background preloader

Sorcières - Mona CHOLLET

Dans l’essai «Sorcières », Mona Chollet rappelle que les chasses aux sorcières ont valu la mort à des milliers de femmes entre le XVe et le XVIIe siècle. Elle s'interroge sur les traces laissées par cette histoire dans notre représentation de ce que devrait être une femme « acceptable ». Related:  littérature féministeramitsuMa vie culturelle confinée

L’origine du monde | Rackham Une certaine partie du corps de la femme, celle que Gustave Courbet a évoqué dans son tableau L’origine du monde, a suscité et continue de susciter l’intérêt un peu trop “vif “ de certains représentants de la gent masculine. C’est ainsi que le Dr. Kellogs, l’inventeur des corn-flakes, a pu affirmer que la masturbation provoque le cancer de l’utérus et le Dr. Baker Brown a pu préconiser l’éradication de l’onanisme féminin par l’ablation du clitoris (la dernière a été pratiquée en 1948 !). Si le corps médical n’y va pas avec le dos de la cuillère, les philosophes ne sont pas en reste. Éditions Le Seuil - L'Histoire est une littérature contemporaine (2014) , Ivan Jablonka, Sciences humaines L’histoire n’est pas fiction, la sociologie n’est pas roman, l’anthropologie n’est pas exotisme, et toutes trois obéissent à des exigences de méthode. À l’intérieur de ce cadre, rien n’empêche le chercheur d’écrire. Concilier sciences sociales et création littéraire, c’est tenter d’écrire de manière plus libre, plus originale, plus juste, plus réflexive, non pour relâcher la scientificité de la recherche, mais au contraire pour la renforcer. L’histoire est d’autant plus scientifique qu’elle est littéraire. Réciproquement, la littérature est compatible avec la démarche des sciences sociales. Les écrits du réel ? Des sciences sociales qui émeuvent et captivent ? Éditeur et écrivain, Ivan Jablonka est professeur d’histoire à l’université Paris 13.

Concert Fiction "Moby Dick" d'Herman Melville en public au Studio 104 de la Maison de la radio / France Culture Nantucket, Massachusetts, vers 1840. Un « désir fou de grand large » conduit le jeune Ismaël à embarquer comme matelot sur le Péquod. Ce baleinier a pour capitaine un certain Achab, dont la jambe a été broyée par Moby-Dick, le plus monstrueux cachalot jamais harponné par des marins. Tandis qu'il gagne la haute mer, la vie aventureuse voulue par Ismaël se transforme en quête métaphysique. Car une inextinguible soif de vengeance tourmente Achab, qui lance ses hommes à la poursuite du Léviathan qui hante les océans… En ce jour, l'Éternel frappera de sa dure, grande et forte épée, Le léviathan, serpent fuyard, Le léviathan, serpent tortueux ; et il tuera le monstre qui est dans la mer. Moby-Dick est publié à Londres sous le titre The Whale le 18 octobre 1851, et à New York un mois plus tard, le 14 novembre, sous le titre Moby-Dick ; or, The Whale. Enregistrement public au studio 104 de la Maison de Radio France Réservez vos places pour le 5 octobre à 11h Aux sources de Moby-Dick Distribution

Les sentiments du prince Charles | Rackham Lors d’une conférence de presse après ses fiançailles avec Diana, le prince Charles dut répondre à la question : « Êtes-vous amoureux ? » Après une petite hésitation, il répondit : « Oui… Quel que soit le sens du mot “amour” ». Or, en lisant la presse people quelques années plus tard, on constata que de toute évidence Charles et Diana n’attribuaient pas du tout le même sens au mot « amour »… En feuilletant les mêmes magazines, on pouvait aussi se demander comment Whitney Houston avait pu tomber amoureuse d’un sale type comme Bobby Brown, et de remarquer au passage qu’en matière d’amour, le bonheur de l’un ne fait pas forcement celui de l’autre. « Qu’est-ce donc que l’amour ? » Forte du constat que les déconvenues sentimentales sont loin d’être l’apanage exclusif de quelques chanteuses ou têtes couronnées, Liv Strömquist mène sa réflexion sur le pourquoi du comment de la relation amoureuse.

IMRE KERTESZ - Liquidation (roman) En refermant Liquidation, d’Imre Kertész, je me suis dit que, parfois, on aimerait rien tant qu’être à la hauteur des livres qu’on lit. Surtout pour, ensuite, parvenir à en parler avec les mots qu’ils méritent, comme je vais essayer de le faire. Et pour ainsi convaincre ne serait-ce qu’un ami que, certes, rien ne mène à grand-chose dans l’existence – à part sans doute ce qui épargne de la souffrance –, mais que celui-là, ce bouquin-là, malgré sa grise couverture, malgré ses thèmes qui ne divertiront guère les repas dominicaaux et malgré son incapacité à alléger la peine, oui, celui-là, il faut le lire. Non par devoir mais pour soi-même, pour se rendre meilleur. Et aussi – car c’est un livre avant tout –, pour rencontrer l’un des plus grands auteurs vivants (et qui ne va tarder à être l’un des plus grands auteurs morts). Imre Kertész vous laisse hagard, empli d’une multitude de pensées vous donnant l’impression que votre cerveau, enfin ! Voilà trop de mots pour introduire son sujet. I.K.

Salina : les trois exils - Laurent Gaudé Au tout début, un pleur de bébé ; un cri vient de la montagne Tadma que l'on ne franchit pas. Ce sont les femmes qui l'entendent d'abord. Puis les pleurs deviennent plus nets et les femmes et les hommes du clan Djimba se rendent à l'entrée du village pour attendre ce qui vient. Un cavalier apparaît. Sissoko Djimba, chef du village, et ses guerriers regroupés attendent. le cavalier dépose alors au sol le paquet de linge qui pleure encore, puis il rebrousse chemin. « Chez les Djimba, personne ne bouge. » Malgré le soleil ardent, l'enfant pleure toujours. le soleil décline, les hyènes approchent.

Beauté fatale - Mona CHOLLET Ce qu'avait révélé l'affaire DSK, au-delà de la vie privée d'un homme public, c'était une France dont le pouvoir économique, médiatique et politique appartient encore trop exclusivement aux hommes. Quarante ans après la vague féministe, les femmes se retrouveraient plus que jamais soumises à une injonction à la séduction qui les enferme insidieusement dans les rôles d'objets auxquels elles avaient tenté d'échapper. C'est la thèse que développe Chollet dans Beauté fatale. Injonctions à être jeune, mince, belle, bien habillée, parfumée, sexy, assenées cette fois par le capitalisme via la presse et leurs étendards, les actrices et les mannequins, qui enferment les femmes dans un monde miniature (les vêtements, le maquillage, la décoration) limité à leur personne. "Aux hommes l'abstraction, la pensée, le regard, les affaires publiques, le monde extérieur ; aux femmes le corps, la parure, l'incarnation, le rôle d'objets de regards et de fantasmes, l'espace privé, l'intimité."

Toni Morrison - L'oeil le plus bleu (1970, 1994) Enola Holmes tome 1 Lauriane de BD Sanctuary Adaptation BD des romans à succès de l'auteure américaine Nancy Springer qui ravira sans nul doute les jeunes lectrices.Sherlock Holmes est sans conteste le personnage le plus réussi de tout le genre policier, n'en déplaise à Agatha Christie...Décliné à toutes les sauces avec plus ou moins de succès, il ne s'attendait probablement pas à se voir attribuer une petite soeur. Certes elle est bien plus jeune que Mycroft et lui. Certes elle vit les bottes crottées par la boueuse campagne anglaise.

Related: