background preloader

Stochocratie

Stochocratie
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La stochocratie, du grec kratein, « diriger, gouverner » et stokhastikos « conjectural, aléatoire », terme inventé en 1998, aussi parfois clérocratie, désigne le tirage au sort (ou élection par le sort) des gouvernants au niveau national ou local. Au Québec, l'action de choisir un représentant du peuple ou un magistrat par tirage au sort est parfois appelée « sortition », un emprunt direct de l'anglais. Origine[modifier | modifier le code] L’expression fut inventée par le philosophe Roger de Sizif, auteur du livre La Stochocratie (Les Belles Lettres, 1998). Cependant, elle était déjà analysée et présente bien avant cela. Applications[modifier | modifier le code] Dans plusieurs pays tels que la France, les États-Unis ou le Royaume-Uni, les jurés de certains procès sont tirés au sort parmi la population.L'Internet Engineering Task Force choisit le comité de sélection des candidats par tirage au sort. Athènes[modifier | modifier le code]

http://fr.wikipedia.org/wiki/Stochocratie

Related:  Anticapitalism & class

Pourquoi le tirage au sort du Président serait plus démocratique Tirer au sort – plutôt qu’élire – le prochain président de la République ne serait pas une régression démocratique, au contraire. Sélectionner le Président – ainsi que les parlementaires et l’ensemble de nos représentants – par le sort plutôt que par l’élection entraînerait une véritable démocratisation de l’accès aux postes de gouvernants. Le tirage au sort, couplé à une rotation permanente des charges et à une décentralisation des lieux de décision, permettrait même à tous les citoyens d’accéder, au moins une fois dans leur vie, à un poste de gouvernant. Le parlementaire, homme, blanc, riche et âgé Expliquons-nous. Affirmer comme nous venons de le faire que l’élection est de nature aristocratique en étonnera plus d’un, tant le sens commun associe la démocratie au suffrage universel.

Sociocratie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La sociocratie est un mode de gouvernance qui permet à une organisation, quelle que soit sa taille — d'une famille à un pays —, de fonctionner efficacement sans structure de pouvoir centralisée selon un mode auto-organisé et de prise de décision distribuée. Son fondement moderne est issu des théories systémiques et date de 1970. La sociocratie s'appuie sur la liberté et la co-responsabilisation des acteurs.

Démocratie Réelle – Devenez député européen, adoptez le « système D » ! Les dernières élections législatives, à défaut d’avoir pu contenter les français sur la possibilité d’un changement réel de politique, a eu au moins le mérite d’accoucher d’une initiative citoyenne spontanée qui ne peut qu’être saluée et encouragée. Le mouvement « Démocratie Réelle » regroupe des citoyens insatisfaits de leurs institutions et souhaitant mettre en place une véritable contre-élection européenne en vue des prochaines élections prévues pour mai 2014. Le moyen employé ? Le système D ! La seule vraie menace contre la laïcité : le sectarisme laïc, par Gabriel Cohn-Bendit Dans les écoles publiques dont je rêve, les jeunes filles avec voile et les garçons avec kippa ou avec turban auraient toute leur place. Une institution laïque se doit d’accepter des jeunes de toutes confessions en respectant leurs prescriptions. Tout jeune professeur en 1968, je me suis battu pour le droit à l’expression politique des élèves.

Post-démocratie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le terme post-démocratie désigne un État régi par des règles démocratiques, mais qui de fait voit se restreindre l'application de ces règles. Par exemple selon l'économiste Serge Latouche, en se référant au livre Post-democracy de Colin Crouch, la post-démocratie est une « fausse démocratie caricaturale manipulée par les médias et les lobbies, que nous connaissons aujourd'hui[1] ». Tentative de définition[modifier | modifier le code] Ce terme est apparu pour définir une évolution en cours des démocraties durant le XXIe siècle. Ce terme est polémique car il désigne des démocraties reconnues qui cependant perdent progressivement certains de leurs fondements pour évoluer vers une forme de régime aristocratique.

Comment "rester bourgeois" sans l'être vraiment : une sociologue chez les bobos Vu les passions qu’il suscite, mettons tout de suite les choses au point: dans son livre, Anaïs Collet récuse le mot «bobo». Du moins comme un concept sociologique. Et s’il figure dans le titre ci-dessus, la responsabilité en revient entièrement à la rédaction de BibliObs. Inventé par l’essayiste américain David Brooks en 2000 pour décrire la nouvelle bourgeoisie new-yorkaise, bohême et branchée, le terme «bobo» a connu un succès foudroyant en France, glissant progressivement de la désignation sociologique à la caricature politique. Le bobo, écrit la sociologue dans l’introduction de son livre, c’est «l’individu libéral sur le plan économique comme sur le plan moral, détaché des contingences matérielles et hypocritement préoccupé de questions sociales, gagnant sur tous les plan grâce à son art du ‘politiquement correct’.» Le bobo, c’est le dernier avatar de la «belle âme» dont se moquait déjà Hegel: derrière le vernis de l’idéalisme, un gros bloc d’égoïsme.

Contre élection européenne Nous sommes contraints dans cette Europe capitaliste à subir de plus en plus d’austérité… à vie… c’est programmé depuis Monnet et Schumann, les ‘’ pères ‘’ fondateurs de l’Europe capitaliste (c’étaient des laquais du libéralisme US, drivés par une célèbre agence qui font et défont les pouvoirs, les Etats) comment faire pour s’en sortir. Quelques chiffres en vrac : _ 0.2 % des riches du Monde détiennent 90 % des richesses soit 39 000 milliards $ Florian Philippot à "SLT" : les 9 mensonges du FN sur l'immigration enfin dévoilés C’est ainsi que Plenel a porté une ou deux attaques, violentes mais desquelles Philippot s’est sorti à chaque fois avec les honneurs, comme par exemple, quand le journaliste nous a expliqué que le FN n’avait "pas changé" et que "sous le capot", le moteur était le même, il y avait l’extrême-droite. Ce à quoi le politique lui a répondu avec un sens impressionnant de la répartie que "sous la moustache", le journaliste non plus n’avait pas changé, évoquant son sectarisme et son côté procureur. Match nul, balle au centre. Edwy Plenel est certes un débatteur de qualité mais prévisible et face à Florian Philippot qui manie la rhétorique comme personne, ce n'était pas gagné. Donc, il fallait trouver un autre type de contradicteur pour parvenir à faire dévier de sa course et pousser à s’autodétruire Philippot le missile bleu marine lancé à l’assaut de nos intelligences et de nos cœurs. Ce fut fait et j’y reviendrai.

Related: