background preloader

Longueur d'onde et fréquence

Longueur d'onde et fréquence
Imaginez une onde sous forme d'une succession de vagues : exactement ce qui se passe quand vous lancez un caillou dans l'eau. On appelle longueur d'onde la distance qui sépare deux vagues successives. Imaginez maintenant que sur l'eau on mette un bouchon à flotter. La fréquence et la longueur d'onde sont liées : la fréquence donne en fait le nombre de creux ou de bosses qui se succèdent en une seconde au même endroit. La notion de fréquence et de longueur d'onde s'applique à toutes les ondes, y compris le son et la lumière. En optique, donc pour la lumière, une fréquence correspond à une couleur : les fréquences les plus basses du visible (donc les longueur d'onde les plus grandes) correspondent au rouge, tandis que les fréquences les plus grandes, donc les longueur d'onde les plus petites correspondent au violet. Dans une onde quelconque, en fait, il n'y a en général pas qu'une seule fréquence présente. Related:  Ondes et Formes

Société théosophique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Emblème de la Société théosophique. Helena Blavatsky (au centre, debout), Henry Steel Olcott (au centre, assis) et Damodar Mavalankar (3e de gauche) à un congrès de la Société de théosophie à Bombay (Mumbai) en 1881. La Société théosophique est une association d'inspiration néospiritualiste ne rappelant la théosophie que par certains points et n'ayant avec elle aucun lien de filiation [1]. Fondée à New York le 17 novembre 1875, par Helena Petrovna Blavatsky, ainsi que par le Colonel Henry Steel Olcott, William Quan Judge, Charles Sotheran, le Dr Seth Pancoast, George H. Annie Besant succéda au Colonel Olcott à la tête de la Société théosophique de 1907 à 1933, et donna au mouvement une impulsion mondiale. Curuppumullage Jinarajadasa (1875-1953), franc-maçon d'obédience du Droit Humain et théosophe fut président de la Société théosophique à Adyar de 1945 à 1953. Histoire de la Société théosophique[modifier | modifier le code] B.

Onde sonore On désigne par onde la manière dont le son se propage dans le milieu acoustique. L'onde sonore a une propagation radiale, comme l'onde provoquée par une pierre tombant dans l'eau, mais dans le cas du son, cette propagation radiale est sphérique et non plane. Elle se fait parallèlement à la direction de propagation. L'onde peut être démontrée comme une alternance de condensations et de rarefactions des particules : La longueur d'onde est la distance entre deux pics ou deux creux successifs de la courbe. Aux limites de perception des sons graves (avant les infrasons), les longueurs d'onde mesurent plusieurs mètres, dans les hautes fréquences (avant les ultrasons) elles sont de quelques centimètres. L'onde sonore manifeste les même phénomènes de Réflexion et de réfraction que l'onde lumineuse, mais pas ceux de la diffraction. La période est la durée d'une vibration complète. L'onde sinusoïdale sert de son élémentaire dans l'analyse des formes ondulatoires de tous les sons périodiques.

Information Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'information est un concept ayant plusieurs sens. Il est étroitement lié aux notions de contrainte, communication, contrôle, donnée, formulaire, instruction, connaissance, signification, perception et représentation. Au sens étymologique, l'information est ce qui donne une forme à l'esprit[1]. Historique[modifier | modifier le code] Le projet de fonder une « science de l'information et de la documentation » spécifique s'est affirmé sous l'impulsion d'acteurs comme Pierre Larousse (1817-1875), Melvil Dewey (1851-1931), Paul Otlet (1868-1944), Jean Meyriat (1921- 2010 ). On doit aux spécialistes de cette science d'avoir posé que l'information ne circule pas (elle n'est pas un objet), mais qu'elle se redéfinit sans cesse (elle est une relation et une action). Définition[modifier | modifier le code] Sens commun[modifier | modifier le code] Information et communication : quelles différences ? Perception[modifier | modifier le code]

Les disques analogiques - restauration-sonore Il ne s’agit pas de lister tous les supports analogiques qui ont permis d’enregistrer du son. Cette liste serait longue à établir, toutefois tout support spécifique nécessite un lecteur tout aussi spécifique pour lire dans des conditions optimales le support à restaurer. Nous allons nous intéresser essentiellement aux disques et aux bandes magnétiques qui sont omniprésents dans le domaine de l’archivage. Un disque vinyle, également appelé "disque noir", "disque microsillon" ou simplement "microsillon", est un support d'enregistrement sonore. Les différents types de disques. Les disques 78 tours (78 tours par minute) ont connu leur âge d'or dans les années 1920-1950. Les disques 45 tours, d’un diamètre de 17 cm, contenaient une chanson par face. Le super 45 tours s’est généralisé à la fin des années 1970, pour contenir des morceaux plus longs (de 5 à 20 minutes, voire plus). RIAA ET préamplificateur Phono. La norme dans sa forme originale. Préamplificateurs Phono. L'entretien quotidien.

Septénaire (théosophie) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le Septénaire est le nom d'une des doctrines de la base de la Théosophie moderne d'Helena Blavatsky, selon laquelle l'être humain posséderait « sept corps » – l'organisme physique, et six autres, invisibles : les corps subtils, dont le corps éthérique, le corps astral... La physiologie subtile, outre les corps subtils ("corps astral", etc.), admet des organes subtils (aura, chakra, etc.). Le Védânta, suite à la Taittirîya-Upanishad [1] (VIIe s. av. "Connais le Soi. (...) Le Théosophisme, à savoir Helena Blavatsky et sa Société Théosophique (1875), comme beaucoup d'autres groupes ésotériques et de sociétés occultes, affirme que l'Univers est organisé par le nombre Sept. Le premier corps appelé sthûla-sharîra (en sanskrit, sthula brut, grossier, non raffiné, lourd, épais, conditionné, et sharîra, de la racine sri, modeler, former). Chez O. de la conception septénaire dont le schéma est ci dessous. STULA-SHARIRA.

structure de l'oreille "spatialite du son" "indices sonores" La spatialité du son Le son est un phénomène spatial. Nous pouvons repérer la source par la différence de phase entre les ondes sonores arrivant à nos oreilles et par la différence d'intensité perçue par chaque oreille. Le retard du son entre les deux oreilles ainsi que les altérations du timbre notamment d'une oreille par rapport à l'autre nous permettent le repérage spatial. De plus, le repérage, dans la vie quotidienne, peut‑être sélectif, et nous pouvons concentrer notre attention auditive sur certains sons afin de les percevoir mieux que d'autres. Il faut donc substituer une prise de son et un montage/mixage du son permettant au spectateur une équivalence à ce que serait le repérage spatial. Le rendu sonore L'oreille et l'oeil agissent de manière complémentaire. L'oeil est précis, repère et distingue très vite. Localisation des sons Le spectateur cherche à rapporter le son à son origine. Les indices sonores des images‑types connues: le son a une forte iconicité.

Onde gravitationnelle Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Représentation de l'onde gravitationnelle engendrée par deux étoiles à neutrons en orbite l'une autour de l'autre. En physique, les ondes gravitationnelles sont des oscillations de la courbure de l'espace-temps. Albert Einstein en a prédit l'existence en 1918 en se basant sur sa théorie de la relativité générale[1]. Les ondes électromagnétiques (perturbations des champs électrique et magnétique) sont produites par les particules chargées accélérées. De la même façon, les ondes gravitationnelles sont produites par des masses accélérées[2]. Russell Hulse et Joseph Taylor ont fourni une preuve indirecte de l'existence de telles ondes en observant le pulsar binaire PSR B1913+16 et montrant que sa période orbitale décroît précisément comme le prédit la théorie de la relativité générale si l'on considère que ce système perd son énergie par émission gravitationnelle. Introduction[modifier | modifier le code] Effet causé[modifier | modifier le code]

DISQUE VINYLE - Disque Vinyle 33t de Collection Jean-Christian Michel LE DISQUE VINYLE - HISTOIRE DU DISQUE VINYLE - AVANTAGES ET INCONVENIENTS DU DISQUE VINYLE - RENOUVEAU DU DISQUE VINYLE - PLATINES POUR DISQUES VINYLE - COPIER UN DISQUE VINYLE - NETTOYAGE DU DISQUE VINYLE - REDRESSER DISQUE VINYLE VOILÉ - COTATION, ACHAT ET VENTE DISQUES VINYLE DE COLLECTION - ACHAT DISQUE VINYLE NEUF - DISQUES VINYLE NEUF VALEUR SURE - DISCOGRAPHIE DE JEAN-CHRISTIAN MICHEL (DISQUES VINYLE NEUFS DE JEAN-CHRISTIAN MICHEL) - TELECHARGER FICHIER MIDI - CLIP VIDEO DE JEAN-CHRISTIAN MICHEL - ACHETER CDs DE JEAN-CHRISTIAN MICHEL Le disque vinyle, 33 et 45 T fait un étonnant come-back, alors que le CD est en chute libre. Avec l'avénement du CD dans les années 80, le disque vinyle semblait voué à disparition. Vingt-cinq ans plus tard, le bon vieux disque vinyle renaît de ses cendres. Plus surprenant encore : un nombre croissant de mélomanes pense aujourd'hui que le disque vinyle survivra, alors que le CD risque de succomber ! Les premiers disques vinyle sont monophoniques.

Aleister Crowley After an unsuccessful attempt to climb Kanchenjunga and a visit to India and China, Crowley returned to Britain, where he attracted attention as a prolific author of poetry, novels, and occult literature. In 1907, he and George Cecil Jones co-founded a Thelemite order, the A∴A∴, through which they propagated the religion. After spending time in Algeria, in 1912 he was initiated into another esoteric order, the German-based Ordo Templi Orientis (OTO), rising to become the leader of its British branch, which he reformulated in accordance with his Thelemite beliefs. Through the OTO, Thelemite groups were established in Britain, Australia, and North America. Crowley gained widespread notoriety during his lifetime, being a recreational drug experimenter, bisexual and an individualist social critic. Early life[edit] Youth: 1875–94[edit] Crowley was born as Edward Alexander Crowley at 30 Clarendon Square in Royal Leamington Spa, Warwickshire, on 12 October 1875. The Golden Dawn: 1898–99[edit]

untitled L’ouie : comment l’organisme perçoit les sons L’oreille est l’organe qui perçoit les sons. Afin de mieux comprendre les illusions auditives que nous allons traiter, il est nécessaire de rappeler quels sont les mécanismes de l’audition et du traitement du son par le cerveau. 1) organisation générale de l’oreille : L'oreille comprend trois parties principales: l'oreille externe, l'oreille moyenne et l'oreille interne. Ce schéma nous montre l’organisation générale de l’oreille…. 2) l’oreille externe : L’oreille externe est constituée de ce que nous appelons tout simplement « oreille » dans le langage courant … Le pavillon, de forme comparable à celle d’un entonnoir, est essentiel à la perception spatiale du son. Les vibrations sonores sont ensuite canalisées par le conduit auditif (petit tuyau d’un peu plus de deux centimètres de longueur). 3) l’oreille moyenne : Ce schéma nous présente plus en détail les mécanismes de l’oreille moyenne. a) le tympan (4) 4) l’oreille interne :

Formes, Résonnances, Vibrations. Formes, Résonnances, Vibrations Première partie. Selon la loi d´Einstein, E = MC2, l´énergie est obtenue par le déplacement d´une masse dans un temps donné, en prenant pour référence la vitesse de la lumière : C2. En Alchimie, il ne peut en être ainsi et la loi relative à l´énergie, ne peut être formulée de la sorte, même si les facteurs semblent être les mêmes. Un physicien jongle avec l´espace-temps. En physique, on ne manipule que deux données M.C2, au lieu de trois :Masse, Espace, Temps.L´Alchimiste travaille indistinctement l´une ou l´autre des trois, sans toucher nécessairement aux deux autres et il y aura toujours une énergie résultante. Si on manipule le Temps, il y a énergie.Si on modifie la Masse, il y a énergie.Si on touche à l´Espace, il y a encore production d´énergie. La résultante de ces manipulations ne prouve rien. Comment établir cette Loi ? Prenons l´univers en expansion et en récession. De ce Rien, Tout est issu.

niveau 1, réf v2 - La compression DéfinitionCodec Un codec (codeur-décodeur) est un algorithme de compression/décompression pour des fichiers multimédias (essentiellement son et vidéo). DéfinitionDébit binaire Le taux de compression est caractérisé par son débit binaire. Il s'agit du nombre de bits nécessaire pour coder une seconde. Pour le son, on parle de kbps ou kbit/s (kilo bit par seconde) Pour la vidéo, on parle de Mbps ou Mbit/s (Mega bit par seconde) Explication Un fichier audio non compressé en qualité CD (44 100 Hz) codés sur 16 bits (2 octets) et en stéréo (on multiplie par 2 voies) a un débit binaire de (44 100 * 16 * 2)bits/s = (1 411 200)/1024 kbit/s = 1 378 kbit/s Les algorithmes de compression permettent en général de passer ce flux à 128 kbit/s, on divise alors la taille du fichier par 11 (1 378/128) pour une perte de qualité souvent peu perceptible à l'oreille. Exemple :

Magick Without Tears -- Contents Table of Contents Note: This hypertext edition of Magick Without Tears is based on a plaintext edition entered in 1988 by Bill Heidrick from the 1954 first edition, with a foreword by the original editor Karl J. Germer. The current (New Falcon) paper edition of this work was substantially abridged by editor F.I. Regardie. Footnotes indicated by *, †, ‡, etc. by either Crowley or Germer. In the interests of readability, when converting the plaintext to HTML I made no attempt to retain the line breaks and pagination from the paper edition. Magic without Tears November 13, 1988 e.v. key entry and first proof by Bill Heidrick T.G. Key entry by Bill Heidrick, (415) 454-5176 P.O. Aleister Crowley MAGICK WITHOUT TEARS Complete and Unabridged, edited with a Foreword by Karl J. HTML coding by Frater T.S. for Nu Isis Working Group. Additional work and design by John Griogair Bell of The Hermetic Library at Hermetic.com with additional proofing by Pralixus Magick Without Tears

"Formes d'énergie"

Related: