background preloader

Métaphysique

Métaphysique
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La métaphysique est une branche de la philosophie et de la théologie qui porte sur la recherche des causes, des premiers principes[1]. Elle a aussi pour objet la connaissance de l'être absolu comme première cause, des causes de l'univers et de la nature de la matière. Elle s'attache aussi à étudier les problèmes de la connaissance, de la vérité et de la liberté[2]. Avant le développement des sciences modernes, la philosophie de la nature était la seule discipline non subordonnée à la métaphysique ; parce qu'étude objective de la nature et des principes physiques. Introduction[modifier | modifier le code] Étymologie[modifier | modifier le code] Étymologiquement, le mot se compose de μετα et φυσικά (méta-phusikè), la « nature » et son étude, la « physique » ; et d'une préposition grecque μετά metá au sens aussi imprécis puisqu'elle peut signifier : « au milieu, parmi, avec, entre, au-delà, après ». Quelques exemples de questions métaphysiques :

Ontologie (philosophie) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'ontologie est une branche de la philosophie concernant l'étude de l'être, de ses modalités et de ses propriétés. En philosophie, l'ontologie (de onto-, tiré du grec ὤν, ὄντος « étant », participe présent du verbe εἰμί « être ») est l'étude de l'être en tant qu'être (définition proposée par Aristote), c'est-à-dire l'étude des propriétés générales de tout ce qui est. La scolastique considéra cette étude comme une partie de la métaphysique, en tant qu'elle définit les transcendentiae, les déterminations communes à tous les êtres (ce qu'on appellera plus tard métaphysique générale, par opposition à la théologie, dite métaphysique spéciale). Le terme, bien que grec, ne fut créé qu'à l'époque moderne, sans doute introduit par Goclenius (1547-1628)[1] au XVIIe siècle, en imitant le terme plus ancien de théologie, avec lequel il entretient toutefois un rapport très voisin. Heidegger appelle ontique ce qui se restreint à l'étant au lieu de l'être.

Réalisme (philosophie) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Réalisme. Le réalisme est une étiquette philosophique assez large qui, comme toute étiquette, peut sembler réductrice et partant donner lieu à des usages abusifs. Le réalisme se caractérise par une méthode : partir de l'expérience empirique pour remonter positivement aux principes fondamentaux. Il postule ainsi que le monde est en lui-même ordonné, structuré rationnellement, et que notre raison peut abstraire et connaître cet ordre. Ce n'est donc pas la raison qui impose une structure aux phénomènes : l'ordre que nous semblons percevoir serait-il bien celui du monde, et non celui de notre pensée ? Note : la philosophie politique réaliste n'a pas grand chose à voir avec la philosophie de la connaissance réaliste. Le réalisme est né en Grèce, principalement avec Platon et Aristote. À l'idéalisme de Platon, on oppose parfois le réalisme d'Aristote.

Cours de philosophie - Programme de terminale Phénoménologie et matérialisme dialectique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Phénoménologie et matérialisme dialectique est un ouvrage publié par Tran Duc Thao en 1951 aux Éditions Minh Tan à Paris. Première partie: La méthode phénoménologique et son contenu effectivement réel[modifier | modifier le code] l'intuition des essences (dans les Recherches logiques),la phénoménologie statique (dans Ideen),la phénoménologie génétique de la dernière période (notamment éclairée par les inédits que Tran Duc Thao avait pu consulter lors de son séjour aux Archives-Husserl de Louvain en 1944). Cette partie se termine par la mise en lumière d'une contradiction, dans la démarche husserlienne, entre les concepts phénoménologiques et les résultats concrets auxquels aboutissent analyses phénoménologiques. Deuxième partie: La dialectique du mouvement réel[modifier | modifier le code] Éditions et traductions[modifier | modifier le code] Éditions françaises : Traductions : Lien externe[modifier | modifier le code] Portail de la philosophie

Philosophie Magazine This free online encyclopedia has achieved what Wikipedia can only dream of The Stanford Encyclopedia of Philosophy may be the most interesting website on the internet. Not because of the content—which includes fascinating entries on everything from ambiguity to zombies—but because of the site itself. Its creators have solved one of the internet’s fundamental problems: How to provide authoritative, rigorously accurate knowledge, at no cost to readers. It’s something the encyclopedia, or SEP, has managed to do for two decades. The internet is an information landfill. Somewhere in it—buried under piles of opinion, speculation, and misinformation—is virtually all of human knowledge. The story of how the SEP is run, and how it came to be, shows that it is possible to create a less trashy internet—or at least a less trashy corner of it. The impossible trinity of information The online SEP has humble beginnings. That makes it positively ancient in internet years. The SEP is neither pre-internet, nor is it ossified. Where other encyclopedias fall short Landfill no more

Stanford Encyclopedia of Philosophy Théorie aristotélicienne de la causalité La théorie aristotélicienne de la causalité est une classification par Aristote de quatre différents types causalités. Forgée au IVe siècle av. J. Concept[modifier | modifier le code] Identification des causes[modifier | modifier le code] Aristote développe une pensée physique et métaphysique complexe. Les quatre causes qu'il identifie sont les suivantes : A titre d'illustration, on peut dire que la cause matérielle d'une écuelle est le bois ou le métal, son essence le fait de contenir des aliments, sa cause motrice le procédé par lequel on l'a fabriquée et sa cause finale son usage en alimentation. Place dans l’œuvre d'Aristote[modifier | modifier le code] Types de causes[modifier | modifier le code] La cause matérielle[modifier | modifier le code] La matière est associée à la puissance, car la matière est à l'objet ce que la puissance est à l'acte. A la question « pourquoi le bouclier protège-t-il des coups ? La cause formelle[modifier | modifier le code] Notes[modifier | modifier le code]

Contents Andrew Chrucky e-mail: ditext@ditext.com Online Papers and Books Anarchism: The Unfinished RevolutionPhilosophy of Liberal Education Meta-Encyclopedia of Philosophy Links seven outstanding dictionaries and encyclopedias on the internet under one set of entries. Problems from Wilfrid Sellars Comprehensive bibliographies of works by and on Wilfrid Sellars, including many unpublished correspondences. Authors and Works Cited by Wilfrid Sellars A compiled bibliography of references cited by Sellars. Philosophical Alternatives from C.

Ancient Greek Philosopher M.A.D. Moore Kierkegaard on Our Greatest Source of Unhappiness “How we spend our days is, of course, how we spend our lives,” Annie Dillard memorably wrote in reflecting on why presence matters more than productivity. “On how one orients himself to the moment depends the failure or fruitfulness of it,” Henry Miller asserted in his beautiful meditation on the art of living. And yet we spend our lives fleeing from the present moment, constantly occupying ourselves with overplanning the future or recoiling with anxiety over its impermanence, thus invariably robbing ourselves of the vibrancy of aliveness. In a chapter of the altogether indispensable 1843 treatise Either/Or: A Fragment of Life (public library), the influential Danish thinker Søren Kierkegaard (May 5, 1813–November 11, 1855), considered the first true existentialist philosopher, explores precisely that — how our constant escapism from our own lives is our greatest source of unhappiness. In a latter chapter, titled “The Unhappiest Man,” he returns to the subject and its deeper dimension:

Philosophical Films Instructor: Dr. Jorn K. Bramann Frostburg State University Frostburg, Maryland 21532 jornfsu@hotmail.com Course description: Viewing and discussion of artistically outstanding films in conjunction with the analysis of significant philosophical texts. ("The more you know, the more you see ...") Objectives: To enable students to see films not only as forms of entertainment, but also as important philosophical statements. Select films and their corresponding texts: "The General" (Buster Keaton)--Wittgenstein: Tractatus Logico-Philosophicus "Modern Times" (Charles Chaplin)--Marx: Economic and Philosophical Manuscripts of 1844 "Citizen Kane" (Orson Welles)--Socrates: Apology; Plato: Apology "Apocalypse Now" (Francis Coppola)--Nietzsche: The Birth of Tragedy "Nine1/2 Weeks"(Adrian Lyne)--De Beauvoir: The Second Sex "The Cider House Rules" (Lasse Hallström)--Kant: "What Is Enlightenment?" "Duck Soup" (Marx Brothers)--Wittgenstein: Tractatus Logico-Philosophicus "Educating Rita" (Lewis Gilbert)--J.S.

WALDEN Henry David Thoreau (1817-1862) est assurément avec Ralph Waldo Emerson (1803-1882) le plus célèbre des intellectuels, écrivains et philosophes, qui ont contribué à l'affirmation de la culture américaine et ont fait du transcendantalisme le courant philosophique majeur d'une tradition qui prend sa source dans la culture du Nouveau Monde. L'influence persistante de Walden, ou la Vie dans les bois (1854) sur l'imaginaire américain a connu une manière d'apogée dans les années 1960, lorsque l'idéal de vie indépendante prôné par l'auteur a rencontré la sensibilité de contemporains épris de liberté, qui surent adapter à leur temps certains des grands thèmes de la pensée de Thoreau, comme celui de la désobéissance civile. Photographie Henry Thoreau L'Américain Henry David Thoreau (1817-1862), essayiste et poète transcendantaliste. Crédits: Hulton Getty Consulter 1. 2. Mais il ne faut cependant pas considérer ces moments comme la preuve d'un indéfectible anti-intellectualisme. Marc CERISUELO

Related: