background preloader

Le blues des gens doués

Le blues des gens doués
Une intelligence au-dessus de la moyenne ne protège ni du mal-être ni du sentiment d'exclusion. Ils ne représentent a priori que 2 % de la population générale, mais on n'a jamais autant parlé d'eux. Des psychologues, de plus en plus nombreux, se spécialisent dans l'accompagnement de ces personnalités atypiques. Eux ? Les adultes surdoués. Cette fulgurance de l'intelligence spatio-temporelle semble être l'une des caractéristiques partagées par un grand nombre des surdoués. Des enfants précoces Celle-ci a en effet un QI dépassant 130, alors que le QI dit «moyen» du vulgus quidam est de 100. Les adultes surdoués ont en effet ceci de commun : ils ont été des enfants précoces. Décalé, différent, c'est ainsi qu'apparaît aussi le jeune Steve Jobs - créateur d'Apple - dans la biographie que lui consacre Walter Isaacson (Steve Jobs, Éd. Une intelligence qualitativement différente » Comment savoir si son enfant est surdoué ? » INTERVIEW - «Ils sont dépendants de l'approbation des autres» Related:  Douance-Scanneur-PASS-Dépressionvalflam

«Les gens doués ont besoin de l'approbation des autres»  LE FIGARO.- Pourquoi découvre-t-on seulement aujourd'hui la psychologie du surdoué ? Monique DE KERMADEC.- Parce qu'en France, nous ne sommes pas à l'aise avec toute différence qui laisse supposer une inégalité entre les individus. La reconnaissance d'une valeur très personnelle pourrait susciter de l'envie et une forme d'exclusion du groupe. Quelles sont les conséquences de la non-reconnaissance de ces personnalités hors normes ? Il faut savoir qu'un tiers des enfants surdoués sont actuellement en échec scolaire. Comment s'en sortent les adultes qui ont eu à construire leur vie avec une telle particularité ? Ceux qui ont réussi - et il y en a ! Pourquoi une psychothérapie leur est-elle parfois nécessaire ? Elle seule leur permet de comprendre à quel moment de leur vie ils ont pris de fausses routes, car les surdoués sont très dépendants de l'approbation des autres. » Comment savoir si son enfant est surdoué » Le blues des gens doués

Le Déficit d’Inhibition latente, mécanisme de la créativité | talentdifferent Comment fonctionne le cerveau ? Comment s’organise-t-il ? Pourquoi dit-on qu’un surdoué est créatif ? Comment se forme la créativité ? J’ai découvert le Déficit d’Inhibition Latente il y a peu de temps et je souhaite donc l’ajouter aux pièces du puzzle du surdon en le mettant en perspective avec d’autres informations que j’ai glanées autour de la réalité neurophysiologique de la créativité. Je les soumets ici à ceux qui pourront utiliser ces informations pour faire avancer les recherches sur ces différents sujets et l’explication du surdon. Avant de parler de Déficit, il faut d’abord parler du processus lui-même : L’Inhibition Latente permet de trier les informations que nous recevons de l’extérieur par nos 5 sens. Par exemple dit Wikipédia (Fr), « si nous entrons dans un endroit, son odeur va nous marquer, puis semblera disparaître. L’inhibition latente nous permet donc de nous concentrer sur l’essentiel. C’est cet afflux qui génère les intuitions géniales. Les raisons de ce déficit ?

Estime de soi Avoir de l'estime de soi n'est pas une démarche qui est toujours allée de soi. Autrefois, on parlait plutôt de vanité, arrogance, fatuité, narcissisme. S'estimer, c'était connoté d'un point de vue moral, et un peu tabou. Cependant, on note quand même quelques exceptions comme Montaigne qui déjà à son époque écrivait “l'amitié que chacun se doit”. Parler d'amour de soi aurait été un sacrilège. Autre synonyme erroné de l'estime de soi : l'orgueil. Si l'estime de soi est trop haute, on peut alors parler de narcissisme. la personne se rabaisse ; la personne surcompense pour se revaloriser aux yeux de personnes impressionables et ainsi, crée une sorte de boucle rétroactive où l'image (feinte) qu'elle renvoit aux autres lui est renvoyée par eux. Quel soi estimons-nous ? Le soi idéalisé : ce qu'on pense devoir être pour être en paix avec soi (souvent un idéal trop haut, inaccessible, rigide, tyrannique par son exigence). Le narcissique a souvent un soi perçu au dessus du soi réel.

Les maux inavoués des adultes surdoués Contrairement aux idées reçues, posséder une intelligence exceptionnelle n'est pas une garantie de bonheur et de réussite. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Sylvie Kerviel Un sentiment de soulagement, de reconnaissance, et une reprise de confiance en soi. La "surdouance", mot barbare utilisé pour désigner une intelligence hors norme et qui se caractérise par une curiosité insatiable, un mode de raisonnement arborescent (fonctionnant par association d'idées), une hyperactivité, une hypersensibilité, voire une extralucidité, concernerait environ un million d'adultes en France, selon les spécialistes. "Avoir un QI élevé, ce n'est pas tellement être quantitativement plus intelligent que les autres, mais surtout avoir un fonctionnement qualitativement très différent au niveau intellectuel", souligne Jeanne Siaud-Facchin, auteure de Trop intelligent pour être heureux (éd. A Londres, elle travaille actuellement dans le secteur de l'analyse d'opinions.

Effet Dunning-Kruger Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Personnage d'une carte postale de 1910 qui a inspiré (entre autres sources) celui d'Alfred E. Neuman, mascotte du magazine Mad. Ce phénomène a été démontré au moyen d’une série d'expériences dirigées par David Dunning et Justin Kruger. Leurs résultats ont été publiés en décembre 1999 dans la revue Journal of Personality and Social Psychology[2]. Hypothèse[modifier | modifier le code] Dunning et Kruger ont noté que plusieurs études antérieures tendaient à suggérer que dans des compétences aussi diverses que la compréhension de texte, la conduite d’un véhicule, les échecs ou le tennis, « l’ignorance engendre plus fréquemment la confiance en soi que ne le fait la connaissance » (pour reprendre l’expression de Charles Darwin). Leur hypothèse fut qu’en observant une compétence présente en chacun à des degrés divers : Première étude[modifier | modifier le code] Comme l'ont noté Dunning et Kruger : Biais culturel[modifier | modifier le code] — Aristote.

«La plupart des précoces sont de mauvais élèves alors qu'ils ont un haut potentiel» Membre de la commission ministérielle sur les élèves intellectuellement précoces à l'Education nationale, Alain Salzemann éclaire les raisons pour lesquelles certains enfants précoces se retrouvent en grande souffrance scolaire. Et explique les principes adoptés par le collège Jean-Charcot de Joinville-le-Pont (Val-de-Marne), spécialisé dans la prise en charge de ces enfants, et dont il est le principal adjoint. Comment expliquer que des enfants intellectuellement précoces se retrouvent en situation de souffrance scolaire, alors qu'il ont des capacités qui devraient les faire réussir plus facilement que les autres? Les enfants précoces ne sont pas plus intelligents que les autres, mais présentent une intelligence différente. Ils ont donc des besoins particuliers que l'école ne voit pas toujours. Pour environ deux tiers d'entre eux, cela ne pose pas de problème : ces enfants arrivent à exprimer leur potentiel et donc à suivre un cursus scolaire plus ou moins normal.

La dépression existentielle chez les surdoués par James T. Webb Voici un texte rédigé par James T Webb sur le site de SENG (Supporting Emotional Needs of the Gifted – Répondre aux Besoins Emotionnels des Surdoués). J.T. Webb se consacre depuis longtemps à la recherche et à l’accompagnement des surdoués (que ce soit en consultations privées ou cliniques). Deux de ses livres sont de véritables références aux Etats-Unis, mais aussi à l’international : – Guiding the Gifted Child (Guider l’Enfant Surdoué) salué comme « contribuant de façon significative à la compréhension des besoins émotionnels et sensitifs uniques des enfants surdoués » par l’American Psychological Association dont il a reçu le Grand Prix. – Misdiagnosis and Dual Diagnoses of Gifted Children and Adults (Quand le diagnostic du surdon est mal posé chez l’enfant et chez l’adulte), lui aussi honoré de nombreuses distinctions. Les surdoués ont tendance à expérimenter un certain type de dépression, connue sous le nom de dépression existentielle. La mort est inévitable.

L'Hypersensibilité de l'enfant précoce Un surdoué a des compétences visuelles, olfactives, gustatives hors normes, mais aussi kinesthésiques (le toucher). La vue est fine, perçante diront certains. L’enfant perçoit les reliefs de façon plus nette, les contrastes sont marqués. Il remarque tous les détails d’une scène, il les analyse, cherche à les comprendre et à y mettre du sens. Le regard est scrutateur et peu déranger... Au niveau de l’ouïe, l’écoute est acérée ; elle distingue simultanément des informations en provenance de plusieurs sources, comme si le surdoué disposait de plusieurs canaux auditifs. Sur le plan de l’odorat, le surdoué a conservé la capacité de se servir des odeurs pour retirer des informations sur les personnes et les choses qui l’entourent. Concernant le gout et le toucher, les enfants surdoués sont plutôt des gastronomes.

sides:ref:psy:item_135 [Wiki-SIDES] Points clefs : La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable. Elle a des composantes : sensorielles, émotionnelles (anxiété, dépression), cognitives (attention portée, mémoire), comportementales, qu’il faut prendre en charge dans une approche multidimensionnelle. Le ressenti et l’expression de la douleur dépendent de facteurs : biologiques, psychologiques, culturels qui en font une expérience strictement personnelle. 1 Introduction Les liens entre santé mentale et douleur sont réciproques : la douleur associe un versant psychique ; des pathologies psychiatriques ont la douleur comme symptôme ou modifient la façon dont la douleur est ressentie ou exprimée. reconnue, évaluée, soignée. 2 Définitions La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable. sensorielles (nociception et discrimination sensorielle), émotionnelles (anxiété, dépression), cognitives (attention portée, mémoire), comportementales (réaction, adaptation). On distingue : 4.1.

Être trop angoissé, un signe d'intelligence supérieure La sélection naturelle aurait conduit à conserver les humains les plus anxieux car ce sont ceux qui, du fait de leurs craintes excessives, ont le mieux anticipé le danger et ont pu s'en protéger. Le fait d'être angoissé pourrait être un trait constitutif de l'être humain. Ainsi, des chercheurs américains d'un groupe pluridisciplinaire (université de Columbia, Institut américain de la santé, laboratoire pharmaceutique GSK) estiment que l'angoisse excessive qui frappe parfois certains de nos semblables aurait coévolué avec l'intelligence humaine. Pour aboutir à cette conclusion, ils ont mis en évidence une corrélation chez certaines personnes entre un niveau d'angoisse excessif et des tests de quotient intellectuel très élevés. Stratégie de survie En clair, la sélection naturelle a conservé les humains les plus anxieux, ceux qui, du fait de leurs craintes excessives, ont été amenés à anticiper le danger et à mettre en œuvre des stratégies sophistiquées pour s'en prémunir.

Related: