background preloader

Projet Manhattan : et l’humanité toucha sa fin

Projet Manhattan : et l’humanité toucha sa fin
« Maintenant, je suis devenu la mort, le destructeur des mondes ». C’est, selon la légende historique, à cette phrase d’un texte sacré de l’hindouisme que pensa le physicien Robert Oppenheimer le 16 juillet 1945, devant le spectacle de l’explosion de la première bombe atomique, dans un désert du Nouveau Mexique. Trois semaines plus tard, les Etats-Unis larguaient la bombe A sur Hiroshima, tuant instantanément 80 000 personnes, plus des dizaines de milliers d’autres dans les semaines, les mois et les années suivantes. Cette histoire, c’est l’histoire du projet Manhattan, où comment les plus grands physiciens de leur temps ont engagé les Etats-Unis dans la course à la bombe. Projet Manhattan : et l’humanité toucha sa fin : c’est le programme funeste qui est le nôtre pour l’heure qui vient. Les repères La première expérience de fission nucléaire a été réalisée en 1938 par la physicienne Lise Meitner, les chimistes Otto Hahn et Fritz Strassman. Le reportage du jour Écouter 7 min Related:  Axe 1: Produire et diffuser des connaissances.Thème 6 – L’enjeu de la connaissanceL'enjeu de la connaissance

La mixité scolaire Proposé par Institut national de l’audiovisuel Date de diffusion : 04 déc. 1961 | Date d'évènement : 06 janv. 1959 Contexte historique Comme le rappelle Antoine Prost dans son Histoire de l'éducation en France, la mixité constitue l'une des révolutions pédagogiques les plus importantes en France. Pourtant, elle s'est effectuée "sans même qu'on y prête attention". L'instauration de la mixité dans les établissements scolaires est très progressive et demeure timide jusqu'aux années 1960. A partir de la fin des années 1950, le gouvernement favorise la généralisation de la mixité scolaire. Finalement, les décrets d'application de la loi Haby du 28 décembre 1976 rendent la mixité obligatoire dans l'enseignement primaire et secondaire. Éclairage média Ce reportage de l'ORTF est constitué par deux séries de "micro-trottoirs" réalisés à la sortie de "bons" lycées parisiens.

Comment les acteurs du cybercrime se professionnalisent Nom de code : opération DisrupTor. Objet : démanteler un réseau de trafiquants du dark Web, cet Internet de l’ombre, et mettre fin à leur commerce illicite. Au passage, saisir quelque 500 kg de drogues diverses (oxycodone, ecstasy, héroïne…), 63 armes à feu et 6,5 millions de dollars (5,5 millions d’euros) en cash et en cryptomonnaies. Acteurs : le Department of Justice des Etats-Unis, l’agence européenne de police criminelle Europol et des membres du JCODE (Joint Criminal Opioid Darknet Enforcement), qui regroupe différentes agences états-uniennes dont le FBI. Lire aussi Article réservé à nos abonnés Criminalité sur Internet : « Le dark Web n’est plus un endroit aussi hermétique qu’avant » Des opérations de ce genre se multiplient. Lire aussi Europol annonce 179 arrestations en lien avec des trafics illégaux sur Internet Celui-ci a géré un nombre d’attaques menées contre ses clients, de grandes entreprises, en augmentation de 50 % par an sur les deux dernières années.

Qu’est-ce que la neutralité du Net ? La FCC (« Federal Communications Commission »), le régulateur des télécoms américain, doit présenter, mercredi 22 novembre, une « proposition » visant à supprimer l’obligation faite aux fournisseurs d’accès de respecter la neutralité du Net. Un principe essentiel du fonctionnement du réseau, qui garantit l’égalité des internautes. Qu’appelle-t-on neutralité du Net ? C’est un principe très simple, qui veut que tous les contenus circulant sur Internet le fassent de manière égalitaire, sans aucune discrimination. Est-ce une obligation légale ? Pendant très longtemps, la neutralité du Net a été une « règle non-écrite », globalement respectée mais qui n’avait pas force de loi. Pourquoi les Etats-Unis veulent-ils revenir dessus ? L’imposition du respect de la neutralité du Net avait fait l’objet d’un vif débat aux Etats-Unis, qui épousait partiellement des conceptions politiques de la gauche et de la droite. Quelles seraient les conséquences d’une suppression de la neutralité du Net ? Le Monde

Marie Curie : une intelligence irradiante Rien de tel qu’un anniversaire ou une commémoration pour replonger dans les racines de l’histoire et démêler le mythe de la réalité historique. Marie CURIE est donc née Maria Sklodowska il y a 150 ans, à Varsovie. Double prix Nobel, de physique puis de chimie pour ses travaux sur le radium, Marie Curie s’inscrit en pleine révolution scientifique et positiviste du début du 20ème siècle. Marie Curie, une intelligence irradiante. Et pour retracer cette histoire scientifique et personnelle, nous avons le plaisir d’accueillir aujourd’hui Jacqueline Belloni, directrice de recherche émérite à l’Université Paris Sud au laboratoire de Chimie Physique ELYSE, vous avez notamment travaillé à l’Institut Curie de 1956 à 1970 et Nathalie Huchette, responsable de l’action culturelle et de la communication au musée Curie qui organise depuis hier une exposition : « Marie Curie, une femme au Panthéon » jusqu’au 4 mars 2018. Le reportage du jour Écouter 6 min Le fil de l'émission Les références musicales

70 ans après le projet 'Manhattan' Si la bombe américaine a été mise au point dans des sites ultrasecrets, la centrale iranienne de Buchehr est, elle, aujourd'hui, placée sous le contrôle des satellites. Banal, donc génial. C'est ainsi que paraît l'ordre donné par le chef du corps du génie de l'armée américaine, le 13 août 1942, de créer "un nouveau district d'ingénierie, sans limite territoriale connue, qui sera nommé le Manhattan District" . Un nom de projet sans fantaisie, qui reprend, comme c'est l'usage, la position géographique de son quartier général. Ni même les Russes, avec qui les relations seront sans doute difficiles après la guerre. Or le temps presse : s'ils ont la bombe les premiers, les nazis pourraient gagner la guerre en trois mois. Groves organise le "projet Manhattan" selon des principes draconiens. Les scientifiques renâclent mais se plient à cette discipline, voyageant même sous de faux noms. Le programme et tout ce qui a trait à l'uranium est classé "secret défense". 1 Acquérir le savoir-faire

Qu'est-ce que c'est le programme Erasmus ? | Destination Erasmus Beaucoup d’entre vous ont déjà dû entendre parler d’Erasmus. Un programme européen qui permet aux étudiants de partir faire leurs études à l’étranger ? Ok, ça c’est la définition d’Erasmus il y a 30 ans ! L’histoire d’Erasmus Le programme Erasmus a été créé en 1987. En effet au début, Erasmus n’était destiné qu’aux étudiants de l’enseignement supérieur. Crédits : I. En 30 ans, le programme Erasmus est devenu l’une des plus grandes réussites de l’Europe. Des programmes pour tout le monde Erasmus + se veut polyvalent et accessible à tous. Le programme pour l’enseignement scolaire. Pourquoi faire l’un des programmes ? Raison n°1 : Erasmus permet de faciliter la mobilité en Europe grâce à des aides financières et un réseau de collaborateurs. Raison n°2 : L’expérience Erasmus est unique ! Raison n°3 : Que vous soyez lycéens, enseignants, étudiants ou demandeurs d’emploi, le passeport Erasmus ouvre beaucoup de portes. Vous voulez en savoir plus sur Erasmus ? A lire aussi...

En Antarctique, les stations deviennent les porte-drapeaux des grandes nations Il est loin, infiniment loin, le temps des huttes en planches qui abritaient les explorateurs de l’Antarctique des vents glaciaux, dans lesquelles ils pouvaient se nourrir « au chaud », voire dormir un peu. Aujourd’hui, les stations érigées sur le « continent blanc » prennent des allures futuristes sous les coups de crayon d’architectes de renom. Leur but premier reste de permettre aux scientifiques de travailler – dans un confort accru tout de même. Le 15 janvier a été inaugurée sur la péninsule Antarctique la nouvelle base brésilienne, Comandante Ferraz. Et, à McMurdo, à la même échéance, l’emblématique « village-base » américain (avec sa centaine de baraques énergivores) devrait céder la place à un complexe de grands bâtiments aux lignes polygonales. Depuis l’entrée en vigueur, en 1961, du traité sur l’Antarctique, qui voue le continent à la seule recherche scientifique, 97 bases scientifiques ou à vocation duale (scientifique et civile ou militaire) y ont été construites.

Marie Curie – Le radium à l’estomac - Ép. 8/4 - Quatre femmes de science Avec nos partenaires, nous traitons vos données pour les finalités suivantes : le fonctionnement du site, la mesure d'audience et web analyse, la personnalisation, la publicité et le ciblage, les publicités et contenus personnalisés, la mesure de performance des publicités et du contenu, le développement de produit, l'activation des fonctionnalités des réseaux sociaux. Vos préférences seront conservées pendant une durée de 6 mois.

Ecouter l'émission jusqu'à 8 min 05 Avec nos partenaires, nous traitons vos données pour les finalités suivantes : le fonctionnement du site, la mesure d'audience et web analyse, la personnalisation, la publicité et le ciblage, les publicités et contenus personnalisés, la mesure de performance des publicités et du contenu, le développement de produit, l'activation des fonctionnalités des réseaux sociaux. Vos préférences seront conservées pendant une durée de 6 mois. Bref historique des services de renseignement et de sécurité français contemporains 1Héritiers d’organismes nés au cours de la Seconde Guerre mondiale, les services de renseignement et de sécurité français sont marqués dès l’origine par les conflits, ceux entre les nations et ceux entre les hommes. Fin juin 1940, alors qu’une partie de la France est occupée par l’armée allemande, une structure clandestine de renseignement est mise sur pied au sein de l’armée française d’armistice, avec l’aval du ministre de la Défense nationale, le général Weygand. Placés sous la responsabilité du colonel Louis Rivet, chef du SR/SCR (service de renseignement/section de centralisation des renseignements) du 2e bureau, ces services s’organisent sous la couverture de l’Office national du retour à la terre, du ministère de l’Agriculture. 2À Londres, après avoir appelé les Français à la résistance, le général de Gaulle crée un 2e bureau au sein de son état-major de la France libre. 8Le 26 février, le député socialiste Henri-Alexis Ribière devient directeur général du SDECE.

Chine : la bataille du savoir-faire Cet article date de plus de cinq ans. Publié le 24/03/2018 22:04 Durée de la vidéo : 2 min Pour s'implanter en Chine, les grands groupes mondiaux doivent partager leur savoir et leur technologie avec des entreprises locales. La Chine est-elle en train de copier nos avions, nos voitures, nos trains, en volant méthodiquement nos secrets de fabrication. Les Chinois ont présenté en grande pompe l'an dernier leur premier avion, un constructeur chinois est devenu le premier actionnaire de Mercedes pour récupérer sa technologie de batteries électriques. Partager : l'article sur les réseaux sociaux La Quotidienne Monde Retrouvez tous les jours à 19h les événements marquants de l’actualité internationale France Télévisions collecte votre adresse e-mail pour vous adresser la newsletter "La Quotidienne Monde". les mots-clés associés à cet article

Related: