background preloader

Les matins - Paul Jorion

Les matins - Paul Jorion

Les places financières flambent mais "le prophète" nous éclaire ! - Fondation France Libertés sur LePost.fr (23:03) Publié parFondation France Libertés post non vérifié par la rédaction 30/11/2011 à 23h03 - mis à jour le 30/11/2011 à 23h07 | vues | réactions Depuis maintenant trois jours, les places financières flambent sous prétexte de bonnes nouvelles venues d'outre manche avec notamment la coopération entre banques centrales américaine et européenne. Un nouveau prophète ? Découvrez les échanges houleux de deux visions du monde entre ceux qui cherchent à nous faire comprendre que notre prison capitaliste est la seule solution et ceux, comme Paul Jorion, qui envisagent une sortie du système pour retrouver de la cohérence dans notre économie qui ne doit pas être là pour créer de la monnaie mais bien de la richesse. Les semaines qui viennent seront passionnantes. Emmanuel POILANE, Directeur de France Libertéswww.france-libertes.fr

A Fat Cat Explains Basic Economics Zillionaire venture capitalist Nick Hanauer says his marginal propensity to consume is lower than mine: Since 1980, the share of the nation’s income for fat cats like me in the top 0.1 percent has increased a shocking 400 percent, while the share for the bottom 50 percent of Americans has declined 33 percent. At the same time, effective tax rates on the superwealthy fell to 16.6 percent in 2007....In my case, that means that this year, I paid an 11 percent rate on an eight-figure income. The rest is worth a read. (Via Jared Bernstein.)

Quand les économistes se prennent pour des prophètes - Idées Les professionnels de la profession nous serinent depuis maintenant trois ans qu’au sortir de cette crise, rien ne sera plus comme avant. De lents mouvements de plaques tectoniques à l’œuvre dans nos économies depuis des décennies, allaient enfin révéler le fruit de leur travail de sape, selon Jacques Attali ; et il fallait s’attendre à de gigantesques tremblements de terre, projetant à la dérive des continents entiers. La plupart en tous cas l’affirmaient : on allait voir ce qu’on allait voir ; le monde allait changer de base. On se serait cru revenu en 1938, lorsque Roger Caillois croyait pouvoir prophétiser « le vent d’hiver » dans la NRF. Depuis trois ans, c’est le style dans lequel s’expriment certains économistes. « Repentez-vous, la fin du monde est proche »… Les moins pessimistes prévoyaient, comme Nouriel Roubini, un effondrement du dollar. Pas la peine d’insister sur le sort fatal que les pessimistes réservent à l’euro.

ÉCONOMIE • L'Europe au bord du suicide En s'obstinant à imposer toujours plus d'austérité à des pays en difficulté comme l'Espagne, les dirigeants européens mènent le continent à sa perte, affirme le Prix Nobel d'économie Paul Krugman. Le 14 avril, The New York Times s'est fait l'écho d'un phénomène qui se développe en Europe : le suicide lié à la crise économique, les gens se donnant la mort par désespoir, après avoir perdu leur emploi ou vu leur entreprise faire faillite. L'article était bouleversant. Mais je suis sûr que je n'ai pas été le seul lecteur, notamment parmi les économistes, à me dire que le problème n'était peut-être pas tant les individus que l'apparente détermination des dirigeants européens à pousser l'ensemble du continent au suicide. Prenons le cas de l'Espagne, qui est aujourd'hui l'épicentre de la crise. Elle n'est pas en récession, mais en pleine dépression, avec un taux de chômage de 23,6% - chiffre comparable à celui des Etats-Unis pendant la crise de 1929 - et de plus de 50% chez les jeunes.

Paul Jorion le « prophète » contre les sceptiques de France Culture | Rue89 Eco Les auditeurs de la matinale de France Culture ont eu droit, ce mercredi, à un moment de radio réussi, un échange musclé sur un sujet majeur. D’un côté, Paul Jorion, l’anthropologue, économiste et blogueur, l’« homme-qui-avait-prédit-la-crise » ; de l’autre, Brice Couturier, chroniqueur maison, sceptique et goguenard conformiste devant l’éternel. La matinale de Marc Voinchet avait commencé gentiment, avec une interview intéressante mais classique de Paul Jorion sur la crise actuelle. Jusqu’à ce que Brice Couturier ne consacre sa chronique aux « prophètes de malheur » (dont Jorion, évidemment), qui prédisent l’éclatement du système économique actuel, et qui ne seraient selon lui que des Cassandre attendant leur heure de gloire. Un peu comme le prophète de Tintin que @delaigue, le blogueur Econoclaste, m’envoie sur Twitter en illustration du débat de ce matin. Tintin, « L’Etoile mystérieuse », 1942 (Hergé/Casterman) Ou en vidéo : Vidéo de la matinale de France culture Quel système alternatif ?

Lakes Balaton and Neusiedl, Hungary Hungary - May 8th, 2012 Visible in the lower half of this image is the light greenish-blue Lake Balaton, a freshwater lake in the Transdanubian region of Hungary. It is the largest lake in Central Europe. The Zala River provides the largest inflow of water to the lake, and the canalized Sió is the only outflow. The region by the northern shores is mountainous, while the land by the southern shores is flat. Visible to its northwest is the tan Lake Neusiedl, the second largest steppe lake in Central Europe, straddling the Austrian–Hungarian border.

La guerre civile numérique: Amazon.fr: Paul Jorion, Régis Meyran What The World Can Learn From Iceland's Default Model What The World Can Learn From Iceland's Default Model The Icelandic Model of Handling Debt Crises Iceland did something right in the credit crisis, perhaps offering lessons both for Greece and Occupy Wall Street protesters The latest euro rescue plan lurched into crisis this week after the Greek prime minister decided to put the package to a popular vote. This unexpected gesture of independence “sent tremors through Europe’s financial markets,” according to The New York Times, and “hammered” U.S. markets, “showing once again how the domestic politics of even the smallest members of the European Union can create troubles” beyond all proportion. The panic over Greece, of course, is panic over the euro. Two years on, Iceland’s economy is recovering, while Greece and Ireland and other euro-zone members struggle with huge taxpayer-funded bank bailouts and austerity measures that will probably fail to create jobs. Private bankers in Iceland piled up mountains of risky debt in the heady days of cheap money after 2001 — like bankers did around the world. [class name="dont_print_this"]

Related: