, en cours à la Cité de l’architecture. Vous souhaitez disposer de l’intégralité du texte argumentaire? Shanghai et le dispositif du Lotus Bleu Lire l’article universitaire qui étaye davantage cette interprétation.

Territoire Pour lancer les motivations du Land Art, Robert Smithson proclamait, en 1968 : "Nous espérons nous libérer du formalisme de l'art pratiqué en atelier, pour permettre au spectateur de se frotter davantage à la matérialité du monde extérieur."(1) Car dans ce lieu qu'est le musée, explique-t-il, on est supposé ne pas penser à l'endroit où nous sommes. Sans doute dans la voie tracée par la génération Beat, qui s'opposait aux conventions intellectuelles dans lesquelles la littérature avait été confinée, et qui avait adopté une attitude de bohème dans le monde, en étroite relation avec une littérature véhiculaire et rhapsodique, les Land Artistes partent à la conquête des territoires parce qu'il devient primordial pour eux de sortir l'art du réseau institutionnel des galeries et des musées, qui est trop fermé sur lui-même et coupé du monde extérieur.

Le processus cartographique en Révolution : le port de Boston et l’intervention française de 1776. Les cartes existent sous plusieurs formes dont la version imprimée constitue l’aspect le plus commun et familier pour nous. Sa taille générale et son aspect ont peu changé depuis le XVe siècle lorsqu’elle fit son entrée sur le marché européen et devint rapidement une partie du vocabulaire visuel de la culture européenne. Les cartes apparurent sur les murs des espaces publics et privés, dans les livres, les revues, comme des œuvres imprimées. Au XVIIIe siècle, les cartes imprimées étaient achetées et utilisées non seulement par une élite mais par un public d’amateurs de plus en plus large. Le commerce européen des cartes imprimées du XVIe au XIXe siècle devait sa qualité internationale spécifique à un petit groupe de travailleurs spécialisés, particulièrement des graveurs sur bois et en taille-douce. Cartes et sciences Le commerce de la carte imprimée était aussi international que le commerce de l’information géographique. Le coût d’une carte Copier les cartes Boston

cart'ooo Dans le module Dessin vectoriel, "Draw", les outils très variés et puissants permettent de concevoir des cartes et croquis de grande qualité tant les possibilités sont riches ; à noter que Draw permet de modifier tous les objets (fonds de carte) et l’existence de "calques" qui autorisent de travailler en couches, ainsi les utilisateurs expérimentés pourront créer des documents de niveau professionnel. De plus, toutes les cartes créées pourront être enregistrées dans des formats très variés: en particulier, en bitmap (gif, jpg, png) en vectoriel (wmf) et en format "acrobat" (.pdf) et "flash" (.swf). La Gallery, en affichant cartes et objets géographiques en miniatures, simplifie le travail. Professeurs et élèves doivent banaliser l’usage d’OOo, logiciel libre et gratuit afin qu’il devienne une suite standard dans les établissements scolaires et, à la maison. Cart' OOo nécessite simplement pour son fonctionnement :

Cartes | Geosophie L’Heidelberger Institut für Internationale Konfliktforschung (HIIK) vient de mettre en ligne le Baromètre des Conflits 2013, en anglais et en allemand. Comme dans les précédentes éditions, l’ensemble des conflits politiques est passé en revue, depuis les crises non-violentes jusqu’aux guerres. Le Baromètre 2013 y ajoute des cartes des dynamiques des conflits pour le Nigéria, le Mexique, le Pakistan et l’Irak. Lire la suite Le rapport de l’Union Internationale des Télécommunications pour 2013 confirme celui de 2012, avec une arrivée du Royaume-Uni dans le Top 10 et la sortie du Japon. Qui sont les principaux clients et fournisseurs de la République centrafricaine ? Lire la suite Cliché par Robert Thomson sur Flickr Une semaine de retard dans les expéditions réduirait le volume des exportations de 7 % (jusqu’à 26 % dans certains cas) ou augmenterait de 16 % le prix livré des marchandises (1). Lire la suite Lire la suite Lire la suite Lire la suite Lire la suite

Related: