background preloader

La classe

La classe
Related:  pour l'enseignant

Gagnez en efficacité grâce aux « lois du temps » Inutile de faire du « présentéisme » au bureau : la productivité est avant tout une affaire de méthode ! Les « lois du temps », mises au point par des économistes, des historiens, des ingénieurs ou des médecins, nous le prouvent quotidiennement. Pour être plus performant, adaptez-les à votre gestion du temps ! Loi de Pareto : focalisez-vous sur l’essentiel On doit à l’économiste italien Vilfredo Pareto cette règle : 20% des produits équivalent à 80% de la valeur du stock. Loi de Laborit : éliminez ce qui est pénible En général, on a tendance à faire en premier les activités qui nous plaisent et qui sont les plus faciles. Loi de Taylor : planifiez vos activités dans le bon ordre Cette loi part du principe que l’ordre dans lequel on réalise des tâches influe sur le temps qu’elles prennent. Loi de Carlson : évitez d’être interrompu Loi de Murphy : estimez la durée d’une tâche Nous avons tendance à sous-évaluer le temps que prend une tâche à réaliser. Loi de l’Ecclésiaste : changez d’activité

Observation : Qu'est-ce que c'est ? Par Lutin Bazar dans Rituels le 4 Novembre 2010 à 22:09 J'ai trouvé dans le magazine Astrapi une série de cartes très intéressantes.Il s'agit d'observer une image (un détail) et de deviner de quoi il s'agit.Au dos de la carte il y a trois propositions, il faut donc choisir la bonne.On peut aussi les utiliser sans donner les propositions (un peu dur pour des CE cependant). J'ai utilisé ces cartes en rituel.Tous les jours, sur mon affiche (plastifiée) :- J'affiche une carte dans la colonne de gauche le matin.- Je copie au velleda les 3 propositions dans la colonne centrale à midi (comme ça il peuvent réfléchir un peu librement durant la matinée).- Durant l'après-midi, les élèves doivent aller observer l'image et cocher une des trois propositions au velleda dans la colonne de droite.A la fin de la journée, on compte le nombre de croix dans chaque case pour voir la proposition dominante. Puis on lit la réponse. le jeu de cartes : un jeu de cartes supplémentaire : Je mets également en ligne :

Le Class-yes : la baguette magique de gestion de classe. Si je vous disais qu'en début d'année j'ai découvert un "truc" de gestion de classe pour obtenir instantanément le silence et l'attention de ma classe, même (et surtout) quand le groupe classe est bruyant, par exemple quand ils sont en train de travailler en groupe et que le moment de la restitution est arrivé ? Si je vous disais que ce truc est magique, que cela marche à tous les coups, du premier coup et que je n'ai jamais besoin d'élever la voix ? Si je vous disais que cela fonctionne aussi bien avec mes CE1 qu'avec mes CM2 (bah oui, je fais tout, c'est comme mini-Mir). Edit : en commentaire, une collègue le fait en GS ! Ah ah, je vous vois dubitatifs, mais curieux quand même, n'est-ce pas ? Alors voilà, ce truc nous vient des classes anglo-saxones. C'est simple comme chou. Toute l'astuce c'est : 1. 2. Je dis "Claaaaass ?" J'utilise le class-yes 10 fois par jour, je ne pourrais plus m'en passer. L'essayer, c'est l'adopter. Des petites remarques en vrac :

Taxonomie de Bloom Un article de Wiki Paris Descartes. Des clés pour comprendre l'Université numérique Qu'est-ce qu'un objectif pédagogique ? Dans le processus enseignement- apprentissage , et pour une bonne évaluation , il est important que soient définis précisément les objectifs pédagogiques poursuivis et de les formuler clairement aux apprenants . En pédagogie, un objectif est un énoncé d’intention décrivant ce que l’apprenant saura (ou saura faire) après apprentissage. Un objectif pédagogique général décrit une compétence ou un ensemble de compétences que l’apprenant doit acquérir au terme d’une séquence d’apprentissage. Les objectifs pédagogiques généraux ne peuvent donner prise à une évaluation rigoureuse que s’ils sont rendus concrets. Formuler un objectif pédagogique opérationnel/spécifique, c'est définir pour l'élève : Taxonomie des objectifs pédagogiques de Bloom Elle permet, en outre, d'identifier la nature des capacités sollicitées par un objectif de formation et son degré de complexité.

Bavardages, escargots et autres leçons non sues... Illustrations : Lecture Plus (Billet de bavardage), et Jack (blog Danger école) pour les autres billets. Voilà un moment que je voulais relooker mes "billets de bavardage". Tout d'abord, cela faisait deux ans que je ne les avais pas utilisés en classe parce que j'aurais eu besoin de billets d'avertissements, mais sans punitions à copier (dans les classes que j'ai eues, le simple fait de mettre un mot dans le cahier de liaison était suffisant et je n'avais pas besoin d'ajouter de lignes à copier). Voici donc deux nouvelles versions des billets. Dans chaque fichier, vous trouverez des billets à faire coller dans le cahier de liaison en cas de : bavardage incessanttravail non terminé (cause papillonnage, manque de sérieux...)cahier non signétravail peu soignéinterventions anarchiquescomportement inapproprié (bagarre, insolence...) Remarque : je ne publierai pas d'autres versions de ces billets, pour les autres types d'incidents de la vie de l'école. Vous aimerez peut-être aussi :

André Faivre, andragogue et éducateur : services professionnels en gestion des organisations, des ressources humaines et des milieux éducatifs ainsi qu'en éducation des garçons en groupe et en animation des groupes de garçons Voilà une question à laquelle un andragogue éducateur, ou un éducateur andragogue, aura beaucoup de plaisir à répondre, quitte à bousculer quelques lieux communs. Mais cela pourrait demander tout un livre ! On réduit habituellement l'andragogie à l'éducation des adultes. Comme si les enfants et les jeunes n'étaient pas des personnes et que les groupes qu'ils forment n'étaient pas des groupes. Il suffit de relire ce qui précède pour se rendre compte de la pertinence de l'approche andragogique auprès des enfants, l'enfance et la jeunesse étant les périodes de la vie où on apprend le plus et pendant lesquelles l'être humain est en constante transformation ! Par contre, c'est l'andragogie qui a découvert et révélé les caractéristiques de l'apprenant adulte, qui a reconnu et établi que l'être humain ne cesse d'apprendre et de changer qu'à la dernière seconde de sa vie.

Sociogramme Par sagebooker dans Ecole pratique le 29 Octobre 2010 à 11:57 Avec des élèves en difficulté, qui connaissent également -mais pas officiellement, des soucis de comportement, je demande en début d'année à chacun d'ajouter sur sa fiche de rentrée* le nom de trois élèves à côté de qui il veut bien être assis, et de trois élèves à côté de qui il ne souhaite pas être assis. Je ne rentre pas dans l'équivoque j'aime/j'aime pas untel, notamment parce qu'à cet âge les amours et détestations sont violentes, et parce que cela change toujours d'une semaine sur l'autre... Le résultat me donne une lecture assez rapide des rapports dans la classe en début d'année, et également une vue des élèves qui sont considérés comme perturbateurs : très souvent les élèves refusent d'être à côté d'un élève qui peut les empêcher d'écouter, même si c'est leur ami en dehors. Voici le tableau pour présenter les résultats et avoir une vue d'ensemble rapide : -->clic

L'humour pour apprendre Lorsque toute une classe rit à gorge déployée, c'est rarement du à une intention de l'enseignant. L'humour est chose difficile à manipuler en classe, car il faut savoir en maîtriser les effets. Les élèves pour leur part, utilisent le rire comme une parade devant des cours trop ennuyeux, ou trop compliqués. Il faut bien plus que quelques blagues à un enseignant aujourd'hui pour être populaire. L'humour crée de la proximité entre les protagonistes et, quand ses effets sont maîtrisés, un climat propice à l'apprentissage. Cette semaine, Thot Cursus observe les manifestations de l'humour sur la toile et s'intéresse à l'usage de l'humour pour apprendre. photo : ehpien via photopin cc La pédagogie des morts-vivants 19 février 2012 Ils sont devenus la nouvelle coqueluche de l’horreur. L’humour sur le Web, ou la culture de l'instant Internet constitue un écosystème dans lequel s'épanouit la plante vigoureuse de l'humour. Comment utiliser l'humour en classe ? 21 février 2012 Étale ta culture

Libresdocs - Police de caractère AA Cursive Créée par A. Renaudin, cette police de caractère est packagée avec une macro pour OpenOffice.org. L’originalité de cette police est qu’elle prend en compte le problème des ligatures, qui se pose généralement avec d’autres polices. Le problème général avec les polices manuscrites, ce sont les liaisons entre les lettres. La solution : AA Cursive utilise une macro pour corriger les ligatures. Exemple : Le texte brut Application de la macro (clic sur le bouton) : Résultat Pour utiliser AA Cursive il faut : extraire l’archive zip (à télécharger ici) : Tout télécharger (zip) installer la police de façon habituelle installer la macro pour OpenOffice.org AA Cursive est distribuée sous licence OFL.

La boite à outils du formateur innovant " Format... Lev Vygotski (1896-1934). Pensée et langage Le développement de l'enfant ne procède pas de l'individuel vers le social, mais du social vers l'individuel. Telle est l'une des thèses développées par Vygotski et qui, soixante ans après, sert de fondement à de multiples recherches contemporaines. Quels rapports la pensée et le langage entretiennent-ils? C'est à cette interrogation majeure que le psychologue russe Lev Vygotski s'est efforcé de répondre dans son ouvrage, Pensée et Langage, paru en 1934 à Moscou. Pensée et Langage est un gros ouvrage de plus de 500 pages, divisé en 7 chapitres de longueur très inégale. Vers le langage intérieur Selon Vygotski, la psychologie scientifique a hésité jusqu'à présent entre deux positions extrêmes au sujet des liens entre la pensée et le langage : soit la fusion, soit la complète dissociation. Mais ce qui intéresse surtout Vygotski, c'est la manière dont pensée et langage se développent chez l'être humain, en particulier au cours de l'enfance. Concepts scientifiques ou quotidiens? Lev Vygotski

Colloque d'Albi : Vygotski et les recherches en éducation et en didactique des disciplines Par Patrick Picard À l’heure où la tendance générale de l’opinion (ou de ceux qui la font...) semble dire « revenons aux fondamentaux », la recherche semble patiner pour faire passer ses convictions. « C’est à plusieurs qu’on apprend tout seul » : le slogan est beau, mais l’art est difficile. Le Café a profité d’un colloque international sur Vygotski pour aller y voir de plus près. Après tout, on fait dire tant de choses au grand homme... Après deux jours d’immersion, un véritable scoop : ce qui le connaissent vraiment ne se rangent ni dans le camp des pédagogos », ni des « républicains ». Édito : Vygotski, un outil pour penser la classe ? Lire Interview audio de Bernard Schneuwly : « Attention aux raccourcis de la pensée de Vygotski : les savoirs sont incontournables !» Lire Prolégomènes… pour débuter ou pour aller plus loin Si vous faites partie des quelques personnes qui ont bien une idée sur le sujet, mais qui seraient bien en peine d’expliquer clairement de quoi il s’agit... par E. par J.

Un prolongement de la ZPD : la notion d’étayage chez J. Bruner. Un prolongement de la ZPD : la notion d’étayage chez J. Bruner. La notion d’étayage au sens brunérien est directement tributaire de la signification de la ZPD vygotskienne. Bruner établit lui-même sa filiation théorique avec Vygotski : « c’est son oeuvre qui m’a très tôt convaincu qu’il est impossible de concevoir le développement humain comme autre chose qu’un processus d’assistance, de collaboration entre enfant et adulte, l’adulte agissant comme médiateur de la culture. »1 La théorisation précise de cette collaboration – et donc, à l’horizon, de la transmission culturelle- amène Bruner à adopter une position similaire à celle de Vygotski en ce qui concerne le langage. Or, les règles d’usage du langage ne recouvrent pas les règles de grammaire d’une langue : « La seule manière d’apprendre l’usage du langage c’est de l’utiliser pour communiquer. Arrêtons-nous là. Et c’est ici que Bruner et Vygotski se rejoignent. 1 J.

Related: