background preloader

By David Willis

By David Willis
Related:  Objectivation sexuelle 2Humour féministe

11 Things That Helped People Everywhere Love Their Bodies In 2014 For women, 2014 was a year of great steps forward -- and unfortunate setbacks. One area where there was much, much more celebration than disappointment was the movement to accept all bodies as beautiful. Here are 11 projects, campaigns and movements from 2014 that are helping people to love their bodies and to fight back against harmful beauty standards: 1. Stretchmarks are one of the many things women are taught to be ashamed of -- even though an estimated 80 percent of people have them. 2. The young women on the team produced an incredible series of photographs in which they each shared what they admired about another woman's body and character in messages written on each other's skin. "The project was inspired by the amazing body positivity and acceptance that we saw on our team," team member Helen Clark told The Huffington Post. 3. 4. Men suffer from poor body image, too. 5. 6. 7. 8. 9. 10. "Fitspo" may be the new "thinspo," and it's not always harmless motivation. 11.

#FeministNewYearsResolutions Perfectly Reminds Us What Women Want In 2015 Should old acquaintance be forgot, and never brought to mind? Only if they always tell you to smile. Feeling like this New Year's celebration called for a feminist twist, writer and feminist Ijeoma Oluo took to Twitter to voice exactly what she hopes to achieve in 2015. And it didn't have to do with going to the gym more, being kinder or any of the other generic resolutions we so often see. As feminist hashtags often do, #FeministNewYearsResolution picked up steam and others tweeted how they resolved to be better feminists in 2015. Here's to more #FeministNewYearsResolutions in 2015! HuffPostWomenMap Of A Woman See On Around the Web Everyday Feminism (@EvrydayFeminism) | Twitter Tweets about #feminism hashtag on Twitter Feminism (@feminism) | Twitter I Need Feminism (@INeedFeminism) | Twitter Future Feminism (@FutureFeminism) | Twitter 10 Feminists You Should Be Following On Twitter | Bustle Feminism's Toxic Twitter Wars | The Nation 'Women Against Feminism' Parody Twitter Account Says 'LOL No ...

Compliqué, si compliqué… Récemment, est sortie une infâme bouse sur un infâme site de merdeux habitués à répandre leurs étrons textuels sur le pauvre internet. Rien de nouveau donc. Ce qui est étrange, c’est que cet article en particulier a choqué, alors que le contenu de jook.fr oscille habituellement entre le merdique et le catastrophiquement merdique. On y apprend, dans le désordre: que les femmes qui n’aiment pas les claques sur les fesses sont des emmerdeuses frigides, qu’il ne faut jamais faire l’amour à 3 avec un autre mec et une fille (quand on est un mec, mais tous les articles partent du principe que le lecteur est un mec, no girls on ze internet comme disent les abrutis), qu’on peut tout se permettre sexuellement avec une fille qui a fait du porno, que les « renois » ont tous un look d’enfer (ils ont aussi le sens du rythme et sont de grands enfants je parie?), et que c’est pas la peine de soigner ses fringues pour aller se taper des putes en Thaïlande. Pourquoi j’en parle alors? Je les plains.

This Comedienne Turns the Tables on Sex Position Jokes You know the story. I am the oldest— I am the second oldest of five kids, and I’m really close with all my siblings, but I’m especially close with my little brother Sam. My little brother Sam is about ten years younger than me. The thing about Sam is he’s only known me as a comedian. This is how I found out: A couple months ago, my little sister and my little brother were living together at the time, and I walked in on one of the weirder conversations for an older sister to walk in on. Do you guys know what I’m talking about? And he’s laughing, and he’s laughing, and he’s like, “Isn’t that funny? I was like, “Noooo.” I decided, as someone who essentially travels the word and does spoken word, that it’s kind of my responsibility to spread feminist sexual positions. Position number one is a dude going down on a woman. Save your energy. Position number two is a woman riding a dude. Position number three’s my favorite. I’m Liz Miele.

Injonctions, poil au… En écrivant « je le fais pour moi-même » je me doutais qu’il y aurait polémique. Sans revenir sur les accusations de misogynie (parce qu’il n’y a strictement rien de misogyne dans ce que j’ai écrit, bien que je m’attendais à ce que ça puisse être interprété de travers), plusieurs choses ont été dites qui m’ont un peu surprise. Par exemple, que l’article affirmait que toutes les raisons qu’ont les femmes de se préoccuper de leur apparence sont des injonctions patriarcales; ou encore que j’étais contre le fait de porter des jupes ou des soutien-gorges. Dit comme ça, ça peut faire sourire. Je savais, en écrivant l’article, que des gens viendraient dire « oui bon je m’épile mais c’est parce que MOI, je n’aime pas les poils« . Le fait est que quand une femme qui ne montre jamais le moindre poil dit qu’elle fait cela « pour elle » et pas pour les autres, on peut dire qu’elle a en partie raison. Mais, m’a-t-on dit plusieurs fois, tous nos goûts sont socialement construits, non?

If Hermione Were The Main Character In "Harry Potter" « Je le fais pour moi-même » Pour moi-même et personne d’autre, je me maquille, je me démaquille, je met un masque pour éviter que ma peau s’abîme trop à cause du maquillage, de la clope et du vieillissement. Pour moi-même et personne d’autre, j’arrache chaque poil de mon corps à la cire, à l’exception des cheveux et des sourcils. Ca fait mal, mais il faut souffrir pour être belle. Pour moi-même et personne d’autre, je porte des talons qui impriment à ma démarche ce mélange de grâce et de maladresse qui la font immédiatement qualifier de féminine. Mes pieds ont mal, mon dos est cambré, rehaussant mes fesses d’un galbe précieux aux regards, et je sais que je finirai par avoir des problèmes de dos. Mais je le fais pour moi-même. Pour moi-même et personne d’autre, je fais des régimes, je m’affame, je me gave de soupe aux choux, de régime Dukon à base de son d’avoine et de blanc de poulet à la vapeur. Pour moi-même et personne d’autres je jauge mon image dans le miroir. Mais qu’est-ce qu’être une femme?

Y a-t-il trop de voitures au salon de la prostitution de Bruxelles ? Bruxelles accueille du 16 au 25 janvier 2015 l’édition 2015 du Salon de la prostitution à Brussels Expo. Un événement qui dévoile au grand public les nouveautés en matière de péripatéticiennes, mais qui fait déjà débat. De nombreux visiteurs trouvent qu’il y a beaucoup trop de voitures autour des prostituées et que cela gâche leurs photos. Voici quelques témoignages recueillis sur Twitter: Quand on va au salon des putes, on veut voir des putes, pas des voitures. Des voitures, j’en vois toute la journée dans la rue.C’est insupportable, j’étais en train d’essayer d’en louer une pour la soirée, quand un vendeur m’a harcelé pour me montrer les options de la voiture qui était en dessous. C’est la première fois que je vais au salon de la prostitution et je trouve que c’est ennuyant toutes ces voitures qu’on peut essayer. C’est une image lamentable de la voiture auquel on assiste à ce salon… Commentaires Commentaires

Mort au poil? Dans Souffrir pour être belle, j’ai évoqué l’épilation entre autres petites souffrances que s’infligent les femmes pour plaire aux hommes. Si j’ai alors abordé la question de l’épilation sous l’angle féministe, n’oublions pas que la guerre du poil n’est pas uniquement un problème de normes de genre: c’est aussi un problème de normes tout court… Quand les hommes s’y mettent… Ainsi, les hommes aussi sont de la partie. En 2005, un homme sur cinq s’épilait(1), et les instituts de beauté masculins semblent se multiplier, tandis que masculin.com proclame fièrement: « les hommes aussi ont le droit de s’épiler ». Le droit ou le devoir? On le voit, l’attitude par rapport à la pilosité masculine est très ambivalente, plus complexe que par rapport à celle des femmes. Heureusement que les hommes ne sont pas autant jugés sur leur physique que les femmes, sinon il y aurait de quoi devenir fou. Alors, pourquoi les hommes font-ils la guerre à leurs poils? Faut-il ou non s’épiler?

Related: