background preloader

Risques nucléaires, tous concernés ! - Greenpeace

Risques nucléaires, tous concernés ! - Greenpeace

Un séisme s’est produit à trente km du centre nucléaire de Cadarache La terre a tremblé mercredi soir 19 septembre dans la région de Manosque à une trentaine de kilomètres du Centre atomique de Cadarache (Bouches-du-Rhône) implanté sur la faille sismique de la moyenne Durance. Plusieurs secousses sismiques ont été ressenties le 19 septembre, peu avant 21h, dans la région de Manosque (Alpes de Haute Provence) et dans une grande partie sud-ouest du département comme à Forcalquier et Villeneuve qui serait le centre du séisme. Il s’agit d’un séisme de magnitude 3,5 sur l’échelle de Richter. Il était exactement 20h56 quand ce séisme a eu lieu. Mais apparemment, la ville de Manosque n’a pas été la seule à être touchée par ces tremblements de terre qui ont duré quelques secondes, puisque les secousses ont été ressenties également sur Villeneuve, Volx, Lurs, Oraison, Forcalquier, Les Mées ou encore Vinon. , ont affirmé les premiers témoignages recueillis sur la page Facebook d’Haute-Provence Info.

Marseille : un site Internet dédié aux risques naturel en PACA Un nouveau site internet régional pour faire face aux risques naturels dans la Région Provence Côte d'Azur : c'est ce qui a été lancé à Marseille à l'adresse Le site est ouvert depuis hier, lundi 2 juillet. Le lancement s'est fait à l'occasion de la première rencontre autour des risques majeurs qui s'est tenue à l'Hôtel de Région. Pour la réalisation, le Conseil régional s'est associé à la DREAL (direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement) et au BRGM (Bureau de Recherches Géologiques et Minières). Le constat ? Plus de 95% des communes sont soumises au risque feux de forêt Plus de 85% sont soumises au risques d'inondations et sismiques. 75 % des communes peuvent subir des mouvements de terrain et 10% des avalanches. La plate-forme RiskPaca :

The Internet map Le passage du cyclone Dumile sur l’île de la Réunion - Risques et Savoirs Jeudi 3 janvier 2013, le cyclone tropical Dumile est passé à 90 km de la côte ouest de l’île de la Réunion. Des rafales de 180 km/h ont soufflé sur les hauteurs du chef-lieu de l’île, Saint-Denis. En effet, le bassin sud-ouest de l’océan Indien connaît, en raison de ses eaux chaudes (supérieures à 26° C) la formation de neuf tempêtes tropicales en moyenne par an. La Réunion n’avait pas été touchée par un cyclone depuis Gamède qui avait atteint l’île en février 2007, causant deux décès. Une surveillance météo performante Météo France gère un des six centres météorologiques régionaux spécialisés dans les cyclones tropicaux, situé à la Réunion. Un système d’alerte adapté aux différents types de dangers La préfecture de région de la Réunion se fonde sur les prévisions de Météo France pour déclencher le plan Orsec Cyclone (Organisation de la réponse de sécurité civile) mis en place au début des années 1980. Réunion de crise à la préfecture © Préfecture de la Réunion/SRCI/Michael Masseaux

Hydro recommande de fermer Gentilly-2 Québec — Les coûts de réfection de Gentilly-2 sont prohibitifs et Hydro-Québec recommande au gouvernement la fermeture définitive de la centrale nucléaire. Dans un rapport confidentiel dont Le Devoir a pris connaissance des principaux éléments, Hydro-Québec, après avoir comparé le scénario de la réfection de Gentilly-2 avec celui de sa fermeture, conclut que le « projet de réfection n’est pas justifié au plan financier pour Hydro-Québec ». « Il ressort de la comparaison de ces scénarios que la fermeture est préférable au niveau financier et donc recommandée par Hydro-Québec à son actionnaire le gouvernement », écrit la société d’État dans ce rapport de 37 pages qui vient d’être remis à la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet. Ce rapport préliminaire est daté du 26 septembre. Même soustrayant les dépenses déjà englouties dans la réfection de Gentilly-2 depuis 2009, soit 900 millions, la centrale s’avérerait un éléphant blanc si Hydro-Québec procédait à sa réfection.

Cette carte vous indique les catastrophes naturelles en temps réel ! Une carte du monde disponible sur Internet répertorie en direct les catastrophes climatiques. Le but de cette carte un peu étrange est de rendre compte des problèmes climatologiques qui affectent la planète. "Un nombre croissant d'observations nous donne une image globale d'une planète qui se réchauffe et qui subit beaucoup de changements climatiques.Rien ne se passe de façon inattendue, tout a une indication, nous avons juste à observer les connexions.". Cette phrase, visible sur hisz.rsoe.hu, explique parfaitement le but de ce site. Avez-vous déjà partagé cet article?

Gephi, an open source graph visualization and manipulation software La carte des risques en France La France est un beau pays, mais il ne faut pas fermer les yeux sur les risques que nous y courrons tant industriels que naturels...je vais vous présenter diverses cartes de France qui vont (peut-être) vous montrer que vous vivez à côté d'un risque majeur. La première : les différents sites nucléaires (et les transports de matières radioactives) La seconde : les usines classées SEVESO (à noter on trouve plus facilement la localisation des sites nucléaires que des sites SEVESO) La troisième : les risques sismiques La quatrième : les risques d'innondations Une petite dernière : un mixte SEVESO & Nucléaire Regarder bien la région Rhône-Alpes....

Bruxelles rappelle à Paris les défaillances de sécurité des 19 centrales nucléaires françaises Les tests de résistance nucléaires menés par l'Union européenne ont révélé des défaillances de sûreté, d'incidence variable, dans l'ensemble des centrales nucléaires françaises. Ce sont les principales conclusions d'un rapport du commissaire européen à l'énergie Günther Oettinger qui doit être présenté à la Commission mercredi 3 octobre, avant d'être dévoilé au public, jeudi, à Bruxelles. Ce document de travail, qu'a pu consulter une partie de la presse, recense les "stress tests" menés depuis un an sur les 134 réacteurs du parc européen, répartis sur 68 sites dans 14 pays, pour tirer les leçons de la catastrophe de Fukushima en mars 2011. "Nos contrôles de sécurité ont été stricts, sérieux et menés en toute transparence. Aucune fermeture de réacteur ne serait demandée, mais les investissements nécessaires à la sûreté des centrales européennes atteindraient entre 10 milliards et 25 milliards d'euros. Lire : "Nucléaire : les injonctions de l'ASN pour améliorer la sûreté du parc français"

Catastrophes naturelles : record de pertes économiques en 2011 Séismes, tsunami, ouragans ou encore inondations. Les pertes économiques consécutives à des catastrophes naturelles ont atteint un niveau record l'an passé, à hauteur de 366 milliards de dollars (286 milliards d'euros), estime l'ONU dans sa dernière étude annuelle sur le sujet publiée mercredi 18 janvier. En 2011, l'ONU a enregistré 302 catastrophes naturelles, qui ont provoqué la mort de 29 782 personnes, affecté quelque 260 millions d'êtres humains et infligé des coûts économiques records. Le séisme qui a frappé le Japon le 11 mars représente la plus grande part (210 milliards de dollars) des pertes économiques essuyées cette année. Outre les tremblements de terre au Japon, mais aussi en Turquie et en Nouvelle-Zélande, d'importantes inondations en Thaïlande et en Australie ont alourdi la facture, de même que des ouragans aux Etats-Unis.

Related: