background preloader

Open Data : L’avenir de la réutilisation des données publiques

Open Data : L’avenir de la réutilisation des données publiques
Alors que le 6 décembre 2011 devrait enfin ouvrir le portail de données publiques de l'Etat français (plus de 2 ans après l'initiative américaine Data.gov), nous vous proposons de faire un rapide point sur "l'open data", ce mouvement d'ouverture des données publiques, qui vise à rendre accessible, dans un format lisible tant par les humains que les machines, des ensembles de données publiques. A quoi cela sert-il ? Qui cela sert-il ? A l'heure où de nombreuses collectivités territoriales françaises ont commencé à développer des portails d'informations et à libérer des jeux de données, il est temps de revenir sur les enjeux de la réutilisation des données publiques tant pour l'action publique que pour le simple citoyen. En préfiguration de Lift (en juillet 2011) avait lieu l'Open Data Garage, une journée d'ateliers et de conférences qui a permis de faire le point sur les initiatives open data françaises. Un monde de données réutilisables Les données sont partout. Quel impact économique ? Related:  OPEN DATA

OpenData : La moyenne pour un data.gouv.fr sous formats propriétaires Mise-à-jour du 5/12/11 à 8h40 : Les 500 jeux de données évoqués dans cet article ont apparemment été éclatés en plus de 350 000 notamment en divisant les données de l’INSEE commune par commune, mais notre analyse reste la bonne, série de données par série de données. Alors que Regards Citoyens semble tenu à distance de la sortie du portail data.gouv.fr, nous avons réussi à consulter des documents de travail de la mission ÉtaLab nous permettant d’évaluer le contenu de la plateforme OpenData française qui sera présentée ce lundi matin en conférence de presse. Tout d’abord, Regards Citoyens ne peut que se réjouir de la sortie d’un portail référençant les données publiques librement réutilisables. C’est un effort à notre sens indispensable de l’État pour un renouveau démocratique et citoyen. Moins d’un an après son installation, l’objectif que s’est fixé ÉtaLab est donc globalement atteint. Formats propriétaires : le point noir d’ÉtaLab

France : L'État fait sa révolution numérique Du budget à la qualité de l'air, toutes les données publiques seront disponibles sur le Net. Peut-être la fin d'une gabegie moderne. Jusqu'à présent, chaque ministère, chaque région, chaque département construisait son propre monde informatique. Lundi, une autre révolution s'annonce : les données publiques vont être mises à disposition des internautes. Produire des services La libération des données publiques devrait renverser l'équation en transformant des informations autrefois coûteuses à récolter et à stocker, en carburant pour la nouvelle économie. Les Anglais publient les dépenses des élus «L'État doit se montrer transparent. Le quant-à-soi informatique a accouché d'un monde segmenté, où l'on ne peut jamais comparer les données d'un département à l'autre… En plus des réticences à rendre certains dossiers transparents: «On devrait aussi rendre public le système d'attribution des HLM, avec la liste des appartements qui se libèrent», provoque Gilles Babinet.

La mobilité touristique : m-tourisme (compte-rendu de colloque et des études) déc192011 On vous parle depuis quelque temps d'un tourisme de plus en plus SOLOMO. SOcial car le touriste souhaite participer à la promotion d'un produit ou d'une destination, d'interagir avec les professionnels et d'éventuellement devenir un amabassadeur de la marque, de l'offre ou de la destination. LOcal car le touriste s'attend à trouver toute l'information de l'endroit où il se trouve présentement. L’ensemble des travaux menés par la DGCIS sur le e-Tourisme et le m-Tourisme ont fait l’objet d’un colloque national organisé au centre de conférences Pierre Mendès France de Bercy le vendredi 2 décembre 2011. Le comportement et les attentes des clientèles (profils) sont multiples, il est donc difficile de mettre en exergue un schéma global d'attente des clientèles en matière de services mobiles. 1.2 milliard de téléphones sont vendus chaque année avec une croissance de 57 % en 2010. Quelques données de cadrage autour de la problématique du mobile Les services mobiles après le séjour :

Opensourceinfo :: General Commands Data Publica salue la naissance de Data.gouv.fr Un long processus Le chemin qui a donné naissance au portail des données publiques data.gouv.fr a été à la fois long et rapide. Long, car les premières préconisations pour la création d’un tel outil de modernisation ont été avancées dans le rapport Riester de février 2010. Or ce n’est que sept mois plus tard que la proposition a été officiellement annoncée en conseil des ministres et un an après le premier rapport, en février 2011, que la mission Etalab a été créée par décret du Premier Ministre. Rapide aussi, car en quelques mois seulement la mission, menée en mode start-up par Séverin Naudet et son équipe, a su tenir un calendrier serré qui a abouti à la naissance lundi dernier de data.gouv.fr. Et une longue attente Les attentes étaient grandes pour que la France se dote enfin d’un portail de données publiques à la hauteur de ses équivalents anglo-saxons tels data.gov (mai 2009) et data.gov.uk (janvier 2010). Un objectif rempli Data Publica et Data.gouv.fr L’équipe Data Publica

Forrester's "Three Social Thunderstorms" At LeWeb I didn't attend LeWeb this year, but judging by the chatter, one of the more discussed talks was given by Forrester's CEO, George Colony who outlined three "thunderstorms" approaching the tech & business world. I just finished watching his talk, and thought it would be interesting to outline portions of his talk with my take layered on it: Thunderstorm 1: The Death of The WebYou'll have to watch the video (above) to grasp the full intricacies of what George is putting forth, but essentially he's making a call that app economies which have the potential to tap both processing power and the cloud, will change the Web and move it away from a network/browser model to something which leverages devices, apps and the cloud in a more powerful way. My Take: Scale & Sustainability vs. Thunderstorm 2: Social SaturationSocial is running out of hours and people meaning there is finite demand to meet the current glut of social start-ups and networks competing for our attention, usage and loyalty.

Démarche Open Data : Focus sur les questions de licence Posted on 15 avril 2011. Après notre retour d’expérience en deux parties sur les modalités très opérationnelles de mise en œuvre d’une démarche Open Data (Une recette de démarche Open Data – Partie 1 et Une recette de démarche Open Data – Partie 2), nous avons souhaité réaliser un focus particulier sur la question des licences avec un spécialiste du domaine, Benjamin JEAN (voir sa bio en fin de billet) qui est notamment à l’origine de la traduction et de l’adaptation française de l’Open Database licence (ODbL) pour le projet Open Data Paris. Ce focus prend la forme d’un échange de questions – réponses à travers lequel Benjamin JEAN revient sur le cadre légal préexistant aux démarches Open Data en France, sur le mouvement Open Data, sur l’intérêt d’utiliser une licence spécifique à ce type de démarche (notamment ODbL) et pour finir, sur la perspective éventuelle d’un cadre européen de licence Open Data. Ici encore, une réponse en deux temps.

La France entr’ouverte L'État a lancé son site data.gouv.fr. La France, enthousiaste, ouvre donc ses données publiques comme les États-Unis. Transparence à vérifier. Car pour l'instant, le citoyen est comme absent du grand projet. Officiellement, le 5 décembre, la République a donc ouvert ses données publiques lors d’une sauterie organisée sous les lambris de la salle de la Chapelle, en l’Hôtel de Cassini à Paris. Au terme de 817 jours de développement, de 691 624 lignes de code déployées par des partenaires technologiques français le site data.gouv.fr a vu le jour en grandes pompes, mais en version beta. Viennoiseries Ce jour-là, sémillant comme à son habitude, le jeune (35 ans) directeur du projet gouvernemental Séverin Naudet fait la claque avec Prezi, le logiciel de présentation en ligne qui relègue PowerPoint au Paléolithique moyen. Chargé de l’innovation dans l’équipe, Romain Lacombe est au cœur du projet. Data martyrisée, mais data libérée Rebondissant sur l’anecdote, Lacombe ajoute : Paroles, paroles

Related: