background preloader

Projet Manhattan : et l’humanité toucha sa fin

Projet Manhattan : et l’humanité toucha sa fin
« Maintenant, je suis devenu la mort, le destructeur des mondes ». C’est, selon la légende historique, à cette phrase d’un texte sacré de l’hindouisme que pensa le physicien Robert Oppenheimer le 16 juillet 1945, devant le spectacle de l’explosion de la première bombe atomique, dans un désert du Nouveau Mexique. Trois semaines plus tard, les Etats-Unis larguaient la bombe A sur Hiroshima, tuant instantanément 80 000 personnes, plus des dizaines de milliers d’autres dans les semaines, les mois et les années suivantes. Cette histoire, c’est l’histoire du projet Manhattan, où comment les plus grands physiciens de leur temps ont engagé les Etats-Unis dans la course à la bombe. Projet Manhattan : et l’humanité toucha sa fin : c’est le programme funeste qui est le nôtre pour l’heure qui vient. Les repères La première expérience de fission nucléaire a été réalisée en 1938 par la physicienne Lise Meitner, les chimistes Otto Hahn et Fritz Strassman. Le reportage du jour Écouter 7 min

https://www.franceculture.fr/emissions/la-methode-scientifique/la-methode-scientifique-du-jeudi-21-fevrier-2019

Related:  Axe 1: Produire et diffuser des connaissances.AXE 1Jalon 2: radioactivité

La mixité scolaire Comme le rappelle Antoine Prost dans son Histoire de l'éducation en France, la mixité constitue l'une des révolutions pédagogiques les plus importantes en France. Pourtant, elle s'est effectuée "sans même qu'on y prête attention". L'instauration de la mixité dans les établissements scolaires est très progressive et demeure timide jusqu'aux années 1960. Le premier lycée mixte est le lycée Marcelin Berthelot de Saint-Maur, fondé en 1937. Ce choix répond d'ailleurs plus à des motivations économiques qu'idéologiques. Néanmoins, au cours de l'année scolaire 1958-1959, 30% seulement des écoles primaires sont mixtes.

La bombe atomique : Hiroshima et Nagasaki - Lumni Le 6 août 1945, une bombe atomique à l'uranium explose à Hiroshima ; le 9 août, Nagasaki est rayée de la carte par l'explosion d'une autre bombe fabriquée cette fois avec du plutonium. Outre les milliers de victimes, moins nombreuses cependant que celles faites par l'utilisation de bombes classiques larguées sur la ville allemande de Dresde, l'utilisation des bombes atomiques marque un tournant capital dans l'histoire de l'humanité : désormais l'homme possède un moyen de destruction massive. L'émotion de l'opinion publique est considérable dans les semaines qui suivent ces bombardements sur le Japon, et la curiosité pour comprendre la nouvelle technologie utilisée est forte.

L’histoire de la radioactivité - Site de l'ANDRA Henri Becquerel : une étonnante expérience En décembre 1895, le physicien allemand Wilhelm Röntgen découvre les rayons X, utilisés aujourd’hui dans de nombreuses applications comme l’imagerie médicale. L’année suivante, un physicien français, Henri Becquerel, cherche à approfondir les observations de Röntgen. Il souhaite notamment découvrir si les phénomènes de phosphorescence et de fluorescence de l’uranium sont de même nature que les rayons X. Pour vérifier son hypothèse, il mène une série d’expériences. Mais il va bientôt faire une toute autre découverte… Assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité.. 4.1 D’ici à 2030, faire en sorte que toutes les filles et tous les garçons suivent, sur un pied d’égalité, un cycle complet d’enseignement primaire et secondaire gratuit et de qualité, qui débouche sur un apprentissage véritablement utile 4.2 D’ici à 2030, faire en sorte que toutes les filles et tous les garçons aient accès à des activités de développement et de soins de la petite enfance et à une éducation préscolaire de qualité qui les préparent à suivre un enseignement primaire 4.3 D’ici à 2030, faire en sorte que les femmes et les hommes aient tous accès dans des conditions d’égalité à un enseignement technique, professionnel ou tertiaire, y compris universitaire, de qualité et d’un coût abordable 4.4 D’ici à 2030, augmenter considérablement le nombre de jeunes et d’adultes disposant des compétences, notamment techniques et professionnelles, nécessaires à l’emploi, à l’obtention d’un travail décent et à l’entrepreneuriat

Qu’est-ce que la neutralité du Net ? La FCC (« Federal Communications Commission »), le régulateur des télécoms américain, doit présenter, mercredi 22 novembre, une « proposition » visant à supprimer l’obligation faite aux fournisseurs d’accès de respecter la neutralité du Net. Un principe essentiel du fonctionnement du réseau, qui garantit l’égalité des internautes. Qu’appelle-t-on neutralité du Net ? C’est un principe très simple, qui veut que tous les contenus circulant sur Internet le fassent de manière égalitaire, sans aucune discrimination. Des scientifiques sous le Troisième Reich. Pourquoi Hitler n’a pas eu la bombe atomique Août 1945, Hiroshima et Nagasaki, deux villes japonaises meurtries par l’arme atomique mise au point par les Américains. La fin d’une seconde guerre mondiale sanglante qui, à ses débuts, ne pouvait laisser imaginer que les Etats-Unis remporteraient la victoire dans cette quête de l’arme nucléaire. En 1939, c’est l’Allemagne qui prit la tête de la course à l’atome, forte des meilleurs physiciens et de laboratoires performants, et face à des équipes françaises et américaines déjà bien avancées. On prétend même que les nazis auraient procédé à un essai nucléaire en mars 1945... Vérité ou affabulation ?

70 ans après le projet 'Manhattan' Si la bombe américaine a été mise au point dans des sites ultrasecrets, la centrale iranienne de Buchehr est, elle, aujourd'hui, placée sous le contrôle des satellites. Banal, donc génial. C'est ainsi que paraît l'ordre donné par le chef du corps du génie de l'armée américaine, le 13 août 1942, de créer "un nouveau district d'ingénierie, sans limite territoriale connue, qui sera nommé le Manhattan District" . Un nom de projet sans fantaisie, qui reprend, comme c'est l'usage, la position géographique de son quartier général.

Placer l'égalité des genres au cœur de l'éducation pour une nouvelle génération L'année 2020 marque le 25e anniversaire de la Déclaration et du Programme d'action de Pékin, un programme visionnaire pour l'autonomisation des femmes, adopté en 1995 par 189 gouvernements. Malgré les grands progrès réalisés au cours des 25 dernières années, les avancées ont été inégales et de nombreuses filles et femmes restent exclues de l'éducation dans le monde entier. Pour marquer la Journée internationale de la fille, le Rapport mondial de suivi sur l'éducation, le ministère de l'Europe et des affaires étrangères (France), Plan international France et l'UNESCO organiseront un webinaire sur l'égalité des genres dans l'éducation. L'événement sera marqué par le lancement de deux nouveaux rapports visant à aider les pays à faire le point sur les progrès réalisés depuis 1995 et à fournir des recommandations fondées sur des données probantes afin d'ouvrir la voie à la réalisation de l'égalité des genres dans l'éducation pour la nouvelle génération. Related Resources

Marie Curie, une scientifique engagée Première femme à recevoir le Nobel, elle est l’une des plus grandes scientifiques du XXe siècle. Mais Marie Curie ne fut pas qu’une savante studieuse dans son laboratoire. Son parcours fut animé par un engagement infaillible pour les droits des femmes, l’émancipation par le savoir, le progrès social, la paix entre les peuples. Maria Skłodowska naît à Varsovie en 1867, d’un père professeur de mathématiques et d’une mère institutrice. Élève brillante, elle participe très tôt à “l’université volante”, une école clandestine pour l’éducation populaire des Polonais, à une période où la Pologne est sous la domination de l’empire russe. Elle s’identifie au courant positiviste d’Auguste Comte qui cherche à comprendre le monde grâce à la science.

Ecouter l'émission jusqu'à 8 min 05 Table ronde sur l'histoire de l'éducation des filles Pour ce quatrième volet nous allons nous intéresser, alors qu’on a remis hier à Paris le prix Simone de Beauvoir pour la liberté des femmes à la jeune Malala Yousafzai qui se bat dans son pays, le Pakistan pour l’éducation des filles, à l’histoire de l’éducation des filles depuis le XVII ème siècle : nous allons parler des discours – surtout des discours des hommes sur l’instruction des filles- et des pratiques – où enseignait-on aux filles, et quels enseignements leur donnait-on ? Professait-on les mêmes matières aux garçons et aux filles dans le primaire , puis aux jeunes hommes et aux jeunes filles dans le secondaire? Quelles finalités prévoyait-on à cette instruction féminine ? L’école publique tranchait-elle à partir de la fin du XIX eme siècle avec les écoles confessionnelles ?

L’École des filles : cliquez sur l'image pour accéder au dossier de la bnf « Rien n’est plus négligé que l’éducation des filles » : la célèbre citation de Fénelon a très longtemps été exacte. Il faut attendre la loi Duruy de 1867 pour imposer la création d’écoles primaires dans toutes les communes de plus de cinq-cents habitants y compris pour les filles et la loi Camille Sée de 1880 pour la création d’un enseignement secondaire pour les jeunes filles. Mais les programmes sont différents de ceux des garçons : on prépare les petites filles à devenir de bonnes ménagères et non de futures universitaires.

Related: