background preloader

Stochocratie - tirage au sort des gouvernants

Stochocratie - tirage au sort des gouvernants
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La stochocratie, du grec kratein, « diriger, gouverner » et stokhastikos « conjectural, aléatoire », terme inventé en 1998, aussi parfois clérocratie, désigne le tirage au sort (ou élection par le sort) des gouvernants au niveau national ou local. Au Québec, l'action de choisir un représentant du peuple ou un magistrat par tirage au sort est parfois appelée « sortition », un emprunt direct de l'anglais. Origine[modifier | modifier le code] L’expression fut inventée par le philosophe Roger de Sizif, auteur du livre La Stochocratie (Les Belles Lettres, 1998). Applications[modifier | modifier le code] Dans plusieurs pays tels que la France, les États-Unis ou le Royaume-Uni, les jurés de certains procès sont tirés au sort parmi la population.L'Internet Engineering Task Force choisit le comité de sélection des candidats par tirage au sort. Athènes[modifier | modifier le code] Le système de Clisthène[modifier | modifier le code] On peut remarquer: Related:  Anticapitalism & classvote

Pourquoi le tirage au sort du Président serait plus démocratique Tirer au sort – plutôt qu’élire – le prochain président de la République ne serait pas une régression démocratique, au contraire. Sélectionner le Président – ainsi que les parlementaires et l’ensemble de nos représentants – par le sort plutôt que par l’élection entraînerait une véritable démocratisation de l’accès aux postes de gouvernants. Le tirage au sort, couplé à une rotation permanente des charges et à une décentralisation des lieux de décision, permettrait même à tous les citoyens d’accéder, au moins une fois dans leur vie, à un poste de gouvernant. Le parlementaire, homme, blanc, riche et âgé Expliquons-nous. Pourtant, force est de constater que l’élection génère un « cens caché » puisque notre Parlement est composé d’une élite d’hommes blancs, riches et d’un certain âge. Une chance sur trois d’être ouvrier ou chômeur Le tirage au sort, en revanche, est de nature pleinement démocratique et profondément égalitaire. Emancipation politique et économique

'Fat shaming' actually increases risk of becoming or staying obese, new study says Making overweight or obese people feel bad about their bodies doesn’t do anything to motivate them to lose weight – actually, a new study finds it does just the opposite. People who felt discriminated against because of their weight were more likely to either become or stay obese, finds a new report published this week in the journal PLoS ONE. “Weight discrimination, in addition to being hurtful and demeaning, has real consequences for the individual’s physical health,” says study author Angelina Sutin, a psychologist and assistant professor at the Florida State University College of Medicine in Tallahassee, Fla. It’s a funny cultural paradox: Most American adults – around 70 percent -- are overweight, and more than a third are obese. And yet research – not to mention popular culture – shows that we perceive obese Americans to be lazy, unsuccessful schlubs with no will power.

What Is Classism Classism is differential treatment based on social class or perceived social class. Classism is the systematic oppression of subordinated class groups to advantage and strengthen the dominant class groups. It’s the systematic assignment of characteristics of worth and ability based on social class. That includes: individual attitudes and behaviors;systems of policies and practices that are set up to benefit the upper classes at the expense of the lower classes, resulting in drastic income and wealth inequality;the rationale that supports these systems and this unequal valuing; andthe culture that perpetuates them. Classism is held in place by a system of beliefs and cultural attitudes that ranks people according to economic status, family lineage, job status, level of education, and other divisions. Middle-class and owning- or ruling-class people (dominant group members) are seen as smarter and more articulate than working-class and poor people (subordinated groups).

Théorème d'impossibilité d'Arrow Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le théorème d'impossibilité d'Arrow, également appelé « paradoxe d'Arrow », est une confirmation mathématique dans certaines conditions précises du paradoxe évoqué dès 1785 par Nicolas de Condorcet selon lequel il n'existe pas de fonction de choix social indiscutable, permettant d'agréger des préférences individuelles en préférences sociales. Pour Condorcet, il n'existe pas de système simple assurant cette cohérence. Arrow tente de démontrer, sous réserve d'acceptation de ses hypothèses, qu'il n'existe pas du tout de système assurant la cohérence, hormis celui où la fonction de choix social coïncide avec les choix d'un seul individu, parfois surnommé dictateur, indépendamment du reste de la population. Origine[modifier | modifier le code] Le précurseur : Nicolas de Condorcet[modifier | modifier le code] L'auteur[modifier | modifier le code] Préférences[modifier | modifier le code] Notion Formalisation Les problèmes[modifier | modifier le code] 3e 6

Plan C On n'est pas préparés à cette idée : la première fois qu'on nous parle de tirage au sort en politique, on ouvre tous des yeux incrédules et on se demande quelle est cette nouvelle lubie. Le mythe de l'élection est très puissant et il n'est pas facile de s'en déprendre, même quelques minutes pour voir. Portant, je vous conseille chaleureusement de laisser une chance à l'idée et de lire seulement quelques lignes sur le sujet : vous allez vite sentir en vous-même que, loin d'être une nouvelle lubie, c'est une bonne idée, et même une très bonne —et très vieille— idée, bien connue de nos aïeux et bien testée (pendant des siècles !) avec d'excellents résultats. Ø Pour se mettre en jambes, écoutez d'abord deux résumés audio en 6 et 4 minutes chrono : Pourquoi faut-il s’intéresser au tirage au sort ? (source : ITV audio pour Hervé Kempf, sur Reporterre.net, le 11 février 2011.) France Inter, "Un temps de Pauchon", 19 avril 2012 : ITV de 4 minutes, juste après le talk TEDx RS du 22 mars 2012, Oui.

Démocratie Réelle – Devenez député européen, adoptez le « système D » ! Les dernières élections législatives, à défaut d’avoir pu contenter les français sur la possibilité d’un changement réel de politique, a eu au moins le mérite d’accoucher d’une initiative citoyenne spontanée qui ne peut qu’être saluée et encouragée. Le mouvement « Démocratie Réelle » regroupe des citoyens insatisfaits de leurs institutions et souhaitant mettre en place une véritable contre-élection européenne en vue des prochaines élections prévues pour mai 2014. Le moyen employé ? Le système D ! Explications. Le constat de « Démocratie Réelle » : un déficit démocratique grandissant en Europe Il serait naturel de penser que le rôle de législateur au niveau européen est dévolu au Parlement, officiellement représentatif de 500 millions d’européens. Mais les choses logiques et naturelles n’ont pas leur place au sein de l’Union européenne : limité par les traités, le Parlement européen est dépourvu de « l’initiative législative« . Devenez député « Démocratie Réelle » !

La seule vraie menace contre la laïcité : le sectarisme laïc, par Gabriel Cohn-Bendit Dans les écoles publiques dont je rêve, les jeunes filles avec voile et les garçons avec kippa ou avec turban auraient toute leur place. Une institution laïque se doit d’accepter des jeunes de toutes confessions en respectant leurs prescriptions. Tout jeune professeur en 1968, je me suis battu pour le droit à l’expression politique des élèves. La laïcité n’a rien à voir avec ce côté lisse qui exclut toutes les aspérités et les contradictions de notre société. Elle se doit de les accepter et de trouver les formes de leur coexistence. Je dirai même plus. Encore une fois, l’école ne peut appartenir à un courant religieux ou idéologique y compris athée et se doit d’être ouverte à tous. Oui, l’école laïque se doit de respecter, autant que possible, les prescriptions de nourriture religieuses, comme l’interdiction de manger du porc pour les juifs ou les musulmans, ou idéologiques, comme le refus de manger de la viande pour les végétariens. Un mot sur la morale laïque : elle n’existe pas.

Working-Class Culture | Working-Class Perspectives So union density in United States has declined yet again. According to the Bureau of Labor Statistics, only 11.3% of American workers now belong to unions. This compares to 11.8% in 2011, and it’s a long way from the all-time high of 35% in the early 1940s. The “right to work” campaign is expanding – even to Michigan, of all states – along with “austerity” policies that target working people. Since Ronald Reagan launched his attack on labor in 1980, when union density was at 20%, real wages have declined along with union membership to a point where we now have a “gilded age” level of income inequality. In times like these, it is useful to be reminded of what unions can be good for. Bell’s book – subtitled “a novel of immigrant labor in America” when it was republished by the University of Pittsburgh Press in 1976 – follows three generations of a Slovak-American family from arrival in the 1880s up to the unionization of the steel mills in the New Deal era. Nick Coles

Related: