background preloader

Un républicain à l’assaut des médias : J.L. Mélenchon

J.L. Mélenchon est un bon client des médias. Gouaille, finesse, esclandres, sa présence sur un plateau promet du sang, des cris et du spectacle. Il porte cependant un jugement lucide sur la comédie qu’il doit jouer à chaque passage dans le grand barnum journalistique. Ancien plumitif de la presse régionale, il déconstruit les us, travers du métier qui selon lui révèle une perversion profonde du monde contemporain. Un monde de clients plus que de citoyens, où l’intérêt particulier, soumis aux desiderata égoïstes supplante la sagesse républicaine du choix hors préjugés, où le citoyen sorti de son humus pense le collectif, pour le meilleur. Idéal républicain La vertu républicaine suppose que l’individu se détache de ses petits affects, de ses petites volontés égotiques pour penser la société, le bien commun. Critique des médias de masse où toute parole est un mensonge Formatage – Reformatage Toute parole est mensongère ou confuse. La tendance est aussi à la mascarade télévisuelle. Like this: Related:  La propagande du quotidienmédias, internet

Une contre éducation permanente Les mécanismes de la régression Les observations conduisent à faire 3 constats sur le fonctionnement et les effets des programmes publicitaires. Il convient de souligner que ces réflexions sont extrapolables à d’autres formes de publicité. Le mélange des genres Le mélange des genres est très souvent cultivé. Les bandes annonces des programmes des chaînes, avec un extrait de film ou d’émission, succèdent ou précèdent les publicités sans transition. En principe, le temps publicitaire est signalé par un début et une fin, avec un court générique. des sponsors sont annoncés avant et après la météo, les courses de chevaux (PMU), les jeux (Française des jeux). Cette confusion pose un grave problème de déontologie, car une des règles de base de la télévision était au départ que les publicités soient nettement séparées des émissions. Tous les messages sont délivrés comme "vrais" Conséquence : le téléspectateur est privé de ses repères. La publicité s’appuie sur les pulsions élémentaires

Quelle durée de vie pour les supports numériques ? mardi 30 mars 2010 Nous générons des masses toujours plus grandes d'information, alors que la durée de vie des supports numériques disponibles pour la conserver n'a jamais été aussi courte. Si ce problème est correctement pris en compte dans quelques organismes spécialisés, il est très largement ignoré du grand public ainsi que de la majorité des institutions ou entreprises. Ainsi une grande quantité d’informations personnelles, médicales, scientifiques, techniques, administratives, artistiques, etc. est en réel danger de disparition. Face à cette situation préoccupante, l'Académie des sciences et l'Académie des technologies tirent le signal d’alarme et publient ses recommandations dans un rapport intitulé Longévité de l’information numérique - Les données que nous voulons garder vont-elles s’effacer ? Le papier porteur d’un message le plus ancien connu à ce jour date de l’an -8 et nous vient de Chine. Capacité de plus en plus grande, durée de vie de plus en plus courte ? Groupe de travail

Presse: Gare à la manipulation de l'info! (Une du Parisien, 12/09/11) Voilà quelques semaines que les questions de présentation des articles de presse mobilisent l’attention à juste titre. Ainsi, Arrêt sur Images a invité ses lecteurs cet été à inventer des Une du Figaro sur le modèle de la vraie Une du 19 juillet où l’on voyait le visage de François Hollande à côté de celui de Tristane Banon dans ce qui s’est révélé être un photomontage, accompagné de ce titre : « Affaire Banon-DSK » (surtitre) – « François Hollande va être entendu » (titre). Du même auteur Cette fois-ci, c’est Acrimed qui chahute le Parisien Aujourd’hui en France. Retrouvez La Plume d'Aliocha sur son blog.

Qui possède les médias ? 1. Droit à l’information L’article 19 de la Déclaration des droits de l’homme de 1948 indique : « tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit. » De plus, Victor Hugo, cité par Médiapart [1], a dit : « Le principe de la liberté de la presse n’est pas moins essentiel, n’est pas moins sacré que le principe du suffrage universel. Ce sont les deux côtés du même fait. On reconnaît un régime totalitaire par le fait que les médias sont contrôlés par le pouvoir politique. 2. Les médias sont très nombreux. Serge Dassault, proche de l’actuel chef d’état, et sa famille possèdent* Le Figaro, L’Express, le Figaro Magazine et Valeurs Actuelles. Rarement autant de pouvoir n’a été concentré entre les mains d’agents économiques aussi restreints. Que reste-t-il ? 3.

Les journalistes contre la démocratie Une démocratie vivante a besoin d’un pluralisme partisan, de liberté d’expression, d’une pression d’opinion, d’intellectuels qui s’engagent, de clivages idéologiques, d’une vie politique ouverte mais aussi de lieux de débats où se cristallisent les clivages idéologiques et les oppositions des projets. Traditionnellement, en république, ce rôle était rempli par le parlement. Aujourd’hui sous les effets de la présidentialisation du régime, d’un mode de scrutin hyper majoritaire qui nourrit une opposition binaire entre deux blocs au discours formaté et de l’émergence d’une démocratie d’opinion, le parlement n’est plus le lieu que de combats techniques sur des modalités de réformes auxquelles ni le peuple ni les journalistes ne comprennent rien. Le débat politique se déroule donc dans les médias et en particulier à la télé. Depuis la rentrée, le niveau et la qualité des émissions politique a encore chuté d’un cran. On ose appeler ça des émissions politiques ? Malakine

L'Etat investit dans Dailymotion après y avoir placé des hommes Dailymotion a été rapidement regardé de près par l'Etat, qui y a vu un possible poulain capable de devenir un grand étalon face aux géants du web dans le monde. La petite pousse a été bien protégée, pour lui permettre de grandir dans les meilleures conditions, avec un pilotage à la mode française. Très vite, Séverin Naudet, ancien chargé des industries culturelles, des relations avec les médias et des opérations spéciales auprès du ministre de la Culture, et à ce titre ancien conseiller de Renaud Donnedieu de Vabres pour la loi DADVSI, avait rejoint le comité de direction de Dailymotion. Cette fois, c'est au niveau capitalistique que l'Etat met la main sur Dailymotion. "Dailymotion atteignant aujourd'hui le seuil de rentabilité, cette levée de fonds va lui permettre d'accélérer son développement, notamment en mobilisant plus de ressources à l'international", explique le FSI. L'Etat, via le FSI, sera représenté au Conseil d'Administration de la société.

DSK et la télévision : c’est toujours l’image qui prime | Rue89 Le traitement médiatique de l’affaire Strauss-Kahn a suscité à foison de multiples débats directement liés au contenu éditorial : fallait-il évoquer davantage que cela ne l’a été dans le passé les rumeurs sur le comportement de l’intéressé ? Comment arbitrer entre le respect de la vie privée et l’obligation d’informer ? Au-delà, notamment par la place occupée désormais par les chaînes d’information continue, on ne saurait se dispenser, un peu plus à froid, de discuter des aspects plus strictement télévisuels de ce traitement, autrement dit d’interroger la dialectique sous-jacente entre le montrer et le dire, la tension, en quelque sorte existentielle, entre l’image et le commentaire. Lutte pour l’audience et bagarre pour la pub Et cela, d’autant plus, à décharge, que, en commentaire, dans le « dit », la retenue est de mise : présomption d’innocence proclamée, emploi du conditionnel systématique, parole donnée aux indéfectibles amis de DSK... Et ce n’est pas vrai que des chaînes d’info.

Le site du Monde passe ses contenus au payant Islande : terre d'asil pour la presse Pour l’Islande, le 2 août 2009 pourrait devenir une date plus importante que la création du Parlement en l’an 930. Ce soir-là, le journal télévisé de la RUV doit faire des révélations fracassantes sur les agissements des dirigeants de la banque Kaupthing, l’une des trois banques nationalisées in extremis fin 2008 avant qu’elles n’entraînent la quasi-banqueroute d’un pays dévasté par la corruption de son secteur financier. Au lieu de cela, les téléspectateurs, consternés, apprennent que la Kaupthing a obtenu une ordonnance interdisant la diffusion du reportage. Révolution L’affaire, qui a provoqué un énorme scandale dans l’île de 320 000 habitants, est à l’origine d’une révolution en marche : dix-neuf des soixante-trois députés islandais ont déposé une proposition de loi visant à doter le pays de la législation la plus avancée au monde dans le domaine de la protection des libertés d’expression et d’information. Le poids des mots Dessin de Bar Graal Le précédent Wikileaks Paradis

Le Monde sur le point de perdre son indépendance ? Dans les locaux du Monde, en février 2008 (Audrey Cerdan/Rue89) Un conseil de surveillance crucial a lieu ce vendredi après-midi au groupe Le Monde : confrontée à une crise de trésorerie qui fait craindre un dépôt de bilan dès juillet, la direction pourrait annoncer que deux groupes de presse espagnol et italien vont prendre la majorité du capital. La rédaction perdrait donc le contrôle du journal, qu’elle a depuis sa création en 1944. Après la Correspondance de la presse, le site ElectronLibre.info annonce que le groupe Prisa (l’éditeur de El Pais, passé récemment sous contrôle d’un fonds de pension américain) accepte de recapitaliser le groupe Le Monde, à condition d’en contrôler 51% du capital conjointement avec les Italiens de L’Espresso. A l’heure actuelle, Prisa possède 15% du capital et L’Espresso 3%. Les différents acteurs du dossier sont peu enclins à s’exprimer avant le conseil de surveillance.

Les chiffres du piratage démontés par le gouvernement américain Quel que soit le sujet discuté, le législateur devrait toujours pouvoir s’appuyer sur des chiffres solides avant de prendre des décisions. Il faut estimer au mieux possible les impacts d’un problème, et les conséquences sur toute l’économie des solutions dont les parlementaires discutent et qu'ils finissent par voter... Ce principe semble évident, mais un rapport du très officiel GAO (Government Accountability Office) américain montre qu’aucun des chiffres sur la contrefaçon par internet utilisés aux États-Unis jusqu’à présent n'est fiable. Ces chiffres proviennent soit de sources imaginaires, soit d’études dont la méthodologie est biaisée. Ambiance. Le GAO : Cour des Comptes américaine Le Government Accountability Office se définit comme « le fournisseur d’audits, d’évaluations et d’enquêtes pour le Congrès américain ». En gros, le GAO effectue les mêmes missions que notre chère Cour des Comptes, avec la même indépendance et une obsession pour les chiffres.

SeedFuck – Hadopi va couper la connexion internet de milliers d’ Je vous en avais déjà parlé, The Pirate Bay envisageait il y a quelques temps de balancer sur les réseaux p2p et Bittorrent plus particulierement, des fausses adresses IP, générées aléatoirement. L'idée était simple : Plus il y a de fausses adresses IP qui circulent, plus des innocents vont se faire ramasser par Hadopi... Ça peut paraitre méchant et injuste mais au final, ça fera peut être réfléchir les défenseurs de cette loi, que l'adresse IP n'est pas une preuve suffisante pour déterminer si quelqu'un a téléchargé illégalement ou pas une oeuvre. Quoiqu'il en soit, le code source en C#, baptisé SeedFuck, qui permet de polluer les réseaux Bittorrent avec ces adresses IP générées (peut être la votre ?) Voici un extrait des explications contenues dans le code source : The announce works like this: Ça craint !! Merci à Ilan pour l'info [Source et Photo] Vous avez aimé cet article ?

Duhamel, Sarkozy, Strauss-Kahn et le bêtisier européen Ne lisez pas Alain Duhamel dans Libération de jeudi si vous voulez comprendre l'ampleur et les enjeux de la crise de la zone euro. Notre inoxydable chroniqueur succombe à un exercice de nombrilisme franco-français qui permet de célébrer, au-delà de toute réalité, l'excellence nationale au secours des autres nations égarées. Se relit-il seulement ? Plus sérieusement, la presse anglo-saxonne et plusieurs centres d'études reviennent méticuleusement sur les moyens mis en œuvre pour éteindre l'incendie grec. La première critique concerne Dominique Strauss-Kahn et le plan d'austérité sans précédent imposé à la Grèce. Il rappelle que les mesures dictées aux Grecs furent celles appliquées aux économies des pays baltes (Estonie et Lithuanie) frappées de plein fouet par la crise de 2008. Il en est de même en Grèce, explique Mark Weisbrot, où le directeur général du FMI veut bien reconnaître le caractère «douloureux» d'un plan d'austérité sans précédent tout en le jugeant indispensable. Alors ?

La réforme des retraites ? Urgente, unique, inévitable - Acrimed « Urgence » de la réforme « Il y a urgence ! » s’exclame Alain Genestar sur France Info, le 20 février 2010. C’est « une réforme inévitable » insiste Patrick Bonazza dans Le Point le 25 février. « Incontournable », nuance Jean-Pierre Bel, « indispensable », tempère François Ernenwein, « inéluctable », réplique Jacques Camus [1]. On l’aura compris, les médias dominants nous resservent la soupe unanimiste de l’urgence de la réforme. Ainsi, Jean-Michel Aphatie insère la (bonne) réponse dans la question qu’il pose à Dominique Strauss-Kahn : « L’âge légal de la retraite, il faut quand même le revisiter un peu partout pour faire face aux déficits ? « La seule solution » Les éditorialistes veulent voir les Français travailler plus longtemps, et sur ce point ils ne transigeront pas. Pour Laurent Joffrin, sur France Info, ça ne fait pas de doute, « la seule solution , c’est d’allonger la durée de cotisation » (15 février 2010). « Conservatisme » et « privilèges » « La réforme » est de retour ?

Related: