background preloader

Présentation : la veille numérique

Présentation : la veille numérique
Préambule Cette présentation a été donnée en interne à la bibliothèque Sainte-Barbe. Elle s’adressait à un public restreint et connu, parfois débutant mais sensibilisé. La veille, c’est quoi ? « État du corps de l’homme ou de l’animal, dans lequel les sens sont en action. La veille passive On fait tous de la veille sans le savoir. La veille active La veille est une recherche continue d’informations actuelles dans un domaine particulier. L’aspect chronophage et parfois laborieux de l’exercice réside dans le repérage des contenus potentiellement intéressants dans la ressource, puis dans l’analyse de ces derniers – pour vérifier s’ils le sont réellement. À quoi sert la veille ? La veille n’est pas se contenter de feuilleter la presse. Ainsi, dans notre univers professionnel, la veille peut permettre de se tenir au courant des innovations, sur un plan théorique ou sur un plan plus technique, et de profiter des idées et retours d’expérience des confrères. Les contenus numériques Les flux Rss

Médiation numérique : réappropriation vs autonomie Je n’ai pas assisté physiquement (avec regrets) aux Assises de la médiation numérique en Corse qui viennent de s’achever. En revanche j’ai été très impressionné par le dispositif numérique de suivi avant, pendant et après ces assises dont vous trouverez une page récapitulative ici , c’est signé Artesi Ile-de-France , chapeau! Très admiratif aussi de la manière dont la participation collective est sollicitée pendant l’évènement, par exemple par l’usage de Lino , outil de post-it numérique et collaboratif. Impressionné enfin par la manière dont les débats ont été menés. On part des initiatives pour remonter aux enjeux et déterminer des chantiers d’avenirs, clair et efficace. Ces assises se situent donc dans un contexte plus large que celui des politiques d’accès à la culture dans lesquelles sont étroitement et injustement catégorisées les bibliothèques. Tout ça a pourtant assez mal commencé, avec l’intervention de Ph. </i></b>*} D’ailleurs, P. Qu’en pensez-vous ?

Demain tous veilleur – La veille comme art de vivre du futur Voici un article qui a été publié dans l’excellent ebook : Regards croisés sur la veille (sur le blog du modérateur), qui fait intervenir plein de spécialistes pros du digital (et moi même). Un article prospectif qui m’a donné l’occasion de poser toutes les idées concernant l’évolution de la veille digitale. Vous excuserez la longueur, cet article est fait pour être lu sur papier ou tablette. Touff de la tribu des Görzg grimpa sur une colline. 3 jours que sa tribu et lui n’avaient rien mangé. Tous les matins, les chasseurs partaient explorer la région avec de grands cris mais revenaient bredouilles chaque soir sous les lamentations des femmes et les pleurs des enfants. L’humain possède une curiosité extraordinaire ainsi qu’une faculté d’adaptation formidable. Information = Survie Et cette leçon primordiale a accompagné l’être humain pendant des millénaires. Et puis, la civilisation s’est confrontée à des territoires d’un genre nouveau : les territoires digitaux. Veiller quoi ?

L'indexation est-elle soluble dans le(s) bouton(s) ? Au commencement étaient les folksonomies. Il y a encore peu de temps, en gros depuis 2005 et malgré le scepticisme intial à leur encontre, les folksonomies (indexation collaborative) étaient partout présentes sur le web. Leur âge d'or culminant entre 2006 et 2008. (Diapositive extraite de ma présentation au congrès de l'ABF en 2007, "Indexation sociale et bibliothéconomie de masse." Elles ont aujourd'hui presqu'entièrement disparu ou n'occupent plus qu'une portion congrue des modes d'accès et de recherche d'information. L'indexation collaborative avait pourtant fait la preuve de son efficience comme supplétif aux processus d'indexation normés ; à la condition qu'elle franchisse un certain effet de seuil, elle permettait de compléter et parfois même de rejoindre ou de remplacer - sur certains fonds documentaires spécifiques - les attendus d'une indexation "classique". Puis vinrent les boutons. Lazyweb. Capitalisme linguistique et libéralisme cognitif. La guerre des boutons.

Les enjeux de la veille pour le professeur documentaliste Intervenants: Jean-Louis Durpaire (IGEN et président du jury du CAPES de documentation), Silvère Mercier (bibliothécaire, chargé de médiation numérique à la BPI), Dominique Varlet (documentaliste, chargé d'ingénierie documentaire au CRDP de Paris, formateur Paris 4IUFM/CELSA). L'animation était assurée par Marie-Christine Ferrandon, directrice du CRDP de l'académie de Paris, Tous veilleurs. Silvère Mercier qui mène actuellement une réflexion sur la question de la veille, la replace dans un contexte citoyen plus large que l'Éducation nationale. Tout en notant que les personnes présentes à cette table ronde étaient de fait déjà en situation de veille, Jean-Louis Durpaire a défini la veille comme une posture intellectuelle et personnelle qui consiste à se former et ceci à trois niveaux. Salon de l'édu

Biblioquest S02E02 : la médiation numérique au coeur du projet d’établissement Cet article a été publié il y a 2 ans 4 mois 18 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées. Voici en exclusivité les supports, les liens, en un mot les contenus de la session de formation que nous avons crée l’année dernière. Organisée sous l’impulsion de l‘INSET de Nancy, elle s’adresse aux direction des bibliothèques territoriales et vise à provoquer une prise de conscience, à faire naître des pratiques et des argumentaires permettant le développement de projets de médiation numérique dans les établissements. La demande étant très forte pour ce type de formation nous avons souhaité développer l’équipe des formateurs. Voici donc le déroulé de la formation et de ses contenus à travers des tweets et des liens vous permettant d’approfondir et de découvrir les notions abordées. <a href=" <p>BiblioQuest, la trilogie du changement en bibliothèques, est entrée dans sa deuxième saison. Auteur : Silvae (1100 Posts)

Réaliser une veille documentaire ou technologique grâce à la curation La curation est un concept très récent promis à un avenir exceptionnel. Il permet d’automatiser une veille technologique sur un domaine précis, choisi par l’internaute. Le service Web trie, analyse et diffuse l’information à partir de mots clés et de critères définis par l’utilisateur. Ces services vont devenir indispensables à la navigation sur le Web, la quantité d’informations disponibles étant en inflation exponentielle. En grande partie d’ailleurs à cause de l’immensité de la blogosphère. Peut-être seront-ils les moteurs de recherche de demain… Tout comme le social bookmarking, la curation permet finalement de réaliser un travail de documentaliste pour permettre d’aiguiller des recherches particulières ou mettre en avant certains contenus jugés pertinents. Enfin, la curation peut être comme le social bookmarking, être utilisée avec les élèves de manière tout à fait autonomie sans avoir recours nécessairement à la construction d’un blog. Les usages pédagogiques de la curation

BnF- Action pédagogique Veille et e-reputation Juste avant les vacances de Noël, j'ai été interviewé par Marion Ripault, ancienne étudiante du DUT infocom de La Roche sur Yon et actuellement en master MICO (métiers de l'information et de la communication organisationnelle) à l'université de Rennes II, qui rédige un dossier de spécialisation consacré à la veille en e-réputation et à ses outils. Le fil rouge de cet entretien téléphonique (enfin avec Skype) était le suivant : "Dans un processus d'intelligence économique, quelle est la pertinence d'une pratique de veille au service de l'e-réputation en organisation ?" Voici, avec son accord, la retranscription effectuée par Marion. Quelle définition donneriez-vous de l’e-réputation ? L’e-réputation c’est l’image qu’une organisation, qu’une entreprise ou qu’un individu va arriver à donner de lui au travers des résultats visibles dans les moteurs de recherche et les réseaux sociaux. Tout le monde est concerné par cette e-réputation ? Qui sont donc les veilleurs d’aujourd’hui ?

La médiation : concept-clé ou mot-valise Mes premiers pas à l’Enssib à la direction des Études me donnent, vous l’imaginez, l’occasion de mille découvertes et rencontres. Dans le bouillonnement de cette prise de fonctions, je garde un œil sur ce Carnet de notes, avec lequel je rejoins mon établissement via son activité d’édition.. Une nouvelle ‘Boite à outils‘ consacrée par l’Enssib à La médiation documentaire numérique va bientôt voir le jour. Ce terme de médiation, employé en bibliothèque, a connu et connait encore des fortunes diverses. Par curiosité, je suis allé relire (avant ma prise de poste ! Olivier Chourrot avance que le terme de médiateur n’a guère de portée opératoire, et lui préfère le terme d’accompagnateur. (c) KJB de signets graphiques Orienté public ? La première – la plus ouverte – peut vouloir se mettre ‘dans la peau’ de l’usager. La seconde – plus ambigüe – se pose en "modeleur de public". bibliothèque de Calgary Une mise en scène ? D. Et le bibliothécaire médiateur ? De la difficulté d’une médiation réussie

Effectuer une veille informationnelle en ECJS L’académie de Versailles participe aux TRAAM (travaux académiques mutualisés) 2009-2010. Sept académies ont répondu à l’appel à proposition de la SDTice : Besançon, Bordeaux, Dijon, Guadeloupe, Nancy-Metz, Toulouse et Versailles. Le thème de travail porte sur les usages et les apports des ressources et des services en ligne. Il est destiné à faire acquérir des compétences minimales en matière de veille à des élèves de première dans le cadre de l’ECJS (ou éventuellement de la semaine de la presse), sur le thème des élections régionales. Objectifs : se familiariser avec la notion de veille et utiliser des outils de veille pour élaborer un dossier documentaire. Outils : alertes, agrégateurs de flux RSS, lettres d’information. Notions : veille (à rapprocher des pratiques informelles des élèves autour des loisirs), pull, push, fonctionnement des agrégateurs. Géraldine Colasse, professeure-documentaliste au lycée Joliot-Curie, Nanterre Brigitte Réa, professeure-documentaliste au lycée J.J.

Médiation numérique : parution du livre de l’Enssib Cet article a été publié il y a 2 ans 1 mois 5 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées. Je salue la parution du livre sur la « Médiation numérique documentaire », coordonné par Xavier Galaup. Je vous en recommande bien entendu chaudement la lecture ! On ne manquera pas de se demander pourquoi Lionel Dujol et moi n’avons pas contribué à ce livre collectif alors même que nous animons énormément de formations sur le sujet, et que je propose depuis plus de 6 ans à travers mon blog des réflexions, une définition et des dispositifs de médiation numérique. La réponse est simple : à l’époque de la mise en oeuvre de ce livre, nous avions été sollicités par l’Enssib mais n’avions pas trouvé d’accord sur la forme éditoriale (la collection nous semblait trop orientée outils alors que c’est de projet dont on parle) et le modèle de publication n’était pas stabilisé à l’époque. Auteur : Silvae (1100 Posts) Aucun tag pour cet article.

Delicious: 26 méthodes pour élaborer une veille technologique Au départ on utilise delicious comme un outil de gestion de favori, on trouve un site qui nous plait et hop on bookmarque, mais derrière cette machine à bookmarquer, il est possible d’exploiter les informations et de faire de cet outil un outil de veille internet sophistiqué! Au fur et à mesure de mes recherches j’ai noté 26 manières d’utiliser le site de delicious pour de la veille. Ayant écrit ce tutoriel en 2009, j’ai ajouté cinq méthodes qui sont marquées NEW Abonnez vous à vos tags favoris Si vous avez un lecteur de flux rss, comme google reader ou netvibe vous allez surement aimer lire les tags sur votre lecteur Mieux que les tags : les fresh et les popular Les tags sont idéals pour une veille de fond, mais les populars vous donnent encore plus de fraicheur. vous fournira l’information “chaude” de l’actualité wordpress. Abonnez vous à la fraicheur par RSS exemple:

Médiateur numérique ou médiateur culturel ? Eric Grelet (ericgrelet.com) Il y a quelques temps, on m’a interrogé sur la différence qu’il pouvait y avoir entre un médiateur numérique et un médiateur culturel. L’idée était de savoir si un médiateur culturel qui travaille dans un espace d’art contemporain (par exemple) et qui utilise le numérique pour valoriser son espace fait de la médiation culturelle ou de la médiation numérique. Médiation vers le numérique Les univers numériques constituent à mon sens une culture à part entière. Accompagner l’usager à se forger une culture numérique, c’est aussi lui donner les éléments qui vont lui permettre d’appréhender cet univers de manière autonome. Du numérique vers la médiation Il précise :Pour moi la médiation numérique n’est donc ni de la communication ni du marketing public au sens strict, mais se situe au cœur des métiers de l’information-documentation, quelque part entre l’accompagnement à la recherche documentaire, la gestion/diffusion de contenus et l’animation de communautés.

Related: