background preloader

Les vingt banques qui nuisent au climat en finançant le charbon

Les vingt banques qui nuisent au climat en finançant le charbon
D'où vient l'argent qui sert à financer les très polluantes centrales à charbon ? C'est la question à laquelle répond le rapport Bankrolling Climate Change (Financer le changement climatique) publié mercredi 30 novembre, lors de la conférence de Durban sur le climat. Quatre ONG se sont ainsi penchées sur les portefeuilles de 93 grandes banques. Le résultat est sans appel : depuis 2005, date de l'entrée en vigueur du protocole de Kyoto fixant des objectifs contraignants de réduction des émissions de gaz à effet de serre afin de lutter contre le changement climatique, ces établissements ont octroyé 232 milliards d'euros de prêts à l’exploitation du charbon dans les mines et à sa transformation en électricité par les centrales. Or, le charbon constitue l'énergie fossile la plus intensive en carbone. La construction de centrales à charbon coûte très cher (environ 2 milliards de dollars pour une centrale de 600 MW). Comment ces chiffres ont-ils été compilés ? Photo : AFP PHOTO / DAREK REDOS Related:  Méfaits & dérives

En Tunisie, le face-à-face des laïques et des islamistes Le Monde.fr avec AFP et Reuters | • Mis à jour le Des milliers de manifestants pro-islamistes ont convergé samedi 3 décembre devant le siège de l'Assemblée constituante à Tunis, où campent depuis trois jours des centaines de personnes dont de nombreux sympathisants de gauche. Les deux camps se faisaient face à face, séparés tant bien que mal par des barrières et des policiers, mais des altercations se sont produites et les insultes fusaient de part et d'autre. Les deux courants s'affrontent depuis le début du "printemps des peuples arabes", qui a débuté en Tunisie en décembre et a porté au pouvoir les islamistes modérés d'Ennahda à la suite des premières élections libres depuis l'indépendance en 1956. La dispute qui couvait a été relancée par l'occupation par un groupe d'islamistes conservateurs d'un campus universitaire des environs de Tunis pour exiger la ségrégation des sexes pendant les cours et le droit des femmes à porter le "niqab".

Quand l’ex-patron de Jérôme Kerviel prévoit l’Apocalypse Jean-Pierre Mustier n’était pas réapparu en public depuis le procès de l’ex-trader. Lors d’un colloque à l’Ecole des mines, ce haut dirigeant de la Société Générale, aujourd’hui chez Unicredit a stupéfait son auditoire en s’abstenant de toute langue de bois sur la gravité de la crise financière. Challenges – C’était une première pour l’Ecole des Mines : une journée consacrée à des débats sur l’innovation financière responsable. La troisième table ronde, en ce début d’après-midi du 30 novembre, portait sur les rémunérations et les bonus des banques. Jusque-là, le banquier, ex-patron de Jérôme Kerviel à la Société Générale, s’était contenté de pianoter sur son Blackberry et de revoir sur sa tablette les grandes lignes de son exposé. "Notre monde pourrait disparaître" Mais pour faire son exposé, cet homme, pourtant glacial et discret, s’est déployé comme un aigle, faisant de grands gestes avec ses bras pour appuyer ses propos. "Les banques ont dégagé des taux de rentabilité trop importants"

ÉCONOMIE • Ces 147 sociétés qui dominent le monde L’économie mondiale est hyperconcentrée, selon une équipe de chercheurs de Zurich. Leur étude souligne la fragilité d’un système financier contrôlé par un petit groupe de multinationales, liées entre elles par des participations croisées. La science apeut-être bien confirmé les pires craintes des indignés qui ont manifestécontre le pouvoir financier. L’étude des relations entre 43 000 multinationales a en effet mis en évidence l’existence d’un groupe relativementrestreint de sociétés – pour la plupart des banques – jouissant d’une influencedisproportionnée sur l’économie mondiale. Selon lesspécialistes des systèmes complexes que nous avons interrogés, ces travaux, quifournissent une remarquable tentative d’analyse du pouvoir économique mondial,pourraient servir de base de travail pour définir les moyens de renforcer lastabilité du capitalisme. L’idée qu’unepoignée de banquiers contrôle de vastes secteurs de l’économie mondiale n’estpas nouvelle pour les militants d’Occupy Wall Street.

Bridge To Nowhere? NOAA Confirms High Methane Leakage Rate Up To 9% From Gas Fields, Gutting Climate Benefit By Joe Romm "Bridge To Nowhere? NOAA Confirms High Methane Leakage Rate Up To 9% From Gas Fields, Gutting Climate Benefit" Photo by Walter Disney Researchers with the National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) have reconfirmed earlier findings of high rates of methane leakage from natural gas fields. Indeed, if the previous findings — of 4% methane leakage over a Colorado gas field — were a bombshell, then the new measurements reported by the journal Nature are thermonuclear: … the research team reported new Colorado data that support the earlier work, as well as preliminary results from a field study in the Uinta Basin of Utah suggesting even higher rates of methane leakage — an eye-popping 9% of the total production. The Uinta Basin is of particular interest because fracking has increased there over the past decade. How much methane leaks during the entire lifecycle of unconventional gas has emerged as a key question in the fracking debate. But the leakage rate does matter.

Nouvelles lignes ferroviaires sur le toit du monde Le « transtibétain » : de Pékin à Katmandou (© Areion/Capri) Texte de Caroline Ronsin (mars 2011)Carte de Laura Margueritte L’ambitieux projet chinois de construction d’infrastructures au Tibet se poursuit avec le prolongement de la voie ferrée, inaugurée le 1er juillet 2006, reliant la capitale Lhassa au reste de la Chine. Depuis 2000, le gouvernement de la République populaire de Chine a mis en œuvre un projet de développement de la région autonome du Tibet, l’une des plus pauvres du pays (le revenu moyen des habitants est inférieur d’un tiers au revenu chinois). Article extrait de CARTO n° 4, Mars-Avril 2011 Aucun trackback pour l'instant Première connexion pétrolière sino-russe about 2 years ago - Aucun commentaire Texte de Marguerite Desmichelle (décembre 2010) Carte de Laura Margueritte Le 27 septembre 2010, le président russe, Dmitri Medvedev, a inauguré lors de sa visite à Pékin l’oléoduc reliant la Sibérie orientale à la Chine.

Comment les banques manipulent leurs résultats Les banques françaises publient en ce moment leurs résultats trimestriels, une certaine" opération vérité" se produit sur la dette grecque, dont la valeur est ramenée à son prix de marché. Ainsi BNP Paribas annonce une baisse de 71% de son bénéfice net sur le troisième trimestre, à 541 millions d’euros. Mais le groupe s’empresse aussitôt d’ajouter qu’en faisant abstraction de cet élément exceptionnel, le bénéfice se serait élevé à 1,952 milliards d’euros, en hausse de 2,4% sur le trimestre précédent. Voilà qui semble rassurant. Mais lorsque l’on regarde les comptes plus en détail, on découvre un élément pour le moins étonnant, une "réévaluation de la dette propre" qui concourt aux résultats à hauteur de 786 millions d’euros. Ce mécanisme est couramment utilisé par les banques américaines et européennes, et il est d’une profonde perversité. Entourloupe Si vous voulez emprunter de l’argent, vous allez voir votre banquier. Mais en réalité ça ne se passe même pas comme cela.

ALLEMAGNE • Il faut sauver l’euro et la démocratie Ce ne sont pas les parlements qui ont retardé le sauvetage de l’euro, mais bien les banquiers. 26 octobre 2011 | Partager : Contexte Par une décision du 7 septembre, la Cour de Karlsruhe a jugé conformes à la Constitution les mécanismes de sauvetage de la Grèce et de la zone euro. Mais elle l’a assorti de nombreuses conditions. Ainsi, le gouvernement allemand doit consulter le Parlement pour toute participation à des plans de sauvetage. Ce qu’il faut, c’est réduire la dette, et non réduire la démocratie. La chancelière aurait sûrement de quoi en être reconnaissante. Il faut dire ici clairement que ce ne sont pas les Parlements qui ont retardé le sauvetage de l’euro – reporter un sommet de trois jours parce que le Bundestag doit encore se prononcer ne saurait être sérieusement qualifié de désastreux.

La pollution et l’ozone

Related: